Le Nandrinois frappe sa tante au mariage

Lien permanent

justice.jpgLes faits sont survenus à Huy

Cela devait être un joli jour de fête, au château de La Neuville à Tihange, il s’est terminé dans le chaos. Frédéric, un Nandrinois de 30 ans, s’est bagarré avec son cousin avant de s’en prendre à sa tante et à la voiture de cette dernière. Le tout sur fond d’alcool. Un an et demi plus tard, le Nandrinois devait répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Huy.

Le 4 septembre 2014, Frédéric, un Nandrinois de 30 ans, était invité au mariage de sa cousine, au château de La Neuville à Tihange.

Comme souvent lors de pareilles réjouissances, l’alcool a coulé à flot. Frédéric qui, de son propre aveu a « du mal à gérer sa consommation » est ivre. En début de soirée, sa maman lui propose alors de le raccompagner.

Le jeune homme quitte la fête, mais, comme il a oublié son GSM, il entre à nouveau dans le château. Une dispute éclate alors avec son cousin : « Il m’a collé au mur, il m’a dit de me calmer », affirme Frédéric à la juge Annabel Pirotte, « on s’est bagarré. Le père de la mariée est ensuite venu nous séparer. »

Après l’altercation, Frédéric est parti à pied. Qu’a-t-il fait ensuite ? Les versions divergent. Selon l’avocat de la tante, il aurait décidé de s’allonger en travers de la voie rapide qui relie Huy à Amay.

Alertée par les pleurs de la mère de Frédéric, la tante aurait alors décidé de lui porter secours. Frédéric lui, affirme qu’il marchait simplement le long de la route, lorsque sa tante est arrivée « en klaxonnant derrière lui » au volant de sa Kia Sportage. Frédéric ajoute que sa tante lui a foncé dessus et qu’il s’est retrouvé sur le capot de la voiture.

Il reconnaît avoir ensuite frappé sur le vé- hicule, avant de s’en prendre à sa tante. Lors de l’audience de jeudi, le substitut a insisté sur la violence du coup : la tante souffrait d’un hématome à l’œil et a subi une incapacité de travail d’au moins une semaine.

L’assurance de la voiture réclame 1.740 euros de dommages. Jeudi, Frédéric était aussi poursuivi pour d’autres faits : le 11 mars 2015, à Verviers, il a insulté des policiers qui le priaient de monter dans leur combi alors qu’il marchait, complètement ivre, sur la bande d’urgence de l’autoroute !

Et le 28 mai 2015, à Engis, il a frappé un automobiliste « parce que ce dernier était le 5e à lui faire une queue de poisson de la journée ». Le substitut du procureur du Roi a souligné « les accès de violence incontrôlables » du Nandrinois, mais aussi ses antécédents : 4 ans de prison avec sursis pour des faits de violence conjugale. Elle a réclamé une peine de travail de 200 heures. Me Pacolet, l’avocat de Frédéric, n’a pas voulu revenir sur les faits « que son client assume », mais sur l’avenir.

Il affirme que le Nandrinois a changé : il a arrêté de boire, suit un nouveau traitement psychiatrique, a une compagne « qui le stabilise » et deux jobs : l’un dans l’Horeca et l’autre, en activité complémentaire, dans la vente.

Le jugement sera rendu le 10 mars.

Article de AURÉLIE BOUCHAT source Sudpresse 12/02/2016

http://journal.sudinfo.be/

Les commentaires sont fermés.