Soupçons de fuite confirmés À Nandrin PIP

Lien permanent

pip.jpgNANDRIN APRÈS UNE ÉCHOGRAPHIE

PIP: soupçons de fuite confirmés À Nandrin, Catherine (50 ans), avait toutes les raisons de craindre une fissure d’une des deux prothèses mammaires PIP.

 

“À l’échographie que je viens de réaliser nous a-t-elle confirmé hier après midi, le médecin a vu que la capsule de la prothèse droite avait été abîmée”.

La fuite de gel tant redoutée par cetteinfirmièreestdoncbienréelle.

De quelle importance? “Le médecin n’a pas su me le dire ”.

Catherine a rendez-vous ce vendredi après-midi avec le chirurgien plasticien qui l’a opérée voici cinq ans dans une clinique privée de la région.“ J’imagine qu’il s aura m’en dire plus.

Mais je ne suis pas rassurée. ”.

Surtout après les propos du médecin qui a réalisé l’échographie.

“Quand j’ai quitté son cabinet, il m’a dit bonne chance et bon courage”.

OPÉRATION À 8000€ Catherine est une des 300 patientes belges porteuses de prothèses mammaires controversées de la société française PIP au gel frelaté ,sujettes à ruptures et à fuites,

Elle y a recouru voici cinq ans, après une perte de poids spectaculaire.

De 74 kilos, elle est passée à 44 kilos.

Pour 8.000 euros (5.000 pour les deux prothèses mammaires), elle s’est laissée tenter par la chirurgie esthétique.

Ventre et poitrine ont retrouvé leur souplesse et maintien d’antan.

“Pourune fois que je faisais quelque chose pour moi”,regrette-telle depuis qu’elle a appris- la semaine dernière seulement!- que les implants qu’on lui avai placés étaient des implants PIP.

Ce qu’elle ignorait jusque-là.

UNE LETTRE DE LA MINISTRE

“Je n’en dorsplus ”, nous avait-elle confié la semaine dernière lorsque nous l’avions rencontrée chez elle, quelques jours avant son échographie.

Catherine est depuis en plein désarroi.

“J’ai même écrit à la ministre de la santé Laurette Onkelinx ”. Elle lui a répondu hier.

“Et personnellement,svp.

Dans sa lettre, elle écrit qu’elle espère que tout se passera bien pour moi.”.

Un encouragement précieux pour la Nandrinoise qui n’exclut pas de déposer plainte contre la société française.

Comme l’ont déjà fait avant elle une petite dizaine de patientes allemandes. Article de MARIE-CLAIRE GILLET

Voir l'article précédent clic sur le lien ci-dessous 

 

PIP à Nandrin: Catherine craint une déchirure d’un de ses implants mammaires

Les commentaires sont fermés.