LANCEMENT DES JOURNÉES DU PATRIMOINE La 32 e édition des Journées du Patrimoine en Wallonie se déroulera bien les 12 et 13 septembre 2020 (07/09/2020)

Valérie De Bue veut mettre en valeur le matrimoine 

La 32 e édition des Journées du Patrimoine en Wallonie se déroulera bien les 12 et 13 septembre, même si la crise sanitaire a imposé des adaptations, comme la réservation obligatoire pour pouvoir visiter un site.
Elle ne comportera pas moins de 265 sites à visiter en Wallonie.
 
« C’est moins que les années précédentes où l’on tournait autour de 400 sites », précise Valérie De Bue, la ministre wallonne en charge du patrimoine, en présentant le programme de l’événement.
 
Cette année, le thème est « Patrimoine et Nature, parcs, jardins, espaces verts et naturels ».
 
Une bonne partie des activités se déroulant en plein air, les Journées ont pu être maintenues malgré l’épidémie de Covid-19.
 
Pour la plupart des visites, il faudra obligatoirement s’inscrire au plus tard le 10 septembre via le site journeesdupatrimoine.be et choisir un créneau horaire. Un ticket renvoyé par courriel garantit la réservation.
 
Ce vendredi, 2.500 réservations ont déjà été effectuées. « Quelques sites sont complets, comme la Fondation Folon à La Hulpe.
Par contre, il n’y a encore personne pour d’autres endroits », précise la ministre De Bue. Le choix est varié : les 36 tilleuls de Chantemelle, le château du Saulchoir à Kain ou encore les vallons du Ry Ponet à Beyne-Heusay.
La femme à l’honneur
Paris, mais aussi Bruxelles, intègrent depuis quelques années les journées du « Matrimoine » dans leur politique de reconnaissance du patrimoine. Rien de tel pour l’instant en Wallonie, mais cela devrait changer en 2021.
 
« C’est un thème qui me tient à cœur. Plus largement, j’ai une fibre pour ce qui est de la place de la femme dans la société. Dès lors, j’ai demandé à l’AWaP (l’Agence wallonne du patrimoine) de me faire des propositions à ce sujet. Un grand nombre de possibilités existe », indique Valérie De Bue. Le matrimoine évoque les biens hérités des femmes.
 
« Attention, l’idée n’est pas de faire une fois les Journées du matrimoine, et puis plus rien par la suite. Je veux intégrer cela dans la longueur, avec des journées de sensibilisation récurrentes et une prise en considération de ce point dans la politique d’investissements », précise la ministre du Patrimoine. Elle compte d’ailleurs développer le projet dans le cadre du « Plan Genre » initié par Christie Morreale, la ministre wallonne des Droits des femmes et qui implique l’ensemble du gouvernement.
 
Si elles se concrétisent, les Journées du matrimoine donneront un peu plus de visibilité aux femmes… elles si peu présentes aux frontons des rues
 
. En Wallonie, 5.127 rues portent le nom d’un homme, contre 577 pour les femmes, selon un décompte effectué en 2018.
 
Article de  YANNICK HALLET
 

14:28 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |