Ils risquent de perdre leur mandat

Lien permanent

Chaque année, c’est le même scénario. Bien qu’étant obligatoire, la transmission par l’ensemble des mandataires locaux au sud du pays (communes, CPAS, provinces) de leurs différents mandats à l’administration wallonne n’est pas une réalité pour chacun. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le constat est particulièrement vrai cette année.

Ainsi, le gouvernement wallon s’est penché sur celles et ceux qui n’ont pas communiqué leur déclaration 2018, qui porte donc sur les mandats locaux occupés durant l’année 2017. La liste est importante, puisque qu’on parle ici de pas moins de 220 personnes concernées !

Il faut dire que l’année dernière était en effet un peu particulière à deux égards. Tout d’abord parce que le décret « gouvernance » a été considérablement renforcé dans la foulée du scandale Publifin. Ainsi, auparavant, seuls ceux qui sont toujours élus à l’heure actuelle pouvaient être sanctionnés. Désormais, ce n’est plus le cas, puisque la seule chose que l’on regarde, c’est le mandat occupé durant l’année contrôlée, en l’occurrence 2017, pour une déclaration de mandats à rendre en 2018. Ensuite, et cela découle du premier point : tous ceux qui occupaient un mandat au cours de l’année contrôlée peuvent, eux aussi, être sanctionnés, même s’ils ne sont plus élus actuellement.

Et les sanctions en question peuvent être importantes, puisque l’on parle ici d’une déchéance du mandat politique, mais également une inéligibilité durant six ans !

Concernant la liste arrêtée par le Gouvernement wallon ce jeudi matin à proprement parler, celle-ci est importante. Elle compte 220 noms. Dans le détail, cela concerne 28 élus actuels qui ne sont pas en ordre ; un élu actuel en affaires courantes, à Neufchâteau (où il n’y a pas de majorité formelle car une instruction judiciaire est en cours, NDLR), pas en ordre et, enfin, 191 personnes qui n’occupent à l’heure actuelle plus de fonction politique car elles n’ont pas été réélues le 14 octobre dernier ou simplement parce qu’elles ne se sont pas représentées.

La liste désormais figée, tous les individus concernés vont recevoir un ultime rappel à l’ordre. Et pour les derniers réfractaires, une sanction sera alors prononcée.

GASPARD GROSJEAN

Source 

Fabrice Cantanzaro: «Je l’ai envoyée!»

Fabrice Cantanzaro, conseiller cdH (opposition) à Engis, figure sur la liste des mandataires qui n’ont pas renvoyé leur déclaration de mandat en 2018 et s’en étonne. « Je ne comprends pas ! Je l’ai bien envoyée pourtant… Le courrier a dû se perdre. Je vais recommencer. »

À l’initiative du bourgmestre Serge Manzato, épinglé dans l’affaire Publifin, la commune d’Engis dispose d’une page « Transparence et gouvernance » où les élus peuvent déclarer (sur base volontaire) leurs différents mandats et revenus professionnels. Sur les 17 élus, cinq ont fait la démarche. Une démarche que Fabrice Cantanzaro n’a pas effectuée : « C’est ma vie privée, avance-t-il. Je suis un petit mandataire qui touche 75 euros bruts pas conseil. C’est le seul mandat que j’ai, c’est dérisoire. »

Mais à propos de la déclaration de mandat, il assure avoir fait la démarche et espère que « l’erreur » sera vite rectifiée « Je veux poursuivre mon mandat, c’est important pour moi » assure-t-il.

A.BT

Willy Franckson (PS) : « C’est volontaire »

 

 

 

L’ancien conseiller communal PS (pendant 18 ans), qui ne s’est pas représenté aux dernières élections, ne s’en cache pas, il n’a pas envoyé sa déclaration. « Je l’ai fait volontairement car la politique me dégoûte. On est du même parti mais quand Serge Manzato dit qu’il n’a de comptes à rendre à personne, ça ne me donne pas envie d’être candidat. De plus, je trouve que c’est toujours les petits (conseillers communaux et conseillers CPAS) qui sont pénalisés, pas les gros bonnets », estime-t-il. Relevons néanmoins que la liste des mandataires défaillants comprend également des échevins et présidents de CPAS.

A.G.

Didier Maka ne comprend pas

Didier Maka, ex-conseiller communal d’opposition à Nandrin, tombe des nues face à la liste publiée. « Je l’ai envoyée deux fois, ma déclaration ! Je ne comprends pas. J’aurais peut-être dû l’envoyer par recommandé et pas par courrier simple. J’ai reçu une lettre me signifiant qu’il est trop tard désormais. » Il reste cependant une chance aux (anciens) élus de se rattraper avant la prise de sanctions. « Cela m’embête d’un point de vue personnel car je n’ai rien à me reprocher. Je l’ai fait les autres années, je ne vois pas l’intérêt de ne pas le faire la dernière année… » Didier Maka a siégé au conseil du CPAS avant de « monter » au conseil communal de Nandrin en remplacement de Jeannick Piron, au sein du groupe Pour Nandrin citoyenne. Il n’était pas sur les listes au dernier scrutin communal.

Muriel Lamoline: «De la négligence»

 

Également ex-élue, Muriel Lamoline reconnaît ses torts. « Je n’ai pas encore envoyé ma déclaration, c’est de la négligence, je l’avais perdue de vue et c’est en faisant un tri dans mes papiers que j’ai redécouvert le document », sourit-elle. Muriel Lamoline a été conseillère communale au sein de la majorité IC pendant 12 ans. Elle a choisi de ne pas se représenter aux dernières élections « suite à des soucis de santé ».

 

A.G.

Frédéric Linsmeau: no comment

 

 

Frédéric Linsmeau (MR), l’ancien président du CPAS de Villers-le-Bouillet n’a pas non plus rempli sa déclaration en 2018, pour le mandat de 2017. Contacté par nos soins, il a expliqué qu’il comptait quitter la politique à l’époque et qu’il n’avait dès lors pas effectué cette démarche.

« Je ne souhaite pas m’exprimer sur le sujet, a-t-il ajouté. Je ne suis plus en politique, et je préfère désormais l’ombre à la lumière ».

A.BT

Emilie Grégoire: «Un oubli et une négligence coupables»

 

Ancienne conseillère de la majorité sous la précédente mandature, Émilie Grégoire reconnaît un oubli. « Je me suis retirée en cours de mandature. J’ai cédé ma place. J’ai négligé cet aspect administratif, ce n’est pas bien », concède Émilie Grégoire. La Braivoise a quitté le Conseil communal en 2017. Émilie Grégoire a brièvement justifié sa négligence : « Je n’ai pas rempli cette obligation. J’ai changé de travail et je suis tombée enceinte. Je n’ai rien caché, j’ai simplement oublié. » La Braivoise ne s’est d’ailleurs pas présentée au dernier scrutin local.

Berloz a connu une situation identique avec Ermersone Pelzer, élue en 2012 qui n’a pas rempilé.

La liste de nos élus dans le viseur 

Parmi les 28 élus actifs qui n’ont pas rentré leur déclaration, il y en a deux de Huy-Waremme : Fabrice Catanzaro (conseiller communal à Engis) et Carine Lodewyckx (conseillère CPAS à Anthisnes).

Sur les 191 anciens mandataires n’ayant pas rentré cette déclaration, il y en a 16 de Huy-Waremme. Ils n’ont pas été réélus ou ont arrêté la politique :

Willy Franckson (Amay) ; Christelle Furlan (Héron) ; Emilie Grégoire (Braives) ; Jean-Pierre Halleux (Engis) ; Charlotte Hamende (St-Georges) ; Pascal Hocq (Berloz) ; Julien Hoyois (Engis) ; François Jaymaert (Geer) ; Dora Juen (Wanze) ; Muriel Lamoline (Verlaine) ; Frédéric Linsmeau (Villers-le-Bouillet) ; Didier Maka (Nandrin) ; Emersone Pelzer (Berloz) ;Denise Renaux (Amay) ; Julien Somville (Hannut) ; Perpétue Uwimana (Braives).

 

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel