200kg de miel récoltés au Clos des Abeilles

Lien permanent

Apiculteur depuis 1978, Jean-Marie Hoyoux (70) ingénieur agronome de formation aujourd’hui retraité, doit sa passion pour les abeilles à son grand-oncle. «  J’ai toujours aimé la nature et ce qui s’y attache. Mon grand-oncle a été l’élément déclencheur de mon amour pour les abeilles, il possédait des ruches quand j’étais enfant  », explique l’apiculteur.

C’est en 2006 que Le Clos des Abeilles, situé au numéro 10 de la rue Darimont à Terwagne (Clavier) ouvre ses portes. Aujourd’hui, il accueille 15 ruches et des centaines de milliers d’abeilles. Grâce au travail de ces ouvrières, la ferme apicole produit non seulement du miel mais réalise aussi des produits de soins, de la cire, des formations d’apiculteurs et des visites scolaires. Les abeilles contribuent également à la pollinisation des champs des agriculteurs locaux.

 

Il y a encore quelques semaines, plusieurs ruches étaient installées à Slins (Basse-Meuse) pour polliniser les plantations de fraises. «  Les abeilles sont essentielles à notre survie et à celle de notre environnement, c’est pourquoi il faut tout faire pour les préserver. Nous fonctionnons sous le principe d’une apiculture raisonnée, durable et responsable dans le respect de la nature, de l’abeille et de l’environnement.  »

9 ruches sur 15

 

Depuis une semaine, Jean-Marie Hoyoux et son épouse, Jacqueline Lamer (64), s’attellent à récolter le miel. Cette année, la récolte a été bonne malgré les intempéries. «  Nous avons récolté 200kg de miel avec 9 ruches sur 15. C’est une très bonne année malgré la météo. Nous ne prenons que l’excédant stocké dans le grenier à miel, appelé hausse. Le reste est destiné aux abeilles et nous n’y touchons pas.  »

Pour récolter le miel, les abeilles sont calmées avec de la tanaisie, une plante sans risque qui n’altère pas le goût du miel.

 

Ensuite, les cadres de la hausse sont récupérés pour débuter la récolte. Les opercules de cire sont retirés et recyclés pour fabriquer les produits de soins tandis que les cadres remplis de miel rejoignent l’extracteur électrique. Ce dernier, par la force centrifuge, projette le miel contre les parois avant d’être filtré puis récolté. L’étape suivante consiste à verser le miel dans une cuve, appelée le maturateur, où il est cristallisé mécaniquement avant d’être mis en pot. «  Notre miel est le produit du travail de nos abeilles, il est non modifié, non pasteurisé et sans ajout  », souligne l’apiculteur.

 

Le miel du Clos des Abeilles est vendu 7 euros les 500g à la Ferme Demoitier à Ouffet, à la boulangerie Debras à Clavier ainsi que lors des coopératives d’agriculteurs locaux.

Des soins

 

Le Clos des Abeilles ne produit pas seulement du miel. Jean-Marie Hoyoux et son épouse Jacqueline fabriquent également des produits de soins pour lutter contre les désagréments du quotidien. On retrouve un baume à lèvres à base de cire d’opercules, d’huile d’amande douce alimentaire et de miel, idéale pour les lèvres gercées et irritées .

Le couple récolte également la propolis pour en faire des gouttes ou un spray buccal, ainsi qu’un onguent à la propolis et vaseline pour lutter contre les gerçures cutanées. Les produits de soins sont vendus au prix de 7 €, à l’exception du baume à lèvres vendu à 5 €. Le couple récolte également du pollen local, vendu par 10g pour soulager les allergies saisonnières. «  Consommer du pollen aide à développer une immunité pour lutter contre les allergies  », explique Jean-Marie Hoyoux.

 Article de LA.MA

Article Complet et photos clic ici  

Les commentaires sont fermés.