Une fête des mères le 17 mai, le 25 mai ou le 14 juin? (28/04/2020)

C’est l’un des coups de gueule poussé à l’issue du Conseil national de Sécurité : celui des fleuristes, autorisés à rouvrir le 11 mai, soit au lendemain de la fête des mères.

Une fête qui représente pour certains jusqu’à 30 % de leur chiffre d’affaires annuel.


Après Pâques, et le muguet du 1er mai, le secteur était donc fâché, d’autant que les pépinières et les magasins de bricolage qui vendent des fleurs en pot ou disposent parfois d’un service de fleurs coupées, seront ouverts, et que les grandes surfaces vendent elles aussi des bouquets de fleurs…


Un coup de gueule entendu, d’abord en Flandre, où le ministre-président Jan Jambon a proposé de la décaler d’une semaine, au 17 mai.


Ce qui n’était pas encore idéal, puisque le 17 mai, nous ne serons pas encore autorisés à revoir nos proches et à offrir de main à main, le bouquet à notre maman si celle-ci ne vit pas sous notre toit…


Combiner les deux fêtes


David Clarinval, le vice-premier ministre, a fait plus fort en évoquant dimanche un décalage possible au 25 mai.


Plus tard, invitée de Pascal Vrebos, la Première ministre a évoqué ce décalage comme n’étant « pas du tout une mauvaise idée », en combinant par exemple fête des mères et fête des pères le 14 juin.

« Cela montre qu’il y a toujours cette volonté de se rencontrer dans les meilleures conditions, et que s’il faut attendre une semaine, deux semaines, faisons-le. On peut toujours gâter son papa et sa maman quand on veut ».

 

Article de L.P.

Source

08:40 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |