Des pharmacies déjà en rupture ! Rush sur les vaccins antigrippaux (13/10/2020)

Grosse tension, à cause aussi du retard exceptionnel dans les livraisons promises 

Grosse tension dans les pharmacies du pays. Certaines d’entre elles sont déjà en rupture (provisoire ?) de stock.
Deux raisons à cela : un retard dans les livraisons et une ruée des Belges.  
 

Afin de ne pas surcharger les hôpitaux déjà bien occupés avec le Covid, les autorités ont poussé les citoyens à se faire vacciner contre la grippe saisonnière cette année. Des doses supplémentaires ont été commandées par la Belgique (2.960.000 au lieu de 2.260.000 les autres années) et on autorise même les pharmaciens à rédiger eux-mêmes les ordonnances pour les personnes de 50 ans et +.

 

Il n’est donc plus nécessaire pour ceux-là de passer chez le médecin chercher leur petit papier. Trois groupes ont été déclarés prioritaires (et autorisés à recevoir le vaccin avant le 15 novembre) : les malades chroniques, les femmes enceintes, le personnel de santé et les + de 65 ans dans un premier groupe ; les citoyens cohabitant en communauté ou avec l’une de ces personnes dans un 2 e groupe et, enfin, les plus de 50 ans même en bonne santé dans un 3 e groupe.

 

Résultat : c’est la ruée dans les officines et certaines d’entre elles ne parviennent déjà plus à satisfaire leurs clients.
 
« Je n’ai plus de doses actuellement, je vais peut-être en recevoir prochainement mais sans certitude », nous dit une pharmacienne de la région hutoise.
 
« Je peux vous inscrire sur une liste d’attente mais je vous conseille d’aller dans une autre pharmacie.
 
Prévenez-moi si vous en trouvez afin que je vous barre de la liste d’attente. »
 
Dans une autre pharmacie proche, la réponse est… embarrassée.
 
« Non, je ne rédigerai pas l’ordonnance pour vous, demandez-en une à votre médecin et l’on verra ce que l’on peut faire ».
 
« D’habitude, à pareille époque de l’année, l’ensemble des doses sont déjà dans les pharmacies », nous dit Lieven Zwaenepoel, porte-parole de l’association pharmaceutique belge (APB).
 
« Or, à ce jour, 45 % des doses seulement ont été livrées. »
 
Ces retards de livraison sont attribués au confinement de la première vague (qui a ralenti la production) mais aussi à la pression mondiale.
 
« La commande de la Belgique sera honorée, j’ai moi-même téléphoné aux trois firmes pharmaceutiques qui nous livrent.
 
Tout sera livré pour le 15 novembre, hormis 50.000 à 100.000 doses qui seront livrées la première semaine de décembre », précise Alain Chaspierre, porte-parole francophone de l’APB.
 
2,9 millions de doses suffiront-elles pour vacciner les 4,6 millions de personnes appartenant aux 3 groupes prioritaires ?
 
« Vu la forte influence des mouvements anti-vaccins, je ne pense pas que 100 % de ces personnes voudront se faire vacciner », répond M. Chaspierre.
 
« Il faut calmer le jeu, il ne faut pas en arriver à ce qu’on a connu avec le papier WC ! La période idéale pour se faire vacciner va du 15 octobre au 15 décembre.
 
Pas de panique, les vaccins vont arriver ! » Un autre observateur, constatant la ruée actuelle, se demande s’il ne faudrait pas demander aux + de 50 ans, pourtant repris dans les prioritaires, de patienter jusqu’au 16 novembre… Histoire de permettre aux personnes vraiment à risque de bénéficier du vaccin.
 
En attendant, ce sont les pharmaciens qui galèrent. Parmi les patients prioritaires, qui servir d’abord ?
 
« Ils doivent travailler de la manière la plus objective possible », répond M. Zwaenepoel (APB). « Dans l’ordre des demandes, selon le groupe cible auquel il appartient (les + de 50 ans en dernier lieu). »
 
L’APB ajoute : « Plusieurs pharmacies ont déjà davantage de commandes que ce qu’elles-mêmes ont commandé à leur fournisseur ».
 
Article par FRANÇOISE DE HALLEUX
 
 

Les entreprises doivent aussi phaser la vaccination 

 

Les 2.960.000 vaccins antigrippaux commandés par la Belgique sont destinés aux pharmacies, aux hôpitaux et à la médecine d’entreprise.
Bon nombre de grosses entreprises offrent en effet la vaccination à leurs employés/ouvriers, afin de ne pas être impactées par la grippe saisonnière et éviter des absences pour maladie.
 
Chaque année, 400.000 doses environ sont administrées par ce canal. La vaccination est générale pour tous les travailleurs. Quel que soit leur âge ou leur dossier médical. Le patron n’a d’ailleurs pas le droit de savoir qui, dans ses travailleurs, serait davantage à risque ou qui, par exemple, souffre d’une maladie chronique.
 
Une réunion importante se tient ce vendredi. L’idée est de demander aux entreprises de phaser leurs vaccinations, comme le font les pharmacies (les groupes cibles prioritaires avant le 15 novembre, tous les autres après).
 
Il nous revient que certains travailleurs, pourtant non repris dans l’un des trois groupes cibles, ont déjà été vaccinés via leur entreprise cette année !
 
 
L’exercice n’est pas simple car il faut préserver la vie privée des travailleurs.
 
Mais visiblement, il y a des doses à aller chercher de ce côté-là : plusieurs firmes ont commandé des vaccins supplémentaires cette année.

18:11 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |