Opération spéciale Nids-de-poule,la priorité à Nandrin?

Lien permanent

Avec des températures polaires frôlant certains jours les -10º, cet hiver a été rude pour nos routes. Avec le retour des beaux jours, La Meuse lance une opération spéciale « Nids-de-poule ». Les autorités communales ont déjà commencé à lister les rues concernées par cette problématique, comme le montre notre coup de sonde.

S elon la Fédération wallonne des entrepreneurs de travaux de voirie, les communes ne sont plus capables de traiter préventivement les fissures. Elles attendent l’apparition des nids-depoule pour intervenir. « On fait du cache-misère et c’est une bombe à retardement », prévient Didier Block de la FWEV.

hd.JPGLa priorité à Nandrin?: «les axes fort fréquentés»

À Nandrin, quatre rues sont particulièrement endommagées par les nids-de-poule, et même davantage. Il s’agit des rues Saint-Donat, de Villers, de Hoboval et d’Oxhon. «  Ce sont quatre voiries que nous devons absolument refaire complètement mais comme ce ne sont pas des axes fort fréquentés, elles ne font pas partie de nos priorités  », indique l’échevin des travaux, Henri Dehareng.

Depuis 2011, reprend-il, la priorité des autorités communales est d’investir dans les axes de liaison fort fréquentés. «  Entre 2012 et aujourd’hui, une trentaine de kilomètres de voiries ont déjà été refaits ».

Le Plan d’investissement communal voté lors du dernier conseil communal prévoit encore plus de 500.000 euros de travaux subsidiés à concurrence de la moitié. Ils seront investis dans la réfection des rues suivantes : rue du Fond d’Oxhe, de la Halète, Thier des Bacs, Fonds des Bacs, de la Ferme de l’Abbaye, du Neufmoulin, rue de la Rolée, rue de la Commune, rue du Péry, de la Croix André et d’Oxhon. Elles couvrent 7,5km. Les travaux devraient s’étaler d’avril à septembre.

M-CL.G.

nid.JPG

 

 

 

Un nouveau budget pour quatre réfections de route à Nandrin

 

Nandrinois : Subsides aux communes clic ici

Une cartographie sur nos sites

Envoyez-nous vos photos

Avec la fin de l’hiver, les services communaux vont faire le tour des voiries pour localiser les nids-de-poule. Nous vous proposons de les aider. Toute cette semaine, Sudpresse mène une opération spéciale. Envoyez-nous vos photos, vos vidéos et vos témoignages sur les chaussées dégradées à proximité de chez vous. Précisez bien la localisation. Nous pouvons ainsi réaliser une cartographie des zones où il faut redoubler de vigilance, surtout si ce n’est pas sur son chemin habituel. Sur la base de vos informations, nos rédactions locales réaliseront des reportages sur les situations les plus critiques. Vos photos de nids-de-poule sont à poster sur www.lameuse.be/ alerte, www.lanouvellegazette.be/alerte, www.nordeclair.be/alerte, www.laprovince.be/alerte et www.lacapitale.be/alerte. L’accès à la page est gratuit.

Commentaires

  • À l’heure où l’on prépare les rustines annuelles à placer sur nos routes, la question se pose…. Comment font nos voisins pour avoir de si belles routes, même à la sortie de l’hiver ?
    Les réparations ponctuelles solutionnent les aspects visibles d’un problème (nid de poule, peau de crocodile,…) à court terme mais pas les problèmes structurels.
    Prenons comme exemple, la réfection de la rue Faftu à Nandrin.
    Les problèmes existants avant réfection : peau de crocodile ; nids de poule ; orniérage et affaissement des bords de voirie.
    L’orniérage, la peau de crocodile et l’affaissement sont les conséquences d’un mauvais fond de coffre (partie sous le revêtement hydrocarboné).
    Il parait logique, pour une réparation durable (>20 ans) d’analyser l’usage de celle-ci, d’enlever la voirie existante, de recréer la fondation, de protéger les bords par des bordures ou des filets d’eau et enfin, de poser le revêtement hydrocarboné en 2 couches de minimum (6 et 4 cm en Belgique).
    La réalité est malheureusement tout autre, la voirie existante a simplement été recouverte d’une couche supplémentaire.
    2 ans à peine après les travaux, nous assistons de nouveaux à l’apparition des mêmes problèmes affaissement des bords, fissures, …. Mais en plus, la surépaisseur crée le long de la voirie un dénivelé de 10 cm qui, par endroit atteint 15 à 20 cm. En sachant que 2 voitures peuvent difficilement s’y croiser, qui osera rouler sur l’accotement ?
    La garantie habituelle depuis 2016 est de 5 ans mais peut être revue à la hausse par le pouvoir adjudicateur.
    Vaut-il mieux faire 50 km de voiries pour 20 ans ou 500 km de voiries pour 2 ans ?

Les commentaires sont fermés.