Avoir une activité complémentaire sans être taxé (16/09/2019)

Avoir une activité complémentaire sans être taxé: le système mis en place il y a un an cartonne en Belgique

Donner des cours de sport, aider une ASBL pour sa gestion administrative, garder des enfants… Toutes ces activités peuvent apparaître comme un bon moyen d’arrondir ses fins de mois. Surtout que, depuis un an, vous pouvez gagner jusqu’à 6.250 euros… sans taxe (montant indexé pour l’année 2019, NdlR). Une formule gagnante qu’ont choisie quelque 16.500 Belges depuis le 15 juillet 2018, date d’entrée en vigueur de cette disposition.

Ici, pas besoin de s’inscrire comme indépendant complémentaire, ni même d’être engagé comme salarié. Seule contrainte : quelques démarches administratives puisque ces revenus doivent, malgré tout, être déclarés à l’ONSS.

Travaux d’entretien, conférenciers, nettoyage de pierres tombales, garde d’animaux, transport de personne… Le choix est vaste ! Et les règles sont plutôt souples.

Deux cas de figure se présentent : soit vous travaillez pour une association ou une administration publique – on parle alors de travail associatif –, soit vous rendez directement service à un autre citoyen. Dans le premier cas, un contrat doit être conclu pour indiquer la durée et la rémunération. Dans le second cas, l’accord peut-être verbal mais le travail doit rester occasionnel. Un voisin qui vous rémunère pour tondre sa pelouse, ça fonctionne. Mais passer ses journées à tondre les pelouses de vos voisins, ça ne passe pas.

Que ce soit dans le cadre du travail associatif ou des services entre citoyens, ce sont les cours de sport qui rencontrent le plus grand succès. Entraîneurs de football, professeurs de fitness ou encore coaches sportifs sont les profils qui ont le plus recours à la pratique. En un an, 23.735 déclarations « sportives » ont été rentrées (une même personne pouvant en rentrer plusieurs, NdlR), pour un montant total de 24,5 millions d’euros. Soit 70 % du montant total déclaré dans le cadre des activités complémentaires exonérées d’impôts.

Les sportifs avantagés

Les sportifs bénéficient d’ailleurs de quelques avantages. Alors que le plafond mensuel est limité à 520,83 euros, les sportifs peuvent monter à 1.041,66 euros… à condition bien sûr de ne pas dépasser les 6.250 euros annuels. « Prenons le cas de quelqu’un qui prend 3 semaines de congé en été pour organiser un camp sportif. Avec une indemnité de 50 euros par jour, il arrive à un total de 750 euros pour cette période », justifiait à l’époque la ministre des Affaires sociales Maggie De Block.

Sur la deuxième marche du podium, nous retrouvons les aides administratives lors de problèmes informatiques par exemple ou encore le classement d’archives. Les soins et aides aux personnes viennent en deuxième position : garde de personnes nécessitant de l’aide, accompagnement lors d’activités dans des structures spécifiques…

Les guides touristiques et les travaux d’entretien des maisons et alentours complètent ce top 5.

Être exonéré d’impôts sur un montant de 6.250 euros n’est cependant pas offert à tout le monde. Les indépendants, les pensionnés et les travailleurs à plus de 4/5e sont les seuls visés par la mesure. Pas les chômeurs. « Si un chômeur pouvait gagner un revenu supplémentaire sans payer d’impôts, cela pourrait créer un piège à l’emploi », estime le cabinet de la Ministre Maggie De Block. « De plus, comme les chômeurs ne paient pas d'’impôts sur d’autres revenus ou des cotisations sociales, ils ne se créent pas non plus de droits sociaux. »

Il ne vous reste plus qu’à trouver le secteur qui vous botte. Mais la perspective de gagner 500 euros nets a de quoi en motiver plus d’un !

Par SABRINA BERHIN

 

Rendez-vous sur www.activitescomplementaires.be

 

Source

19:05 Écrit par Jeannick | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |