Le restaurant « Le Chawetay » à Nandrin était en partie détruit par les flammes, Je ne sais pas encore si on rouvrira (31/10/2020)

La semaine dernière, le restaurant « Le Chawetay », qui existe depuis 26 ans à Nandrin était en proie aux flammes.

Les dégâts sont considérables : une partie du chalet est complètement détruite.

Les pompiers de la zone Hemeco sont restés de longues heures pour tenter d’arriver au bout de cet incendie qui survient en pleine crise sanitaire, alors que l’horeca est fermé jusqu’au 19 novembre.

Aujourd’hui, le patron, Sébastien David réalise peu à peu ce qu’il est arrivé à son établissement.

« Le bâtiment ne ressemble plus à ce que l’on a connu avant. Il n’y a plus de toit, il est extrêmement sinistré.

La cuisine, l’arrière-cuisine, la zone de préparation, la réserve sont détruites totalement.

La première salle du restaurant où se trouve le feu de bois est incendiée à 80 %. Quant au reste des pièces, il y a des dégâts mais tout n’est pas sinistré.

Et il n’y a aucuns dégâts extérieurs », souligne le fondateur de ce restaurant emblématique.

« Il faut démolir et reconstruire »

À ce stade, une enquête est en cours pour permettre de connaître l’origine de l’incendie (la piste criminelle n’est pas écartée même si le patron a l’intime conviction qu’il s’agit un incendie accidentel).

Le parquet est descendu sur place. Sébastien David ignore le départ de feu.

Mais le résultat est malheureusement présent : si le gouvernement fédéral autorise la réouverture de l’horeca, le patron ne sait pas encore s’il y aura un nouveau Chawetay.

« Je ne sais pas encore s’il y aura une reconstruction.

Il y a des éventuelles envies et des éventuelles possibilités mais à ce stade, je n’ai encore aucune vision sur l’avenir. Mais je ne sais pas s’il y aura une suite pour le chawetay.

Dans le cas où l’on déciderait de rouvrir, cela ne se réaliserait pas de sitôt.

Il faut démolir et reconstruire. Il n’y aurait pas de réouverture avant l’été prochain.

Avant, ce n’est pas envisageable. Mais je ne suis pas encore en capacité de me projeter au-delà de 24h », confie-t-il.

Beaucoup de messages

Soutenu par des centaines de personnes, des clients ou des internautes, Sébastien David tient à saluer cette vague de messages à son encontre ainsi qu’à l’encontre du personnel.

« J’ai perdu mon boulot mais je ne suis pas le seul.

Cinq personnes travaillaient au restaurant à temps plein.

Nous avons reçu de nombreux messages.

C’était un puissant soutien psychologique. Les gens ont transmis leurs souvenirs. Chacun a partagé les bons moments qu’il avait passés dans le restaurant.

D’autres ont proposé leur aide, avec un crowdfunding… », conclut le patron qui se remet peu à peu de cet incendie, qui a attristé bon nombre de personnes.

Sébastien David n’avait pas mis en place la vente de plats à emporter, lors de cette deuxième fermeture.

« J’étais en train de réfléchir pour trouver une formule », conclut-il.

 

Par Amélie Dubois

Journaliste à La Meuse Huy-Waremme

 

Source Sudinfo 

07:30 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | | |