Dans la rubrique "À vous la parole" Le Péry éternellement soumis aux nuisances

Lien permanent

La présence des gens du voyage suscite nombre de commentaires négatifs ou de réflexions moralistes, d’ouverture d’esprit à leur égard en renvoi direct à certaines critiques formulées sur le Blog de Nandrin.

À l’évidence, leur installation sur un terrain privé de la commune ne laisse personne indifférent quant à la présence de leur campement.
Le CRAVN , est-il besoin de le rappeler, Collectif pour la Ruralité et l’Art de Vivre à Nandrin, composé majoritairement des riverains du Péry et concerné au premier chef à devoir partager l’existence à leur côté depuis vendredi soir, souhaite également déposer son point de vue et s’adresser une fois encore aux pouvoirs locaux après la communication du bourgmestre dans l’article de presse de Vers l’Avenir du 07/08/2018.

«C’était déjà le cas il y a trois ans: les personnes avaient cassé le cadenas pour s’installer un vendredi soir, profitant du week-end qui suivait. Nous avions alors pris un avis d’expulsion et 40 policiers étaient venus avec des engins lourds pour sortir les caravanes du terrain», se souvient le bourgmestre, Michel Lemmens. Le problème, cette fois-ci, c’est que nous sommes en vacances, et que la zone de police du Condroz n’a pas l’effectif suffisant à l’heure actuelle. «J’ai rencontré le responsable du clan avec qui nous avons convenu, compte tenu des conditions climatiques actuelles, qu’ils pourraient rester jusqu’à mercredi 15 h, sinon ils seraient expulsés avec les mêmes mesures qu’il y a trois ans», continue le bourgmestre nandrinois.


Comme écrit dans un commentaire, heureusement que les archives du Blog peuvent servir en tant que gardiennes de la mémoire. En effet, avant toute chose, il faut corriger les erreurs chronologiques sur les propos du bourgmestre tenus dans la presse (Vers l’Avenir du 07/08/2018) sur le passage du même clan des gens du voyage en 2015. Cette communauté du voyage était arrivée le soir du dimanche 10 mai, jour de la fête des mères, et a quitté le terrain dès le lendemain. Le lundi 11 mai à 15h15, le terrain était vide. Les presses locales n’ont jamais relaté la présence d’une armada de policiers avec du matériel lourd pour évacuer les caravanes. À l’époque, en moins de 24h, les gens du voyage nous avaient quittés sans le moindre heurt, nous laissant juste en cadeau de leur passage leurs sacs poubelles.


Je ne reviens pas sur les commentaires concernant les multiples critiques déjà formulées contre les gens du voyage sur le Blog, mais au nom du CRAVN, je rapporte ici quelques ressentis, quelques lassitudes, exaspérations des riverains.


De fait, les gens du voyage ne sont pas méchants comme le précise le bourgmestre. Il n’a pas tort pour le coup et c’est encore heureux. Toutefois, ils ont un mode de vie qui diffère et tranche du nôtre par le fait qu’ils se rassemblent tous à l’extérieur en soirée et ce bien tard durant la première moitié de la nuit. Après le festival des groupes électrogènes pendant toute la 1ère nuit, les riverains sont à présent soumis aux cris des dizaines d’enfants, des discussions, des querelles internes, diffusion de musique,… bref, tout ce qui anime la vie intrinsèque de cette communauté malheureusement en décalage des horaires de la population qui doit, elle, se lever tôt pour aller travailler. Les riverains proches passent des nuits blanches depuis l’installation de ce campement. Chaque jour de plus de leur présence, le rang s’étoffe, et même s’ils sont gentils, il use l’organisme des riverains qui ne récupère pas du sommeil perdu.
Certes, le bourgmestre s’est insurgé et a réagi dans la presse sans ambages. Dans l’Avenir du 04/08 : «Ils ont forcé un cadenas pour s’installer sur un terrain d’entraînement du FC Templier. …. On est en plein dans une situation de violation d’un terrain privé, en l’occurrence appartenant à la Commune et mis à la disposition du club de foot. »


Voilà qui est très bien en réaction immédiate à l’encontre des gens du voyage qui ont commis effectivement un acte répressible. Toutefois, au-delà des mots, des effets d’annonce, des menaces précises d’expulsion promis depuis la nuit de vendredi, les occupants illégaux semblent très bien se complaire et ne manquer de rien.
Aucune information officielle émanant du site de la commune n’est parvenue au fil de l’eau pour informer des avancées prises par les autorités en la matière, laissant ainsi les citoyens à la seule information quotidienne percolée des presses locales et du Blog sur les évolutions à rebondissement.


Cette communauté des gens du voyage parfaitement rompue à l’exercice pour s’imposer jouera encore une fois le même tour dans l’avenir à l’autorité communale tant que des mesures sérieuses et appropriées ne seront pas prises pour empêcher l’accès aux véhicules non autorisés.


Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Échevins, Mesdames et Messieurs les Conseillers, ne vous en déplaisent encore une fois de le lire, mais le Péry est la poubelle de Nandrin.


Les riverains de Fraineux souffrent depuis des années et n’ont de cesse de clamer leur colère pour faire entendre leur ras-le-bol de toutes les nuisances subies autour du site du Péry. Ils ne sont épargnés en rien et se considèrent comme les sacrifiés de la commune.


Après les multiples pétitions, recours au Conseil d’État, l’espoir d’une centaine de riverains de Fraineux repose sur un changement de conduite politique pour tout le quartier du Péry qui résulterait des urnes après les élections.


Pour le CRAVN,


Daniel Giltay

 

Explication de la rubrique de :

Nandrinois clic ici  "À vous la parole"

Pour ceux ne comprennent pas la rubrique

Nandrinois clic ici "À vous la parole"

la parole est donné aux lecteurs et la blogueuse publie dans le respect de la liberté d'Expression !!!!

La Blogueuse n'est pas la rédactrice de Nandrinois "À vous la parole"

donc si votre titre ou autre n'est pas libellé, inutile de me téléphoner.

Bientôt il y aura la rubrique de l'électeur !!!

1a vous.JPG

 

Commentaires

  • Comme les gitans sont pleins de pognons, normal is vivent sur le compte des autres, je ne serais pas étonnée qu'il y ait des dessous de table. Les gitans lui ont certainement donnée une bonne liasse de billet afin qu'ils puissent rester le plus longtemps possible. Sur ce demain, j'irai laver ma voiture sur le terrain puisque l'eau'est gratuite. En tout cas eux ne s'en privent pas. Le bruit jusque minuit bizarre... N'est ce pas a 22h que l'on doit eteindre les feux. Ah les étrangers, ils auront toujours le dernier mot. Notre bourgmestre ne tient pas sa parole. A mon avis il a peur d'eux. Pauvre Fraineux, je plains tous les riverains et je compatis. Fin de la 1ère saga.

Les commentaires sont fermés.