Le périodique communal de Nandrin Printemps 2015 dans vos boîtes aux lettres cette semaine de début avril

Lien permanent

carrefour Nandrin.jpg

 

Le Carrefour périodique communal de Nandrin 

Printemps 2015 dans vos boîtes aux lettres

Commentaires

  • Au nom du CRAVN (Collectif pour la Ruralité et l'Art de Vivre à Nandrin), je tiens à préciser et à corriger un point paru dans le périodique "Carrefour" et ainsi permettre de rétablir l'exactitude des faits qui y sont relatés et qui concernent l'évacuation des terres qui se trouvaient dans la rue du Péry. En effet, malgré plusieurs interpellations des riverains, Fraineux continue de devenir la poubelle de Nandrin.

    Dans la rubrique « Travaux » située en p.4 du « Carrefour » et qui traite des réalisations terminées en 2014, la commune nous précise : "Nous avons organisé l'évacuation de terres, de matériaux inertes et d'encombrants stockés au Péry. Nous avons, de cette façon, gagné une quinzaine de places de parking".

    Dans les faits, toutes les terres et les matériaux des raclages des routes ont simplement été déplacés de 300 mètres, pour atterrir derrière la haie du jardin d’une riveraine. Cette opération a mobilisé un ballet de plusieurs engins durant toute une journée.

    Il apparaît donc clairement que le terme "évacuation" n’a pas la même signification pour la commune que pour les riverains. Le fait de prendre des terres qui se situent à gauche pour les déplacer à droite constitue une « évacuation » pour la commune, alors que pour les riverains, il s’agit là d’un simple déplacement du problème.

    Cerise sur le gâteau, cette opération a permis aux premiers habitants de la rue Tige des Saules de profiter d'une magnifique vue sur ces terrils de déchets qui surplombent et s'alignent le long de la haie de certains jardins. De plus, ces terrils sont principalement composés d’hydrocarbures issus du raclage de routes. Ces déchets sont donc susceptibles de polluer le sol et les nappes phréatiques, et lors de fortes chaleurs, ils rejettent des effluents gazeux à base de bitume, malsains pour la santé, vers les habitations de la rue Tige des Saules.

    Par ailleurs, il y a lieu de préciser que lors d'un précédent conseil communal, l'échevin des travaux a laissé entendre qu'il avait parfaitement conscience du problème concernant les talus déjà entreposés à cet endroit, et qu'il s'engageait à les faire disparaître une bonne fois pour toutes. Au final, le volume des déchets a augmenté au lieu d’être réduit à néant. Force est donc de constater la présence d’un décalage entre les discours politiques issus de cette majorité, la présentation des faits dans le magazine communal, et leur réalité effective.

    Quelques preuves en image :
    http://www.casimages.com/i/150403071831877681.jpg.html
    http://www.casimages.com/i/15040307183091296.jpg.html

    La confiance accordée par les citoyens vis-à-vis de leurs élus est à nouveau écorchée. Une fois de plus, les actes posés vont à l’encontre des belles paroles, des discours, des déclarations d’intentions ou des promesses. Alors qu’en est-il de l’éthique, tellement mise en avant par certains lors de la campagne électorale de 2012 ? Et les questions que nous sommes amenés à nous poser de façon récurrente sont les suivantes : Jusqu’où cela va-t-il aller ? Quand cela cessera-t-il ?

    Pour le CRAVN,
    Giltay D

Les commentaires sont fermés.