L’Église catholique belge livre pour la toute première fois, un rapport annuel sur ses activités, ses acteurs, son patrimoine, ses sympathisants

Lien permanent

De moins en moins de catholiques pratiquants

« L’Église catholique en Belgique: rapport annuel 2018 ». Téléchargeable sur le site catho.be

De la transparence, c’est dans l’air du temps ! L’Église catholique belge n’y échappe pas. Après deux années de travail, elle sort son tout premier rapport d’activité, avec une kyrielle de chiffres, pour la plupart inédits.

Dans la préface du document de 88 pages, le cardinal Jozef De Kesel précise qu’il faut aller au-delà des chiffres. « Vous trouverez dans cette brochure une abondance d’informations et de données chiffrées. Toutefois, une importante partie de la vie d’Église et le cœur même de la foi ne peuvent être appréhendés par le biais de statistiques. Ces chiffres montrent cependant aussi que nombreux sont ceux qui, dans notre pays, cherchent à témoigner, par leurs actes, du grand amour de Dieu pour les hommes. C’est ainsi que l’Église garde son importance dans la société contemporaine ».

Tous les chiffres détaillés ci-dessous se réfèrent à l’année 2016. Sauf ceux relatifs au nombre de pratiquants.

 En 2018, 52,76 % de la population belge se déclare catholique. Et 9,42 % de la population se déclare catholiques pratiquants, soit 1.071.853 personnes. En 2016, 20 % de la population belge francophone se déclarait pratiquante.

 On totalise 4.296 églises en Belgique : 2.550 en Wallonie et 1.746 en Flandre. Cela représente une moyenne de 250 pratiquants par église.

 75 églises ont été désaffectées entre 2012 et 2016 « par souci d’économie de moyens ».

 En 2016, on a enregistré 50.867 baptêmes, 41.060 confirmations et 7.859 mariages sacramentels. 52.200 jeunes ont suivi la catéchèse en préparation de leur confirmation.

1.240 « débaptisés »

 À l’inverse, on a enregistré 1.240 demandes de radiation du registre des baptêmes.

 On compte 2.774 prêtres diocésains, 2.205 prêtres d’un ordre religieux ou d’une congrégation et 601 diacres. L’Église s’appuie aussi sur 163.360 bénévoles. Il y avait, en 2016, 212 candidats à la prêtrise.

 Les 2.274 ministres du culte, actifs sur les 3.846 paroisses du pays, sont payés par l’État : leur salaire varie de 1.549 à 1.855 € net/mois,selon le nombre de paroisses à couvrir.

 Le hit-parade des pèlerinages : 1. Scherpenheuvel (800.600 pèlerins) ; 2. Oostakker (350.000) ; 3. Banneux (330.000) ; 4. Beauraing (77.000). À l’étranger, Lourdes attire pas mal de Belges : 16.768 en 2016.

 Il existe 379 ordres et congrégations en Belgique (278 en Flandre, 101 francophones) où vivent 10.262 religieux (dont 71 % de femmes). Ils sont très âgés. À Bruxelles et dans le Brabant wallon par exemple, 77 % de ces religieux et religieuses ont plus de 70 ans.

 Il y a eu 121.273 nuitées en 2016 dans les centres de retraite catholique : 24.850 à Banneux, 16.376 chez les Frères mineurs de Vaalbeek, 14 .000 chez les Jésuites de Wépion…

 Mouvement de jeunesse : 57.896 membres chez les guides catholiques et à la KSA.

 26 millions d’euros, c’est le budget global du fonctionnement des évêchés et du centre Interdiocésain en 2016.

 655 victimes d’abus sexuels reconnues au sein de l’Église catholique belge (entre 2012 et 2016) et 3,9 millions payés par les évêques à titre de compensation.

Article de F. DE H.

 

Article complet 

 

Les commentaires sont fermés.