N° 1 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

Lien permanent

Non, ce titre n’est pas une erreur, à ces débuts, le club au Matricule 00392 s’appelait bien le « RCS Templiers » pour devenir, par la suite, « La Royale Entente Sportive Templiers-Nandrin ou RESTN ».

Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.

Le 1er « Souvenir » est une interview d’Edmond Clajot rapportée par HD (Hugues Dorzée - je suppose).

 

« Même battus, nous rentrions en chantant !

La gloire des valeureux Templiers, Edmond Clajot s’en souvient très bien. Il évoque pour nous les débuts du club rouge et noir. L’époque des Delfosse, Houlemont, Gillet et d’autres joyeux drilles.

 

Officiellement, la naissance du club remonte à 1921, mais il paraît qu’il existait bien avant ça.

Effectivement, il y avait un club d’amis qui organisait régulièrement des matches sur le terrain de la Tour au Bois, dans la campagne de Clémodeau, à Villers-le-temple. Ils se retrouvaient pour taper le ballon sur un terrain rempli de bosses ! Il y avait des tournois inter régions très animés.

 

Une fois créé, le club a déménagé derrière la Commanderie.

En effet, nous allions jouer sur un terrain situé dans la campagne, à l’arrière de la propriété. Il n’y avait pas de vestiaire, on se déshabillait dans le café du village tenu par Châtelain, l’homme à tout faire du Club, un sacré personnage ! On traversait le village, fiers comme des paons, vêtus de notre équipement rouge et noir, pour aller disputer les matches. En hivers, on devait préparer un petit feu de bois avant la rencontre. Plus d’une fois, il refoulait, il y avait tellement de fumée qu’on allait se rhabiller dehors.

 

Vous avez joué pendant 19 ans, de 1932 à 1948. Quels souvenirs conservez-vous de cette époque ?

C’était l’époque des Radelet, Houlemeont, Gillet, Nivarlet, on formait une fameuse bande. Je me souviens de déplacements mémorables à bord de la camionnette du boulanger où dans le camion de Lomba, on payait 5 Frs pour le voyage. Gagnant ou battus, on revenait en chantant ! C’était la fête tous les dimanches. Les 20 Frs d’argent de poche étaient rapidement consommés !

 

Et puis, il y avait ce fameux derby Templiers-Union Condrusienne…

On en parlait un mois à l’avance. Entre eux et nous, c’était la guerre froide. On ne pensait qu’à une chose, battre le rival de Fraineux. On a vécu quelques beaux matches particulièrement engagés. Et puis, quand Templiers gagnait, on sortait le drapeau. Tout Villers était en fête.

Le drapeau du club, aux couleurs des croisés, c’est Albert Defays qui nous l’avait offert. On était fiers d’appartenir à Templiers, c’était un club qui avait une excellente réputation dans la région. »

L’équipe qui évolua en 1948

1.jpg

Le prochain « Souvenir » sera une interview de René Pâques et de Joseph Radelet, toujours par HD.

 

Article de l’équipe du Blog.

Commentaires

  • Si je me souviens, n'ont-ils pas jouer sur un terrain rue Les Communes, en face des anciens ateliers Rorive. Je me souviens y être venu avec mon père(joueur à Plombières vers les années 50)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel