Le Centre fédéral de crise a lancé jeudi sa campagne « BE-Alert Challenge »

Lien permanent

Toutes les 20.000 nouvelles inscriptions s’accompagneront d’une action concrète pour la sécurité de tous, promet-il : distribution de détecteurs de fumée, formations aux premiers secours, conseils pour des événements sécurisés, etc.

Avec ce défi, le Centre de crise, qui dépend du SPF Intérieur, entend « réveiller tout le monde » car il est, selon lui, « grand temps » de s’inscrire à BE-Alert. Il suffit de deux minutes pour pouvoir être, si nécessaire, directement alertés en cas d’urgence et informés des dispositions à prendre.

En participant au ’BE-Alert Challenge’, les citoyens renforceront en outre leur propre sécurité mais aussi celle des autres. En effet, toutes les 20.000 nouvelles inscriptions s’accompagneront d’une action concrète pour la sécurité de tous : distribution de détecteurs de fumée, formations aux premiers secours, conseils pour des événements sécurisés, etc.

Les personnes déjà inscrites peuvent, elles aussi, apporter une petite pierre supplémentaire à l’édifice en invitant, via le site www.be-alert.be, leurs familles et amis à également s’enregistrer sur la plateforme.

En s’enregistrant avec une ou plusieurs adresses, les autorités pourront si nécessaire avertir rapidement et directement les citoyens concernés lors d’une situation d’urgence, rappelle le Centre de crise.

Même si BE-Alert peut envoyer un SMS à toutes les personnes physiquement présentes aux environs d’une situation d’urgence, il demeure en effet toutefois essentiel pour les autorités d’également pouvoir donner l’alerte en se basant sur les adresses enregistrées (par exemple en cas de pollution de l’eau potable, de panne d’électricité, etc.), insiste-t-il.

En étant enregistrées, les personnes seront aussi informées de situations d’urgence bien qu’elles ne soient pas présentes à ce moment-là à l’adresse indiquée, comme dans le cas d’un incendie industriel dans leur localité d’habitation alors qu’elles se trouvent au travail, illustre le Centre de crise.

Cette fois par e-mail

Le Centre fédéral de crise a testé ce jeudi la fonction e-mail de la plateforme d’alerte pour les situations d’urgence BE-Alert. Celle-ci permet en effet l’envoi de courriels, en plus de SMS, de messages vocaux ou sur les réseaux sociaux. Un courrier test a ainsi été envoyé à toutes les personnes qui se sont déjà inscrites, avec un taux de réussite de 99,97 %. Le but est également d’inviter un maximum de monde à faire les démarches pour s’inscrire à ces avertissements.

Le premier jeudi du mois est le moment où les canaux d’alerte sont testés et les différentes autorités qui le souhaitent peuvent alors s’essayer aux potentialités de BE-Alert, explique-t-on au Centre de crise, qui dépend du SPF Intérieur. Lummen, Sint-Martens-Latem, Nazareth, Gavere, De Pinte, Genappe et Puurs s’y sont ainsi essayées ce jeudi et des SMS, appels vocaux et e-mails ont été envoyés à leurs habitants.

Le Centre de crise en a également profité pour organiser un test de grande ampleur via la fonction e-mail de la plateforme. Un courriel a ainsi été envoyé à toutes les personnes qui se sont déjà inscrites dans BE-Alert.

Au total, 366.567 courriers électroniques tests ont été envoyés, soit un taux de réussite de 99,97 %. Le but était également de vérifier, compléter ou modifier si nécessaire les coordonnées déjà fournies.

Le Centre de crise va à présent évaluer minutieusement cet essai au cours des prochains jours pour pouvoir encore améliorer le système.

 

Article Complet 

Les commentaires sont fermés.