Animaux

  • Que faire avec un animal en difficulté?

    Lien permanent

    Que devez-vous faire en cas de découverte d'un animal qui semble en difficulté, un animal blessé ou malade ? Où amener cet animal ?

    Il s'agit d'un jeune qui parait seul, ne vous précipitez pas !

    En effet, certains animaux s'aventurent à l'extérieur de leur nid ou tanière, tout en restant à proximité, les parents continuant à les nourrir. Il est donc préférable d'observer le jeune animal afin de constater l'éventuelle carence de soins parentaux, avant d'intervenir d'une manière ou d'une autre.

     

    L'animal est réellement en difficulté...

    S'il s'agit d'un rapace, méfiez-vous de ses serres , lancez-lui un chiffon auquel il s'accrochera, vous épargnant ainsi d'éventuelles écorchures. Méfiez-vous également des coups de bec qu'un oiseau effrayé pourrait vous donner, il est d'ailleurs judicieux de lui couvrir la tête. Le héron, en particulier !

     

    • Un oiseau que vous tentez de secourir ne sait pas ce que vous lui voulez, dès lors, il essayera de se défendre, il pourrait viser vos yeux. C'est pourquoi il est nécessaire de l'aveugler en lui couvrant la tête d'un linge.

    • Si l'animal découvert souffre de plaies ouvertes, n'utilisez surtout pas de mercurochrome. En règle générale, n'essayez pas de soigner l'animal. Suite à un traitement inapproprié, le mal dont souffre le blessé pourrait être aggravé.

    • Ne lui donnez ni à boire, ni à manger . En effet, un animal capturé est stressé et ne se nourrira pas. Par ailleurs les rapaces ne boivent jamais .

    • Placez l'animal dans une boîte en carton après y avoir fait quelques trous d'aération. Mettez-le dans un endroit calme et frais, et surtout, ne montrez pas votre trouvaille au voisinage, ceci aurait pour conséquence d'augmenter le stress de l'animal.

    • Pour son transport vers un centre CREAVES , pensez à poser dans le fond du récipient où vous poserez l'animal, de la paille ou un drap afin d'éviter que l'animal soit ballotté et pour permettre l'absorption des fientes.

     

    Contactez au plus vite le Centre de Revalidation des Espèces Animales Vivant naturellement à l'Etat sauvage le plus proche afin que l'animal y soit pris en charge dans les plus brefs délais.

    Voici celle liste  Clic ici 

    Source info

    http://biodiversite.wallonie.be/f

  • Un loup aurait été aperçu chez nos voisins de Hesbaye

    Lien permanent

    Un loup aurait été aperçu à proximité de l’autoroute à Villers-le-Bouillet

    La semaine dernière, un automobiliste circulait à proximité de la sortie d’autoroute à Villers-le-Bouillet lorsqu’il aurait aperçu un loup.

    Il a alors alerté le « réseau loup de Wallonie », spécialisé pour documenter le plus objectivement possible l’éventuelle réapparition du loup, qui s’est rendu sur place.

    « Lorsqu’on nous contacte, on ne sait jamais conclure la présence d’un loup par rapport à un témoignage », explique Alain Licoppe, coordinateur du réseau loup de Wallonie.

    L’automobiliste en question n’a pas eu le réflexe de dégainer son appareil photo.

    Et sans image, le membre du réseau loup rencontre plus de difficultés pour tirer une conclusion.

    « En fonction des critères que l’on a reçus, nous n’écartons pas la piste de la présence d’un loup.

    On a déjà vu des loups présents dans des endroits improbables. Cela peut être des individus de passage, à la recherche d’un territoire », ajoute le coordinateur.

    Pas une conclusion à 100 % !

    Régulièrement, le Réseau Loup reçoit des témoignages via leur site.

    « À partir du moment où on n’a pas de photo ou de vidéo, on essaie de prendre le descriptif et de comparer avec les critères qui font penser au loup.

    Cela permet de mettre le curseur, davantage vers le loup ou le chien.

    Mais on n’arrive pas toujours à une conclusion à 100 % !

    En fonction des critères, on peut soit exclure directement le loup et enregistrer l’animal comme un canidé indéterminé. Et à l’avenir, si on reçoit de nouveaux témoignages avec des images, on peut effectuer un recoupement et dire qu’il s’agissait bien d’un loup ou non.

    L’information n’est pas perdue mais elle est dans l’attente d’une confirmation », poursuit Alain Licoppe.

    Depuis trois ans, le réseau recense les traces de passage de loups en Wallonie. « Nous avons déjà reçu 550 alertes pour toute la Wallonie depuis le mois de mai 2017.

    On tourne entre trois et quatre appels par semaine. Si les gens nous contactent rapidement et envoient rapidement leur observation, on essaie d’aller voir sur le terrain.

    Avec un indice ADN, cela nous permet de mettre en évidence la présence d’un loup…

    Pour le loup dans les Hautes-Fagnes, nous sommes sûrs qu’il s’agit du même individu à chaque fois.

    Nous avons une quarantaine d’indices… », conclut le coordinateur.

    Article et rédaction Par Amélie Dubois

    Source

  • Règlement de la zone de Police du Condroz, Toute personne ayant des animaux confiés à leurs soins ne pourra les laisser errer sur les voies publiques, dans les parcs publics et autres lieux accessibles au public.

    Lien permanent

    Article 11
    Toute personne ayant des animaux confiés à leurs soins ne peut les faire ou les laisser pénétrer et circuler sur les propriétés d’autrui.
    Toute personne ayant des animaux confiés à leurs soins ne pourra les laisser :

    • errer sur les voies publiques, dans les parcs publics et autres lieux accessibles
    au public.
    • menacer ou détériorer la voie publique, les parcs publics et autres lieux accessibles au public, ou y déranger les animaux.
    • se baigner dans les étangs ou les pièces d’eau des parcs publics ou y déranger ou blesser les animaux.
    Il est interdit à toute personne ayant des animaux domestiques sous sa garde, de les laisser déposer leurs excréments sur la voie publique, dans les parcs publics et autres lieux accessibles au public, exception faite pour les chiens dans les endroits signalés et aménagés à cet effet.


    En cas de non- respect de cette disposition, la personne sera tenue d’enlever ou de faire enlever les excréments. Dans le cas où cette personne ne pourrait être découverte, l’enlèvement sera effectué par celui à qui incombe le
    nettoyage de cet endroit.
    Il est interdit aux propriétaires et détenteurs de chiens :

    • d’entraver la circulation en ne tenant pas un chien en laisse

    • d’exciter ou ne pas retenir leurs chiens, lorsqu’ils attaquent ou poursuivent les passants, quand même il n’en résulterait aucun mal ou dommage Les chiens doivent être tenus en laisse dans les parties agglomérées de la
    commune, dans les parcs et autres lieux accessibles au public.
    Le port de la muselière est imposé aux chiens dangereux dans tout lieu public ou privé accessible au public, y compris les transports en commun ainsi que dans les parties communes des immeubles collectifs.
    Est considéré comme chien dangereux, le chien qui montre ou a montré son agressivité ou est connu pour la manifester.
    Sauf en ce qui concerne les cas particuliers des maîtres-chiens agréés, membres des sociétés de gardiennage et des maîtres-chiens de police, dans le cadre de leurs missions et pendant leurs services, il est interdit d’utiliser un chien et son apparence agressive pour intimider les tiers.
    De même, il est interdit d’utiliser un chien pour incommoder ou provoquer la population et porter ainsi atteinte à la sécurité publique, à la commodité de passage et/ou aux relations de bon voisinage.

    Si un chien réputé dangereux est susceptible de présenter un danger pour les personnes ou les animaux domestiques, le Bourgmestre, de sa propre initiative ou à la demande de toute personne concernée, peut prescrire au propriétaire ou au gardien du chien des mesures de nature à prévenir le danger.
    En cas d’inexécution par le propriétaire ou le gardien du chien considéré comme dangereux, le Bourgmestre peut, par arrêté, placer le chien dans un lieu de dépôt adapté à l’accueil et à la garde de celui-ci, sans préjudice des dispositions de l’article 9 § 2 à 5 de la loi du 14 août 1986 relative à la protection et au bien-être des animaux.
    Pour reprendre possession du chien placé dans un lieu de dépôt, le propriétaire ou le gardien du chien doit préalablement exécuter les mesures décidées par le Bourgmestre.
    Si l’importance du danger pour les personnes ou les animaux domestiques que présente le chien considéré comme dangereux le requiert, le bourgmestre peut ordonner par arrêté la mise à mort de l’animal par un vétérinaire .
    Le dressage des chiens considérés comme dangereux au mordant n’est autorisé que dans le cadre des activités de sélection canine encadrées par une association agréée par le ministre compétent en matière de santé publique et en présence de dresseurs et responsables d’activité en possession d’un certificat de capacité et d’un matériel
    agréé.
    En cas d’infraction aux dispositions de la présente section, le service de police intervenant pourra pratiquer, aux frais du contrevenant, la saisie administrative de l’animal faisant l’objet de l’infraction. A cet effet, la police pourra si nécessaire faire appel à tout expert ou organisme habilité et ce, aux frais du propriétaire ou détenteur
    de l’animal.
    La confiscation éventuelle d’un chien dangereux et/ou du matériel de dressage éventuel peut être prononcée.
    Le chien saisi sera dirigé vers la Société Royale pour la Protection et le Bien-Être des Animaux ou vers tout autre endroit habilité à les recueillir.
    Si dans les 72 heures de la saisie, le propriétaire ou le détenteur du chien ne se présente pas au responsable du lieu d’hébergement momentané de celui-ci, muni de laisse et muselière requises, le chien sera réputé abandonné par son propriétaire ou détenteur.
    Les frais d’hébergement et de capture éventuels, ou les frais en cas de nécessité d’appel à un vétérinaire pour anesthésier le chien saisi seront à charge de son propriétaire ou détenteur.

    Source

    https://www.police.be/5296/questions/reglements-de-police/reglement-general-de-police-de-la-zp-du-condroz

  • Attention !!! Ne laissez pas votre chien dans la voiture !!!

    Lien permanent

    On ne le répétera jamais assez : ne laissez pas votre chien dans la voiture lorsqu’il fait chaud !

    L’an dernier, un couple avait laissé son bouledogue français dans le coffre pendant qu’il participait à une marche Adeps dans la région d’Anhée.

    Malgré l’intervention d’une marcheuse qui avait réussi à ouvrir la portière, le chien n’a pas survécu…

    Lors d’une campagne lancée en 2018, Gaia rappelait qu’en plein soleil, la température pouvait rapidement atteindre les 50 degrés à l’intérieur de l’habitacle.

    Une chaleur insupportable pour tout le monde, mais encore plus pour nos amis à 4 pattes.

    « Les chiens et les chats ont un mécanisme de régulation de leur température corporelle plus lent que l'homme : ils ne transpirent que des coussinets et du museau », rappelle Gaia.

    Le risque d’un coup de chaleur est donc beaucoup plus grand pour eux… Et non, ouvrir la fenêtre n’y changera pas grand-chose.-

    Article et rédaction SA.B.

    Source

  • Attention une année record des nids de guêpes !

    Lien permanent

    Nids de guêpes : «Une année record !» selon un pompier de Hamoir

    Le retour des fortes chaleurs de ces dernières semaines marque également la prolifération d’un nuisible qui affectionne tout particulièrement nos toitures, corniches et abris de jardin. Les nids de guêpes se multiplient à actuellement à une vitesse qui étonne David Legros, pompier professionnel de la zone de secours Hemeco qui s’est récemment spécialisé dans la destruction de nids de guêpes et de frelons.

    Alors qu’il vient tout juste de créer la société DL Guêpes à la mi-mai, l’homme du feu hamoirien en est déjà à près de 60 interventions, une sollicitation beaucoup plus forte que ce à quoi il s’attendait. « Je pensais faire une cinquantaine d’intervention sur l’ensemble de la saison, qui s’étale de juin à la mi-septembre. J’ai déjà atteint ce palier alors que la saison vient à peine de de débuter. Je peux vous dire que je ne vais pas m’ennuyer cet été ! ».

    Conséquence d’un hiver trop doux

    Selon David Legros, la saison débute habituellement vers le début du mois de juillet. Mais il a déjà fait face à une quantité de nids étonnante en mai et juin. « Cette année va être une année record parce qu’on a pas eu d’hiver. Du coup, il y a plus de guêpes. Il m’est arrivé de faire 25 interventions en une semaine. »

    Dans la plupart des cas pour lesquels il a été appelé, les guêpes s’étaient installées dans l’abri de jardin. Il arrive également régulièrement des les retrouver dans les sous-toitures et les aérations. Certaines s’établissent dans le sol, mais c’est plus rare.

    La taille d’un ballon de basket

    « Les dimensions sont variables, ça dépend de quand les gens s’en aperçoivent. La plupart font la taille d’un melon quand j’interviens mais ça peut vite devenir un ballon de basket. »

    Certains particuliers tentent de retirer eux-même les nids en les arrachant, quand ils sont plus petits, mais il est recommandé de ne pas s’y risquer sans un équipement de protection. Les guêpes sont très réactives et agressives.

    Info : www.dlguepes.be (prix : 49€)

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source

     

    Les guêpes adorent s’établir dans les abris de jardin.

    Les guêpes adorent s’établir dans les abris de jardin. - DR

  • Il ne faut jamais perdre espoir !!! la preuve !!! Belle histoire de Tiana

    Lien permanent

    Belle histoire à Neupré: Tiana le chat, de retour après un an de disparition

    Un an !

    Pendant une année, jour pour jour, Virginie n’a eu aucune nouvelle de Tiana, sa chatte tigrée aujourd’hui âgée de 7 ans.

    « Elle a toujours eu l’habitude de s’absenter », nous explique Virginie Boulanger, une habitante de Neupré.

    « Nous vivons dans une petite rue, à l’orée du bois de Rognac.

    Ses escapades duraient parfois quelques jours, puis elle rentrait.

    Mais nous nous sommes rendu compte que cette fois, Tiana ne revenait pas…

    À l’époque, plusieurs chats avaient disparu dans notre quartier.

    L’un des nôtres ne donnait d’ailleurs plus signe de vie depuis 3 ans.

    À la longue, on a essayé de se faire une raison. »

    Tiana est un chat que Virginie a recueilli auprès de l’ASBL « Poils et Moustache », où elle était bénévole.

    Un animal avec lequel elle était très fusionnelle… « Le soir, elle venait sur mes genoux. 

    Je la reconnais entre mille. »

     

    Il y a un mois, comme un signe avant-coureur, elle pense d’ailleurs l’apercevoir aux abords de sa maison.

    « Il faisait noir mais j’ai vu une ombre.

    Je me suis accroupie, et elle est venue.

    J’ai vu qu’il s’agissait d’elle, avant qu’elle ne s’échappe.

    Je l’ai appelée pendant une semaine, tout le temps, en espérant qu’elle m’entende.

    Je trouvais ça bizarre de ne plus retomber sur elle.

    Je me suis dit que c’était foutu, que ce n’était finalement peut-être pas Tiana… »

    Virginie était angoissée.

    Car la Neupréenne déménage prochainement et quitte Neupré définitivement.

    Samedi, avec son compagnon, elle revient justement de leur future maison quand elle aperçoit un chat qui traverse la rue.

    « J’ai tout de suite dit à mon compagnon que c’était elle ! », poursuit Virginie.

    « Elle était à l’avant d’une maison, je l’ai appelée et elle s’est dirigée vers moi.

    Elle s’est laissée prendre et elle s’est blottie dans mon cou. »

    « Bien nourrie »

    Dans le chef de Tiana, aucun stress.

    Elle ne semble par ailleurs pas avoir erré dans la nature pendant des mois… « Elle est magnifique, bien ronde, bien nourrie.

    Quelqu’un se l’est certainement appropriée dans le quartier.

    Depuis  samedi, elle dort ! (Rires).

    Elle est restée 2 heures en dessous du fauteuil, vraiment zen.

    Maintenant, elle se balade dans la maison. »

    Chaque jour, de nombreux chats sont portés disparus.

    Certains reviennent rapidement alors que pour d’autres, c’est toujours l’inconnue.

    « Après un an, on perd espoir. Et pourtant, Tiana est la preuve qu’il ne faut pas.

    C’est vraiment un miracle et une grande joie. »

    Article et rédaction Par A.MA (avec M.G)

    Source

  • Attention c'est la saison ! Un épilet... !!!

    Lien permanent

    Un épilet... Attention c'est la saison !

    Info de 

    Cabinet veterinaire Marcotty & Co Sprl
    Rue du Ruisseau, 2 (18,25 km)
    4122 Plainevaux, Liege, Belgium
     
     
    04 371 28 47

    epilet.jpg

  • Soyez vigilants !!! Bandit , le Chihuaha de Nicole, a été volé dans sa propriété à Engis

    Lien permanent

    Nicole et son compagnon, deux habitants d’Engis sont désemparés.

    Vendredi dernier, alors que Nicole effectuait une course au magasin, entre 15h et 15h30, son chien, « Bandit » a été volé, rue Neuve-Voie.

    L’animal se trouvait dans la propriété de l’Engissoise quand le vol a eu lieu. Bandit est un Chihuahua croisé avec un Charlin âgé de deux ans.

     Et sa non-restitution est assimilée à un acte de vol, plutôt qu’à une fugue.

    « Il n’aurait pas pu partir tout seul.

    Quand Nicole est arrivée dans sa rue en revenant du magasin, elle a une vieille camionnette blanche.

    Mais à aucun moment, elle ne s’est doutée qu’on lui avait pris son chien, qui était pucé et castré » nous explique Sylvie, une amie de la famille, qui a offert Bandit l’année dernière.

    « Le chien était dans la cour de la maison ».

    Depuis vendredi, cette perte laisse un vide immense à Nicole.

    « Elle est inconsolable. Son chien, c’est toute sa vie. Elle est en larmes.

    Nous demandons à chaque personne qui pourrait détenir n’importe quelle information de nous la transmettre », continue Sylvie qui a rapidement posté un message sur les réseaux sociaux.

     

    Voici Bandit.
    Voici Bandit. - D.R.

     

     

    En quelques heures à peine, la publication a été relayée des centaines de fois.

    « J’ai laissé mon numéro de téléphone pour que l’on m’appelle.

    Je m’en charge comme cela, Nicole n’a pas à gérer tous les appels », indique Sylvie.

    Au vu du succès de cette publication, Nicole a reçu plusieurs coups de fils dont un qui a interpellé son attention. « Un homme habitant en Côte d’Ivoire me disait qu’il avait le chien.

    Il m’a dit que je voulais le récupérer, je devais payer 800 euros.

    J’ai rapidement compris qu’il s’agissait d’un brouteur », s’indigne Sylvie.

    La zone de police Meuse-Hesbaye a été alertée et une plainte a été déposée.

    « Ce sont des faits qui ne sont pas communs, nous n’avons pas une vague de vols de chiens.

    Il y en a déjà eu quelques-uns mais nous n’avons jamais eu affaire à des vols en série », indique le commissaire Mopin de la zone.

    Des affiches ont été collées aux quatre coins de la commune d’Engis pour tenter de retrouver Bandit. Si vous l’apercevez, veuillez contacter Sylvie au 0470/50.46.80 ou la police Meuse Hesbaye.

    « Des réseaux assez importants »

    Chaque année, de nombreux chiens sont volés un peu partout en Belgique.

    « La puce permet simplement de retrouver le propriétaire. Pour avoir une puce équipée de la géolocalisation, il faut faire une demande spéciale à son vétérinaire.

    Mais il arrive que lors de certains vols, les puces sont enlevées et remplacées pour avoir le nom du nouveau propriétaire », indique Philippe Schutters, vétérinaire en charge du bien-être animal qui précise, « qu’il y a des réseaux importants de reproduction illégale dans la région.

     C’est assez fréquent malheureusement ».

    Article et rédaction par Amélie D 

    Source

  • Hamoir favorable à l’interdiction des robots-tondeuse la nuit

    Lien permanent

    Mais il faudra réussir à inscrire la mesure dans le règlement de la zone de police du Condroz

     

    La question de l’interdiction des robots-tondeuse pendant la nuit sera abordée lors du conseil communal de ce jeudi à Hamoir.


    Favorable à cette mesure, le bourgmestre estime néanmoins qu’elle devra être appliquée par la zone de police et non au niveau du règlement communal.

    Récemment mise en lumière dans les médias, l’utilisation controversée des robots-tondeuse pendant la nuit a été dénoncée par de nombreux défenseurs de la cause animale.

    Ces appareils automatisés touchent régulièrement des hérissons lors de leur tournée nocturne, infligeant des blessures sévères à ces petits insectivores essentiels pour la biodiversité.

    Le conseil communal de Seraing a fait parler de lui ce 17 juin en votant en faveur de l’interdiction des robots-tondeuse entre 18h et 9h.


    Les communes de Dalhem et Liège ont aussi annoncé leur intention d’emboîter le pas.


    Il se pourrait que cette interdiction s’applique également dans les communes du Condroz dans les mois à venir.

    Ce jeudi, le conseil communal de Hamoir évoquera la possibilité d’adapter le règlement général de police afin d’y ajouter un volet sur la proscription de l’utilisation nocturne des robots-tondeuse.

    Mais selon le bourgmestre, cette interdiction devra se jouer au niveau du règlement de la zone de police du Condroz, et non au niveau du règlement communal.


    PAS AVANT 2020


    « Le sujet a déjà été abordé au niveau de la zone de police parce qu’il est déraisonnable que chaque commune prenne un règlement différent, » explique Patrick Lecerf.

    « Il faut qu’on essaie d’uniformiser, ce pourquoi on a mis les robots tondeuse dans les sujets à aborder lors de la prochaine révision du règlement général de la zone de police.

    Aujourd’hui, il ne reste que la tonte des pelouses qui ne fait pas partie de ce règlement. »


    Même s’il pense que le conseil communal de Hamoir sera favorable à cette modification, le bourgmestre admet qu’il faudra attendre encore un certain temps avant qu’elle n’entre en application.

    « Ce ne sera pas pour 2020 car c’est un énorme travail de modifier le règlement de la zone de police.

    Il faut avoir l’accord des dix conseils communaux de la zone de police. »


    Même si la commune condrusienne est vallonnée, de plus en plus de personnes y utilisent des robots-tondeuse.

    En proposant ce sujet à l’ordre du jour du conseil communal de jeudi, Hamoir fait connaître son intention d’interdire l’usage des robots-tondeuse la nuit, mais il faudra encore obtenir l’accord des 9 autres communes de la
    zone de police pour concrétiser cette intention en acte. 

    Article et rédaction par PIERRE TARGNION

    Source

  • Aliments pour vos animaux Chez Extrapharm Nandrin

    Lien permanent
    Extrapharm Nandrin L'annonce

     

    [Chien  - Chat  - Alimentation - Belge - Extrapharm]

    Après avoir pris soin de vous depuis maintenant 6 mois, nous élargissons encore notre large choix de produits en s'occupant d'autres personnes très importantes... vos compagnons à 4 pattes ! 

    Les croquettes pour CHIENS et CHATS CPRO FOOD possèdent de nombreux avantages :
    100% belge
     Qualité : haute teneur en viande
     Hypoallergénique : Sans blé, gluten, soja, colorant ou exhausteurs de goût
     Très digestible et adapté à chaque animal
     Prix honnête et attractif
     Carte de fidélité : 9 + 1 gratuit !

    En tant que scientifiques et formés aux gammes vétérinaires, n'hésitez pas à nous demander conseils ! 

    Extrapharm Nandrin
    Route du Condroz 322 4550 Nandrin
    extrapharm@hotmail.com
    085 82 81 30

    L'équipe Extrapharm

    Extrapharm Nandrin

  • Liège interdit aussi les robots-tondeuses la nuit pour préserver les hérissons

    Lien permanent

     


     

    Comme ailleurs, la Cité ardente prévoit l’interdiction de fonctionnement de ces robots-tondeuses la nuit – soit dans la période comprise entre deux heures avant le coucher du soleil et deux heures après son lever – durant laquelle les hérissons sont actifs. Mais Liège va plus loin encore, en précisant où peuvent être placés les fils qui délimitent le terrain d’action de ces tondeuses. Le règlement liégeois stipule ainsi qu’ « avant toute utilisation d’une tondeuse automatisée, le fil ou câble périphérique permettant de délimiter le périmètre de tonte doit être installé en retrait et à une distance raisonnable des arbustes, buissons ou haies du jardin susceptibles d’abriter un hérisson. »

    Une législation précise donc, mais qu’il sera peut-être difficile de faire respecter…

    « C’est vrai que nous avons été plus précis qu’ailleurs, estime Christine Defraigne, l’échevine liégeoise en charge du Bien-Être animal, mais c’est parce qu’outre la question des horaires, nous voulions aussi prendre en compte la problématique de l’écosystème à préserver. Mais le but n’est évidemment pas d’envoyer un policier dans chaque jardin pour voir où sont placés ces fils. C’est plutôt de sensibiliser les propriétaires de robots-tondeuses et d’en appeler à la vertu pédagogique de la norme : évitez les endroits de vie du hérisson. »

     

    De la sensibilisation donc, mais pas uniquement. « Si certains font preuve de mauvaise volonté, il faut qu’ils sachent que le vétérinaire communal est opérationnel, et que nos services sont très souvent avertis en cas de problème ou de méconnaissance de la législation. » Et dans ce cas, le règlement liégeois prévoit une amende administrative qui peut monter jusqu’à 247,89 euros.

