Anne Grégoire gagne son recours,cette histoire avait ému des Nandrinois

Lien permanent

gregoire ombret SI MClG.JPGElle contestait l’amende de 5.000 euros du SPW Bien-être animal

Le médecin urgentiste, Anne Grégoire, qui exploite un home pour animaux à Ombret (Amay) a obtenu gain de cause devant la justice.

Le tribunal de police de Huy a annulé la décision du SPW Bien-être animal qui la sanctionnait d’une amende de 10.000 euros (sursis pour la moitié) pour deux infractions à la protection du bien-être animal. 

Anne Grégoire est rayonnante: «Dès que j’ai eu connaissance du jugement, j’ai téléphoné immédiatement à l’équipe de bénévoles qui m’aide au quotidien.

Tout le monde est super content, moi aussi évidemment. C’est un peu une reconnaissance de notre travail» , se réjouit l’Amaytoise. En septembre 2015, Anne Grégoire, 53 ans, qui exploite un home pour animaux, à Ombret, sur les hauteurs d’Amay, a fait l’objet d’un contrôle du SPW Bien-être animal.

Lors de cette visite, les fonctionnaires ont relevé deux infractions à la loi sur la protection du bien-être animal: soit un défaut de communication des données d’identification et d’enregistrement des chiens à l’autorité compétente et un manquement au niveau de l’hygiène et des soins aux animaux. Ces manquements ont été sanctionnés d’une amende de 10.000 euros (sursis pour la moitié)contre laquelle Anne Grégoire est allée en recours.

« On me reprochait de ne pas tenir à jour l’identification des chiens, c’est-àdire les entrées et les décès, mais c’était totalement faux. Mes chiens étaient connus et répertoriés. J’étais en ordre de tout», se défendait-elle. Quant au manque d’hygiène, elle contestait également.

« Avec mon équipe de bénévoles, nous travaillons tous les jours à l’amélioration du confort des animaux. Ils peuvent venir tous les jours.» Dans cette affaire, le tribunal de police de Huy vient de rendre son jugement. Il annule la décision du fonctionnaire-sanctionnateur de la Région wallonne.

Le juge Jean-Louis Istasse estime que la visite au domicile d’Anne Grégoire, et donc les sanctions qui en découlent, sont illégales. Cette visite a été autorisée par un juge instruction.

« Or, seul un juge de police disposait de la compétence requise pour délivrer l’autorisation» , ajoute le juge. Pour la médecin urgentiste, c’est donc le soulagement. Avec ce jugement qui lui est favorable, l’amende saute.

Mais elle sait qu’elle n’est pas à l’abri d’un nouveau contrôle. Depuis la saisie de 559 animaux chez elle (en 2012), elle est dans le collimateur du Bien-être animal. « Je m’attends à les voir arriver mais je ne les crains pas ».

Article de MARIE-CLAIRE GILLET Source Sudinfo 

Une «portes ouvertes» en été

Malgré ses soucis judiciaires, Anne Grégoire maintient son projet d’organiser chez elle une journée portes ouvertes. L’objectif est de « démontrer que mes animaux sont bien soignés et bien hébergés chez moi» . La date n’est pas encore fixée.

« Mais ce sera probablement pendant l’été. On voudrait faire une journée «portes ouvertes» par an, pas plus, pour ne pas déranger les animaux» , avance-telle.

Dans ses projets, il y avait aussi l’aménagement d’un espace de loisirs et d’un salon de toilettage.

« Pour l’instant, ils sont mis en attente. On préfère consacrer nos moyens financiers, qui ne sont pas extensibles, à installer correctement les chiens» , termine l’Amaytoise.

Article de M-CL.G. Source Sudinfo 

Les commentaires sont fermés.