« Ils n’y croient plus » à Templiers Nandrin

Lien permanent

Templiers Nandrin P3.JPGDernier, à 9 points du premier non-descendant, Templiers-Nandrin file vers la P3

Lanterne rouge du classement depuis quasiment le début de saison, Templiers-Nandrin ne devrait pas échapper à la descente en P3.
 Le club du président Éric Hossay pointe loin derrière les Couthuin, Jehay ou encore Vyle-Tharoul, qui semblent avoir fait un grand pas vers le maintien.
 Une chute qui entraînera aussi celle de sa P3 vers la P4
 
Ce n’est pas encore mathématique mais on voit mal comment Templiers-Nandrin pourrait encore parvenir à sa sauver en P2 d’ici les quatre derniers matches qu’il lui reste. 
Le président, Éric Hossay, en est d’ailleurs bien conscient et se veut réaliste.
 « La situation est catastrophique depuis le début de saison et on subit la loi comptable.
 Il nous faudrait un miracle pour nous maintenir.
 Ce dimanche, on va aller à Hannut en jouant le coup à fond. 
Mais on sait aussi que notre adversaire a besoin de points pour le tour final.
 Le groupe semble un peu résigné et n’y croit plus de trop. »
La probable culbute en P3 aura également des répercussions sur l’équipe bis qui évolue en P3 et qui devra donc basculer en P4. « Oui, mais si la P3 est rétrogradée en P4, ce sera uniquement sa faute et non celle de la P2.
 Ils ont joué un très mauvais championnat également et descendront en raison de leurs mauvais résultats. 
Cette équipe est composée de trop de copains et le coach n’arrive pas avoir suffisamment d’emprise sur elle.
Elle est un peu victime de son amitié. »
Quoi qu’il en soit, le club se prépare déjà à l’an prochain où il faudra impérativement reconstruire.
«Notre groupe de P2 était essentiellement composé de jeunes du cru.
Cela nous a sans doute porté préjudice car il n’y avait pas suffisamment de joueurs d’expériences pour les encadrer. 
En P3, il ne faudra pas répéter les mêmes erreurs.
On va continuer à croire en nos jeunes mais on devra aussi essayer de les entourer. 
J’espère aussi que le coach, Andy Piters, restera car c’est l’homme de la situation. 
Depuis son arrivée, il a apporté beaucoup au club. »
Avec la naissance des nouveaux terrains synthétiques et du nouveau bloc buvette-vestiaires, les Condruziens auront toutes les armes pour jouer un rôle important lors du prochain exercice.
 De ce côté, d’ailleurs, on avance. 
La réception provisoire des installations a été effectuée hier et les terrains seront à disposition avant Pâques.
« Retomber en P3 n’est pas si catastrophique car cela fait plusieurs saisons que le club lutte pour se maintenir en P2. 
Cela signifie sûrement que notre place est un échelon plus bas.
 Là, nous pourrons reconstruire tout en jouant directement la tête du classement et tenter de remonter en P2 avec une ossature d’équipe stable.
 On espère d’ailleurs garder nos éléments prometteurs et clubmen comme Degbomont, Sauvage ou Claessens. 
Si on leur propose un projet intéressant, je suis certain qu’ils prolongeront l’aventure avec nous », termine le président condruzien. 
 
UNE RUBRIQUE D’OLIVIER JOIE dans le journal La Meuse de H-W du 26 février 2014

Commentaires

  • Entièrement d'accord. Retomber en P3 n'est pas une catastrophe. Nous n'avons pas su trouer une solution pour préparer nos jeunes. Tout simplement parce que l'URBSFA et les CP n'en proposent pas. Il faudrait revoir le système, remplacer les U19/U21 par une simple U21 et créer une série U25 avec un vrai championnat. Voir même l'intégrer comme une troisième équipe seniors. Tout à fait honnêtement je suis pantois de voir comment les instances dirigeants ne font absolument aucun effort pou bien analyser le sytsème foot et trouver les meilleures options. Moi je l'ai fait, etc'est coool. Manque d'imagination, d'innovation, de créativité, d'esprit d'analyse, de compétences (surtout!).

Les commentaires sont fermés.