• N° 5 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré du journal « Carrefour Été 1995 » en page 9.

    Le 5ème « Souvenir » est un reportage lors de la montée du Club en 2ème et écrit par l’équipe qui réalisait le bulletin communal « Carrefour » à l’époque.

    RCS TEMPLIERS : Enfin la 2ème Provinciale pour la saison prochaine !

    A l’aube de son 75ème anniversaire (1921-1996), le Royal Cercle Sportif Templiers est champion de la 3ème Provinciale C.

    Voici plusieurs saisons que l’équipe 1ère échoue sur le fil.

    Enfin ! Après un parcours exemplaire en Coupe de Belgique, vainqueur notamment de l’Union Hutoise, mais éliminé avec honneur par un club de la région anversoise, Cappelen (division III nationale), les Templiers n’ont cessé de dominer le championnat 1994-95 de leur série.

    A 3 journées de la fin, c'était la consécration. Le 16 avril 1995, sur le terrain d’Ouffet, dans la joie que l’on devine (Voir la photo), les hommes de l’entraîneur Francis Buron, offraient au comité et aux fidèles supporters, le titre tant convoité.

    Au nom du RCS Templiers, Monsieur Dany Poncelet, secrétaire, nous écrit :

    MIEUX CONNAITRE NOTRE CLUB.

    Le Cercle Sportif Templiers aura 75 ans au cours de la saison 1995-96.

    Notre club évoluera après de nombreuses années de pénitence, en 2ème Provinciale A. Pendant la saison qui vient de s’achever, nos joueurs nous ont laissé beaucoup de promesses pour l’avenir.

    Un nombre considérable d’affiliés est venu rejoindre les rangs du RCS Templiers. Cela débouche sur la possibilité de créer des équipes dans toutes les catégories d’âge (parfois deux).

    Ainsi, notre club entame une seconde jeunesse et, pour cela, nous encadrons nos jeunes par des garçons plein de dévouement et de connaissances footballistiques, le tout teinté de notions pédagogiques.

    Inscriptions et renseignements : Monsieur Dany Poncelet …

    t95a.jpg

    t 95 b.jpg

     

     

    La saison 1994-95 est une belle année pour Templiers ; des jeunes aussi sont CHAMPIONS

    Les diablotins de Templiers, catégorie réservée aux enfants de 6 à 8 ans, évoluaient cette saison, dans la série 13 et en furent l'équipe la plus régulière. Ils enregistrèrent une seule défaite lors de la première journée de championnat à Marchin. Par la suite, deux matches nuls contre Les Avins et Modave, et quinze victoires les récompensèrent de leurs efforts. L'une des plus belles de ces victoires fut sans aucun doute, celle arrachée 1-0 lors du match retour contre Marchin, au cours d'une rencontre haute en intensité.

    Au-delà de cette belle régularité, les responsables de l'équipe sont fiers de leurs petits gars pour la mentalité exemplaire qu'ils ont témoignée tout au long de la saison. Celle-ci leur a permis de progresser tant au niveau individuel que collectif, pour nous permettre d'assister à d'agréables rencontres ponctuées d'actions de jeu de belle facture, dignes d'un match de grands.

    Aujourd'hui, les plus « chevronnés » sont parés pour effectuer le grand saut vers la catégorie des préminimes, tandis que les autres pourront épauler efficacement les petits nouveaux qui vont les rejoindre à l'aube du prochain championnat.

    A tous, nous souhaitons une bonne continuation dans la discipline qu'ils ont choisie et que, pour la plupart, ils vénèrent. Par amour pour ce sport, qu’ils conservent à la fois le respect de l'adversaire, le goût de l'effort qui leur permettra de progresser encore, et cet esprit de camaraderie qui fut la véritable empreinte de leur remarquable saison !

     

    t95c.jpg

    Au RCS Templiers, avec une équipe de Diablotins victorieuse de sa série et une équipe de Préminimes championne, la relève semble bel et bien assurée à long terme …

    Félicitations à tous !

     

    L’équipe des Diablotins Champions lors de la saison 1994-95

     

    « CARREFOUR » présente à tous ceux qui ont œuvré pour ces succès, ses sincères félicitations et leurs souhaite une fructueuse saison 95-96.

     

    Le prochain « Souvenir » reprendra « la carte de visite RCS Templiers en 1996 écrite par Hugues Dorzée.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • «Vivre Nandrin» boycottera le Conseil communal aujourd'hui 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le Conseil communal doit être convoqué par le Collège au moins 7 jours francs avant le jour fixé (ce qui implique que le jour de réception de la convocation et le jour fixé pour la réunion ne sont pas comptés).

    Le groupe d’opposition Vivre Nandrin, formé notamment par deux anciens échevins de la majorité, affirme avoir reçu la convocation hors délai.

    « La majorité d’entre nous, y compris le chef de groupe, l’a réceptionnée le 8 avril alors que le Conseil a lieu le 15.

    Ce n’est pas correct, d’autant qu’on est en période de vacances et que le bourgmestre avait annoncé au Conseil de mars qu’il ne devrait pas y avoir de nouvelle séance avant le 7 mai.

    Certains mandataires ont donc décidé de s’absenter. Si le législateur a laissé 7 jours francs, c’est pour laisser le temps aux conseillers de préparer les points à l’ordre du jour, d’autant que Vivre Nandrin réunit l’ensemble du groupe, pas que les conseillers.

    C’est trop court.

    La majorité n’a même pas pris la peine de téléphoner aux chefs de groupe », fustige Daniel Pollain.

    « Cela rend quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires », ajoute-t-il.

    Le groupe d’opposition réclame donc qu’une nouvelle date de Conseil soit fixée, sous peine de boycotter la séance et de prévenir l’autorité de tutelle.

    « Les points examinés sont susceptibles d’être caducs puisque la convocation est irrégulière », estime-t-il.

    Le chef de groupe aurait aimé discuter de la nouvelle mouture du Règlement d’ordre intérieur du conseil communal qui figure à l’ordre du jour.

    Celle-ci prévoit la suppression du règlement des commissions, « or ce sont des lieux de réflexion et de travail commun », ainsi que la disparition des questions posées par les conseillers communaux au sein du procès-verbal du Conseil, ce que l’opposition estime être un manque de transparence à l’égard du citoyen.

    « Une tempête dans un verre d’eau »

    Les deux autres groupes d’opposition, Tous Ensemble et PNc, seront quant à eux bien présents lundi, ils affirment avoir reçu la convocation par coursier vendredi 5 avril, donc dans les temps. Quant au bourgmestre, il qualifie la sortie de VN de « tempête dans un verre d’eau ».

    « Nous avons dû prévoir un Conseil en urgence car deux points importants se sont ajoutés en dernière minute. En tant qu’ancien échevin, M. Pollain devrait savoir qu’une fois le Conseil convoqué, le Collège n’a plus la main, c’est le Conseil lui-même qui peut fixer une nouvelle date... »

    Pour le ROI, le bourgmestre rétorque qu’aucune commission n’a jamais été mise sur pied à Nandrin et le Conseil est un espace de débat suffisant, et que la non retranscription des questions d’actualité facilite le travail du directeur général.

     

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Une nouvelle agence immobilière route du Condroz à Nandrin

    Lien permanent

    Actif sur Durbuy depuis 50 ans, le gérant, Daniel Antoine, a décidé de se diversifier. L’objectif ? Couvrir un champ d’activités plus large qui court de Durbuy à Liège. « Nandrin est idéalement situé à 20 kilomètres de Durbuy, d’un côté, et à 20 kilomètres de Liège, de l’autre côté. C’est donc l’endroit idéal pour étendre nos activités dans le Condroz et autour de Liège », explique Julian Henrotin (28), agent immobilier.

    Avec son bon ami, Kévin Thône (30), expert immobilier, ils connaissent très bien la région. Ils ont tous les deux fait leurs études à Liège. Kevin, lui, est originaire d’Anthisnes. « J’y ai vécu pendant plus de vingt ans. C’est un endroit que j’aime et que je connais mieux », précise Kévin Thône. Julian lance, amusé : « Mais on était prédestiné à travailler ensemble. A plusieurs reprises, quand on sortait, on s’est déjà dit qu’on devait bosser tous les deux. Et puis, je parlais beaucoup de la bonne ambiance dans la boîte à Kevin donc c’est comme si il avait toujours travaillé avec nous ».

    L’agence « Antoine Immo » est située à deux pas de la future agence « Bertrand », en travaux pour l’instant. C’est surtout Kévin qui assurera les permanences à l’agence de Nandrin, et la concurrence ne l’inquiète pas : « La concurrence attire les clients. Le territoire que nous couvrons est vaste. Je pense qu’il y a assez de travail pour tout le monde. Sur le Boulevard d’Avroy à Liège, il y a dix agences immobilières et pourtant tout le monde survit ».

    Des biens pour tous les goûts

    Jeune travailleur ou châtelain fortuné ? « Antoine Immo » s’occupe de tous les budgets, pour vendre, acheter ou louer. « On prend en charge les petits biens comme les châteaux prestigieux. Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. On vise vraiment tout le monde », explique Kévin. « On n’est pas des novices non plus. On profite de l’expérience et de la notoriété de l’agence de Durbuy, qui nous permet d’avoir beaucoup de moyens au niveau marketing, notamment. Cela nous aide à être très libre ». Drone, montage photo et vidéo, support administratif et technique... Il s’agit ici d’une équipe déjà expérimentée.

    Les jeunes agents ont déjà vendu trois biens depuis le début des activités de la nouvelle agence : « A Anthisnes, à Comblain-au-Pont et à Liège... En seulement deux mois ! Il faut dire qu’il y a du passage par ici et qu’on a une très bonne visibilité. Avec la boulangerie qui ouvre tôt et la pizzeria qui ferme tard, les gens passent toute la journée. Maintenant, il faut maintenir le cap ».

    ESTELLE FALZONE

    Une permanence cinq jours par semaine

    Horaires : Kévin Thône assure une permanence cinq jours semaine. En pratique, l’agence est ouverte le matin à partir de 9h du lundi au vendredi. Les après-midis sont dédiés aux rendez-vous et les visites. Les visites le samedi se font aussi sur rendez-vous. L’expert immobilier précise qu’il est flexible au niveau des heures.

    Contact : L’agence réalise des vidéos pour les biens prestigieux, publiées sur YouTube. Elle a un site internet (antoineimmo.be) et une page Facebook (Antoine Immobilier). Il est possible de contacter les agents par téléphone : 085/21.56.76. ou par mail : info@antoine.immo.be.

    Ouverture officielle le jeudi 18 avril à 17h

    PAR E.F

    Source 

  • Maria est la seule centenaire de la commune de Nandrin

    Lien permanent

     

     

    Un moment émouvant qu’elle a partagé avec sa famille, et en particulier sa petite-fille, Laurence (40). Malheureusement, Maria est atteinte de surdité depuis l’âge de deux mois. Elle a tout de même prononcé quelques mots lors d’un bref discours : « Je suis heureuse d’être ici avec tout le monde mais je ne pensais pas vivre aussi vieille ». 

    En temps normal, Maria communique avec les gestes et l’écriture. C’est donc sa petite-fille qui nous parle en son nom aujourd’hui : « Elle a la chance d’avoir toujours été en bonne santé. Elle aime sortir et s’amuser. C’est peut-être ça le secret de sa longévité ».

    Quand sa grand-mère atteint l’âge de 90 ans, Laurence doit prendre la douloureuse décision de la placer dans un home : « C’était un choix difficile car je sais qu’elle aurait aimé rester chez elle toute sa vie », explique Laurence, la voix tremblante. Elle raconte « J’ai perdu mon papa, son fils unique, en 2000 et ma maman il y a cinq ans. J’étais très proche de mes grands-parents donc je me suis beaucoup reposée sur eux quand ça n’allait pas. Ma grand-mère est la personne la plus chère à mon cœur et quand mon grand-père est décédé, elle a pris une place encore plus importante dans ma vie parce que je m’occupais tout le temps d’elle ». 

    Laurence décrit sa grand-mère comme une femme forte et têtue : « Quand elle a quelque chose en tête, ça ne sert à rien d’essayer de la faire changer d’avis. Elle a son caractère. Mais en même temps, elle a une joie de vivre exceptionnelle ». Même si elle ne s’exprime pas bien, le visage de Maria en dit long. Les joues rougies, elle semble intimidée par toute l’attention qu’elle reçoit. Pourtant, selon les mots de sa petite-fille, elle mérite amplement cette célébration. Assises une à côté de l’autre, la mamy et la petite-fille n’ont pas besoin de s’entendre ou de se parler pour se comprendre. « A ce rythme-là, elle va vivre 100 ans de plus », sourit Laurence.

    Une page de l’histoire

    Entourées des autres résidents, Maria a célébré ce cap symbolique en musique et en cadeaux. La journée lui était entièrement dédiée. Le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens, a d’ailleurs tenu à être là pour honorer la vie de la centenaire : « Maria est la troisième centenaire dont je fête l’anniversaire en sept ans. A chaque fois, c’est un moment spécial. On partage un moment intime et heureux de la vie de nos concitoyens. De plus, une personne centenaire a, en elle, toute une page de notre histoire collective. Quand Maria est née, par exemple, les femmes n’avaient pas le droit de vote. Il a fallu attendre une guerre de plus et quelques années avant qu’elles ne l’obtiennent ».

    Le bourgmestre n’est pas arrivé les bras vides. Très émue, Maria a reçu la photo dédicacée du Roi et de la Reine. Elle a également eu un bouquet de fleurs de la part des autorités communales.

    «Elle est choquée par la taille du céleri!»

    Le monde a changé en 100 ans et Maria a pu témoigné de tous ces changements mieux qu’aucun historien. Née juste après la Première Guerre mondiale, Maria Vanhove a traversé la Seconde Guerre mondiale. Cependant, ce n’est pas la guerre ou les révolutions qui l’ont marquées, mais plutôt... les modes de consommation.

    « Quand elle était petite, ses parents avaient un grand potager. Sa famille vivait donc essentiellement des fruits et légumes qu’elle récoltait avec ses parents. A l’époque, apparemment, les légumes étaient plus petits. Maintenant, tout est génétiquement modifié. Cela a toujours choqué ma grand-mère », rigole Laurence, sa petite-fille. « La spécialité culinaire de ma grand-mère, c’était le céleri farci. On en fait plus trop aujourd’hui parce que le céleri est beaucoup trop gros ! C’est elle qui m’a fait découvrir ce plat d’ailleurs. Comme le céleri était plus petit avant, c’était plus facile de le farcir. Quand ma grand-mère allait encore faire les courses elle-même, c’est ça qui la choquait le plus ! ».

     

    PAR E.F

    Source 

  • Freddy Tougaux est « unique comme tout le monde » le 20 avril 2019 au centre culturel

    Lien permanent

     

    Freddy, si je vous dis Amay, ça vous fait penser à quoi ?

     

    On était venu pour le Grand Cactus pour la fête du 1er mai il y a deux ans et on avait rencontré le bourgmestre, qui d'ailleurs aime beaucoup les caméras. Je me souviens d'une kermesse locale et l'effet de chute de la vidéo était excellent aussi, donc j'y reviens avec plaisir.

    Votre spectacle «Je suis unique comme tout le monde », ça parle de quoi ?

    En gros, c'est la trajectoire de Freddy qui est un Mr tout le monde. A cause de la chanson «Ca va d'aller », il se retrouve sur scène où il passe du domaine social à l'artistique et il devient donc un expert en communication. Il se présente au public et ça promet de nombreuses surprises et interventions avec le public.

    Ce personnage est inspiré de quelqu'un en particulier ?

    Je me suis inspiré des gens qui m'entourent. Il y a beaucoup de mon père pour le côté discours puis il y a la musicalité de l'accent qui reste naturel. Il y a aussi un mix d'anciens collègues à la Ville de La Louvière ou le directeur de mon école primaire avec un mélange de sagesse et de maladresse populaire. J'essaie vraiment d'être le plus authentique possible avec le personnage de Freddy. Tout le monde a un Freddy autour de lui.

    Comment choisissez-vous vos endroits pour le micro-comptoir du Grand Cactus ? Vous avez carte blanche?

    Le comité de rédaction choisit les trois thèmes de l'émission et j'en traite un des trois. A partir de là, je choisis l'endroit où on le tourne. Il y a parfois des évidences mais la difficulté se corse puisqu'on va maintenant dans les cafés donc il faut aussi trouver le bon endroit. C'est là qu'on trouve les vrais gens. Je suis souvent surpris positivement des rencontres, ils acceptent le rire, c'est une preuve d'intelligence.

    Que diriez-vous aux spectateurs pour les inciter à venir ce 20 avril à Amay ?

    Les gens sont souvent bloqués sur l'image du Freddy Tougaux qui fait sa chanson. Avec le Grand Cactus, ça me permet de montrer quelques facettes différentes mais sur scène, je m'éclate énormément au contact avec le public où Freddy peut se montrer un peu philosophe, poète, il est assez touchant. Je n'ai pas envie d'un personnage rigolo potache donc ce spectacle est plutôt multi-facettes.

    Freddy Tougaux sera en spectacle au Centre Culturel d'Amay le 20 avril à 20h30 avec son spectacle « Je suis unique comme tout le monde ». PAF : 25 euros. Infos et réservations : 0493/215406 ou la page Facebook Cedrole.

     Par 

    CEDRIC MONTULET

    Source