Nandrin Il plante son ex avec un couteau

Lien permanent

 

nandrin,dossier justice,condroz

Violent, il ne voulait pas qu’elle le quitte

Stéphane risque gros.
 Ce Nandrinois est un habitué des tribunaux pour des faits plus que désagréables, toujours des coups portés aux femmes qui partagent sa vie. 
Mais en juillet 2013, il est allé encore plus loin.
 Il a roué de coups son ancienne compagne et lui a donné un coup de couteau dans l’estomac.
 Il est inculpé de tentative d’assassinat et risque 4 ans de prison, dont la moitié avec sursis.
 
Stéphane, 48 ans, vit à Villers-le-Temple où il a exploité pendant plusieurs années un poulailler. 
Il a mis un terme à son activité et est devenu chauffeur. 
Mais ce n’est pas dans sa vie professionnelle qu’il a des soucis, c’est plutôt du côté de sa vie privée.
En effet, l’homme multiplie les relations tumultueuses. En 2010,l’une d’entre elles l’avait déjà conduit devant le tribunal correctionnel.
Il avait été condamné à 100h de travail d’intérêt général pour des coups portés à la femme qui partageait sa vie.
Ce jeudi, c’est pour des faits similaires et d’autres bien plus graves qu’il a comparu devant le tribunal.
Il est accusé d’avoir porté des coups à deux autres de ses ex. 
Pire encore, on le soupçonne d’avoir tenté d’assassiner la dernière dame avec qui il a eu une relation.
Ils se rencontrés le 15 août 2012 et Stéphane est tombé éperdument amoureux.
 Au début, tout se passait bien, mais les relations se sont vite dégradées.
 A plusieurs reprises,la dame, Nandrinoise elle aussi, a affirmé qu’elle avait été frappée, et que ces faits se répétaient très souvent.
En avril 2013, elle a déposé une plainte qui a conduit à l’arrestation de Stéphane et à son placement en détention préventive.
 Selon elle, elle aurait été séquestrée chez elle et aurait dû faire appel à son beaufrère pour que Stéphane décide enfin de quitter les lieux.
Quelques jours plus tard, Stéphane est sorti de prison, il a promis de ne plus contacter la jeune femme mais ne s’est jamais tenu à cette promesse. 
Il n’a cessé de l’appeler,de lui envoyer des SMS, de la suivre ou de la faire suivre et de l’attendre à la sortie de son travail.
En juillet pourtant, les choses s’étaient apaisées entre les deux anciens amants et la jeune femme a décidé de revoir Stéphane, pour une simple relation amicale. 
Un choix qui a failli lui coûter la vie.
Pour fêter leur réconciliation, ils sont partis passer une journée à la mer.
 Mais la voiture de Stéphane est tombée en panne sur place. 
Le lendemain, la jeune femme a donc proposé de l’emmener à nouveau à la mer, pour qu’il récupère son véhicule. 
Et c’est là que les choses ont dérapé.
 A peine partis de Nandrin,ils ont commencé à se disputer.
Stéphane n’acceptait pas que son ex ne veuille pas revenir vers lui. 
Il a sorti un couteau à cran d’arrêt de 22 cm de long et l’a menacée. 
Il l’a forcée à s’arrêter et a commencé à la frapper.
 Il s’est mis à genou sur elle, au volant de la voiture et lui a donné des coups de poing d’une rare violence au visage. 
Il a ensuite donné un coup de couteau dans le ventre de son ex-compagne.
Pour le parquet, aucun doute, ces actes étaient destinés à tuer la Nandrinoise.
 Son ancien amant ne pouvait supporter qu’elle le quitte.
« C’ÉTAIT POUR LA CALMER »
Stéphane, lui, présente une toute autre version. 
Selon lui, c’est elle qui est devenue hystérique. 
Il ne l’aurait frappée que pour la calmer,parce qu’elle lui donnait des coups. 
C’est d’ailleurs par les mêmes arguments qu’il a expliqué les coups portés à ses deux autres anciennes compagnes. 
A chaque fois, il se présente comme une victime de femmes violentes, hystériques,qu’il a dû frapper pour les calmer. 
Sa compagne précédente,en plus, était infidèle, ce qui semble être une justification à ses yeux.
Pour ces raisons, le substitut du procureur a requis une peine très lourde de 4 ans de prison. 
Mais il ne s’est pas opposé à un sursis probatoire pour la moitié, si Stéphane accepte de se faire soigner. 
 
article de NOÉMIE BOUTEFROY pour La Meuse 

Les commentaires sont fermés.