• Accident aujourd'hui 17 avril 2019 N 63 à Nandrin

    Lien permanent

    Accident sur la N 63 Marche > Liège à la hauteur du point Chaud de Nandrin .

    plus ou moins 10 h aujourd'hui 17 avril 2019 

    Police sur place 

  • Complément d'information par madame Myriam LURQUIN sur l'histoire du Jeu de Bethleem de Saint-Séverin en Condroz

    Lien permanent

    Que de souvenirs, les plus beaux "Noël, " de ma vie c'était magique !

    J'y ai tenu plusieurs rôles,  enfant Jésus en 1950, ange, vierge Marie.

    Mon papa, Jean LURQUIN à été St-joseph pendant 20 ans!

    1ère photo : St-joseph, mon père,la vierge, sa soeur Phinou et sa fille Anne-Marie Jolly,  enfant Jésus. 

    2ème photo : 2 cousines, Anne-Marie Jolly et Véronique Dupont. 

    3ème photo : mon père et la vierge, Jeanine Schneider.

    4ème photo : St-Joseph, mon père,  la vierge Christiane Buron de Yernée, enfant Jésus,  Myriam Jolly,  le petit berger à gauche,  Claudy Lurquin,  bien connu à St-Séverin,  qui nous a quitté. 

    5ème photo : St-Joseph,  Henri Schneider,  vierge, Liliane Marchesin et le berger Claudy Lurquin. 

    Le jeu à pris fin suite à la maladie et au décès en février 1971 du curé Thunus. 

    Merci de raviver ces souvenirs!

     

    Histoire des 20 ans du Jeu de Bethleem de Saint-Séverin en Condroz. (1949 à 1969).

     

    2.jpg

    3.jpg

    4.jpg

    5.jpg

  • Toutes les régionales des Patros , y compris de Huy-Waremme, sont invitées le 20 avril prochain

    Lien permanent

    ls seront 1.500, issus d’une trentaine de Patros de toute la province de Liège, à se donner rendez-vous au domaine de Farnières, du côté de Vielsalm, le 20 avril prochain. De 9h30 à 18h, ces enfants et adolescents âgés de 6 à 16 ans, s’apprêtent à vitre une journée qu’ils ne seront pas près d’oublier !

    « C’est un rassemblement provincial que nous organisons tous les quatre ans », introduit Magali Ptak, coordinatrice de la communication (photo). « Nous invitons les membres de toutes les régionales liégeoises du Patro – de Huy-Waremme, Liège, Visé, Verviers et Ourthe-Amblève/Condroz –, soit une soixantaine de Patros en tout, à se rassembler pour vivre un moment fédérateur et se rencontrer entre eux. La moitié a répondu positivement », résume-t-elle.

    Ce sont, au total, environ 60 bénévoles qui préparent cet événement depuis près d’un an et demi. « Tout au long de la journée, des animations (170 au total, NDLR !) sont organisées autour d’un thème. Celui de cette édition est « Sauver la terre », en lien avec les préoccupations actuelles. Un tas d’activités seront donc organisées en fonction de l’âge de l’enfant. Ceux-ci seront divisés en groupes et chacun d’eux se verra attribuer un continent. Les plus petits, les Benjamins, devront sauver l’Océanie, tandis que les Chevaliers et les Étincelles devront défendre l’Amérique latine… et ainsi de suite. Chaque patronné devra faire preuve de solidarité pour arriver à un but commun : réunir les six continents. »

    Au-delà de l’amusement et du rassemblement, le but recherché ici est donc aussi – par le biais d’une activité ludique — de sensibiliser les plus jeunes à l’univers qui les entoure. Et à la nécessité d’en prendre soin. « Les valeurs et la philosophie de notre mouvement se retrouvent de manière concrète dans ce projet. On parle ici d’apprendre par le jeu, à la fois source de plaisir, d’esprit d’équipe, de fair-play, de connaissance de soi et de ses limites… »

    Et concrètement, cela donne quoi ? « Pour les plus grands, on peut s’attendre à un escape game par exemple, toujours un des thèmes cité précédemment », explique Magali Ptak, « ou des courses relais pour les plus petits, des puzzles géants. »

    C’est donc du côté de Vielsalm que ces jeunes vivront cette journée hors du commun. « Il est vrai que nous ne sommes pas en province de Liège, mais cela n’a pas été simple de trouver un endroit capable d’accueillir autant de monde et qui offre également suffisamment de logements. Mais l’esprit liégeois sera bien là ! » Le tout sera clôturé par un spectacle lors duquel tous les patronnés seront réunis.

    EMILIE DEPOORTER

    Source 

  • Le montant dépensé par les partis politiques reconnus, pour les élections communales, provinciales et CPAS en 2018

    Lien permanent

    La Commission de contrôle des dépenses électorales vient de publier le montant dépensé par les partis politiques reconnus, pour les élections communales, provinciales et CPAS du 14 octobre dernier.

    Chacun des quatre grands partis était limité à 372.000 € de dépenses. Résultat : tous les partis sont restés sous le maximum autorisé.

    Le plus dépensier a été le cdH avec 302.186,65 € dépensés. Le MR arrive deuxième avec 271.152,22 € dépensés. Le PS arrive 3e avec des dépenses pour 222.763,32 €. Ecolo arrive loin derrière avec 148.569,92 € dépensés pour sa campagne d’octobre.

    Le PTB était, lui, limité à 75.000 €, car il présentait moins de 50 listes dans les différentes communes. Le parti de gauche est resté bien en dessous avec 49.853,46 € réellement dépensés.

