Efficaces, les trucs de grand-mère ? désherber: un vrai casse-tête !!! trucs et astuces ici

Lien permanent

Efficaces, les trucs de grand-mère ? 

Le vinaigre

Il va brûler les parties aériennes des mauvaises herbes. Mais il va aussi acidifier le sol. A éviter dans le potager ou les parterres. A utiliser avec parcimonie et par temps chaud sur la terrasse ou le sentier en graviers. Certains conseillent de le diluer dans de l’eau salée. 5 litres d’eau, 1kg de sel iodé et 200 ml de vinaigre. 

L’eau de cuisson des pommes de terre ou des pâtes

A utiliser bouillante. En fait l’amidon est néfaste pour les plantes. Mais il vous en faudra une grande quantité si vous voulez atteindre les racines. Idéal pour les mauvaises herbes qui se glissent entres les dalles de votre terrasse ou de votre sentier. Attention aux autres plantes.

 

Le bicarbonate

A éviter sur les sols qui accueillent des cultures. A n’utilisez que sur les terrasses ou les graviers. Vous pouvez le saupoudrer directement avant d’arroser de façon parcimonieuse en évitant que l’eau ne glisse vers vos parterres ou votre pelouse. Le bicarbonate freine la repousse. A ne faire que deux fois sur l’année et par temps sec. 

Le purin d’ortie

Enfin une solution pour les parterres de fleurs. Il vous faudra 2 kg d’orties pour 10l d’eau. Coupez les orties en lamelles et laissez macérer 3 à 7 jours. Filtrez et versez. Les feuilles filtrées peuvent être mises au compost : c’est un excellent accélérant de décomposition. 

La cendre de bois

Si vous avez une cheminée ou un poêle à bois, prélevez de la cendre froide et dispersez-la sur la mousse de votre pelouse. Frottez pour faire pénétrer. Attention : n’en abusez pas. Dépourvue en azote, la cendre va corriger la trop grande acidité et limiter l’apparition de la mousse.

 

PAR M.PAREZ

 Source  

Les pissenlits garnissent déjà les allées, les chardons apparaissent dans les pelouses. Mais comment s’en débarrasser ? Dans les jardineries, vous ne trouverez plus que des produits écologiques qui sont nettement moins radicaux que le glyphosate. Mais rappelons que si ce dernier a été interdit, c’est qu’il présente des dangers pour les humains, les animaux domestiques, les insectes et les micro-organismes et qu’il pollue les nappes phréatiques et les sols.

Pourquoi les formules écologiques sont-elles moins efficaces ? Parce qu’elles détruisent les feuilles et très rarement les racines. Vous devrez donc répéter l’opération de nombreuses fois durant le printemps et l’été. Le mieux est encore d’arracher à la main en vérifiant bien que vous avez retiré l’entièreté de la mauvaise herbe. Et puis, il y a les bonnes recettes de grand-mère.

Conseils d’un spécialiste

Qu’en pense un spécialiste ? Nous avons posé la question à Olivier Vanderpoorten, responsable chez Jardiland Gozée. Pour lui, dans le potager, le mieux, c’est de biner. D’abord parce que vous allez arroser moins et puis, en binant, vous pouvez vous débarrasser au fur et à mesure des plantes indélicates.

Dans les parterres, il conseille le paillage. Il y en a de différents sortes en vente dans les jardineries : du lin, du chanvre, des écorces, des copeaux de bois, etc… Ce paillage empêchera les mauvaises herbes de pousser et de défigurer votre joli coin de fleurs. Economique : le paillage à partir des résidus de tonte. Mais ici attention, nous explique M. Vanderpoorten, qu’il n’y ait pas l’un ou l’autre pissenlit qui traîne dans votre bac de tondeuse.

En ce qui concerne les produits dits « bio » comme le vinaigre, le bicarbonate ou le sel, M. Vanderpoorten souligne qu’ils peuvent rendre le sol stérile et tuer la microbioversité.

Et pour l’eau de cuisson des pommes de terre, il faut qu’elle soit bouillante et que vous en disposiez en grande quantité pour atteindre la racine.

Autre solution : couvrir le sol de bâches noires avant d’effectuer les plantations mais ce n’est pas très joli.

Il y a aussi le désherbant thermique mais ici aussi, il s’attaque aux feuilles, pas aux racines.

Et pour votre pelouse, mauvaise nouvelle aussi : les produits sélectifs qui détruisaient mousse et mauvaises herbes sont interdits depuis janvier de cette année. Le conseil de M. Vanderpoorten : ne pas couper trop bas. Une tonte plus haute vous garantira une pelouse plus saine.

Cela peut vous coûter jusqu’à 10.000 euros

SAMEDI, AVRIL 20, 2019 - 12:02

PAR M.P.

 

En mai dernier, le couperet tombait : interdiction de vendre l'ensemble des herbicides à utilisation non professionnelle en Belgique. Il faut savoir que, même s’ils étaient encore en vente, ils ne pouvaient toutefois plus être utilisés par les particuliers. Le principal pointé du doigt par les autorités : le Roundup.

En ce qui concerne les herbicides sélectifs (par exemple, le désherbant qui permet d'éliminer les pissenlits, pâquerettes, etc. dans une pelouse), l’interdiction de commercialisation est tombée en janvier de cette année.

La France a pris les mêmes décisions. Or, de nombreux Belges allaient encore s’approvisionner de l’autre côté de la frontière malgré l’interdiction d’utilisation. Certains ont décidé de se rabattre sur les ventes en ligne, sur des sites comme Amazon.

Mais attention, si vous êtes pris en train d’utiliser du glyphosate, l’amende peut aller de 50 à 10.000 euros. Mieux vaut donc se retrousser les manches !

 

 

Les commentaires sont fermés.