Nandrinois Attendez l’après-solde pour faire des affaires!

Lien permanent

i2.JPGSelon le SNI, syndicat neutre des indépendants, plus de la moitié des commerces de vêtements sont inquiets pour la période des soldes.

En cause: la menace terroriste et une météo trop douce qui ont déjà pesé sur leur vente d’automne.

Par rapport à l’an passé, leurs ventes ont d’ailleurs diminué de 7%.

Et pour la période des soldes, qui débute samedi 2 janvier 2016 , peu d’entre eux osent se montrer optimistes. Mais si les ventes ne reprennent pas, que va-t-il advenir des stocks commandés pour l’hiver? Vont-ils être bradés ou mis dans une pièce?

Tout cela dé- pend de l’endroit! Pour les petites surfaces, le surplus de vêtements pourra être stocké dans une cave jusqu’au prochain solde ou prochaine braderie.

Pour d’autres, beaucoup plus rares, des dons seront faits à des associations.

L’UTILITÉ DES OUTLET

Mais pour la grande majorité des enseignes, les produits seront renvoyés vers une centrale pour qu’ils soient vendus dans un magasin de déstockage. Et là, vous pourrez alors faire de très bonnes affaires. «Pour ce qui est des soldes dans les magasins, nous ferons comme chaque année», nous explique-t-on.

«C’est-à-dire qu’au plus on avancera dans les soldes, au plus les ristournes seront intéressantes bien évidemment.

Mais il est clair que nous ne pourrons pas faire des réductions comme vous pouvez en trouver dans les Outlet.

Il faudra donc encore un peu attendre pour faire de véritables bonnes affaires».

Si l’on se concentre maintenant sur Decathlon et sur ses produits d’hiver, que va-t-il advenir des luges et affaires de ski d’habitude si prisés lors de cette pé- riode?

La neige étant pour le moment la grande absente de cette année, les ventes de ce genre d’objets ont chuté. Mais rien de désespérant pour le magasin.

«Nous sommes persuadés que dès que les premières neiges arriveront, les ventes de ce genre de produits vont être boostées», nous explique la porte-parole.

«Et puis pour le moment, les ventes en ligne fonctionnent très bien».

Au cas où les stocks s’accumuleraient, ils seront répartis entre les différents magasins avant d’être remis en vente l’année suivante.

«Il n’y a que dans le cas où nous serions vraiment dépassés que nous enverrons nos stocks à la maison de production», conclura notre interlocutrice.

Source Sudpresse article de  DEBORAH VAN BOTERDAEL le 30/12/2015

http://journal.sudinfo.be/

Les commentaires sont fermés.