Nandrinois L’Avouerie déstocke 5.000 verres à bière

Lien permanent

avourie source sudinfo ag.JPG

Le Musée de la bière et du péket a besoin de place, en prévision de gros travaux l’an prochain

Avis aux amateurs de mousse. De bonnes affaires se profilent à l’Avouerie d’Anthisnes début septembre. Le Musée de la bière et du péket se sépare de 5.000 verres à bière au prix imbattable de 50 cents la pièce !

L’Avouerie d’Anthisnes et son Musée de la bière et du péket trient leurs cartons. À l’intérieur, pas moins de 5.000 verres à bière.

« On les a accumulés au fil des années, on en a reçus, on en a achetés par lots.

Résultat, on se retrouve avec plusieurs exemplaires d’un même verre dont nous ne savons que faire. On ne peut pas tout montrer au public dans le donjon du 12e siècle où est abrité le musée », explique Eric Hendrikx, responsable de projets à l’Avouerie.

Des piles de cartons ont ainsi été stockées depuis les années 80 et l’ouverture du Musée de la bière et du péket.

L’heure du grand ménage a sonné.

« Nous allons garder un millier de verres à bière, le reste, soit 5.000 verres, seront vendus les deux premiers week-ends de septembre », annonce-t-il.

Des exemplaires de toutes sortes de marques, de différentes époques et de formats variés, de la flûte à la chope d’un demilitre.

« Il s’agit majoritairement de verres à bière belge et artisanale. Certaines brasseries n’existent plus.

La plupart des verres sont assez anciens, donc les formats ou les caractères ont depuis changé, ce qui en fait des objets potentiels de collection », souligne-t-il. On trouve ainsi quelques verres d’Orval.

« On pourrait croire que ces récipients sont tous les mêmes, or il a des changements infimes. » Citons également le verre de Kwak, dont la forme est si particulière : une sorte de sablier, posé sur un support en bois. On l’appelle le verre du cocher, car celui-ci l’accrochait à sa calèche, la boule au fond empêchant la bière de se renverser. Son prix sur internet tourne autour d’une dizaine d’euros.

Quant aux clubs et mouvements de jeunesse, ils trouveront certainement leur bonheur parmi les verres plus « ordinaires ».

Bonne nouvelle, quel que soit l’exemplaire qui vous tape dans l’œil, tous sont au prix de… 0,50 euros. « Notre but est de vendre. Nous descendrons le gros des cartons dans la galerie de l’Avouerie les deux premiers week-ends de septembre (le deuxième tombe en même temps que la brocante d’Anthisnes) pour que les gens puissent regarder ce qui les intéresse.

Nous proposerons des lots. Plus ils prendront de verres, plus le tarif sera avantageux, à 200 verres, on trouvera un arrangement », sourit le responsable de projets. Le mieux est de payer en liquide, un Bancontact est toutefois disponible pour les gros achats.

Si l’Avouerie est déterminée à écouler rapidement son stock, c’est que des travaux d’envergure se préparent. L’année prochaine, ils seront menés au sein du bâtiment communal du 17e siècle accolé au donjon. «A terme, nos bureaux (d’accueil notamment) devraient y déménager, des salles de séminaires et d’exposition temporaire sont aussi prévues. »

Un passage entre les deux édifices sera créé et un ascenseur sera installé. Le parcours du Musée de la bière et du péket, désormais à cheval sur les deux édifices, sera dans la foulée repensé.

L’argent de la vente des verres à bière permettra à l’ASBL de l’Avouerie de racheter du matériel et/ou d’entretenir le bâtiment classé, conformément à sa mission originelle.

Article de ANNICK GOVAERS source Sudinfo 

 

Commentaires

  • Bonjour monsieur, je serais intéressé par l'achat de 10 verres à Kwak, faut il nécessairement attendre le mois de septembre pour les obtenir, étant assez pressé d'en acquérir, bien à vous , Christian.

Les commentaires sont fermés.