     

    Article Par Geoffrey Wolff

    Source 

     

  • Vigilance et prudence face à l'affluence de sangliers sur Nandrin et Neupré

    Lien permanent

     

    Témoignage d'un Neupréens

    Sic " Les faits: 

    Ce jeudi 11 juin à 7h du matin, il y avait une laie avec 6 marcassins en train de jardiner chez moi  .

    Jusqu'à présent c'était du labourage de pelouse, mais maintenant les bacs à fleurs sont renversés et les plantes sont arrachées sans autorisation(sic). 

    Il y a 2 mois  vers  23h il y avait 6 sangliers adultes en train de pique -niquer sans autorisation dans mon jardin. 

    La grande haie est protégée depuis des années par une clôture anti- sangliers, mais les 20m de haie en IF de 1m de largeur à l'avant de la maison est violée brutalement depuis  quelques semaines et  est en voie de protection par du grillage soudé (sans subside).

    L'allée du garage est fermée le soir depuis des années par une barrière solide. 

    Mes pérégrinations dans les magasins de bricolage de la région, à la recherche de matériel de protection  en cette période de semi confinement me font rencontrer moultes personnes avec la même problématique aussi bien à Neupré que Nandrin. 

    Auriez- vous la possibilité de publier un article afin que les victimes  se manifestent, et qu'ensemble nous demandions l'intervention rapide des responsables politiques locaux  pour endiguer ce fléau . 

    D'avance je vous remercie, en espérant trouver une solution dans l'intérêt du plus grand nombre.

    À 72 ans  et après 35 ans de vie à Neupré, je suis fatigué de me battre contre .

    Département de la Nature et des Forêts - DNF

    Direction de Liège

    Rue Montagne Ste - Walburge 2 bâtiment 2 • B - 4000 Liège

    Tél. : +32 (0) 4 224 58 70

    Fax : +32 (0) 4 224 58 77

    Responsable : Hervé PIERRET, Directeur

    Coordonnées des cantonnements

    Nous avions déjà publié sur le sujet dans les colonnes du Blog l' automne 2019

    Voici des extraits des articles 

    Avec 35.000 animaux abattus cet hiver, la saison 2019-2020 constituera une nouvelle année record en prélèvement de sangliers.

    C’est le Département de la Nature et des Forêts de Wallonie (DNF) qui l’annonce.

    Il a demandé un ultime effort aux chasseurs dans les zones où les sangliers sont les plus nombreux.

    Que faire quand une harde de sangliers a élu domicile à proximité de sa maison ? Peut-on nourrir les animaux qui se trouvent dans les parcs communaux ?

    Que faire d’un animal sauvage blessé ? Autant de questions que de nombreuses personnes se posent régulièrement, sans pour autant savoir où trouver une réponse fiable.

    À Liège la solution 

    C’est pour pallier cette lacune que l’échevinat du Bien-être animal liégeois lance cette semaine ses permanences virtuelles du vétérinaire communal.


    Concrètement, Philippe Schutters, le vétérinaire notamment affecté à la Ville de Liège, se fendra régulièrement d’un petit billet qui sera ensuite posté sur Facebook, dans lequel il donnera des conseils avisés aux propriétaires d’animaux ou à ceux qui seraient amenés à en côtoyer de temps à autre.


    Les Liégeois sont également invités à lui poser leurs questions (via le mail echevinat.bienetreanimal@liege.be). Celles qui relèveront de l’intérêt commun seront traitées et feront l’objet de réponses ultérieures.

    Lire la suite

  • Les vétérinaires alertent sur les dangers des chenilles processionnaires pour vos animaux

    Lien permanent

    Les promeneurs ont vu fleurir d’étranges panneaux prévenant de la présence des chenilles processionnaires du chêne.

    Depuis deux ans, elles se développent dans le sud de la Wallonie et représentent un danger aussi bien pour l’homme que pour les animaux.

    Face à cette prolifération, les cliniques vétérinaires Couvivet (Couvin) et des Eaux Vives (Philippeville) ont lancé l’alerte sur les réseaux sociaux.

    « Il faut savoir que ces chenilles représentent un danger pour tous », explique Emilie Bouko, assistante vétérinaire à la clinique des Eaux Vives. « Les chiens sont les plus touchés par ce danger parce qu’ils ont plus l’habitude d’aller autour des chênes que les chats. »

    Ce danger vient des nombreux poils des chenilles processionnaires car ils contiennent une substance urticante très violente. « Un chien va peut-être en toucher une avec son museau ou même en manger une », continue Emilie Bouko.

    « Dans ce cas, on va voir apparaître les premiers symptômes assez rapidement. »

     

    Une amputation possible

    En cas de non-prise en charge rapide, l’animal touché peut avoir des séquelles assez importantes. « La langue de l’animal va commencer à enfler et perdre sa couleur petit à petit », indique l’assistante vétérinaire. « Il va y avoir une nécrose de la langue. Dans le pire des cas, on doit procéder à une amputation. C’est pour cela qu’à l’apparition des premiers signes, il faut agir vite. »

    Pour cela, quelques conseils doivent être scrupuleusement suivis.

    En premier lieu, il ne faut absolument pas faire boire son animal au risque que les poils de la chenille se retrouvent dans le système digestif.

    « Il vaut mieux rincer abondamment la gueule de l’animal avec de l’eau froide. On conseille aussi de mettre un glaçon car cela retarde les effets. Et bien sûr, il faut directement prendre contact avec un vétérinaire. »

    Pas encore de cas !

    Si le danger est bel et bien réel pour nos animaux, les cliniques vétérinaires n’ont pas encore eu de cas pour l’instant. « On veut vraiment mettre en garde parce que les chenilles remontent tout doucement de France », indique Emilie Bouko.

    « On sait qu’il y a un foyer à Viroinval et un autre à Doische, donc ça se rapproche. Il est donc préférable que la population soit bien au courant. »

    Dans le cas où vous croisez un nid de chenilles processionnaires, il est conseillé d’immédiatement appeler l’administration communale. Celle-ci se chargera de marquer les arbres touchés dans le but de les éradiquer.

    Article et rédaction par Loïc Martin

    Source article 

    Source

    Clinique Vétérinaire "Les Eaux Vives"

    veto.jpg

  • Attention à vos chats et vos animaux !!! Une chenille dangereuse !!!

    Lien permanent

    Elle a retrouvé son chat complètement abattu et qui bavait énormément.

    Il faisait en fait une réaction après avoir joué avec une chenille processionnaire dans le jardin.


    Corinne habite à Forchies-la-Marche, du côté de Fontaine l’Évêque, et a bien cru qu’elle allait perdre O’Malley, son chat.


    Le 25 mai au soir, elle retrouve O’Malley dans un drôle d’état. « J’ai vu mon chat toute la soirée et il allait très bien. Un peu plus tard, je l’ai vu revenir avec une sale tête à la maison… Il était tout mouillé ! »


    Au départ, Corinne pense que son chat est simplement tombé dans leur étang. Mais il n’en était rien.

    « O’Malley était en fait enduit de sa propre bave. Et il n’arrêtait d’ailleurs pas de baver, il y en avait partout : sur le divan, les chaises… De plus, il avait l’air vraiment abattu.

    Il se cachait là où il pouvait, ce qui n’est pas du tout dans ses habitudes », se souvient la Filamarchoise.

    « Mon mari est sorti pour regarder si notre chat n’avait pas mangé quelque chose de mauvais.

    Et, sur la pierre du perron de notre maison, il a retrouvé une chenille processionnaire », continue Corinne.


    Son chat l’avait en fait recraché après avoir essayé de la manger.

    « Il était passé 22h30 et je ne savais pas quoi faire avec O’Malley, son état de santé ne s’améliorait pas.

    J’ai donc appelé un vétérinaire qui m’a conseillé de ne surtout pas le faire boire mais plutôt de le laver et le rincer complètement. Je l’ai fait et ai ensuite veillé toute la nuit.

    Sa crise est finalement passée vers 5 heures du matin », raconte la propriétaire d’O’Malley, soulagée.

    La citoyenne de Forchies est allée voir sa voisine, quelques jours plus tard, qui possède des chats également. « Je voulais savoir si d’autres personnes avaient connu un fait similaire.

    Je lui ai donc montré la photo de la chenille et elle m’a affirmé qu’elle en avait également trouvé une chez elle. »


    Une toxine dangereuse


    Corinne n’a donc pas hésité une seule seconde et a partagé son expérience sur les réseaux sociaux. « Il fallait avertir les habitants de Forchies-la-Marche, car cette chenille est dangereuse pour les animaux, mais également pour les humains ! »


    Effectivement, le laboratoire de dermo-cosmétique animale (LDCA) le confirme : « Ces chenilles possèdent des poils urticants qu’elles libèrent quand elles se sentent menacées ou stressées.

    Ces poils sont différents des poils visibles car ils sont composés d’un crochet qui, s’il adhère à la peau et/ou à la surface d’autres organes, se brise et délivre une toxine hautement dangereuse.

    Ils causent une importante inflammation au niveau de la bouche et du museau de l’animal. Une nécrose peut rapidement apparaître au niveau de la langue.

    Ces chenilles provoquent aussi violentes crises d’urticaire et peuvent gravement endommager l’œil. »

    Danger aussi pour la santé humaine


    La région wallonne informe sur la chenille processionnaire sur son site Internet.

    Elle écrit d’ailleurs, à ce propos, que les premiers foyers de ces chenilles ont été observés en 2019 en Wallonie.

    Elles se répandent maintenant de manière localisée.
    Dans un article, la Wallonie informe également des dangers pour la santé humaine : « Particulièrement urticante, la processionnaire peut être à l’origine de problèmes de santé graves tels que des allergies, des problèmes d’asthmes ou des chocs anaphylactiques.

    Il est donc important d’agir afin de limiter autant que possible l’impact et l’expansion de l’insecte. »


    Il est d’ailleurs conseillé d’éliminer mécaniquement les nids si vous en découvrez chez vous. Vous pouvez également vous adresser à votre administration communale.

    « Si plusieurs actions peuvent être menées pour lutter contre cet insecte, elles doivent être effectuées par des professionnels, compte tenu du danger sanitaire », est-il également noté dans le rapport de la Région wallonne.

    Article et rédaction Par An.-C.C.

    Source

    Les chenilles processionnaires du pin sont très urticantes.Les chenilles processionnaires du pin sont très urticantes. - Belga

  • Ange gardchien - Toilettage - Ouffet propose un service professionnel de garde à votre domicile lorsque le propriétaire est absent, en vacances ou convalescent.

    Lien permanent

    Ange gardchien - Toilettage - Ouffet informe 

    Ange Gardchien propose un service professionnel de garde à votre domicile lorsque le propriétaire est absent, en vacances ou convalescent.
    Je peux effectuer de 1 à 3 visites par jour à votre domicile.
    Mes passages s’effectuent principalement entre 7h et 20h selon la tournée.
    Compris dans mes tarifs:
    - temps de prestation sur place,
    - une pré-visite obligatoire gratuite (si plus de pré-visites sont nécessaires, il faut compter 10 € par pré-visite supplémentaire);
    - soins (nourriture -> fournie par le propriétaire, eau fraîche à chaque passage, brossage, médicaments éventuels à administrer,...),
    - nettoyage des bols, aération des paniers, coussins,
    - nettoyage/entretien des litières, cages
    - nettoyage des petits accidents (pipi, caca, vomi, casse),
    - jeux,
    - attention, réconfort à l’animal (c’est évident),
    - relève du courrier,
    - arrosage des plantes intérieures/extérieures,
    - aération du domicile,
    - ouverture/fermeture des volets (dans ce cas, il faut 2 passages minimum),
    - allumage/éteignage des lampes (dans ce cas, il faut 2 passages minimum),
    - sortie des poubelles.
    Remarque concernant les chiens que je ne connais pas -> ne pas me prévenir en dernière minute pour la prestation afin que nous puissions prévoir le nombre de pré-visites nécessaires pour la rencontre et l’habituation.
    1 visite / jour : 12€ + 0,40€/km
    2 visites/jour : 22€ + 0,40€/km x 2
    3 visites/jour : 30€ + 0,40€/km x 3
    Conditions contrat:
    Un contrat de garde est à remplir et à signer lors du 1er rdv.
    Un acompte de minimum 30% du total de la prestation est demandé pour bloquer celle-ci 1 mois avant le premier jour prévu de garde.
    Le solde doit être versé avant le 1er jour prévu de garde.
    Ange Gardchien
    Rue Brihi Tiyou 32
    4590 OUFFET

    Ange gardchien - Toilettage - Ouffet

     

  • Les conseils d’un pompier sur le retour des nids de guêpes

    Lien permanent

    Les essaims d’abeilles et les nids de guêpes reviennent en nombre chez les particuliers. David Legros, pompier à Hamoir, explique la démarche à suivre.
    Le retour des températures estivales entraîne la réapparition des nids de guêpes et autres essaims d'abeilles dans les jardins et les habitations. Beaucoup de personnes continuent d’hésiter quant à la démarche à suivre lorsque ces insectes élisent domicile chez elles.
    Le pompier David Legros est coordinateur du Poste de secours de Hamoir dans la zone Hemeco.

    Il vient tout juste de créer la société DL Guêpes. Fort de l’expérience acquise chez les hommes du feu, il a choisi, comme une demi-douzaine de ses collègues de la zone Hemeco, de lancer son activité complémentaire. « Cette année, les interventions démarrent plus tôt que d’habitude, » explique le pompier. « On reçoit beaucoup d’appels de gens qui ne savent pas différencier un nid de guêpes et un essaim d’abeilles. Or, on ne peut pas détruire un essaim sans l’avis préalable d’un apiculteur. »


    1. Distinguer guêpes et abeilles


    Lorsqu’on le contacte, la première question que pose David Legros est :


    « Observez-vous cela depuis plusieurs jours ou est-ce arrivé d’un coup ? ».

    En effet, les nids de guêpes se construisent progressivement autour d’une reine qui va pondre des larves, tandis que les abeilles voyagent par essaims et peuvent s’installer très rapidement à un endroit.
    « Sinon, on peut les distinguer simplement par leur couleur. Les guêpes ont des lignes jaunes et noires et les abeilles sont brunes. » S’il s’agit d’abeilles, il faut appeler un apiculteur de la région qui vient voir si l’essaim est récupérable pour sa ruche.


    2.Se méfier des frelons, plus agressifs


    Selon David Legros, une piqûre de frelon est 4 fois plus forte qu’une piqûre de guêpe. De plus, ce sont des insectes plus gros et beaucoup plus agressifs. « Je crains que ce soit une année à frelons car on en voit régulièrement voler le soir. Ils aiment les greniers et les troncs morts. Ils grignotent le bois et font un nid qui ressemble à du papier mâché. »


    3. Comparer les prix


    Selon l’adjudant, le tarif appliqué par la zone de secours Hemeco est généralement de 80€/ intervention. « J’ai acheté le matériel pour travailler seul et je demande 49€ pour une intervention dans les alentours de Hamoir. Si c’est plus loin, je demanderai 70€ max. L’intérêt financier n’est pas négligeable et les sociétés privées interviennent plus vite. Il faut attendre 3 à 5 jours avec les pompiers. »
    En pleine saison (mi-juin), certaines zones de secours ont jusqu’à 30 nids à détruire sur une journée. D’après David Legros, pompier de métier, le service proposé par les indépendants permet de « soulager les troupes. »


    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

  • Un chien c'est tout bilan comportemental et suivi à votre domicile

    Lien permanent

    Un chien c'est tout


    Voici un résumé de des services:Bilan comportemental et suivi à votre domicile.


    Cours éducatifs individuels à votre domicile et en extérieur (campagne, forêt, ville)


    Cours éducatifs en groupe (max 4 chiens), en extérieur (campagne, forêt, ville)


    Balades éducatives en groupe (max 4 chiens)


    Si vous désirez faire partie d'un ou plusieurs de ces services, elle vous propose d'envoyer un email

    elise.burette@gmail.com OU d'envoyer un msg privé ou messenger ou tel 0486/815.260 (en mentionnant votre demande, vos coordonnées) afin que qu'elle puisse prendre contact avec vous.

    Un chien c'est tout

     

     

  • Patricia Sottiaux veille à ce que les gens n’adoptent pas pour se faire «plaisir» pendant la crise

    Lien permanent

    J’ai durci les règles d’adoption des chats

    Depuis le début de la crise du coronavirus, de nombreux citoyens souhaitent adopter un animal et plus particulièrement un chat.

    Patricia Sottiaux, la présidente de « Poils et Moustaches » une association d’Engis a durci les règles d’adoption. Elle nous explique pourquoi.


    Depuis le mois de mai l’année dernière, Patricia Sottiaux, présidente de l’ASBL « Poils et Moustaches » est installée dans sa nouvelle propriété à Engis où elle accueille de nombreux chats sauvages.

    Des chats que les citoyens peuvent adopter. Depuis l’arrivée du coronavirus, les demandes explosent.

    De nombreuses personnes souhaitent adopter un animal en constatant qu’elles ont plus de temps à leur consacrer. Un comportement qui effraie Patricia Sottiaux.

    Elle a donc décidé de durcir les mesures d’adoption au sein de son association.

    « Il est hors de question pour moi que les gens adoptent pour se faire plaisir parce qu’ils n’ont rien à faire pendant le confinement ou déconfinement », souligne la présidente.


    Déjà en temps normal, les conditions pour adopter chez « Poils et Moustaches » sont assez strictes.

    « Il y a un formulaire à remplir sur notre site au préalable. Ensuite, ils reçoivent un accusé de réception.

    À partir de là, les bénévoles font passer une interview à la famille qui veut adopter.

    Et puis on leur envoie l’animal qui leur correspond au mieux, avec une description et des photos.

    Et une fois cette étape terminée, la famille d’accueil vient rencontrer l’animal.

    Après cela, une bénévole se rend au domicile des gens pour attirer l’attention sur des choses qui pourraient être dangereuses pour le chat », explique Patricia Sottiaux.
    « Ils veulent les chats directement »


    Avec la crise sanitaire, la présidente a renforcé ces mesures.

    « Nous avons des gens qui téléphonent non-stop pour adopter mais ils veulent les chats directement. Ce qui n’est évidemment pas possible. Je vois énormément de publications sur les réseaux sociaux où l’on donne des chatons, ce qui est strictement interdit. D’autant plus que souvent, ils sont donnés beaucoup trop tôt. C’est scandaleux !

    Et quand j’explique à ces personnes qui veulent adopter sur un coup de tête qu’il y a un formulaire à remplir, entre autres, cela freine déjà pas mal de monde.

    Ils veulent le chat de suite car ils sont en congé.

    Désormais, on repose quatre ou cinq fois la même question pour recouper les erreurs ou les mensonges », continue-t-elle en ajoutant, « les gens qui adoptent de façon impulsive à cause de la crise du coronavirus me font peur.

    Une fois que la vie va reprendre, ils ne vont plus s’en occuper et ils vont les abandonner. Ils deviendront des chats sauvages ».


    Depuis plusieurs jours, Patricia Sottiaux recueille énormément de chats sauvages.


    « J’ai accueilli plusieurs mamans avec leurs chatons mais aussi d’autres chats sauvages.

    On n’arrête pas d’en trapper. Sur quinze jours, on a fait plus de 30 stérilisations, c’est énorme.

    Actuellement, on a une centaine de chats à l’association. On en a recueilli un fort blessé à l’œil.

    Voilà pourquoi on a peur des adoptions pendant la crise, on n’a pas envie que les chatons finissent comme celui-là, abandonnés et blessés », conclut Patricia Sottiaux.

     

    Article et rédaction de A.D.

    Source

  • Attention à vos animaux !!! Tentative de vol d’un chien en pleine rue !

    Lien permanent

    Tentative de vol d’un chien en pleine rue près de la Boverie

    Les faits se sont déroulés le 10 mai dernier, à 7h30 du matin.

    Une Liégeoise promène son chien sur le boulevard Frère-Orban, à Liège.

    Un véhicule immatriculé à l’étranger, à bord duquel se trouvent deux individus, s’arrête à sa hauteur. La dame est bousculée et les deux hommes tentent de lui prendre son chien, un petit Jack. Fort heureusement, ils n’y parviendront pas. La propriétaire du chien est légèrement blessée, mais n’est pas en incapacité de travail.

    Elle a déposé plainte pour tentative de vol et agression et l’enquête a été confiée à la BJ de Liège. À la Brigade Judiciaire, parce que selon certains internautes, elle ne serait pas la seule.

    Mais à partir de là, les faits sont beaucoup moins tangibles…


    Une autre agression, présumée celle-là, fait couler beaucoup d’encre.

    Elle n’a fait l’objet d’aucune plainte à la police de Liège, comme nous le confirme son porte-parole. Si elle existe, elle se serait donc déroulée dans le parc de la Boverie même, pas très loin du boulevard Frère-Orban donc, et concernerait la propriétaire d’un chihuahua.

    Cette dernière aurait également fait face à plusieurs individus, qui lui auraient volé son animal avant de prendre la fuite. Cette histoire fait penser à la première – réelle celle-là – à la différence que le chien aurait, ici, bel et bien disparu.


    Sur internet, les mêmes personnes évoquent l’organisation de combats de chiens qui se tiendraient à Herstal. Les petits chiens volés y seraient utilisés comme appâts pour les molosses.

    Une hypoythèse qui convainc peu le monde vétérinaire.


    En effet, les petits chiens, comme les chihuahuas, sont régulièrement volés pour la reproduction. Le coût d’un chiot de cette race peut dépasser les 1.000 euros sans difficulté.

    Aussi, les « donner » comme casse-croûte à des gros chiens dans le but de les exciter avant un combat illégal semble être une théorie peu plausible.


    Il n’en reste pas moins que la rumeur s’est amplifiée à une vitesse folle, puisque les quelques publications initiales cumulent plus de 10.000 partages.

    Elles sont arrivées jusqu’aux oreilles des autorités.


    Du côté de la SRPA de Liège, on confirme : « J’ai encore eu un contact aujourd’hui avec la Brigade Judiciaire de Liège », nous confirme Fabrice Renard.

    « Le problème, c’est que les personnes qui nous contactent ne sont pas en mesure de donner plus de précision sur l’existence de ces combats de chiens. Il n’y a donc, pour l’instant, aucune preuve établie. »


    Les personnes disposant de réelles informations sont invitées à se faire connaître.


    Article et rédaction A.MA

    Source

  • Des chiens renifleurs pour détecter le virus ?

    Lien permanent

    Les chiens jouissent d’un sens de l’odorat particulièrement développé, l’homme l’a bien compris. S’ils sont utilisés depuis des années pour trouver des drogues et des explosifs, leur talent œuvre depuis peu pour notre santé.

    Leur flair permet aujourd’hui de détecter des cancers.

    Les chiens sont, en effet, capables d’identifier les échantillons de sang de personnes atteintes d’un cancer du poumon dans 96,7 % des cas.


    Via la sueur
    Et si notre fidèle compagnon nous aidait aussi dans la détection du Covid-19 ? C’est la question que se sont posée de nombreux chercheurs. Des chiens renifleurs sont aujourd’hui formés à travers le monde.


    Au Royaume-Uni, un programme de formation a été lancé. Il allie l’association spécialisée Medical Detection Dogs qui a déjà dressé des chiens avec succès pour le dépistage de maladies, la London School of Hygiene and Tropical Medicine et l’Université de Durham.

    « En principe, nous sommes sûrs que les chiens peuvent détecter le Covid-19 », affirme le Dr Claire Guest, PDG et cofondatrice de Medical Detection Dogs.

    « Nous examinons maintenant comment nous pouvons capturer en toute sécurité l’odeur du virus des patients et la présenter aux chiens ».


    « Nous savons que d’autres maladies respiratoires modifient notre odeur corporelle, il y a donc de très fortes chances que les chiens soient capables de la détecter », assure le Pr James Logan, chef du département de contrôle des maladies à la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

    « Ce nouvel outil de diagnostic pourrait révolutionner notre réponse au Covid-19 à court terme, mais surtout dans les mois à venir, et pourrait avoir un impact profond ». L’entraînement des chiens durera en moyenne 6 semaines.


    En France, des recherches similaires sont menées. L’École vétérinaire de Maisons-Alfort et l’hôpital d’instruction des armées Bégin placent des cotons sous les aisselles de volontaires sains et de malades du Covid-19 pour récupérer leur sueur. « Ce qu’on espère, c’est que la sueur soit modifiée par le Covid-19, ce qui est très probable d’ailleurs », précise le Pr Jean-Paul Tourtier. « Comme ça marche sur un certain nombre de pathologies comme le cancer, il faut qu’on cherche pour voir si ça fonctionne aussi sur le Covid ». Le but ici est de dépister les porteurs du virus sans symptôme pour éviter qu’ils contaminent d’autres patients. De ce fait, cela pourra également réduire le coût des tests en laboratoire.


    La Belgique intéressée


    Il faudra encore quelques semaines pour savoir si les résultats de ces études sont positifs. On parle de début juin. Des recherches qui intéressent et sont suivies de près par les autorités, les aéroports et les firmes de gardiennage belges.


    Article et rédaction par Alison Verlaet

    Source

  • Interdire les robots-tondeuses la nuit pour les hérissons ?

    Lien permanent

    Vous avez trouvé un hérisson et ne savez pas comment réagir ? clic ici

    Ayant été interpellé par plusieurs citoyens, l’échevin du bien-être animal de Dalhem, Léon Gijsens, a la ferme intention de faire passer au conseil communal une modification du règlement général de police.

    Le Dalhemois veut y intégrer l’obligation d’éteindre son robot-tondeuse durant la nuit afin de protéger les hérissons.


    Avec le retour des beaux jours, les hérissons clôturent leur hibernation.

    Dès la nuit tombée, ils partent à la chasse pour se nourrir. Mais leur quête ne se déroule pas toujours comme prévu.

    En effet, ces dernières semaines, les centres Creaves wallons (les centres de revalidation des espèces animales vivant à l’état sauvage) constatent, avec un certain désarroi, un afflux important de ces petits mammifères qui souffrent de très vilaines blessures.

    Leurs agresseurs ?

    Les robots-tondeuses que certains laissent tourner durant toute la nuit !

    Les propriétaires de ces machines ont en effet tendance à les laisser fonctionner 24 heures sur 24. Ce qui n’est donc pas sans danger pour la faune nocturne...


    Le hic, c’est que ces petits insectivores sont particulièrement appréciés des jardiniers.

    De fait, ils jouent un rôle crucial dans la biodiversité et aident à préserver l'équilibre des espaces verts.

    « Les hérissons sont d’excellents chasseurs de limaces, de sauterelles, de criquets, d'escargots, de hannetons, de mille-pattes ou encore de charançons.

    Ils sont même capables de s'attaquer aux vipères.

    Avec eux, plus besoin de produits chimiques pour protéger son parterre ou même son potager », nous affirme-t-on du côté de Natagora, une association sans but lucratif qui se consacre à la protection de la nature notamment en Wallonie.

     

    des hôtes honorables


    Ayant été interpellé par des citoyens, l’échevin du bien-être animal de Dalhem, Léon Gijsens, souhaite faire passer au conseil communal une modification du règlement général de police.

    « Je veux y intégrer l’obligation d’éteindre son robot-tondeuse durant la nuit afin de protéger les hérissons.

    En effet, ce sont des hôtes honorables de nos jardins », énonce le Dalhemois.

    « L’objet de cette demande ne remet toutefois pas en cause l’utilisation des robots-tondeuses qui, presque silencieux, peuvent circuler librement la journée et même le dimanche sans risquer de gêner ses voisins. »


    Vu que l’équipe Maïeur siège en majorité, il est fort à parier que cette modification soit acceptée. Une bonne chose pour les hérissons car, comme ces tondeuses sont donc silencieuses, ces petits mammifères n’entendent pas les engins approcher.

    Ils viennent alors buter sur ces animaux qui, par réflexe, se mettent en boule. Mais ce système habituel de défense ne marche pas avec ces machines.

    Ils essaient alors de s’en extraire.

    Le hic, c’est que la lame vient les couper au niveau du museau et des pattes. Cela provoque d’impressionnantes blessures (plaies béantes infectées, nez entaillé…).

    Dans ces conditions, il est encore possible de les sauver.

    Mais ceux dont le nez est entièrement coupé n’ont quasi aucun espoir de survie.

    Article et rédaction par Yannick Goebbels (avec M.M.)

    Source

  • Vous avez trouvé un hérisson et ne savez pas comment réagir ?

    Lien permanent

    Vous avez trouvé un hérisson et ne savez pas comment réagir ?

    Suivez les conseils pour faire les bons gestes et ne pas mettre sa vie en danger.

    Consultez la page "Soins d'urgences" pour lui donner les premiers soins et contactez rapidement un professionnel (centre de revalidation ou vétérinaire).

     

    Toutes les infos clic ici 

    https://www.herissons.be

  • CHERCHE Animaux qui peuvent être mis en pâture pour pré libre situé à St-Séverin !!!

    Lien permanent

     CHERCHE


    Animaux qui peuvent être mis en pâture pour pré libre situé à St-Séverin 

     

    Intéressé ? Contactez-moi au 0476/574.122

  • Observez les oiseaux et les papillons, La nature chez moi

    Lien permanent

    Devine qui vient manger au jardin
    Apprenez à reconnaître les oiseaux qui chantent et qui nichent autour de chez vous.

    Devine qui papillonne au jardin
    Les papillons arrivent, entraînez-vous dès maintenant pour notre comptage d’été !


    Dans son jardin ou sur son balcon, ce drôle de printemps est l’occasion de prendre le temps d’observer la nature qui nous entoure. Pour le plaisir d’apprendre, de jouer, de cuisiner, de se relaxer avec elle et de l’accueillir encore un peu mieux chez vous. C’est le printemps, Natagora vous guide.

    Toutes les infos et participe clic ici 

  • Caval'Longle d'Outrelouxhe propose divers services pour vous et votre cheval

    Lien permanent

    CAVAL‘LONGLE AU MANÈGE LE PEGASE

    Caval'Longle

    ⦁ Leçons d’équitation par une monitrice Adeps.
    ⦁ Cours tous niveaux : dressage, obstacle, initiation au cross,
    ⦁ Stages toutes les vacances pour enfants à partir de 5 ans.
    ⦁ Camp pour cavaliers confirmés fin du mois août.
    ⦁ leçon pour adultes en fin de journée.
    ⦁ Cours particuliers et collectifs pour les propriétaires de chevaux et poneys.
    ⦁ Passage des brevets.
    ⦁ Balades organisées.
    ⦁ Location de box : pension complète, demi-pension, box fait par nos soins, nous sortons vos chevaux les jours où vous n’êtes pas libre moyennant supplément.
    ⦁ Jeunes chevaux au travail.
    ⦁ Nombreuses promenade dans les environs.
    ⦁ Piste couverte et extérieure, parcours de cross.
    ⦁ Cafétéria chauffée.

    Contactez-nous au 0474/24 55 25.
    ⦁ Visitez également notre site facebook : Caval'Longle.

    Coordonnée :

    Caval'Longle par Chloé Longle 

    0474/24.55.25

    Adresse
    Chaussée des Romains, 4a
    4577 Outrelouxhe (commune de Modave)

    http://poneyclubpegase.e-monsite.com/

    1manege.jpg

    2 manège.jpg

     

     

  • C’est un appel désespéré qui est lancé, la stérilisation des chats doit se poursuivre à tout prix!

    Lien permanent

    La stérilisation des chats doit se poursuivre à tout prix!

    C’est un appel désespéré qui est lancé par les associations de défense animale du sud du pays : il est impératif de poursuivre les campagnes de stérilisation des chats errants, même en cette période de confinement.


    Pourquoi cet appel ?

    « Parce que la ministre wallonne du bien-être animal, Céline Tellier, n’a pas cru bon de le rappeler aux communes alors que ses homologues flamands et bruxellois l’ont fait », explique Ann Degreef, directrice de Gaia. « Et elle n’a pas considéré que le fait de donner de la nourriture aux chats errants est une activité essentielle, qui ne doit pas être sanctionnée par les forces de l’ordre. Car, bien souvent, c’est le seul moyen pour ces animaux de ne pas mourir de faim. »


    Menacé d’une amende !


    Pour les associations de défense animale, qui signent l’appel à la ministre Tellier, le message n’est pas passé. La preuve par cet incident rapporté par Gaëtan Sgualdino, de la SPA du Centre : « Un habitant du Rœulx, qui nourrit depuis des années un chat un peu sauvage aux ascenseurs de Strépy-Thieu, a reçu un avertissement de la police parce qu’il s’était rendu sur place avec son véhicule pour nourrir l’animal : un déplacement jugé non essentiel. Ces nourrissages sont pourtant essentiels pour la survie de ces animaux errants », insiste Gaëtan Sgualdino. « Cela relève donc du bien-être animal. » Au Rœulx, une solution a été trouvée en remettant au nourrisseur une attestation de la SPA l’autorisant à circuler pour la survie de ce chat, trop sauvage pour se laisser attraper et amener à la SPA.


    Pas d’autorité ministérielle


    Chez la ministre Tellier, on précise qu’aucune instruction ne devait être formulée à l’égard des communes en matière de campagne de stérilisation « car les communes ne dépendent pas de l’autorité de la ministre. »

    « Rappeler l’importance de poursuivre ces campagnes de stérilisation comme l’a fait ben Weyts en Flandre » est pourtant essentiel, insiste Ann Degreef. « Car si les communes, les associations de défense animale et les bénévoles ne poursuivent pas cette activité pendant la période de confinement, on peut ruiner en quelques mois les efforts produits un peu partout pendant ces dernières années.

    Il est donc essentiel de rappeler d’une part que chacun doit continuer à travailler en ce sens et d’insister auprès des autorités pour qu’elles ne sanctionnent pas, au nom d’un déplacement jugé non essentiel, les personnes qui nourrissent les animaux errants. Car sans elles, ces animaux mourront. »

    Rédaction  de l'article Par M.R. | 

    Source

  • Les sorties à cheval sont finalement autorisées pour veiller au bien-être de l’animal

    Lien permanent

    A la suite du Conseil national de sécurité de mercredi, les sorties à cheval vont être clairement autorisées, « uniquement en vue du bien-être de l’animal » et si elles n’impliquent pas plus de deux cavaliers.


    Un assouplissement qui réjouit le parti DéFI, qui indique qu’un « confinement » du jour au lendemain des équidés (ils ne pouvaient être montés que sur pâturage ou piste propre) a pu perturber leur équilibre.


    « Confiner un cheval du jour au lendemain, surtout si c’est un cheval sportif qui s’entraîne régulièrement, peut perturber son bien-être. Il s’ennuie, va peut-être manger plus et développer des coliques, qui peuvent être mortelles », rappelle jeudi via communiqué le député bruxellois DéFI Jonathan de Patoul, qui est également vétérinaire.

    Les sorties à cheval étaient jusqu’à maintenant limitées au pâturage ou à la piste propre du propriétaire. Il était aussi permis de véhiculer son cheval jusqu’au manège pour le monter là-bas, si le centre équestre ne pouvait pas s’en charger lui-même et tout en respectant la distanciation sociale.

    Par Sudinfo avec Belga

    Source

  • Des conseils pour vos animaux de compagnie en confinement

    Lien permanent

    Kristel a ouvert son salon « Kri’Style » à Wanze en juillet 2016. En cette période de confinement, les salons sont fermés. Voici ses bons conseils…


    Car oui, on aime chouchouter ses animaux de compagnie mais sachez qu’il ne faut pas exagérer en cette période de confinement où vous vous dites que c’est peut-être une bonne chose de les gâter.


    Que faire ou non ? Voici les bons plans de Kristel. Qui a changé de vie professionnelle par amour des animaux. Cette ancienne caissière chez Lidl a ouvert son salon chez elle, après une formation spécialisée de 3 ans.

    Passionnée, consciencieuse et elle-même propriétaire de 3 bergers australiens et d’un chat, elle vous donne quelques conseils au quotidien pour votre chien… avant de retourner au toilettage quand cela sera autorisé.
    Brossez votre chien régulièrement. D’abord, il aime ça en général.

    « Le brossage fait tomber le poil mort et permet d’aérer la peau », nous dit notre spécialiste. Pour les poils longs, ça évite aussi les nœuds !


    Oubliez votre propre shampoing ! Ne pensez pas qu’il faut laver son chien chaque semaine et oubliez votre shampoing même celui spécial bébé : « Votre chien n’a pas votre cuir chevelu et votre shampoing risque de lui donner le poil plus gras ou plus sec. Et peut-être lui irriter la peau », nous dit notre spécialiste.

    Non à votre shampoing ou bain douche ! Elle recommande les « vrais » shampoings à destination des toutous (que l’on trouve encore dans les animaleries ouvertes). À défaut, donnez un bain, juste à l’eau claire, c’est mieux.

    Votre compagnon à 4 pattes a eu la bonne idée de se rouler dans la terre ou la boue au jardin : « Encore une fois, le bain n’est pas nécessaire, quand il est sec, brossez-le, c’est le plus efficace », poursuit Kristel.


    Les ongles ? Attendez le toilettage. Ne prenez pas l’initiative de couper les ongles de votre chien, au risque de le blesser : « Les chiens qui marchent sur du béton, sur votre terrasse, vont automatiquement user les ongles », nous dit Kristel.

    La professionnelle ne conseille en aucun cas de vous y rendre vous-mêmes, sauf cas d’urgence : « Si vous constatez que les ongles rentrent dans la peau.

    Mais dans le meilleur des cas, attendez de retourner chez votre toiletteuse. C’est un travail précis, délicat, qui demande à être bien fait ».


    Les dents ? Attendez le vétérinaire. « Les dents concernent les vétérinaires, pas les toiletteuses. Il existe des brosses à dents pour chiens, ce n’est pas mauvais.

    Mais pour l’entretien des dents, je conseille plutôt les choses naturelles. Donnez-leur des os à ronger, des bois de cerfs, ceux qui tombent naturellement au printemps ou encore des sabots de veau. Et ce ne sont que quelques exemples ».


    Un petit coton pour les oreilles. Nécessaire de laver les oreilles ?

    « Pas toutes les semaines », poursuit Kristel, « juste quand vous voyez qu’elles sont sales. Il y a aussi des produits spécifiques, quand vous voyez que c’est nécessaire, mais un petit coton plat, comme celui d’un démaquillant, juste humidifié, peut faire l’affaire ».


    L’alimentation ? Ne changez rien. Il est près de vous 24 heures sur 24 alors il mérite bien un petit morceau de chocolat en récompense ? Oubliez. Ne changez en rien les habitudes alimentaires de votre chien : « Et si vous souhaitez à tout prix lui offrir une friandise, optez pour une friandise pour chien. Encore une fois, un os à ronger peut faire l’affaire ».


    Des promenades, rien de tel ! « Les promenades sont autorisées avec votre chien, profitez-en. C’est le meilleur moyen de lui faire plaisir. C’est bon pour sa santé, son moral et c’est également bon pour vous » conclut notre experte.

    Et les chats?
    Dans son salon de toilettage à Wanze, Kristel accueille aussi très régulièrement des chats. Ont-ils besoin de beaucoup « d’entretien » ? « Les chats peuvent aussi être brossés et pas seulement les chats à poils longs, même si dans ce cas-là c’est aussi utile pour éviter les nœuds », nous dit Kristel. « Les chats à poils courts aiment aussi être brossés. Utilisez des gants, on en trouve parfois avec de très petites pointes et pour eux, c’est une sorte de massage ».


    Les laver ? Absolument pas nécessaires : « Je n’y suis pas absolument pas favorable. Au salon, je lave des chats qui sont lavés depuis la naissance ou presque, à la demande du propriétaire. Mais ne commencez jamais à laver un chat de 10 ans qui ne l’a jamais été auparavant. Il n’y a pas d’intérêt, il n’appréciera pas et un chat se lave bien tout seul ».


    Idem pour la nourriture en cette période de confinement. Inutile de changer ses habitudes alimentaires, ils n’en ont absolument pas besoin. Déjà que peut-être votre présence 24 heures sur 24 le perturbe…

    Rédaction de l'article Par Muriel Sparmont | 

    Source

  • Un chat blessé à la carabine à plomb à Marchin

    Lien permanent

    Un chat blessé à la carabine à plomb à Marchin: «Ça me dégoûte»

     

    Il y a quelques jours, Gribouille, le chat d’une habitante de Marchin a regagné son domicile avec un plomb dans le corps. La pauvre bête qui perdait énormément de sang avait été blessée par une personne qui avait tiré à la carabine dessus.
    Furieuse, la fille d’une habitante de Marchin a posté un message sur les réseaux sociaux il y a quelques heures. En effet, le chat de ses parents a reçu un plomb dans le corps. « Après avoir été se promené dehors, le chat est rentré à la maison. Il perdait énormément de sang et ne bougeait presque plus. Personne ne comprenait ce qu’il avait », explique Célyne.
    Peu de temps après, ses propriétaires constatent que l’animal a reçu un plomb. « Quelqu’un lui a tiré dessus avec une carabine à plomb. Cela me dégoûte, les gens n’ont aucun respect pour les animaux », ajoute-t-elle.

    Rapidement, ses propriétaires lui prodiguent les premiers soins. « Ma maman l’a désinfecté et retiré le plomb. Il a de l’infection, il se promène encore un peu mais il ne va pas trop loin. C’est la première fois que cela arrive », souligne Célyne.

    Actuellement, aucune plainte à la police n’a été déposée.

    Rédaction de l'article par AD 

    Source