VOICI COMMENT SE PASSERA LA RENTRÉE DE CE 4 JANVIER 2021 (31/12/2020)

Parent en quarantaine, enfants à la maison 

Pas question de mettre votre enfant à l’école ce lundi si vous revenez d’un séjour en zone rouge 

Sauf coup de théâtre de dernière minute, la rentrée scolaire se déroulera donc comme prévu lundi prochain : 100 % de présence à l’école pour les enfants de l’enseignement fondamental et les deux premières années du secondaire ; 50 % pour les élèves dès la 3 e secondaire et une situation qui ne sera pas réévaluée avant le 15 janvier au minimum.
 
Mais attention, l’obligation de se mettre en quarantaine pour qui est parti en vacances dans une zone rouge concerne aussi les enfants : pas question donc d’amener votre enfant à l’école lundi si vous êtes dans ce cas.  
 
Les nouvelles règles, liées à la quarantaine, pour ceux qui reviennent au pays après un séjour à l’étranger ne changent pas fondamentalement la situation : il était déjà prévu auparavant que les enfants devaient respecter la quarantaine dès l’âge de 6 ans…
 
On prêtait d’ailleurs l’intention à la ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS), de le rappeler aux parents d’ici la fin des vacances.
 
Enfants en quarantaine
 
Sauf que cette fois, la quarantaine devient obligatoire pour tout retour de zone rouge et le Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), l’a confirmé ce mercredi soir : « Les enfants doivent bien rester une semaine au moins en quarantaine et ne peuvent donc pas aller à l’école ».
 
Les parents concernés par la mesure sont donc prévenus : il ne leur est absolument pas permis d’amener leurs enfants à l’école lundi.
 
À noter que la mesure vaudra également pour les enseignants qui sont partis en vacances à l’étranger à Noël.
 
Une situation qui en agace certains, surtout que le salaire des enseignants leur étant garanti, cette quarantaine serait financièrement à charge des autorités.
 
Pas question de réagir comme certains patrons du secteur privé qui pourraient demander, le cas échéant, à leurs employés de prendre cela sur les congés, arguant d’un séjour à l’étranger qui avait été fortement déconseillé par les autorités.
 
Faut-il dès lors s’attendre à de nombreuses défections d’enseignants la semaine prochaine ?
 
Il n’y a pas de vive inquiétude à ce sujet parmi les acteurs de l’enseignement. On y considère que le phénomène restera marginal.
 
D’autres changements sont-ils attendus d’ici lundi ?
 
Normalement pas. Le code rouge est maintenu. Les élèves de l’enseignement fondamental (maternelles et primaires) retrouveront donc le chemin de l’école cinq jours par semaine, comme c’était le cas avant les vacances de Noël.
 
Même chose pour les deux premières années du secondaire.
 
Hybridation, suite et pas fin
 
Au niveau des deux autres degrés du secondaire (de la 3 e à la 6 e … Et à la 7 e là où cette année existe), pas de changement non plus : ce sera toujours un enseignement hybride qui rythmera la vie des élèves.
 
Ils seront donc présents à l’école 50 % du temps et suivront le reste à distance.
 
L’hybridation, c’est le nom donné à cette formule, sera encore d’application jusqu’au 15 janvier au moins.
 
« Une évaluation sera faite, avec les experts sanitaires, durant la première quinzaine de janvier afin de suivre au plus près l’évolution de l’épidémie et de préparer le retour de l’ensemble des élèves en présentiel dans des conditions optimales de sécurité », a expliqué la ministre.
 
S’il n’y a pas encore d’échéance, insistons sur ce point, l’espoir, si les données sur les contaminations ne s’emballent pas, est de permettre à tout le monde de retourner tous les jours à l’école dès la fin janvier, voire, au pire, après la semaine du congé de Carnaval (qui tombe cette année à la mi-février).
 
Un congé de février qui, jusqu’à présent, est maintenu à une semaine (et pas à deux comme cela a été le cas à la Toussaint)… Sauf si la situation épidémiologique l’impose, bien sûr.
 
Rappelons néanmoins ce que nous disait à ce sujet le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (sp.a), pas plus tard que la semaine dernière : la fermeture des écoles figure bien dans les mesures préconisées par les experts si les contaminations s’emballent. Une inquiétude également alimentée par la variante du virus détectée au Royaume-Uni .
 
 
 
 

La variante britannique  du virus menace les écoles 

Si la situation sanitaire s’améliore peu à peu chez nous, tout pourrait très vite repartir dans le mauvais sens si la variante britannique se propageait chez nous, et l’arrivée des vaccins n’y changera rien.
 
D’autant plus que, selon le microbiologiste Herman Goossens, ces virus « mutants » pourraient se répandre plus facilement chez les enfants : « Les preuves sont infimes que cette variante se répand plus facilement chez eux, mais si c’est le cas, les conséquences sont dramatiques et les écoles devront rester fermées pendant des mois » a-t-il expliqué lundi dans les colonnes du « Standaard ».
 
 
Inutile de paniquer, bien sûr, mais hier soir, les autorités néerlandaises ont donné une information peu rassurante malgré tout : un « nombre sérieux » de contaminations a été constaté dans une école fondamentale à Bergschenhoek (au nord de Rotterdam). Une enquête est en cours. Le gouvernement néerlandais envisage dès lors de fermer les écoles fondamentales jusqu’au 18 janvier.
 
 
Un immunologiste avait récemment conseillé de fermer les écoles tout le mois de janvier pour éviter tout risque de troisième vague. Une idée qui avait fait réagir la ministre Désir : « Si on devait fermer en janvier, comme le recommande cet immunologiste, on ne serait plus en mesure d’assurer les apprentissages nécessaires.
 
Il ne faut pas se tromper : perdre encore des semaines et cela va devenir difficile de certifier des élèves normalement, de s’assurer qu’ils ont acquis toutes les compétences et tous les savoirs nécessaires (…) Fermer les écoles, c’est l’arme ultime quand la situation est ingérable. Et les experts que nous consultons régulièrement l’admettent : les écoles ne sont pas un moteur de l’épidémie ».
 
 
Par DIDIER SWYSEN
 

18:45 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |