Un magot volé à Nandrin

Lien permanent

13.JPGUne femme d’ouvrage en aveux pour une somme de 23.500 euros
Un vol domestique important mais aussi surprenant hier au tribunal correctionnel de Huy. 
Natacha,une technicienne de surface de Clavier, la trentaine, engagée par une agence de Titre-Services de Nandrin, est poursuivie pour avoir volé un véritable magot à un couple de Yernée-Fraineux
(Nandrin) chez qui elle assurait le ménage depuis un an.

La jeune fille avait toute la confiance du couple qui, en plus du ménage, lui confiait à l’occasion la garde de leur bébé.
 «La prévenue a trahi cette relation de confiance et même d’amitié », s’est exclamée hier la substitut Libouton.
TENTATION TROP GRANDE
L’affaire remonte à début 2012,avec le dépôt de la plainte pour vol. Les préjudiciés, un couple d’une quarantaine d’années,parlent d’une somme de 45.000 euros, la défense de 23.500 euros,
«ce qui est déjà une somme importante », admet Me Alexandre Wilmotte qui a expliqué les circonstances tout à fait inouïes qui ont amené sa cliente à se retrouver
en possession de tout cet argent.
«Elle aspirait le dressing lorsqu’une plinthe est tombée laissant apparaître une enveloppe épaisse ».
À l’intérieur, des liasses de billets de 500 euros…
Décontenancée par sa découverte,la jeune femme remet sagement l’enveloppe en place. 
«Mais quand les factures se mettent à tomber, elle ne peut s’empêcher d’y repenser », poursuit l’avocat qui a livré quelques détails sur la vie privée de sa cliente. Un mari ouvrier,
quatre enfants à élever. «Le cinquième est en route, et c’est une grossesse difficile qui la contraint à rester alitée. 
C’est pour cette raison qu’elle n’a pas pu se présenter devant votre tribunal », justifie-t-il à l’adresse du président Dumont.
Alors de retour à Yernée-Fraîneux,en l’absence des propriétaires,elle retire délicatement la plinthe et plonge sa main dans l’enveloppe. 
Combien prend elle ? «Elle ne peut pas le dire.
 Elle attrape les billets sans les compter ». poursuit Me Wilmotte.
Comme il s’agit de grosses coupures de 500 euros qu’elle pourra difficilement écouler au magasin,elle décide de placer son larcin sur trois comptes d’épargne
différents à partir desquels elle effectue dans les semaines qui suivent plusieurs retraits « pour payer les factures, acheter du mazout, une télé et un lave-linge »
énumère la défense.
PRISE EN FLAGRANT DÉLIT
Après un court répit, Natacha se laisse tenter une seconde fois par cet argent si facilement acquis.
De retour dans la maison de Yernée,elle retire à nouveau la plinthe, l’enveloppe est toujours là. 
Comme la première fois, elle s’empare à l’aveugle d’une liasse de billets dont elle ne profitera pas. 
Les propriétaires qui se sont aperçus du premier vol la soupçonnent et la surveillent de près.
Elle est prise quasi en flagrant délit et forcée de remettre les 12.500 euros qu’elle avait déjà enfouis dans son sac. 
En aveux, elle restitue aussi les 2.500 euros qu’elle cachait dans son véhicule.
Plainte est déposée. Avant même que la justice n’intervienne, le couple lésé lui fait signer une reconnaissance de dettes pour un montant de 45.000 euros, somme
que la jeune femme d’ouvrage conteste. 
Au parquet, le substitut Libouton admet la difficulté d’établir le montant avec certitude et parle de 60.000 euros. 
Au tribunal de trancher.
 Le jugement sera prononcé le 12 février.
La femme d’ouvrage indélicate risque une peine de travail de 120 heures. 
Article de MARIE-CLAIRE GILLET dans le journal La Meuse H-W du 9 janvier 2013
ELLE L’A PROMIS
Elle va rembourser
Natacha, en aveux s’est engagée à restituer la somme volée. « Elle a déjà commencé à rembourser les victimes », a signalé hier son conseil Me Wilmotte.
Renseignement pris auprès des préjudiciés,ce remboursement a effectivement déjà commencé. « Mais jusqu’à présent,nous n’avons reçu que 150 euros. 
J’attends de voir le reste ».
article de M-CL.G. dans le journal La Meuse H-W du 09 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.