La santé des travailleurs et une priorité absolue, mais la production d’électricité via les centrales nucléaires est essentielle pour le pays. (29/03/2020)

Vincent Franco, délégué Gazelco, estime que trop de monde est mobilisé sur le site de la centrale alors que l’épidémie de coronavirus sévit. Electrabel entend pourtant poursuivre cette opération « nécessaire pour l’approvisionnement électrique du pays. » Un avis partagé par Marc Bertrand, qui défend les couleurs de la CGSLB.


Marc Bertrand est en charge du planning des révisions sur le site de la centrale nucléaire de Tihange. Au cours des prochaines semaines, il compte se présenter aux élections sociales en tant que candidat de la CGSLB (Centrale Générale des Syndicats de Belgique).

Il nous a contactés afin de nous expliquer pourquoi il ne partageait pas l’avis de Vincent Franco, délégué Gazelco qui réclame la suspension des opérations de révision à Tihange 1.
Pas d’accord
Rappelons que le délégué Gazelco estime que la révision de Tihange 1 devrait être reportée en raison de l’épidémie de coronavirus : « Cette révision a été entamée le 31 décembre et doit encore se poursuivre durant plusieurs mois, remarquait-il dans notre édition de lundi.

Vu la crise du coronavirus, la révision pourrait être temporairement suspendue, car elle mobilise énormément de monde et n’est pas indispensable à l’approvisionnement électrique.

Actuellement 500 travailleurs extérieurs sont mobilisés pour cette opération ainsi que 200 collaborateurs internes. Alors qu’il n’y a pas d’urgence à mener cette révision, cela fait donc énormément de monde qui pourrait choper le virus… »


Pour Marc Betrand, au contraire, elle doit se poursuivre : « Si les plannings ne sont pas respectés, l’alimentation en électricité du pays risque de poser problème au cours des prochains mois car les deux autres unités doivent également subir des travaux. »


Il insiste cependant sur la nécessité de respecter les consignes sanitaires sur le site : « Pour l’instant, la révision est entre deux phases et nous prenons donc le temps d’analyser les méthodes de travail qui nous permettront de poursuivre le travail tout en respectant les consignes de sécurité.

Certains travaux sont plus compliqués à réaliser en gardant les distances : comme travailler à deux dans une armoire électrique… » Marc Bertrand estime cependant que la plupart des tâches peuvent être menées en toute sécurité.


Une réflexion partagée par Anne-Sophie Hugé, porte-parole d’Electrabel : « La santé de nos travailleurs et notre priorité absolue, mais la production d’électricité via les centrales nucléaires est essentielle pour le pays.

La révison de Tihange 1 est toujours en cours et se poursuit suivant un shéma adapté aux mesures sanitaires actuelles. Nous évaluons la situation au jour le jour et nous adaptons nos méthodes de travail mais il est essentiel que nous puissions compter sur l’ensemble des unités pour l’approvisionnement du pays à l’automne et à l’hiver prochain » conclut-elle.


Rédaction de l'article par A.BT

Source

07:26 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |