Nandrin route du Condroz « Prêtons l’argent à la Région »

Lien permanent

 

rond point,nandrin,condroz,aldi,cilou louviaux,michel lemmens,prêtons l’argent à la région

rond point,nandrin,condroz,aldi,cilou louviaux,michel lemmens,prêtons l’argent à la région

rond point,nandrin,condroz,aldi,cilou louviaux,michel lemmens,prêtons l’argent à la régionMichel Lemmens lance une idée innovante pour aménager rapidement deux ronds-points

La route du Condroz est une route accidentogène et meurtrière.

Le projet d’un rond-point au Monastère de Nandrin était acquis mais il a été reporté par la Région, faute de moyens.

Pour accélérer sa concrétisation, le bourgmestre nandrinois a imaginé un montage financier : prêter l’argent à la Région wallonne, propriétaire de la chaussée, en attendant un financement.

D’ordinaire, ce sont les communes qui demandent de l’argent à la Région, à Nandrin, c’est la commune qui propose de prê- ter ses deniers à la Région.

L’idée a été imaginée par le bourgmestre pour que le rond-point du Monastère voie le jour au plus vite. « On a des fonds de réserve, à peu près 1,5 million d’euros et un endettement en dessous de 3 millions. On pourrait avancer un million d’euros cette année et le récupérer dans un an ou deux quand la Région aura les moyens », explique-t-il.

De fait, le giratoire du « Mona » sur la route du Condroz (une voirie régionale) avait reçu son permis et comptait bien parmi les investissements (500.000 euros) de la Sofico pour 2015, mais a été reporté, faute de moyens financiers pour le réaliser.

« Du coup, on est en stand-by jusque 2016- 2017.

Il faut être imaginatif, donner des moyens de réflexion différents des systèmes classiques, pour réaliser le plus vite possible le rond-point du Monastère car l’endroit est très dangereux », souligne Michel Lemmens. Concrè- tement, cela est-il légal ?

«Il est tout à fait possible de conclure une convention entre la commune et la Région. J’ai rencontré le chef de cabinet adjoint du ministre Prévot, pour lui en faire part.

J’ai reçu un accueil poli, interrogatif et pas désintéressé. L’idée fait son chemin, on verra bien.»

UN ROND-POINT À L’ALDI ?

Le bourgmestre nandrinois espère par ailleurs l’aménagement d’un giratoire à proximité de l’Aldi, une zone commerciale en plein développement (la surface de l’Aldi doublée, la création de nouvelles surfaces).

On se trouve là sur la commune de Tinlot mais Nandrin estime subir les nuisances de la circulation, renvoyée rue sur les Haies.

«Il y a beaucoup de tourne-à-gauche en venant de Liège, c’est un site difficile d’accès. Il serait dans l’intérêt de tout le monde de sécuriser cet endroit. »

Il propose que les deux communes (Nandrin et Tinlot) discutent avec le promoteur pour que chacun mette la main à la poche pour créer ce fameux giratoire à l’Aldi.

« À trois, on peut regrouper l’investissement nécessaire. Le promoteur est demandeur, c’est dans son intérêt aussi. »

L’argent communal avancé serait récupéré via les charges versées par les futurs promoteurs de la route du Condroz.

« Quand on octroie des permis de bâtir, on a la possibilité de mettre des charges d’urbanisme à la société qui souhaite bâtir ou lotir.

Ça peut être la création d’une voirie, des aménagements de sécurité, des radars préventifs comme à l’Intermarché, pourquoi pas un rondpoint ?

Les futurs investisseurs paieraient une partie de la sécurisation de la route du Condroz, ce qui est un peu normal.»

 
Source La Meuse 
Article de 
  ANNICK GOVAERS
 
CILOU LOUVIAUX
 
 
« Je n’ai pas (encore) eu de contact concret à ce sujet »
 
La bourgmestre tinlotoise a eu vent de l’idée de Michel Lemmens mais attend des éclaircissements.
 «Je n’ai pas encore eu de contact réel et concret au sujet d’un éventuel rond-point à l’Aldi de Tinlot.
 
