Parc du Péry de Nandrin : pas de consultation populaire

Lien permanent

pery.JPG

Pour l’opposition PN, l’avenir du site doit être débattu

Les élus « Pour Nandrin » ont proposé, mardi soir, de consulter la population au sujet de l’avenir du parc du Péry. Dans la ligne de mire de l’opposition, les projets de construction de la majorité. Pour le bourgmestre, une consultation populaire à ce sujet coûte trop cher (30.000 euros) et n’intéresse pas assez de Nandrinois pour être organisée.

 

« Le parc communal du Péry au cœur du village de Fraineux joue un rôle social important et constitue un poumon vert dans un milieu urbanisé.

De nouveaux projets susceptibles d’affecter cet environnement de façon durable et définitive font leur apparition (création de logements sociaux et d’une future résidence-services NDLR).

Il nous semble donc opportun de consulter la population nandrinoise sur l’avenir du site », introduit Marc Evrard, conseiller d’opposition « Pour Nandrin », lors de la présentation du point complémentaire au conseil communal de mardi soir.

Il regrette par ailleurs que ce dispositif légal ne soit pas plus fré quemment activé, comme ça a été le cas à Namur en février (sur la question d’un centre commercial à la place du parc Léopold).

 Bodgan Piotrowski (PN) a abondé en soulignant que cet avis de la population n’était pas contraignant et qu’il permettrait aux élus de décider de l’affectation du site en toute connaissance de cause. L’échevine de l’environnement Anne de Potter a tenu à présenter les diverses actions et plans adoptés sur base volontaire par la commune pour préserver le parc du Péry.

 « On prévoit l’installation de nichoirs, de panneaux didactiques, ainsi que la réhabilitation des mares du site et la plantation de 500 mètres de haies. L’un des arbres remarquables du parc, un hêtre, est malade et nous avons déjà fait venir la DNF trois fois pour cibler le problème. De nombreux citoyens ont rejoint le PCDN, que vous n’avez pas approuvé, pour mettre en place des actions concrètes à court terme. Vous n’êtes pas cohérents», a-t-elle réagi.

 « 55 réclamations nous sont parvenues à l’issue de l’enquête publique sur les logements sociaux, on les a pris en considération : on a reculé le bâtiment et augmenté la verdure autour. La résidence-services n’a pas encore fait l’objet d’une étude mais on souhaite regrouper les constructions.

Le parc sera mieux aménagé et entrera dans le domaine public », a ajouté Charlotte Tilman. «Une consultation populaire coûte 30.000 euros. Pour qu’elle soit validée, il doit y avoir 10 % de participation, soit 500 Nandrinois qui se déplacent un dimanche.

 Sur un tel sujet, je n’y crois pas», a indiqué Michel Lemmens.

Le point a été rejeté par 8 non, 2 abstentions (TE) et 3 oui (PN).

