Nandrin Feu vert pour la création du trottoir

Lien permanent

conseil communal du 26 oct.JPG

Les élus ont voté l’élargissement du domaine public, préalable au permis Tige des Saules.

Le projet de construction rue Tige des Saules est revenu sur la table du conseil communal, ce lundi soir, non pas sur l’objet même des logements sociaux mais sur l’élargissement du domaine public afin d’y aménager un trottoir. Une étape préalable à l’octroi potentiel du permis d’urbanisme par la Région.

 

Le dossier des huit logements sociaux prévus rue Tige des Saules (dont quatre devraient être rattachés à la future résidence-services, selon la volonté du Collège) avance. Lundi soir, les élus nandrinois ont approuvé par 9 voix positives contre 3 abstentions de Tous Ensemble et 3 « non » de PourNandrin, l’élargissement du domaine public, soit la réalisation d’un trottoir de 46,61 mètres.

Ce chemin à Yernée Fraineux passe donc du domaine privé de la commune au domaine public.

Un élément clé du potentiel futur permis d’urbanisme. « Si le Conseil s’était prononcé contre cet élargissement, soit Meuse Condroz Logement pouvait introduire un recours auprès du ministre Di Antonio, soit elle acceptait de réaliser le trottoir sur fonds privés mais alors, il ne pourrait pas être utilisé par le public, ce qui serait dommage », commente Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

ENQUÊTE PUBLIQUE : 55 RÉCLAMATIONS

Le projet de la majorité n’a pas laissé les riverains indifférents, suscitant inquiétudes et incompréhensions. Au terme de l’enquête publique, 55 réclamations avaient été introduites auprès de la commune. « L’enquête publique portait sur l’élargissement de la voirie, ainsi que sur la profondeur de construction.

Le premier point devait passer au conseil communal, l’autre fera l’objet d’un avis du Collège.

C’est la Région qui, in fine, rendra la décision finale.

Le Collège ne rend qu’un avis, qui sera positif car nous souhaitons augmenter le nombre de logements sociaux à Nandrin, conformément au plan d’ancrage voté en 2011 », souligne Charlotte Tilman.

Dans la foulée de l’enquête publique, une réunion de concertation a été organisée le 5 octobre dernier entre des représentants des riverains, les échevins Charlotte Tilman et Daniel Pollain, l’administration communale et Meuse Condroz Logement qui porte le projet.

Suffisant pour apaiser les craintes des habitants ? «Il y a une volonté de rencontrer les desiderata de la population en adoucissant l’impact du bâtiment dans le permis.

Par exemple, le reculer par rapport au front bâti, changer les matériaux, ajouter de la verdure…

Nous allons transmettre ces éléments au fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui, seul, décidera d’accorder ou non le permis d’urbanisme. »

Le dossier reviendra sur la table du conseil au moment de l’emphytéose avec Meuse Condroz Logement, probablement début 2016.

Source sudpresse article ANNICK GOVAERS

Journal en PDF

Les commentaires sont fermés.