Match Templiers/Nandrin - Seraing Athlétique 4-2 (13/12/2015)

Lien permanent

foot.gif« Peu de monde s'était déplacé en ce dimanche maussade pour assister à la dernière rencontre officielle de l'année.
Contre toute attente, c'est l 'équipe de Seraing Athlétique qui se procurait le plus d'occasions dans les premières minutes.

Les joueurs de Templiers se montraient complètement atones au cours de cette première
mi-temps. Tant et si bien qu'il ne fallu attendre que le premier quart d'heure pour voir Seraing ouvrir la marque : 1-0.
Après avoir encaissé ce but, les joueurs locaux équilibraient les échanges mais sans réellement se montrer dangereux.
Les deux équipes ne montraient plus grand chose et les gardiens ne furent pas mis en  danger. Toutefois, à la 30e minute, sur une action au départ du flanc droit, Kozera surprit le gardien Bisenius d'un tir lobé
et donna au score son résultat à la mi-temps : 0-2.
A la reprise, les joueurs de Templiers revinrent sur le terrain avec une volonté retrouvée, ce qui surpris l'équipe visiteuse qui croyait avoir fait le plus difficile.
Dix minutes suffirent à Templiers pour revenir dans le match après un penalty, commis par la sortie du gardien, concrétisé par Degbomont : 1-2.
C'est à ce moment que les joueurs de Seraing Athlétique ont commencé à douter et les joueurs de Templiers à croire à la possibilité de revenir dans la rencontre.
Il ne fallu que 6 minutes aux locaux après ce but d'ouverture pour retourner la situation. L'égalisation arriva par Louis Sauvage à la 58e minute et à la 61e minute, un tir de loin de Degbomont s'écrasa sur la
barre transversale, mais fut bien suivi par le même Degbomont qui envoya d'un tir puissant le ballon terminer sa course au fond du but : 3-2.  A partir de ce moment, l'équipe de Seraing Athlétique n'a plus eu droit au
chapitre et à la 78e minute, Luymoeyen inscrivit le 4e but de l'après-midi : 4-2.
A partir de ce moment là, les joueurs locaux laissèrent plus d'espace à leurs adversaires qui ne purent jamais réellement inquiéter le gardien local.

Par Jean-Pierre WYNS »

Les commentaires sont fermés.