Benoît Tilman à la présidence de l’Entente Sportive Hesbaye-Condroz.

Lien permanent

 

Monsieur Tilman, comment vous êtes-vous retrouvé à la présidence de l’Entente Sportive Hesbaye-Condroz ?

 

J’étais déjà membre de l’assemblée générale et du conseil d’administration depuis quelques années. Depuis quelques semaines, un vent de renouveau souffle sur l’Entente Sportive Hesbaye-Condroz. Lorsque Marc Derenne, l’ancien président a annoncé qu’il se retirait, j’ai proposé ma candidature et je me suis finalement engagé pour un mandat de trois ans. Vu l’expérience et l’expertise que j’ai pu acquérir lors de ma fonction de président à Jehay, ce poste m’intéressait car j’estime que le réseau de l’ancrage local des clubs peut amener des possibilités de développements sociosportifs en touchant le plus possible de jeunes.

 

Votre décision de quitter la présidence jehaytoise était motivée par un manque de temps en raison de vos responsabilités socioprofessionnelles. Le fait de devoir désormais travailler avec la cinquantaine de clubs de l’Entente Sportive Hesbaye-Condroz ne représente-t-il pas plus de travail ?

 

Non, c’est justement un nouveau challenge moins lourd que la gestion quotidienne d’un club où il faut quasiment être tous les jours sur le terrain. Poursuivre à la présidence de Jehay ne m’intéressait pas car je savais que je n’aurais plus autant de temps à consacrer au club. J’ai donc préféré céder ma place tout en restant dans le conseil d’administration. Le travail est assez différent au sein de l’Entente Sportive Hesbaye-Condroz où on compte une quinzaine d’administrateurs et où l’objectif est surtout la promotion du sport et la défense du football provincial.

 

Quels sont justement les objectifs que vous vous êtes fixés avec l’Entente Sportive Hesbaye-Condroz ?

 

La première chose que nous avons faite est de mettre en place des commissions de travail. Ensemble, nous avons défini plusieurs priorités. Nous désirons, par exemple, nous rapprocher des clubs via une communication plus moderne. Nous aimerions relancer des sélections Hesbaye/Condroz pour les jeunes car cela fait déjà quelques années que ces dernières n’ont plus eu lieu. Nous essayerons aussi d’organiser des tournois tout en essayant de nous répartir équitablement sur le territoire. Dans ce cadre d’idée, nous avons déjà prévu deux journées sportives fin mars et début avril en collaboration avec le club de Verlaine. Le but est d’encadrer les enfants et de les faire progresser d’un point de vue sportif. Il y aura également des actions fair-play et défenses des valeurs du sport.

 

Doit-on également s’attendre à des changements au niveau du Challenge Hesbaye-Condroz ?

 

Pas fondamentalement. Mais il y aura peut-être quelques petits changements dans le règlement de la compétition. C’est justement un point que nous examinerons lors de notre prochaine réunion. Cette compétition doit tenir compte des périodes de préparation des clubs qui, en début de saison, sont souvent demandeurs de matches amicaux.

 

Que retiendrez-vous de vos 7 ans à la présidence de Jehay et que souhaitez-vous pour le futur à votre club de cœur ?

 

 

Je suis assez satisfait de mon bilan. Ces dernières années, Jehay peut se targuer d’avoir réussi à recréer des équipes de jeunes tout en multipliant son budget par trois en dix ans. Ce dont je suis le plus fier c’est le rachat des infrastructures qui appartiennent désormais au club. J’ai également apprécié la communication et l’échange familial avec l’ensemble des bénévoles, joueurs et parents militant au sein du club. Au niveau sportif, je retiendrai l’évolution de notre équipe de P2 qui, après quelques années de pain noir, réussit actuellement une brillante saison en se positionnant à la seconde place en P2A. J’aspire à ce que le club travaille dans la continuité sans faire de folie afin de continuer à faire progresser le club. J’espère que notre équipe fanion parviendra à nous offrir une montée historique en P1 dans les prochains mois. Il faut également penser au renouveau en continuant à former des jeunes et en les encadrant convenablement. L’idéal serait que Jehay parvienne à décrocher un label assez rapidement. L’objectif n’est pas de devenir un club élite mais que Jehay garde son ancrage local et familial.

 

OLIVIER JOIE

Source 

Les commentaires sont fermés.