Distribution d’iode dans tout le pays en février et sera gratuite

Lien permanent

La distribution des gélules d’iode à prendre en cas d’accident nucléaire sera bientôt élargie à tout le pays. Petit rappel en région hutoise, où elle est déjà desservie depuis quelques années.

Le ministre Jan Jambon a fait part de ses dernières intentions en matière de distribution de pastilles d’iode à ingérer en cas d’accident nucléaire 

Si le projet doit encore faire l’objet d’un accord officiel du gouvernement, il prévoit d’élargir le périmètre de distribution de ces capsules de 20 à 100 km de rayon autour d’une centrale : soit concrètement l’ensemble du territoire belge.

D’ici « février à mars 2018 », chaque foyer national devrait donc pouvoir bénéficier gratuitement desdites pilules. Une nouvelle qui ne devrait donc changer en rien ce qui est d’actualité en région hutoise.

L’occasion de refaire le point sur ces petites gélules, parfois encore méconnues de ses bénéficiaires.

« UNE BONNE CHOSE »

« Il y a dans cette pastille une concentration d’iode prévue pour apporter une quantité d’iode nécessaire à notre organisme pour en être saturé », explique Sabine Daem, pharmacienne chez ‘Familia’, à Huy.

« En cas d’accident nucléaire, l’iode radioactif n’aura pas d’incidence sur notre organisme puisqu’il y aura donc une sorte de ‘surplus’.

Que cela soit élargi en dehors de notre territoire, c’est une très bonne chose car un nuage peut aller très loin… Repensons aux conséquences de Tchernobyl qui se sont ressenties jusqu’ici », ajoute la pharmacienne. Le fameux comprimé n’est à utiliser qu’en cas d’accident nucléaire : il ne peut donc être usité dans le cadre d’aucune autre pathologie, ni de manière préventive.

Il n’y a, ici, pas de date de péremption.

Sa posologie est clairement indiquée sur la boîte distribuée par le ministère des affaires intérieures, du nourrisson jusqu’aux aînés.

« Seule contre-indication, les personnes atteintes de problèmes de thyroïdie.

Là, il faudra s’en référer à un médecin selon les situations personnelles de chacun », précise Sabine Daem.

MÉLANGÉE DANS DE L’EAU Enfin, en cas d’absorption de la pilule (hors son contexte), il n’y a aucun effet néfaste sur le corps.

Attention toutefois, ce n’est pas une raison pour la prendre chez vous!

Après avis médical, nous en avons d’ailleurs fait le test (une petite gorgée).

La gélule se mélange à de l’eau, sans effervescence spécifique. Inodore et légèrement opaque, le liquide absorbé n’a finalement… aucun goût ! 

Article de E.D

Source info clic ici 

 

Les commentaires sont fermés.