Des habitations pour seniors à la place des logements sociaux

Lien permanent

nandrinLes huit logements sociaux annoncés rue Tige des Saules à Nandrin sont abandonnés. À la place, une résidence-services publique pour personnes âgées verra le jour sur le terrain du CPAS. La première phase du projet (8 logements dont 4 pour PMR) est lancée avec le début de l’enquête publique qui s’achèvera le 17 septembre prochain.

 

Le Collège nandrinois a changé son fusil d’épaule. Les huit logements sociaux prévus rue Tige des Saules, à côté du CPAS, ont cédé la place à une future résidence-services, par conséquent dédiée aux seniors. L’ancien projet a fait l’objet d’une enquête publique et d’une vive opposition de certains riverains. « Les pompiers avaient également fait part de quelques remarques mais le dossier n’a pas été jusqu’à la Région wallonne car nous avons dit « stop » entre-temps», explique Daniel Pollain, échevin du logement et du troisième âge. Dans son Programme Stratégique Transversal présenté en juillet dernier, le Collège nandrinois exprimait sa volonté de créer une résidence-services publique comportant une vingtaine de logements pour aînés en lieu et place de l’actuel bâtiment du CPAS. La première phase de ce projet se concrétise aujourd’hui avec le lancement de l’enquête publique pour huit logements de résidenceservices. « Nous y allons étape par étape car pour que le CPAS déménage, il faut que la nouvelle maison communale voie le jour. Vu que notre plan d’ancrage communal était déjà subventionné, nous avons décidé de l’engager pour la résidence-services», poursuit-il. Formule intermédiaire entre le maintien à domicile et le séjour en maison de repos, la résidenceservices répond à une demande grandissante. « Le schéma directeur (SDER) adopté par les 31 communes de l’arrondissement privilégie la création d’une résidence-services à Nandrin, le GAL le préconise également. Nous avons déjà des maisons de retraite à Nandrin, une résidence-services est un projet utile car beaucoup d’aînés souhaitent rester à Nandrin.» Le rez-de-chaussée comprendra 4 logements adaptés aux personnes à mobilité réduite et l’unique étage 4 logements plus classiques (dont un de transit). Soit huit en tout, pour cette construction sur le terrain communal. « Pour béné- ficier d’un emploi, une infirmière à demeure, il faut 24 logements minimum. Un autre bâtiment sera construit plus tard à la place du CPAS pour qu’à terme on atteigne ce quota.» Une douzaine d’habitations seront alors gérées par Meuse Condroz Logement (pour des seniors à revenus faibles) et une douzaine d’autres par l’hôpital de Huy (sans critères de revenus). La localisation est idéale, selon l’échevin. « On a entendu beaucoup de choses sur le devenir de ce terrain, notamment que nous allions le vendre et que des buildings y seraient construits. C’est tout le contraire : il reste dans le domaine public, ce qui garantit des locations de logements plus abordables que dans le privé, et les résidents pourront profiter du parc arboré », conclut Daniel Pollain.

Source sudpresse article de  ANNICK GOVAER

 

Un coût de 130.000 euros environ par logement

Au terme de l’enquête publique, si le permis est accordé, quand débuteraient les travaux ?

« Meuse Condroz Logement donnera un calendrier mais à mon avis, pas avant deux ans », estime l’échevin du logement Daniel Pollain.

Quant au prix des habitations ainsi construites, il faut compter en moyenne 130.000 euros par logement.

Précisons qu’une résidence-services comprend des logements particuliers indépendants, propose une série de services auxquels les aînés peuvent faire appel (repas à domicile, soins infirmiers…) et dispose d’un local commun librement accessible.

La demande de MCL peut être consultée jusqu’au 17 septembre à l’administration communale de Nandrin.

Les éventuelles observations sont à adresser par écrit au Collège ou à signifier lors de la clôture de l’enquête publique.  A.G

Les commentaires sont fermés.