les questions que les parents se posent pour la rentrée scolaire du 16 novembre 2020 (04/11/2020)

Rentrée à l’école le 16 novembre : les dix questions que les parents se posent

Dès la 3e secondaire, les enfants iront à mi-temps à l’école et ce jusqu’à la Noël

Samedi, la ministre francophone de l’Education, Caroline Désir (PS), s’est entretenue avec les acteurs de l’école afi n de faire le point sur l’organisation de la rentrée scolaire du 16 novembre, après le congé allongé de Toussaint. Les décisions, prises vendredi dernier, prévoient une reprise des cours en présentiel à 100% pour tout l’enseignement maternel et primaire le 16 novembre, ainsi que pour les 1re et 2e secondaires.

Dès la 3e secondaire, ce sera mi-temps à l’école et mi-temps en enseignement à distance. À la demande des directions d’écoles secondaires, qui souhaitaient éviter des changements incessants, ce régime sera finalement
appliqué jusqu’aux vacances de Noël.

Pour aider les écoles et les familles à s’équiper en matériel informatique, le gouvernement de la Fédération a décidé de mobiliser en urgence 10 millions d’euros, lesquels devraient permettre d’acquérir quelque 20.000 ordinateurs.

 

1 / Les enfants ne rentrent que le lundi 16 novembre à l’école : quid des jeudi 12 et vendredi 13 ?
Une suspension des leçons est prévue les 12 et 13 novembre pour permettre aux directions et aux équipes
éducatives de préparer la rentrée.

Les membres du personnel restent à la disposition de leur pouvoir organisateur, dans la limite de leur charge, pour ces deux journées, notamment pour l’organisation des garderies.

Il est demandé aux parents de garder au maximum leurs enfants à la maison ou de trouver des alternatives de
garde n’impliquant pas des personnes à risque.

Les écoles doivent toutefois proposer un service minimum de garderie afin d’accueillir les élèves dont les
parents n’ont pas d’autre solution.

 

2 / Le 16 novembre, mon enfant pourra-t-il rentrer à l’école en maternelle ou en primaire ?


Oui, vu le risque de contamination beaucoup plus faible entre élèves et des élèves vers les adultes lorsque les enfants ont moins de 12 ans.

Cela dit, lorsque c’est possible, un apprentissage à distance peut être proposé en cas de fermeture de classe ou d’école (les membres du personnel mis en quarantaine restent à disposition de leur pouvoir organisateur
pour contribuer notamment à ce type de démarche).

 

3 / Que se passera-t-il pour mon enfant qui suit ses cours en secondaire ?


Le passage en code rouge permet, malgré tout, la poursuite d’un enseignement à 100% en présentiel pour les élèves de 1re et 2e secondaire (ce que nous avons expliqué ci-dessus pour les élèves de moins de 12 ans s’applique aussi à ceux de moins de 14 ans selon certaines études).

Dès la 3e secondaire, ce sera à mi-temps à l’école et à mi-temps en enseignement à distance. Chaque élève dispose d’un temps minimum de cours donnés en présentiel à l’école (exemples : deux/trois jours par semaine ou
une semaine sur deux).

Certains groupes ou certaines années (ou phases dans l’enseignement spécialisé) peuvent faire l’objet d’un
temps en classe plus important, avec une attention particulière aux publics en difficulté scolaire et aux publics vulnérables, ainsi qu’aux cours de pratique professionnelle dans le qualifiant et dans le spécialisé. L’école doit
s’assurer que tous les élèves disposent d’un accès aux contenus étudiés à distance.

Les élèves qui ne disposent pas de l’équipement numérique nécessaire à domicile sont accueillis dans des locaux
de l’école ou dans un des lieux répertoriés par la Fédération (bibliothèques, etc.) 

 

4 / Les garderies seront-elles maintenues ?

 

Les garderies avant et après l’école peuvent être organisées normalement.

Si le nombre de membres du personnel sous certificat de maladie ou en quarantaine rend la poursuite des activités pédagogiques impossible, une solution de garde doit être fournie à tout le moins pour les élèves dont les parents
travaillent dans un secteur dont l’activité se poursuit en présentiel et qui n’ont pas d’autre solution de garde.

 

5 / Comment cela va-t-il se passer à la cantine ?

Et à la cour de récré ? 
En maternel et en primaire, les élèves sont autorisés à utiliser des jeux d’extérieur, à condition qu’ils se lavent les
mains avant et après avoir joué.


Les élèves de secondaire vont en récréation et restent autant que possible avec les membres de leur groupe classe.

A l’extérieur, ils peuvent ôter le masque si les règles de distanciation physique sont respectées.

Si la configuration de la cour ne permet pas le respect de la distanciation, il faut des horaires de récréation différenciés.
En primaire, en code rouge, les élèves doivent apporter leur repas.

Aucun repas n’est servi à l’école.

Ils doivent manger avec les membres de leur groupe classe.

Si une distance suffisante  est prévue entre les groupes classes, plusieurs groupes peuvent être admis dans le réfectoire pendant la pause déjeuner.


Le local doit être aéré régulièrement.


En secondaire, les repas sont pris avec les membres du groupe classe, dans la classe, en respectant autant que possible la distance physique lorsque le masque n’est pas porté.

Les élèves qui mangent à l’extérieur de l’école doivent respecter les gestes barrières (distanciation physique), en particulier quand ils enlèvent leur masque pour manger.

6 / Est-on sûr qu’il n’y aura pas trop d’enseignants absents pour maintenir l’école de mon enfant ouverte ?


Personne n’a de boule de cristal.


La Conférence interministérielle santé a néanmoins reconnu l’enseignement comme profession essentielle. Conséquence : la quarantaine peut être limitée à 7 jours pour tous les membres du personnel asymptomatiques.
Pour cela, les contacts étroits asymptomatiques doivent se faire tester au jour 5 et leur quarantaine prend fin deux jours plus tard si le test est négatif.

Une stratégie coordonnée de testing rapide est étudiée pour permettre de réduire au maximum les quarantaines des enseignants. 

 

7 / Dois-je craindre pour la santé de mon enfant ?

Les règles sanitaires seront-elles appliquées strictement ?


Les écoles sont invitées à respecter les règles d’hygiène de la façon la plus stricte : lavage des mains
renforcé, aération régulière des locaux, limitation de l’utilisation mixte de locaux par plusieurs classes
ou de l’utilisation du matériel scolaire partagé par plusieurs élèves, etc.

Les élèves auront donc autant que possible cours dans un local de classe fixe et à une place fixe au sein de celle-ci.

Ce sont alors les enseignants qui changent de classe pour dispenser leur cours, pas les élèves.

 

8 / Les sorties scolaires sont-elles maintenues, telles les excursions d’un jour ou les classes verte ou de mer?


Non, en code rouge, toutes les sorties sont suspendues, que ce soit pour une journée ou plusieurs et quel que soit le niveau scolaire : la règle vaut donc de la maternelle à la fin des secondaires.

 

9 / Mon enfant devra-til porter le masque dès 6 ans comme en France ?


Non, les élèves de primaire restent dispensés, mais le masque devra être porté par tous les enfants de secondaire
(avec des pauses). 

 

10 / Certains cours risquent-ils d’être suspendus ?


Oui, c’est envisageable.

Des cours philosophiques (aussi si celui qui le donne est appelé à remplacer un instituteur absent), d’éducation physique, voire des cours de langue peuvent sauter. Cours pour lesquels interviennent régulièrement des
enseignants dont la charge de travail est fragmentée entre plusieurs écoles.

Il est demandé aux directions de limiter autant que possible le nombre d’implantations fréquentées.
A propos des activités sportives, en primaire, elles doivent être privilégiées en plein air, dans la mesure du possible.

Le vestiaire peut être utilisé par un groupe-classe, mais les élèves doivent se laver les mains avant et après s’être changés.


Ces locaux doivent être nettoyés et aérés régulièrement.


Les cours de natation peuvent être maintenus dans le respect des protocoles prévus pour le sport.

En secondaire, les activités sportives sont suspendues et peuvent être remplacées par des activités éducatives en
classe avec l’enseignant d’éducation physique.

 


Article de par D.SWYSEN 

Source Sudinfo 

07:35 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |