Le Nandrinois Marc Evrard se mobilise pour empêcher l’expulsion de son élève Cynthia

Lien permanent

marcevrard.JPG

L’athénée royal Andrée Thomas de Forest enverra ce jeudi un courrier au nouveau secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Théo Francken (N-VA), pour lui demander de revoir la décision d’expulser Cynthia.

Cette jeune togolaise (19 ans) est en rhéto et ses profs aimeraient lui voir laisser sa chance de terminer ses secondaires, voire d’entamer des études supérieures.

Le nouveau secrétaire d’État en charge de l’Asile et de la Migration, Théo Francken (N-VA), va bientôt devoir s’occuper d’un premier cas personnel. L’athénée royal André Thomas, à Forest, lui enverra ce jeudi un courrier signé du préfet des études et des enseignants pour évoquer le cas de Cynthia, étudiante togolaise de 19 ans tombant sous le coup d’un ordre de quitter le territoire mais que l’établissement aimerait voir rester. Au moins jusqu’à la fin de ses études secondaires.

«  Cynthia est une jeune fille sérieuse, très bonne élève. Elle est en sixième générale en option économie  », explique Marc Evrard (de Nandrin ), préfet des études de l’école située avenue Reine Marie-Henriette. Alors lorsque le corps professoral l’a sollicité, il n’a pas hésité. «  Je suis très respectueux des lois du peuple belge. Je comprends qu’il y a des règles et qu’il faut les respecter. Mais je me place ici sur le plan des études et c’est un devoir moral pour moi de conduire cette élève jusqu’au terme de ses études. Je ne remplirais pas ma mission si je n’envoyais pas cette lettre. Elle est en rhéto, il ne lui reste que huit mois avant d’être diplômée. Si elle reste jusqu’en septembre, la Belgique n’en mourra pas.  »

« Une ado prometteuse »

Sous l’égide de Mustapha El Ghali, le professeur d’économie, les enseignants de dernière année ont rédigé la missive, qui sera postée aujourd’hui. «  Nous expliquons que si nous comprenons les raisons administratives qui ont motivé la décision, nous trouvons qu’elle mériterait d’être revue pour des raisons humaines  », explique M. El Ghali. «  Nous voulons qu’on lui laisse la chance de terminer ses secondaires en Belgique. Voire même, puisque c’est sa volonté, d’y entreprendre des études supérieures. C’est une adolescente travailleuse et prometteuse qui incarne ce que la Belgique peut tirer de profitable d’une politique d’immigration mûrement menée.  »

Reste maintenant à espérer une réponse positive. «  On ne part pas battu d’avance. On fait tout ça pour elle  », reprend Mustapha El Ghali.

Christophe Vancutsem

Plus dans La Capitale Bruxelles de ce jeudi

asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

 

 

 

 

 

 

 

Journal en PDF

Jeudi 23 Oct. 2014

Jeudi 23 Oct. 2014

Les commentaires sont fermés.