    La Commission de contrôle a constaté que ni le président du tribunal de première instance ni aucun électeur ou candidat n’ont formulé de remarques au sujet de ces montants déclarés par les partis.

    Tous les partis tenus de déposer cette déclaration de dépenses (et l’origine des fonds) ont respecté cette obligation dans le délai légal prescrit. La commission n’a pas constaté d’infraction.

    Depuis l’affaire agusta

    On notera que chaque liste et chaque candidat sont aussi limités dans leurs dépenses électorales. Les maxima varient selon le nombre d’électeurs inscrits.

    Un candidat sur Mons par exemple est limité à 4.484,35 € (74.474 € pour une liste), un candidat sur Anderlues n’a droit qu’à 1.250 € (10.391 € pour la liste). Un candidat aux communales à Liège pouvait dépenser jusqu’à 5.982,46 € (98.402,96 € pour une liste).

    D’où vient l’argent des partis ? De leur patrimoine et aussi des dotations qu’ils perçoivent de l’État. Les dotations ont été instaurées après l’affaire Agusta.

    Un candidat reçoit de l’argent de son parti mais doit aussi y aller de sa poche.

    F. DE H.

    Source 

  • Les Jeunes Naturalistes du Condroz vous invitent à la Le samedi 20 AVRIL 2019

    Lien permanent

    Les Jeunes Naturalistes du Condroz vous invitent à la Le samedi 20 AVRIL 2019
    À FRAITURE E/C


    10h : BALADE NATURE (sur inscription) : À la découverte de la nouvelle réserve naturelle de Nandrin (La Falie – Rue des Martyrs) Créée en 2018, la réserve est située sur un coteau orienté plein sud. Sur un sol calcaire se développeront peu à peu des plantes thermophiles. Quelques mois après le déboisement du site, il sera intéressant de découvrir les espèces pionnières.
     Inscription par mail : eloypaul@gmail.com
    À 16h : VISITE DU CENTRE NATURE des classes maternelles de l’école SaintMartin de Nandrin Ateliers pour les enfants de 3 à 8 ans : jeux, constructions, activités sensorielles…


    À 16h30 : DÉMONSTRATION de TOURNAGE par Tom Leroy Jeune artisan autodidacte, Tom réalise toutes sortes d’objets en bois. Vous le verrez à l’œuvre : champignons, écuelles, toupies, bouchons, porte-clefs… Du grand art ! À 18h00 : BARBECUE (réservation obligatoire au 085/512836) À 21h00 : ANIMATION MUSICALE

    Adresse de la fête : Rue Bouhaye n°36 à Fraiture/Condroz

  • Cabaret chantant le dimanche 5 mai 2019 à 14 h

    Lien permanent

    Quoi: Cabaret Chantant
    Où: Salle du Gymnase Communal d'Amay,
            1 rue de l'hopital, 4540 Amay

    Quand: Le dimanche 5 mai 2019 à 14h.

    Public cible: Pas de public cible selon notre avis.

    Prix d'entrée: 12€ ATTENTION Prévente à 10€ Par téléphone, par virement (non obligatoire) ou en vente à la boulangerie RIGA. Le prix plein est d'application le jour de l'évenement sauf si il resterait des places en préventes.

    Description (si vous jugez intéressant de la modifier un peu, vos conseils sont les nôtres):

    Pour la première fois à Amay, venez passer une après-midi récréative dans l'atmosphère des cabarets d'antan avec la troupe "Fantaisie".

    Vous profiterez d'un spectacle riche en chansons, sketchs et rires à gogo.

    Nous vous concoctons un programme extraordinaire à prévoir vos mouchoirs.
    Venez nombreux, vos amis sont nos amis et sont les bienvenus également.
    Réservations souhaitées au 0496494190 ou vente d'entrées à la boulangerie "Riga

  • Anne Frank , une histoire d'aujourd'hui du 4 mai au 22 mai 2019

    Lien permanent

    ann2.jpg

  • Les incapacités de travail de courte durée en hausse

    Lien permanent

    « Les Belges n’ont jamais été aussi préoccupés par leur santé, leur alimentation, l’importance de bouger, les dangers de la cigarette, etc. Et au travail aussi, une attention accrue est portée aux symptômes de stress, à l’ergonomie, à la sécurité… Pourtant, il semblerait que nous n’arrivions pas à réduire l’absentéisme de courte durée, bien au contraire », s’est étonné Peter Tuybens, le directeur d’Acerta, auprès de nos confrères.

    Divers facteurs influencent le taux d’absentéisme de courte durée chez les travailleurs, la taille de l’entreprise en est un : le nombre d’absences de courte durée est deux fois plus important dans les grandes structures (plus de 100 employés) que dans les petites (moins de 4 collaborateurs), selon l’étude d’Acerta. Le même type d’écart apparaît en fonction du secteur : 60 % des travailleurs n’ont pas été malades un seul jour dans le secteur marchand, contre 35 % dans le secteur non marchand.

    Si le généraliste M. Bernier – interrogé par le journal Le Soir – n’a pas remarqué d’augmentation notable des incapacités de travail de courte durée au sein de sa patientèle, il observe toutefois un autre phénomène, en augmentation celui-là : « Des salariés, employés ou ouvriers, refusent les incapacités de travail qu’on leur prescrit, de peur de se faire licencier. Ça, je l’observe de plus en plus, et c’est quelque chose de nouveau. »

    Coût pour la société

    L’incapacité de courte durée représente un coût pour l’entreprise, qui doit assumer le salaire garanti du travailleur jusqu’à trente jours d’incapacité. Au-delà, c’est la mutualité qui prend le relais, et octroie un revenu de remplacement.

    Source