Nandrinois Le rapport des météorologues transmis au service « calamités »

Lien permanent

neige nandrin.jpg

Les chutes de neige survenues le week-end des 15, 16 et 17 janvier derniers seront-elles reconnues par le Gouvernement wallon comme calamité ? L’IRM vient de rendre son rapport : elles n’ont rien d’exceptionnelles, estime les météorologues. En province de Liège, 23 communes, dont 18 dans l’arrondissement de Huy-Waremme, avaient été privées d’électricité et d’eau suite à ces chutes.

Pour les 30.000 foyers de la province de Liège touchés par les coupures d’électricité et d’eau, le rapport que vient de rendre l’Institut Royal Météorologique n’est pas de bon augure.

Les chutes de neige de la mi-janvier n’ont rien d’exceptionnel pour les météorologues qui ont aussi analysé d’autres éléments. Comme l’équivalent en eau, mis en avant par RESA pour justifier l’ampleur des dégâts.

C’est, disait-il, parce que la neige était trop humide et trop lourde qu’elle aurait réussi à dé- crocher des fils électriques et à casser de nombreuses branches d’arbres tombées sur les câbles.

Là encore, les scientifiques estiment que cette teneur en eau n’est en rien exceptionnelle. Leur rapport a été transmis ce lundi matin au service « calamités » de la direction générale des pouvoirs locaux et de la santé (DG05).

Ses membres vont instruire le dossier sur base de ce rapport de l’IRM mais aussi des informations fournies par le Centre de crise dirigé par Paul Dewil.

« Tout au long de ce weekend, nous avons été en contact avec les services du gouverneur de Liège. Nous leur avons remis tous les éléments contextuels qui ont été portés à notre connaissance », explique ce dernier.

Une fois instruit, le dossier sera alors transmis au Gouvernement wallon qui tranchera. C’est effectivement à lui et à lui seul que revient la décision de reconnaître ou non ces chutes de neige comme calamités. « En général, lorsque le rapport final lui est communiqué, la décision ne tarde pas », assure Paul Dewil.

Il faut savoir que dans la liste des calamités, la neige n’est jamais reprise en tant que telle. « Sont reconnues comme calamités les inondations, les tempêtes, les tornades ou encore les tremblements de terre pour lesquels c’est l’observatoire de Belgique qui est alors consulté, mais pas la neige », confirme Paul Dewil.

Il faut donc que ces chutes revêtent un caractère tout à fait exceptionnel pour que les habitants des 18 communes de l’arrondissement de Huy-Waremme puissent obtenir une indemnité publique. Mais, à ce stade de la procédure, ce n’est pas gagné.

Article de  MARIE-CLAIRE GILLET Source Sudpresse 09-02-2016

http://journal.sudinfo.be/

Les commentaires sont fermés.