Le retour des chantiers préélectoraux!Communales 2018

Lien permanent

CLIN-D-OEIL.jpgApprêtez-vous! Les bulldozers vont revenir dans les rues dans les prochains mois. À deux ans des élections communales, nous avons sondé le secteur de la construction.

Et ce dernier s’attend à se frotter les mains avant le scrutin.

« À nouveau, nous allons connaître un pic avec les élections communales », estime JeanPierre Liebaert, directeur du département économique de la Confédération construction. « En toute logique, 2017 et 2018 seront des années où les investissements des communes vont augmenter.

Si l’on se base sur les perspectives du bureau fédéral du plan, la série de prévisions dans les investissements des pouvoirs locaux est très claire. Ils s’attendent à une augmentation de 13% pour 2018.

Hélas, celle-ci sera suivie d’une diminution des investissements de 10% en 2019. ».

Un pic, suivi d’une chute. Voilà qui ne fait pas forcément les affaires des entrepreneurs. « Comme pour n’importe quel secteur, nous aimons faire face à des trajectoires croissantes et stables », ajoute Jean-Pierre Liebaert.

« Le volume supplémentaire d’activité qui peut-être réalisé a l’occasion des élections communales est évidemment une bonne chose à prendre.

Maintenant, les entreprises ont du mal à préparer cet afflux, notamment en matière d’engagements, en sachant qu’il sera sans lendemain.

Il serait plus intéressant pour le secteur de connaître des investissements lissés dans le temps.

Enfin, les pouvoirs publics belges devraient prendre exemple sur les pays voisins où l’on investit proportionnellement plus dans les travaux publics. »


UN CLASSIQUE

Les travaux préélectoraux sont, en fait, devenus un classique de campagne au même titre que les «préaccords» ou encore les «trahisons post-électorales» « Ces travaux qui précèdent les élections communales, c’est une règle qui n’a jamais été mise en défaut, à l’exception de l’année 1982.

Ce scrutin arrivait peu après la dévaluation du franc belge et l’économie belge connaissait alors
une période d’exception. »

Rappelons qu’en 2011, 6 milliards d’euros avaient été investis dans des travaux de génie civil et qu’il s’agissait, pour l’époque, d’un record.

Mais si les prévisions du bureau fédéral du plan sont claires, ce climat d’austérité budgétaire alimente toutefois des craintes.

« Il existe des observateurs qui estiment que les pouvoirs locaux ne pourront pas faire leur traditionnel effort suite à l’ensemble des problèmes budgétaires », concède Jean-Pierre Liebaert.

« Mais pour savoir ce qu’il en sera exactement, je vous donne rendez-vous après les élections. » C’est noté!

Article de GUILLAUME BARKHUYSEN source info Sudinfo

elections 2016 travzaux source info Sudinfo GB.JPG

Les commentaires sont fermés.