Nandrin dit encore non à la ligne haute tension

Lien permanent

Alain Henri.JPGCe jeudi, le Collège nandrinois a rendu un avis défavorable concernant la remise en service de la ligne à haute tension Gramme-Rimière qui traverse sept zones d’habitat à Nandrin. Il confirme ainsi sa première prise de position, à la suite de l’enquête publique menée dans la commune. Le complément d’information du gestionnaire de réseau Elia n’a pas convaincu la majorité

 

Le Collège nandrinois n’a pas changé d’avis. Il est toujours défavorable à la remise en service de la ligne à haute tension GrammeRimière (70 kV), gérée par Elia.

En tout, une soixantaine d’habitations seraient impactées par les 5,3 km de la ligne existante qui traverse 5 communes : Nandrin en particulier mais aussi Neupré, Tinlot, Modave et Huy. Le gestionnaire du réseau à haute tension compte effectivement ré- exploiter ces pylônes, inactifs depuis les années 1980.

« Nos équipes techniques constatent une surcharge de 30 % et un niveau de tension trop bas sur les boucles électriques de Hesbaye et du Condroz lorsqu’un élément vient à manquer (quand un arbre tombe sur un câble par exemple).

Cette situation n’est pas tenable pour assurer la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau électrique », dé- clarait Sophie De Bats, responsable communication infrastructures d’Elia.

Après un premier permis d’urbanisme cassé par le Conseil d’Etat en 2013, Elia retentait sa chance il y a quelques semaines. Les riverains nandrinois se sont exprimés en masse pour contrecarrer ce projet qu’ils estiment nuisible à la qualité de vie, notamment. 30 réclamations individuelles et une pétition de 231 signatures ont été remises à la commune au terme de l’enquête publique, le 12 mai dernier. Dans la foulée, le Collège nandrinois émettait un avis défavorable.

Le fonctionnaire délégué de la Région wallonne, qui aura le dernier mot dans ce dossier, a alors réinterrogé Elia pour qu’il fournisse un complément de notice d’incidences sur l’environnement, soit qu’il réponde à certaines réclamations introduites par les communes.

Cela étant fait, le fonctionnaire délégué réinterroge actuellement les communes. Le Collège nandrinois n’a pas hésité : c’est encore non.

« C’est vrai qu’Elia donne plus d’infos sur l’impact paysager, les nuisances sonores, les champs électromagnétiques etc., bien que les réponses correspondent à son point de vue, évidemment. Par contre, Elia ne propose pas d’alternative au tracé actuel de la ligne, ce que nous réclamions.

Nous souhaitons que la ligne à haute tension ne passe plus au-dessus de zones habitables ou habitées. Nous avons donc, logement, rendu un nouvel avis défavorable à la Région. »

Aucune nouvelle enquête publique ne devrait être organisée.

Sur base des nouveaux éléments apportés par Elia et l’avis des différentes communes concernées, le fonctionnaire délégué de la Région prendra la décision finale. Les Nandrinois croisent les doigts.

 

Source info Sudpresse article de  ANNICK GOVAERS

Les commentaires sont fermés.