Source info Sudpresse l ANNICK GOVAERS

Commentaires

  • Quelle soirée d'inspiration apologétique et déformatrice de la vérité que fut ce dernier conseil communal où la majorité en place a glosé.
    Dans l'assistance, personne ne s'est assoupi ni ennuyé, ne fusse un court instant, tant le débat qui portait principalement sur le point d'une consultation populaire a tenu l'assemblée en haleine dans un climat que l'on peut qualifier à tout le moins électrique entre le groupe de l'opposition "Pour Nandrin" et les élus de la majorité.
    L'opposition avait parfaitement étayé toute la motivation pour le maintien ou non du parc communal du Péry en l'espèce par le biais d'une consultation populaire, sans qu'il n'ait à subir aucune invasion d'un quelconque projet immobilier, et tout en rappelant et en insistant bien à la fois sur le fait que l'on se trouve à cet endroit précis sur un terrain cadastré "parc". Mais en réponse, quel constat désobligeant, quel aveu de consternation et d'indignation nous avons eu droit par rapport à la prestation d'un théâtre de boulevard avec pour acteurs principaux nos échevins ainsi que notre bourgmestre qui a marqué de son commentaire pour conclure la fin de la pièce. On a dû constater qu'ils s'étaient bien préparés, coordonnés et orchestrés afin de nous sortir un grand numéro digne presque d'un tribunal inquisitoire tout en se permettant, de surcroît, de faire une grande leçon moralisatrice envers le groupe "Pour Nandrin" qualifié d'agitateur populaire ainsi qu'envers nous les riverains du Péry considérés comme les habitants de l'irréductible village gaulois de Nandrin..
    Cette majorité s'appuyant seulement sur la volonté de réaffecter avec la contribution de citoyens volontaires les deux mares asséchées, et ensuite de venir au chevet d'un hêtre remarquable mais malheureusement malade, a tenté chacun à tour de rôle de justifier, sur un ton très professoral, la politique écologique engagée et menée au parc du Péry. Par contre, jamais elle n'a mentionné, dans le cadre de son projet d'habitations sociales, la disparition pure et simple des jeunes arbres qui ont été implantés dans l'espace réservé aux plantes mellifères et agencé pour permettre le butinage des abeilles, projet auquel Mme l'Échevine de l'environnement, Mme de Potter, a mis un point d'honneur quant à sa réalisation. La question concernant la légalité de construction sur une partie du terrain du parc a été totalement occultée lors du débat. On retiendra avant tout de ce conseil communal que le ton donné par les échevins qui défendent bec et ongles la soi-disant réhabilitation du parc était particulièrement détestable et lamentable.
    Par ailleurs, nous sommes restés stupéfaits d'entendre et d'apprendre la nouvelle prise de position concernant le projet de rattachement de la future résidence-services qui doit s'articuler aux logements sociaux. En effet, Mme Tilman, Échevine de l'urbanisme a tenu à bien préciser que celui-ci n'est même pas à ce jour à l'état larvaire et que sa concrétisation n'est nullement envisagée pour l'heure, et n'est donc, en conséquence, pas prêt de sortir de terre. Quel paradoxe ! On est loin, très loin des avancées de l'Échevin du logement, Mr Pollain, absent au conseil communal et excusé, par rapport à ses propos reportés dans divers articles de presse, et de ses commentaires précisément sur ce point lors de la réunion de concertation qui s'est tenue le 05/10/2015 entre les riverains, Meuse Condroz Logement et la Commune. Pour rappel, ce programme ayant pour date butoir le 01/01/2020, soit dans 4 ans maximum, est bien inscrit dans le PST (Programme Stratégique Transversal) de la majorité. De notre côté, nous n'inventons rien et nous nous en tenons aux écrits du PST, dont voici le paragraphe en page 10 :
    3.1.1.2. Créer une résidence-services sociale publique
    Il est primordial d’anticiper les conséquences de l’évolution sociologique et démographique de notre société. L’accroissement de la population âgée et l’allongement de la durée de vie sont autant de facteurs qui justifient le développement d’un pôle social fort dédié aux aînés. Une résidence-services comportant une vingtaine de logements pour aînés sera implantée en lieu et place de l’actuel bâtiment du C.P.A.S. Elle s’articulera aux logements publics prévus à Fraineux dont la plupart sont adaptés à la personne âgée. La commune initiera ce projet ambitieux en partenariat notamment avec la région et l’hôpital de Huy et avec le soutien du groupe d’action locale (GAL) et du plan de cohésion sociale (P.C.S.).
    Échéance : 01/01/2020
    La plupart des personnes présentes sont restées choquées et outrées d'entendre certains propos tenus par les intervenants de la majorité et de la manière dont ils nous mènent constamment en bateau. C'est par rapport à une telle indignation que bon nombre n'ont pu s'empêcher d'interpeler les échevins à la sortie du conseil communal afin de leur faire part de leur colère devant pareille attitude.

Les commentaires sont fermés.