On fume toujours dans son café malgré 2.300€ d’amendes à Nandrin

Lien permanent

En novembre 2013 et février 2014, L’Apéro Café situé sur la route du Condroz à Nandrin a reçu la visite d’agents du SPF Santé publique. Ceux-ci ont constaté que la réglementation générale relative à l’interdiction de fumer dans les lieux publics n’était pas respectée. Le 25 avril dernier, le tribunal correctionnel de Huy a d’ailleurs condamné la gérante, Fabienne Malbrecq. La justice lui reprochait alors d’avoir oublié d’apposer des signaux d’interdiction de fumer, d’avoir permis à des clients de fumer et d’avoir laissé des éléments susceptibles d’inviter à fumer tels que des cendriers.

Le café avait alors écopé d’une amende de 900 euros assortie d’un sursis simple de 3 ans pour la moitié de la peine.

Mais la gérante n’en est pas à sa première condamnation. Effectivement, en 3 ans, Fabienne a payé en tout 2.300 euros, pour le même chef de condamnation.

 « Qu’on arrête de vendre des cigarettes alors ! »

Un mois après la dernière amende, la gérante est toujours dans le même état d’esprit. Elle ne s’en cache pas, dans son café, on peut toujours fumer. «  Pour l’instant on reste à l’extérieur. » Même si elle assure payer systématiquement ses amendes, la somme représente à chaque fois un coup dur pour les comptes du café. «  C’est scandaleux ! Qu’on arrête de vendre des cigarettes et ça ira mieux  », explique la gérante qui déplore la situation.

La majorité de sa clientèle est composée de fumeurs. Selon elle, leur interdire de fumer mènerait le café à sa perte. «  Si ça continue, je vais mettre la clé sous le paillasson. On fait tout pour condamner les travailleurs. C’est une dictature !  » Pour elle, il n’y a pas de doute, il faudrait pouvoir laisser le choix aux gérants des cafés d’interdire ou non la cigarette.

CL 

1147395687.25.JPG

Clopes électroniques: 46 infractions

Certains pensent que la cigarette électronique échappe à l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Erreur. La loi la met sur un pied d’égalité avec le tabac classique.

Ici aussi, certains l’apprennent à leurs dépens. Le service d’inspection « tabac et alcool » a remanié sa base de données en milieu d’année dernière, pour s’adapter au nouveau phénomène. On y distingue désormais les infractions « tabac » de celles pour cigarette électronique.

Selon des chiffres fournis par Maggie De Block, du 1er septembre 2016 au 15 janvier 2017, les inspecteurs ont constaté 46 infractions pour ce nouveau type de tabagisme. Au final, 23 d’entre elles ont débouché sur la rédaction d’un p.-v., dont 5 à Bruxelles, 4 en Hainaut, 4 en Brabant wallon, 1 à Namur et 0 pour Liège ou pour le Luxembourg. Soit 5 infractions pour Bruxelles, contre 9 pour la Wallonie et 9 également pour la Flandre.

CH. C.

Commentaires

  • Bonjour
    Je trouve debille de se faire diriger par un gouvernement qui nous vole tt notre vie moi je suis pour les fumeurs je ne juge pas car cette pratique existe depuis toujour alors pk faire chier avec vos amende.
    La descision est au peuple et non au couillons qui ne fume pas.
    Pour que se pays fonctionne le mieux changer le gouvernement arrêter avec vos ministre à la con car se sont eux les CANCERS les plus dangereuses
    Madame je vous soutien pleinement car avec votre courage et vos client vous devriez entamer une action contre le spf de merde et ses gens payer à nous surveiller cet du grand n'importe quoi.

  • Cigarette électronique, tabac,... c'est tres bien tôt cela... et qu'en est il des bar à chichas qui apparaissent à tous les coins de rues ??? Ah non ca on ne peut pas y toucher... pourtant ils vendent des boissons alcoolisées également et ce sont des lieux publics....

  • Dans ce cas que l état lui ferme son café si elle n est pas capable de respecter la loi... ou alors qu on lui mette de réelles amendes, de sorte que la gérante comprenne! ce n est pourtant pas compliqué de sortir fumer plutôt que d emmerder tout le monde...

  • Cette personne est une incivique !

  • Jamais fumer et j,ai un cancer du poumon et du rein

Les commentaires sont fermés.