Visite dans les entrailles du chantier d’agrandissement de l’écluse d’Ampsin-Neuville en vidéo (06/12/2020)

 

 

 

Le projet d’agrandissement de l’écluse d’Ampsin-Neuville va bon train, nous avons pu nous en rendre compte ce jeudi, pour une première visite de chantier. Bottes aux pieds et casque sur la tête, nous avons pu pénétrer dans les entrailles de ce chantier d’envergure.

A.G.

Lancés en août 2018, les travaux sont plus qu’avancés en ce qui concerne le sas de la nouvelle « petite » écluse, celle de 12,5 mètres de large qui, une fois opérationnelle au premier semestre de l’année prochaine, permettra le passage des bateaux le temps des travaux à la « grande » écluse, de 25 mètres, qui devraient s’achever, eux, en 2023. Pour rappel, le site comptait deux écluses, une petite de 55 x 7,5 mètres et une moyenne de 136 x 16 mètres. Elles vont passer à respectivement à 225 x 12,5 mètres et à 225 x 25 mètres. « Vous voyez la péniche qui passe là maintenant ? Hé bien, pour le moment, il ne peut y en avoir qu’une de ce gabarit à la fois. Quand la grande écluse sera terminée, on pourra en mettre quatre », exemplifie le conducteur des travaux, pour le SPW. La capacité sera précisément de 9000 tonnes.

A.G.

Moins d’attente

Cet agrandissement permettra donc le passage de plus gros bateaux mais aussi diminuera le temps d’attente pour les bateliers. « Actuellement, il faut compter 45 minutes en moyenne... ».

Pour en arriver à ce stade de travaux de la première phase, il a fallu détruire l’ancienne petite écluse, construire de nouveaux murs, ce qui n’était pas sans difficulté. « Il fallait assurer une stabilité et une étanchéité entre le mur de l’écluse et la Meuse », rapporte Héloïse Winandy, porte-parole de la SOFICO, la Société wallonne de Financement Complémentaire des infrastructures, maître d’ouvrage de ce chantier. Une mise à sec a d’ailleurs été nécessaire pour ce faire.

 

Héloïse Winandy.
Héloïse Winandy. - A.G.

 

Le terrassement de la future rivière artificielle, rive gauche, a par ailleurs été entamé. Et nous avons pu entrapercevoir l’échelle à poissons - la plus grande de Wallonie- qui laissera la faune aquatique franchir le barrage.

Une soixantaine d’ouvriers sur place

Une soixantaine de travailleurs sont dépêchés sur le chantier, de la société qui a remporté le marché Duchêne-Franki mais aussi de sous-traitants. Ils sont ferrailleurs, coffreurs, bétonneurs, électriciens... De l’arrondissement, de la Belgique ou de l’étranger. Les plus éloignés logent dans la région.

Le conducteur de travaux nous montre ensuite les berges en cours de construction, quand on regarde en direction d’Amay/Liège. « Les blocs de béton au loin, ce sont les nouveaux murs de quai. Car pour l’instant, le virage pour entrer et sortir de l’écluse est trop fort pour les bateliers », indique-t-il.

A.G.

 

L’écluse d’Ampsin-Neuville est le dernier chaînon manquant de la liaison fluviale, après l’agrandissement des écluses d’Ivoz-Ramet et de Lanaye. Le budget dégagé est de 138 millions d’euros HTVA, dont 88 millions financés par la SOFICO via un prêt à la Banque européenne d’investissement, et 50 millions d’euros subsidiés par la Commission européenne.

A.G.

La nationale sera par ailleurs enjambée par une passerelle cyclopiétonne entre Amay et Huy.

D’ici la fin de la première phase des travaux, la circulation sur la N90 telle qu’organisée actuellement ne devrait pas changer, nous informe-t-on.

Sofico

Article de par Annick Govaers 

Article complet avec toutes les photos et toutes les vidéos clic ici 

08:15 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |