Nos bourgmestres doivent s’unir contre les éoliennes

Lien permanent

eol.JPGStephan van der Stegen représente les riverains condruziens qui s’opposent aux projets

La fédération des comités de défense du vrai Condroz a décidé d’agir contre les projets éoliens qui se multiplient dans la région. 
Des riverains inquiets de voir leurs paysages condruziens se dégrader avec l’implantation d’éoliennes ont décidé de s’unir et d’envoyer une lettre aux bourgmestres des sept communes du GAL Pays des Condruzes, afin qu’ils s’unissent pour lutter contre les entreprises qui développent ces installations.

 

Dans le cadre du développement de la production d’énergie renouvelable en Wallonie, le Gouvernement Wallon a lancé une campagne de consultation auprès des communes.
 Une cartographie des différents endroits où des éoliennes pourraient être implantées a été proposée aux autorités communales pour que chacune donne son avis. Les réponses
doivent être rentrées pour le 30 avril prochain.
 Mais certains s’opposent farouchement à cette vision des possibilités en Wallonie. 
Selon eux, la carte ne tiendrait pas compte des spécificités des régions.
Stephan van der Stegen est le porte-parole de la fédération des comités de défense du vrai Condroz. 
Depuis des années, il lutte contre les projets éoliens qui fleurissent, de plus en plus nombreux dans cette région rurale qu’il aime tant. 
Et cet ingénieur civil a mis toutes les chances de son côté pour appuyer ses arguments, en montant un dossier solide, basé sur une analyse critique du projet.
« Je ne suis que le porte-parole d’un ensemble de citoyens, habitants du Condroz qui souhaite faire valoir ses droits. 
Notre région est particulière et très agréable, surtout de part son côté rural et ses paysages. 
Des éoliennes dans un endroit comme celui-là, ce serait vraiment dommage. 
Ce que nous souhaitons, c’est éviter la destruction de ce patrimoine paysager ».
Le souci pour Stephan et ses voisins,c’est que le Gouvernement Wallon ne semble pas particulièrement préoccupé par leur cas :« Le Ministre Henry souhaite faire
passer l’énergie éolienne en Wallonie à 4500 MW. 
Il y a donc eu une carte créée pour définir quelles zones pourraient accueillir de telles installations.
Mais nous ne sommes pas d’accord avec ce que cette cartographie montre ».
Si les riverains se mobilisent en masse, c’est que les projets proposés par des entreprises diverses se multiplient.
« À Tinlot par exemple, il y a actuellement deux demandes. 
Si cela se concrétise, la commune sera encerclée par les éoliennes.
 Les paysages seront complètement dénaturés.
Et bien évidemment, les plans donnés par la Région Wallonne ne tiennent pas compte des monuments, des endroits classés.
Je peux facilement citer cinq endroits classés qui seront exposés aux nuisances des éoliennes prévues.
Mais ça n’a pas l’air d’entrer en ligne de compte ».
Comme beaucoup d’autres, Stephan van der Stegen est concerné au premier plan par ces changements dans son paysage. «Il y a quelques années, j’ai acheté une
ferme à Tinlot. Il faut tout y rénover.
Mais j’ai fait arrêter les travaux depuis le début de ces projets.
Un bureau d’études m’a confirmé que si des éoliennes étaient implantées près de chez moi, ma maison perdrait 40 % de sa valeur. 
Je ne crois pas que le Gouvernement Wallon ait prévu de m’indemniser pour la perte financière ».
Ce que les représentants des différents comités anti-éoliens attendent aujourd’hui, c’est une réaction des politiques : «Nous avons déposé une lettre à chaque
bourgmestre des communes concernées afin de leur demander de s’unir, pour lutter contre ces projets. Nous pensons que s’ils parlent tous d’une même voix, ils
auront un impact plus grand pour se faire entendre du gouvernement.
En majorité, les communes du Condroz sont opposées aux permis demandés, mais ils doivent interpeller les députés de leurs groupes politiques respectifs
pour conscientiser tout le monde à notre problème.
 C’est essentiel .
C’est pour cette raison que nous les enjoignons à rendre un avis défavorable à cette cartographie éolienne, selon nous, inacceptable.
Nous ne connaissons même pas les éléments objectifs sur lesquels elle a été dessinée.
Article de Noemi B dans le journal La Meuse H-W du 11 avril 2013
Voir article complet dans l'édition clic sur le journal 
Jeudi 11 Avr. 2013

Jeudi 11 Avr. 2013

Commentaires

  • Tenez bon ! Continuez à vous défendre ! les paysages sont trop beaux. De tout cœur avec vous.

  • Merci pour avoir publié l'article ! Dommage que Tinlot de ne fasse de même.
    BàV SvdS

  • Le Conseil d'Administration de l'association " Patrimoine du Pays de Nandrin" s'oppose dès maintenant au projet de construction d'éoliennes tel qu'il est prévu à Yernée-Fraineux. Il avisera des actions ou interventions à entreprendre dans les semaines à venir.

  • mon mari et moi -même ne sommes pas contre l'éolienne mais bien contre cette pollution visuelle , à ST Séverin nous vivons sur un cite classé et ils veulent mettre des éoliennes derrière l'église Romane!!!mais ou allons nous?
    Nous avons du faire une demande pour la couleur de nos châssis et pour l'inclinaison du toit de notre garage pour respecter le cite. Mais eux ils respectent quoi?
    L'argent sans doutes.

Les commentaires sont fermés.