 C’est une proposition surprenante, normalement la démarche est inverse, ce ne sont pas les communes qui donnent de l’argent à la Région. Je ne comprends pas vraiment le principe, il faudra que nous en discutions autour d’une table. 
Pour le moment, je n’ai pas encore été invitée », commente Cilou Louviaux.l
 
Article de A.G.
 

Journal en PDF

Mercredi 18 Mar. 2015

Mercredi 18 Mar. 2015

 
 

Commentaires

  • Nandrin voudrait financer la Région : utopie ou propagande ?
    Bien qu'elle semble innovante au premier abord, l'idée lancée par le bourgmestre ce 18 mars 2015 dans le journal 'La Meuse' semble pour le moins 'précoce', au point qu'on pourrait l'assimiler à un canular du 1er avril.
    Il appartient cependant à chacun de rester dans le rôle qui est le sien. En effet :
    1. Le rôle des commerçants ne doit pas être le financement des infrastructures communales et régionales. Les commerçants payent déjà assez d'impôts pour ce faire. Vouloir leur imposer en plus des 'charges d'urbanisme' disproportionnées comme condition à la délivrance d'un permis serait tout simplement illégal.
    De plus, de telles pratiques occasionneraient un surcoût évident des produits vendus, qui se répercuterait à court terme sur les citoyens nandrinois. Cela reviendrait donc à produire un nouvel impôt déguisé.
    2. Le rôle des communes ne doit être le financement des Régions. Il ne peut pas l'être par ailleurs, cela ne fait partie de leurs attributions. Toute décision allant dans ce sens serait illégale.
    3. Les Régions doivent agir dans le cadre des budgets qui leur ont été attribués. Certains montages financiers effectués afin de réaliser des travaux ont déjà été condamnés par l'Union Européenne. La légalité de tels montages serait donc à remettre en question, et ce d'autant qu'en fin de compte, ceux-ci consisteraient à créer de nouvelles dettes qui ne seraient pas inscrites dans les budgets régionaux.
    4. Les communes ne seraient plus traitées de façon égalitaire. Celles qui pourraient avancer des fonds seraient traitées prioritairement, ce qui pose un véritable problème éthique et juridique.
    Mais outre ces questions de fond, ce sont les messages véhiculés par cet effet d'annonce qui sont dérangeants. Ainsi :
    1. La santé des finances communales serait telle qu'elle permettrait d'aider la Région dans certains de ces investissements. Il faut retomber les pieds sur terre : la dette communale s'élève à plus de 3 millions d'euros, et manifestement la stratégie de communication de cette majorité repose sur la présence d'images résultant d'effets d'annonces, qui ont pour effet de tromper la population sur la réalité matérielle des choses.
    2. La commune de Nandrin n'aurait dorénavant plus besoin de subsides de la Région. Le message envoyé aux autorités régionales est sans équivoque : les finances communales sont telles qu'il n'est plus besoin de subsides pour que la plupart de ses projets puissent voir le jour.
    Par contre, en dépit du fait que ces effets d'annonce seraient susceptibles de mettre en péril la santé financière de notre commune dans les années futures, on peut y percevoir une volonté de mettre fin à la ruralité à Nandrin.
    En effet, Les ronds-points de St Severin, du monastère, de la pharmacie, des quatre bras, et de l'aldi se trouveront pour la plupart dans une zone du schéma de développement territorial, destinée à accueillir des habitations avec une densité de 40 à 60 habitations à l'hectare. Ce schéma a été proposé et approuvé par la majorité PS-cdH-Ecolo lors de conseil communal de ce 24 février 2015. De tels ronds-points deviennent nécessaires pour la mise en oeuvre de ce projet d'aménagement.
    Alors peu importe qu'il s'agisse d'un effet d'annonce ou d'une utopie. Il ressort de tout cela que de telles annonces sont susceptibles de mettre en danger la stabilité financière de notre commune, et la qualité de vie à laquelle les citoyens nandrinois aspirent. Et la véritable question que de plus en plus de nandrinois se posent, est la suivante : Quand est-ce que cela cessera-t-il ?

  • Yakouba du Chemin de Sotrez à Nandrin n'a jamais su compter et n'a jamais compris ce qu'est la démocratie.
    Ce post n'en est qu'une nouvelle preuve.
    Nic Tamère

  • Par souci de la liberté d'expression les commentaires sont validés sur le blog !
    Par contre
    Les commentaires xénophobe, grossier, insultent ou à l'encontre Des bonnes mœurs ne seront pas validés .
    Une des obligations également est que l'adresse mail soit une adresse mail valide ! et lier au pseudo
    Cette clause (règle) est toujours d'application et le cas pour tous les messages publiés sur le blog de Nandrin
    Je vous remercie monsieur Nic Tamère d'en prendre bonne note pour l'avenir

    La Blogueuse

  • Que voulez-vous madame Piron, le mensonge, l'injure et le mépris sont devenus pour certains la norme à Nandrin. Et comme le dit si bien monsieur Yakouba Laffineur: Quand est ce que cela finira-t-il ?

  • Pour citer Jean Cocteau : « L'avenir n'appartient à personne. Il n'y a pas de précurseurs, il n'existe que des retardataires »

    Monsieur Laffineur,

    J’ai lu avec beaucoup d’attention votre réaction très technique et, loin de moi de vouloir polémiquer sur la teneur ou la valeur de vos réactions.

    Toutefois, en acceptant le postula que tout est en constante évolution, les équilibres nouveaux ont toujours été générés par un courant précurseur de pensées.

    Si j’ai lu votre réaction, j’ai également lu l’interview de Michel Lemmens.

    A la lecture des propos de Michel Lemmens, je ne décèle que des pistes de réflexion et des idées novatrices lancées à l’autorité de tutelle.

    Pour y avoir vu plusieurs tués et pour y avoir soutenu les fonctions vitales de personnes accidentées en attendant les secours, j’affirme que la portion de la route concernée (Monastère/Delhaize/Les routiers/Jardinière) est excessivement dangereuse.
    Sortir du parking du Delhaize aux heures de pointes relève du parcours du combattant tant le flux de voiture est discontinu et bien sûr, ce flux se déplace à 90 km/h dans le meilleur des cas...

    Personnellement, je voudrais poser une seule question… Quelle est la valeur d’une vie sauvée ?

    Voici donc pourquoi j’applaudis les gens qui osent avancer des idées novatrice car ces idées me sauveront peut-être la vie, ou la vôtre…

    En temps que démocrate, j’ai toujours pensé que l’opposition permettait d’avancer dans la construction de la démocratie, encore faut-il que cette opposition ne se meuve pas sur des stimulus réflexogènes.
    Systématiquement diaboliser l’autorité en place (à savoir actuellement Michel Lemmens) n’est pas une approche constructive si cette approche n’est pas accompagnée d’idées novatrices en contre-proposition.

    En conclusion, cela me rassure de constater qu’il y a encore des gens capables de réflexions novatrices et sur ce coup là, je remercie vivement le Bourgmestre de se préoccuper de notre sécurité à tous.

    Didier Clabots

  • On fait dans la dentelle à ce que je vois.
    Evidemment, face à certains qui font dans le repassage, je comprends qu'il puisse s'agir d'une réaction corporative.
    Ceci dit, si on aménagerait la route du condroz comme la chaussée de tongres, il n'y aurait plus aucun tué à Nandrin.
    Mais est-ce pour autant qu'il faille le faire ?
    Par ailleurs, l'analyse du post précédent repose sur un postulat erroné. En effet, ce ne sont pas les aménagements qui tuent, mais bien les comportements irresponsables. Il y a eu deux accidents mortels en 2014 directement liés à la présence des ronds-points situés un peu plus loin. Ce n'est pas pour autant qu'il faille vouloir les enlever, et encore moins vouloir le faire en voulant prêter de l'argent à la région en criant sous tous les toits que les caisses communales sont pleines, alors que tout le monde aura pu lire dans le dernier Carrefour que la dette communale s'élève à 3 millions d'euros.
    Qu'on arrête de nous prendre pour des imbéciles !

Les commentaires sont fermés.