Aujourd'hui jeudi 25 et vendredi 26 avril,à Namur Expo un événement consacré au secteur du numérique éducatif

Lien permanent

« Cela fait déjà huit ou neuf ans que nous organisons pareil événement en Norvège, en Suède ou en Finlande. C’est une première en Belgique (un autre salon devrait suivre en Flandre) », explique Hervé Hasquin, le promoteur du projet. « Il y a une réelle demande des enseignants de mieux appréhender le numérique. Nous avons planifié 96 ateliers ultra-pratiques et conférences. Et le salon sera récurrent : une date a déjà été fixée pour 2020. »

Si SETT (School Education Transformation technology) débarque ainsi en Belgique, il ne joue pas au « loup solitaire » : le programme a été établi avec l’aide d’universitaires et d’enseignants du terrain. Il a d’ailleurs été agréé par l’institut qui accrédite les formations des enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Offensive numérique

L’école numérique est plus qu’un chapitre du fameux Pacte d’excellence. Elle imprègne toute la démarche : l’école du XXIe siècle sera numérique… ou ne sera pas ! Depuis sept ans, au travers de « Digital Wallonia », la Région wallonne équipe les écoles : la « promotion 2018 » en compte 325 qui se partageront près de 7 millions d’euros d’équipements.

Les autorités carburent, avec la création récente « d’e-classe », une vaste bibliothèque de ressources éducatives en ligne visant à épauler les enseignants dans l’élaboration de leurs cours. Le centre de compétences TechnofuturTIC vient d’inaugurer, à Charleroi, son éduLAB, un espace de formation numérique pour les profs : 1.500 d’entre eux devraient s’y familiariser chaque année aux outils numériques et collaboratifs.

La ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns (cdH) a présenté récemment la stratégie numérique de la Fédération. Fédération dont le Parlement a même voté une « prime » de 100€ à chaque enseignant pour l’aider à s’équiper (lisez : « une intervention financière forfaitaire pour l’utilisation d’un matériel informatique privé dans le cadre de la classe »). Et, dès 2019, promet la même ministre, 40 conseillers techno-pédagogiques seront déployés dans les écoles pour épauler les équipes éducatives.

Une école sur quatre

Les autorités se réjouissent de l’évolution des dernières années (le parc informatique des écoles a progressé de 38 % entre 2013 et 2017), mais tout cela ne fait néanmoins pas de la Wallonie et de Bruxelles, un pôle avant-gardiste en matière d’école numérique. Quelques chiffres suffisent à montrer le chemin qu’il reste à parcourir : mille écoles wallonnes ont décroché un label numérique… Sur près de 4.000 implantations. Les écoles wallonnes disposent, en moyenne, d’un ordinateur pour neuf élèves (un pour onze à Bruxelles), mais en Flandre, on en compte un pour trois élèves !

Selon le baromètre « Éducation et numérique » 2018 de « Digital Wallonia », 35 à 40 % des enseignants seulement revendiquent des usages numériques en classe au profit des apprentissages des élèves… Alors que près de 60 % des profs ont un sentiment de compétence modérée, genre « je me débrouille ».

C’est que tous les enseignants ne sont pas égaux devant cette transformation numérique qui impactera pourtant, à moyen terme, leur manière de donner cours.

DIDIER SWYSEN

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel