Du 25 au 29 juin, des jours verts dans nos écoles

Lien permanent

Jours blancs… ou jours verts ?

Carlo Di Antonio (cdH) est l’un des cinq ministres qui se mobilisent pour offrir des activités aux enfants la semaine prochaine, quand leurs enseignants seront occupés avec les délibérations et les conseils de classe.

Seize activités environnementales sont au programme.

Le ministre wallon de l’Environnement s’en réjouit, mais voit plus loin, avec un ambitieux programme d’e-learning qui débarquera bientôt dans les écoles.

Reprenons dans l’ordre. À la fin de la semaine, ce sera un fameux soupir de soulagement pour des centaines de milliers d’élèves, ce sera la fin des examens et, dans la foulée, les fameux jours blancs (… ou verts donc) qui s’étendront du 25 au 29 juin.

Ou comment occuper les élèves quand les enseignants ont d’autres chats à fouetter.

GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Une soixantaine d’associations se sont mobilisées pour offrir une petite centaine d’animations aux élèves : sensibilisation à l’éducation à l’environnement et au développement durable, à la citoyenneté, à la culture (cinéma, arts contemporains, etc.), au sport et aux loisirs.

En 2017, ce sont environ 6.000 élèves qui ont participé à ces activités. Parmi ces animations, seize concernent l’environnement et le développement durable : sensibilisation au tri des déchets, au gaspillage alimentaire, initiation à la biodiversité, jusqu’à des activités de prévention autour de la sécurité routière ou de la santé.

« On est passé d’une vingtaine à une soixantaine d’activités en trois ans », précise le ministre Di Antonio. « Cela reste léger comme offre par rapport à la masse d’étudiants.

Mais les écoles ne se sont pas toujours ruées non plus.

Je peux comprendre que directions et enseignants aient la tête à d’autres obligations. Bref, il a fallu mobiliser des deux côtés. Cela reste l’occasion pour les enseignants d’avoir un premier contact avec des associations avec lesquelles ils pourront travailler à long terme. »

E-LEARNING VERT

Le ministre wallon de l’Environnement voit plus loin que le bout de la dernière semaine de juin. Dès la rentrée scolaire, il entend développer un ambitieux programme d’elearning dans les écoles. « Il touchera toutes les compétences environnementales. Il y aura des modules sur l’air, l’eau, les déchets, etc.

Cela pourrait devenir un support très utile. J’y ai d’ailleurs travaillé en compagnie de ma collègue de l’Éducation, Marie-Martine Schyns. »

Une manière de toucher toutes les écoles sans nécessité de déplacer des représentants d’associations. Parler de la gestion des déchets, de la qualité de l’eau, cela peut se combiner avec les apprentissages classiques. Un outil supplémentaire bienvenu.

« On en manque, par exemple, pour expliquer aux enfants ce que deviennent les déchets après le tri sélectif. Je mise beaucoup sur l’e-learning », conclut Carlo Di Antonio. -

Article de DIDIER SWYSEN

Source 

 

Les commentaires sont fermés.