DRAME À PROXIMITÉ DE LA DISCOTHÈQUE LE MONASTÈRE

Lien permanent

phfacemona.JPGTentative de meurtre : « Un miracle qu’il soit en vie »
L’hospitalisation du Braivois Michel Ojéa sera longue, la crainte des séquelles est réelle
Après le terrible drame de samedi, Michel Ojéa récupère lentement au CHU de Liège. « Sa tête a doublé de volume, explique Adrien Carlozzi son ami et son avocat, il souffre de plaies sur le corps et a des difficultés à bouger son côté gauche. 
On espère qu’il n’y aura aucune séquelle neurologique ».
Du côté de l’enquête, le mandat d’arrêt pour meurtre à charge du Sprimontois a été confirmé.
 Il a bel et bien tenté d’écraser volontairement le Braivois.
 Les circonstances qui ont précédé cet acte insensé, restent, elles, assez floues.

Au CHU de Liège, Michel est entouré de ses proches.
 Son papa, José, son épouse, son petit garçon et quelques amis très proches lui ont rendu visite.
Adrien Carlozzi était parmi eux. « Quand on voit Michel et les dégâts au véhicule (une puissante Audi A6 NDLR), c’est presqu’un miracle qu’il soit toujours en vie », souffle-t-il.
Les amis qui l’accompagnaient (parmi lesquels figuraient Franck Walo et Thomas Rovny) ont eu beaucoup de chance aussi.
Aujourd’hui, ils sont en état de choc. Ils ont cru leur ami mort près de la discothèque ». Soulagé de savoir son ami tiré d’affaire Adrien Carlozzi sait aussi que le chemin du rétablissement sera long pour le jeune footballeur de 28 ans, électricien dans l’entreprise familiale.
« Michel reprend doucement connaissance, mais il est encore très confus, explique-t-il. Il a des coups sur le corps et sur les genoux.
Sa tête a doublé de volume.
Il ne se souvient pas de ce qui s’est passé. Le plus inquiétant, ce sont les éventuelles séquelles neurologiques.
 
Michel ne sait presque plus bouger son côté gauche, que ce soit le bras ou la jambe. Les médecins espèrent qu’il pourra récupérer rapidement, mais ils ne se prononcent pas. »
Que s’est-il passé à la sortie de la discothèque Le Monastère à Nandrin, samedi, à 4 heures du matin ? Tout n’est pas encore clair. Certains témoins, que nous avons pu rencontrer (voir autre article), ont des versions différentes.
 
1) Michel Ojéa et certains de ses amis, ont eu une altercation  avec un autre groupe dans la discothèque. Il y a eu des échanges verbaux assez vifs.
Une dispute qui portait sur une broutille « sans doute un verre renversé ou une autre bêtise de ce genre » affirme le patron de la discothèque Le Monastère Luc Hoven. Les deux groupes ne se connaissaient visiblement pas avant samedi. La tentative de meurtre n’a visiblement pas été motivée par une rivalité ou une soif de vengeance.
2) Après les échanges verbaux, les portiers du Monastère ont prié les différents protagonistes de sortir sur le parking. Là, les échanges verbaux se sont poursuivis.
La scène devient ensuite plus floue. Le patron du Monastère affirme que le groupe de Michel Ojéa a « légèrement provoqué le Sprimontois » en jetant des pierres en direction du véhicule.
Toujours selon Luc Hoven, le Sprimontois aurait ensuite fait demi tour sur la route du Condroz pour foncer et écraser délibérément Michel Ojéa et ses amis. D’autres témoins ne parlent pas            du tout de provocation de la
part du Braivois mais évoquent une très grande violence de la part du Sprimontois. D’après eux, l’agresseur aurait même tiré avec une arme à feu en l’air.
Mais qu’elles que soient les circonstances qui ont précédé l’acte insensé du Sprimontois, il a bel et bien foncé volontairement sur Michel Ojéa. Lundi, son mandat d’arrêt pour tentative de meurtre a été confirmé.
Un soulagement pour la famille du Braivois : «Nous attendons que justice soit faite. Même si aucune sanction ne réparera le drame, cela rassure la famille de le savoir arrêté » conclut Adrien Carlozzi. l
article de AURÉLIE BOUCHAT Le journal La Meuse H-W du 5 mars 2013

Commentaires

  • Les faits ne se sont pas passez comme décrit apparement. Michel Ojea et 7 amis à lui s'en sont pris aux sprimontois et ont caillaissé sont véhicule de pavé. Michel Ojea a tenté de jeté une pierre assez importante sur le sprimontois qui n'a pas d'autre choix que d avancer et le heurté et se sauvé la peau.

    30 ans, marié et un enfant et se retrouvé dans une discotéque principalement pour mineur, assez glauque de la part du Michel.........

Les commentaires sont fermés.