Réactions et inquiétudes de quelques propriétaires, Un arrêté de police ordonne la fermeture des hébergements touristiques de la Province de Liège (22/03/2020)

Un arrêté de police ordonne la fermeture des hébergements touristiques de la Province de Liège.

Réactions et inquiétudes de quelques propriétaires.


Après les restaurants, les cafés, les magasins de vêtements, c’est au tour des gîtes de fermer leurs portes à cause de l’épidémie de coronavirus !

La gouverneure ff. de la Province de Liège, Catherine Delcourt, vient de signer un arrêté de police ordonnant la fermeture des hébergements touristiques de la Province.

« Les hébergements touristiques situés en Province de Liège doivent fermer immédiatement ». Les résidents devaient avoir quitté les lieux pour ce vendredi 20 mars 18h.


La notion d’« hébergement touristique » comprend les « hébergements de terroir (gîtes, chambres d’hôtes, airbnb, bed and breakfast, etc.), auberges de jeunesse, ainsi que meublés de vacances, campings, villages de vacances et autres types de location non louées à l’année ».


Notons que cette mesure ne concerne pas les hôtels : « Les hôtels, exceptés leurs restaurants, peuvent être ouverts mais ne peuvent accepter des clients pour un séjour touristique ».

Ainsi, les voyages d’affaires par exemple peuvent encore être effectués.

Annulations


Pour Christophe, gérant du Manoir d’Ange à My (commune de Ferrières), c’est toute son activité qui s’arrête d’un coup. « On est toujours rempli. Par exemple, ce week-end et ce vendredi, on était complet !

C’est vraiment difficile. On avait des réservations jusqu’à Pâques », indique le gérant. Une infirmière devait notamment passer le week-end au manoir pour se reposer de l’intense activité dans les hôpitaux !

L’hôtelier demande aux personnes qui avaient réservé de le contacter.

Il va également envoyer un mail à ses clients pour trouver une solution, comme reporter la date de la réservation.
Inquiétudes du secteur
La durée de ces mesures suscite quelques craintes dans le secteur hôtelier.

Les gîtes vont-ils rouvrir pour les vacances de Pâques ? « Toutes les réservations sont un peu bloquées. On est embêté parce que des gens avaient réservé pour fin avril », indique Isabelle Vandenbulcke, du gîte Le Falihou à Fumal.


Toutefois, les mesures semblent être acceptées avec beaucoup de philosophie. « La vie est plus importante que l’argent. Tout le monde doit faire des efforts », continue la gérante du gîte.


Même type de réaction pour Christine van Zuylen, propriétaire de la Poudrerie et du Pressoir à Huy : « On considère que c’est justifié. Un gîte n’est pas loué pas pour une seule personne. Il y a d’office un rassemblement ».
Pour Christophe à My, cette pause forcée sera notamment l’occasion de faire un nettoyage de printemps… « On va travailler dans le jardin, faire des rénovations, repeindre… Il y a toujours des choses à faire. On garde le moral et on trouvera une solution ».


Rédaction de l'article par Ro.Ma.

Source

13:22 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |