Le conseil communal de Nandrin Janvier 2019 dans la presse

Lien permanent

Les élus nandrinois ont été amenés à examiner le règlement de police sur la circulation routière rue des Quatre Bras, à Villers-le-Temple, mardi soir au Conseil.

On se souvient que les potelets rouges critiqués, avaient fini par être retirés. Seront installées à la place 4 chicanes (série d’obstacles sur la route de façon à imposer un parcours en zigzag NDLR), au printemps prochain. L’objectif est de ralentir la vitesse des automobilistes et d’améliorer de la sorte la quiétude des riverains. Le système sera testé pendant un an au moins, avant évaluation. Alain Henry (Tous Ensemble) a suggéré de ne pas placer de panneaux signalant la priorité de passage.

« Cela est le cas à Saint-Georges et on remarque que les conducteurs sont beaucoup plus fair-play que lorsqu’il y a des panneaux où les gens foncent pour garder leur priorité », a-t-il fait remarquer. « Nous avons l’obligation de respecter l’arrêté de police », a répondu Michel Lemmens. Alain Henry s’est abstenu.

Comme les autres communes, Nandrin a dû également se prononcer sur la révision du Schéma de développement du territoire. Ce document reprend un ensemble de mesures à moyen et long terme permettant à la Wallonie d’anticiper et de répondre aux besoins futurs de sa population.

Le Conseil a finalement remis un avis favorable conditionné, avec une note complémentaire. Pour le groupe d’opposition Vivre Nandrin de l’ancienne échevine de l’aménagement du territoire, l’avis de la commune « donne une franche impression que la commune de Nandrin ne se sent pas impliquée par ce document.

Nous avons l’impression que la majorité fait un aveu d’incompréhension des objectifs du SDT et de la manière dont elle peut les mettre en œuvre et qu’elle se referme sur elle-même … C’est regrettable ! »

Le point a été approuvé, malgré le « non » des conseillers de VN et de Marc Evrard. Le budget du CPAS a par ailleurs été voté, et la présidente de l’action sociale a prêté serment.

Un point a fait polémique en fin de conseil, le rapport de remboursement des frais de l’ancienne échevine Anne de Potter pour l’exercice 2018, à savoir 218 euros de frais de déplacement. Marc Evrard (PNc) a estimé « par les temps qui courent, de méfiance envers les politiques et de Gilets jaunes, que cette demande de remboursement était indécente, dans la mesure où l’échevine touchait déjà un salaire de 1.600 euros. »

Le bourgmestre lui a rétorqué que cela était parfaitement légal et lui a reproché vertement son intervention « abjecte ». Le point a été approuvé, Marc Evrard a voté contre et Alain Henry (TE), qui n’en pensait pas moins mais n’a pas pipé mot, s’est abstenu. En questions d’actualité, Daniel Pollain (VN) a réclamé la présentation d’une déclaration de politique communale dans les délais, le bourgmestre a répondu qu’elle le sera lors du prochain Conseil.

Article rédaction par - A.G.

Source 

Les commentaires sont fermés.