Alerte info

  • L’interdiction de circuler en forêt prolongée jusqu’au 15 mai 2020

    Lien permanent

    La ministre wallonne en charge de la Forêt, Céline Tellier (Écolo) a prolongé jusqu’au 15 mai 2020 l’interdiction de circulation dans les bois et forêts à l’intérieur des limites de la zone infectée par la Peste porcine africaine.

    Cette mesure reste indispensable alors que les opérations de chasse et de collecte de cadavres de sangliers se poursuivent dans le but de retrouver une zone indemne au plus vite.

    « Les dérogations ont toutefois été élargies, notamment pour faciliter certains travaux forestiers dans la zone », a précisé la ministre.


    Depuis le début de l’épidémie à l’automne 2018, 4.622 sangliers ont été analysés ou sont en cours d’analyse. Sur ce nombre, 831 cas se sont avérés positifs.


    « À la suite des rapports du comité stratégique Peste porcine africaine, j’ai souhaité maintenir l’interdiction de circulation en forêt dans la zone infectée car le virus y est toujours présent.

    Il est impératif de viser la dépopulation totale des sangliers d’ici mars 2020 dans la zone infectée et autour de celle-ci », a expliqué Céline Tellier.

    Source

  • Attention, si on vous paie avec de faux billets.

    Lien permanent

    Attention, si on vous paie avec de faux billets.

    De faux billets retrouvés à Arlon ,Tournai, Huy, Hannut.

    Le phénomène a été repéré récemment dans la région de Huy-Waremme. Aujourd’hui, un cas de figure se présente dans la région d’Arlon. Vanessa Bertrand, gérante de deux salons de coiffure - L’Atelier du Cheveu - à Arlon et Etalle, a découvert un faux billet de 10 euros dans son tiroir-caisse. « Si on y regarde à deux fois, on constate que le billet n’est pas normal. Mais si on ne fait pas attention, on se fait avoir ».
     
    En règle générale, les commerçants se méfient des grosses coupures : 100, 200, 500 €. Mais pas des « petits billets ». Pourtant, que ce soit visuellement ou au toucher, il est possible de faire la différence. Sur ces faux billets, la bande holographique n’est pas du tout argentée. A y regarder de près, on remarque l’inscription « copy » sur une des faces du billet. Il ne possède pas non plus de filigrane, normalement visible par transparence.
     
    Il s’agit sans doute ici d’une vulgaire copie faite à la photocopieuse sur du papier assez fin. « Mais si on vous glisse ce billet parmi d’autres, ça passe », souffle Vanessa.
     
     
    La police d’Arlon a été avertie du phénomène. Le parquet du Luxembourg n’a pas contre pas été avisé.
    Vanessa Bertrand a partagé sa mésaventure sur Facebook. Un commerçant averti en vaut deux.
     
     

     

     

  • Un appel pour retrouver les ordinateurs volés

    Lien permanent

    FERRIÈRES - CAMBRIOLAGE À L’ÉCOLE

    A Werbomont, à l’école communale de Bosson, c’est la désolation : dans la nuit du 13 au 14 janvier, un cambriolage a été commis. Les auteurs ont fouillé le bureau du directeur et différentes classes. Ils sont repartis avec 3 ordinateurs et une quarantaine d’euros en monnaie.
    Ce mercredi matin, le directeur Dominique Morelle de l’école communale de Bosson (rue Bruyère Fagnette, à Werbomont) est encore occupé à ranger son bureau. Après leur passage, les cambrioleurs ont laissé les lieux dans un état épouvantable.
    « Un vrai dépotoir ! Le chambranle de la porte de mon bureau a été arraché. Ma chaise a été renversée, des classeurs et des piles de feuilles ont été jetés par terre », se désole Dominique Morelle.
    Les pièces annexes de son bureau, une classe et le local des enseignants, ont également été fouillés.
    18 années de travail
    Les voleurs sont entrés dans l’établissement scolaire en forçant la porte d’entrée avec un tournevis. Ils sont repartis avec 2 sacs, une quarantaine d’euros en pièces de monnaie et 3 ordinateurs portables, sans grande valeur, mais dont le contenu représente 18 années de travail, de photos ainsi que des données confidentielles. « C’est cette perte qui me chagrine le plus. Il y avait là des photos personnelles, de famille, qui sont hélas définitivement perdues », regrette le directeur.
    L’école a néanmoins lancé un appel sur les réseaux sociaux : « Si quelqu’un aperçoit un sac d’ordinateur ou un ordinateur dans un fossé ou ailleurs, ce serait gentil de contacter notre directeur ». S’en suit un descriptif des appareils. Il s’agit d’un Lenovo ThinkPad Priminfo de la Fédération Wallonie Bruxelles, d’un Acer 17 pouces et d’un HP 15 pouces.
    « C’est dans l’Acer que se trouvaient les données personnelles. Il est tellement vieux, au moins 18 ans, que les voleurs n’en tireront rien », argumente encore le directeur. De quoi faire réfléchir les auteurs du cambriolage ? Qui sait ?.
    Par M-Cl.G.

     

    Source

  • Suite au décès d’un enfant, les autorités belges et françaises appellent à la prudence

    Lien permanent

    Après le décès d’un enfant, autorités belges et françaises mettent en garde contre les perles d’eau.

    Utilisées en décoration florale et présentes dans des jouets, leur ingestion est très dangereuse.


    Les autorités françaises appellent à la vigilance après le décès d’un enfant faisant suite à l’ingestion de billes d’hydrogel.

    Ces dernières sont plus connues sous le nom de « perles d’eau ».

    Elles sont utilisées comme éléments de décoration dans des vases et des jardinières.


    « Composées d’hydrogel, une matière qui se gonfle au contact de l’eau, les perles d’eau absorbent jusqu’à 400 fois leur poids. Elles restituent ensuite progressivement leur contenu aux plantes.

    Mais leur petite taille et leurs couleurs vives leur confèrent une attractivité certaine auprès des enfants, qui peuvent les confondre avec des bonbons », détaille les autorités françaises. « Ces perles présentent un risque d’étouffement pour les plus jeunes.

    Elles peuvent également provoquer une occlusion intestinale : une fois ingérées, elles risquent d’augmenter considérablement de volume quelques heures après… et devenir mortelles en l’absence de prise en charge médicale ».


    Invisible sur une radio


    En Belgique, le Centre Antipoisons a reçu l’an dernier 29 appels qui concernaient 29 victimes, dont 27 enfants.

    « 18 appels étaient pour des perles d’eau décoratives dans le jardin et la maison, 11 appels pour des perles d’eau avec une application jouet. Outre une obstruction grave et douloureuse, l’ingestion de ces billes peut induire des fissures dans les intestins qui peuvent entraîner, par exemple, une péritonite.

    Un autre problème est que, sur une radiographie, on ne peut déterminer le problème qu’à partir du moment où il y a une obstruction parce que la perle d’eau elle-même n’est pas visible. Bref, avaler une perle d’eau peut être très dangereux, surtout si les enfants en avalent plusieurs », nous confie Patrick De Cock, porte-parole du centre Antipoisons.


    Après un tel incident, comment réagir ?


    « Il est préférable d’appeler le Centre Antipoisons immédiatement. Si vous savez qu’une perle d’eau a été avalée, vous pouvez faire un auto-test : mettez une perle dans un verre d’eau et voyez quelle taille elle atteint. Si elle ne grandit pas beaucoup, vous pouvez l’extraire naturellement du corps avec un laxatif. Sinon, vous devez aller à l’hôpital pour le faire enlever chirurgicalement. Et ce dès que possible », souligne-t-il.


    Pour éviter tout accident et garder ces billes hors de portée des enfants. « Vous pouvez sceller le vase, notamment avec du film plastique. En ce qui concerne les jouets contenant des perles d’eau, rappelez à votre petit de ne pas les mettre en bouche et surveillez-le », conclut Patrick De Cock.
    Par Alison Verlaet

    Source

  • Incendie en cours dans le zoning commercial au 4 bras de Nandrin, important déploiement de pompiers

    Lien permanent

    Important déploiement de pompiers, il semblerait que le feu ravage à l'arrière du magasin Extra , dans le zoning commercial près des 4 bras de Nandrin le long de la N 63 .

    De nombreux pompiers sur place  !!! 

    Plus d'infos demain dans les éditions Sudinfo La Meuse H-W https://huy-waremme.lameuse.be

    Photos de Lydia D pour le Blog de Nandrin 

    14 j 2.jpg

     

    extra.jpg

     

     

  • Le Roi ne vient plus à Huy-Waremme demain mercredi 15 janvier 2020

    Lien permanent

    On vient de l’apprendre, la Roi Philippe ne viendra pas ce mercredi pour la visite royale dans l’arrondissement Huy-Waremme.

    Un empêchement de dernière minute contraint Sa Majesté à partir à l’étranger.

    Le Roi Philippe ne sera présent aux côtés de la Reine Mathilde.

     

    Toutes les infos clic ici 

  • Appel aux amateurs de peinture, dessin et photos !!!

    Lien permanent

    URGENT

    Aux amateurs de peinture, dessin et photos.
    Pour aider Yvette, à la préparation de l’exposition* Art au Village* nous cherchons deux bénévoles pour faire partie du comité, la prochaine expo aura lieu le 22 et 23 févier 2020 à Saint Séverin
    Prendre contact avec Yvette Gresse tél : Tél: 04.371.55.11 après 17 heures.
    Merci encore. 

     

    20190215_203412.jpg

  • Au nom du Blog Villageois Nandrin Sudinfo, Bonne année 2020 !!!

    Lien permanent

    2020.JPG

     

    Merci !

    En mon nom, au nom des correspondants du Blog Sudinfo.be .

    Je souhaite vous remercier pour cette année 2019 riche en informations.

    À l’année prochaine 2020 pour de nouvelles aventures météorologiques, polémiques et insolites !

    Et d’ores et déjà…

    Bonne année 2020 !

    Votre Blogueuse Jeannick Piron 

  • Les citoyens n’ont pas conscience des risques sur la protection des données

    Lien permanent

    « Il y a un gros travail de sensibilisation à faire auprès des citoyens » : Alexandra Jaspar, directrice du Centre de Connaissances de l’Autorité de protection des données, lance l’alerte. Trop rares sont aujourd’hui encore les personnes qui s’inquiètent de ce que deviennent leurs données personnelles.
    Et pourtant, depuis l’entrée en vigueur le 25 mai 2018 du RGPD, le règlement général sur la protection des données, le droit des personnes est renforcé. « Ils ont aujourd’hui les armes mais ils doivent s’en servir, contrôler, poser des questions... »
    En un an et demi, 1.113 notifications de fuites de données personnelles ont été notifiées à l’Autorité de protection de la vie privée. Il y en a 36 fois plus en 2019 qu’en 2017 ! « Depuis le RGPD, les organisations traitant des données ont l’obligation de nous notifier toute fuite de données susceptible de comprendre un risque pour les droits et libertés des personnes concernées », souligne l’Autorité de protection de la vie privée qui a également recensé 506 requêtes en médiation ou plaintes ainsi que 8.697 demandes d’information.
    À l’étranger, plusieurs entreprises ont été sanctionnées par des amendes de plusieurs millions d’euros. En Belgique, ce n’est pas encore le cas malgré l’ouverture de quelque 150 enquêtes. Ce qui ne veut pas dire que ça ne le sera jamais… « Jusqu’à présent, ce sont plutôt des petites entreprises qui ont été sanctionnées ou rappelées à l’ordre », explique Alexandra Jaspar. « Les grandes entreprises ont des modèles plus compliqués et il faut donc plus de temps. »
    Google et Facebook
    La Belgique ne peut s’attaquer qu’à des entreprises basées sur son territoire, comme Proximus, Bpost, Mastercard... Mais pas Facebook ou Google par exemple. « On a quand même pas mal de plaintes à l’encontre de ces deux géants. Mais nous devons transférer à nos homologues. Sur papier, c’est plutôt bien fait. Mais dans la pratique, on dépend de la bonne volonté et de l’efficacité des autres autorités, irlandaises dans ce cas-ci. » Et dans les faits, les dossiers n’avancent pas vraiment.
    Depuis l’entrée en vigueur du RGPD, les moyens alloués à l’Autorité de protection des données n’ont pas augmenté. « Nous comptons toujours 66 équivalents temps plein. À titre de comparaison, ils sont 200 aux Pays-Bas ! »
    Pour les années à venir, cinq secteurs ont été identifiés comme prioritaires. Il s’agit des télécommunications et médias, des autorités publiques, du marketing direct, de l’enseignement et des PME.

    Par Sa.B.

     


    Source  

  • Victime d’un accident domestique, l’enfant de 2 ans et demi a besoin d’un traitement de 10.000€

    Lien permanent
    Jules, âgé de deux ans et demi a vécu un terrible accident le 8 juillet dernier.
    Alors qu’il jouait dans le jardin avec sa grande sœur, l’enfant a échappé quelques instants à la vigilance de ses parents.
    Il est tombé dans la piscine familiale à Nandrin et a été retrouvé inanimé. Alors que les médecins pensaient qu’il resterait en état végétatif toute sa vie, Jules se bat tous les jours. Il a désormais besoin d’un traitement onéreux de 10.000 euros qui permettra de réoxygéner les cellules afin qu’il puisse encore évoluer.
     
    Les proches lancent un appel à la solidarité.

    Le 8 juillet dernier, la vie d’une famille nandrinoise a viré au drame. Jules âgé de 2 ans et demi est tombé accidentellement dans la piscine familiale.
     
    Le petit garçon a échappé à la vigilance de ses parents. Quelques minutes plus tard, Cristel Coulon, la maman a retrouvé son fils en-dessous de la bâche, inanimé.
     
    « Jules était en arrêt cardio-respiratoire ! Nous avons effectué les manœuvres de réanimation.
     
    Une fois l’ambulance arrivée et un rythme cardiaque récupéré, Jules était dans un état critique et on nous annonçait qu’il lui restait seulement quelques heures.
     
    Au bout de trois semaines de coma, les médecins nous disaient qu’il serait dans un état végétatif avec de très grosses lésions cérébrales dues au manque d’oxygène », nous confie cette maman avec beaucoup d’émotion.
     
    « Nous avions installé des barrières partout autour de la piscine, on ne comprend pas comment il a pu passer ».
     

    Mais le petit Jules s’est battu pour vivre et a ouvert les yeux en respirant seul, ce qui semblait inespéré pour le corps médical mais également pour cette famille qui au quotidien, se bat pour le bien-être du petit garçon et pour son évolution.

    « Après plus de deux mois au soins intensifs et une opération de gastrostomie, il a été transféré dans un centre de revalidation neurologique.
     
    Depuis, il enchaîne les prises en charge, kiné, ergo, logopédie et fait preuve d’un courage et d’une force incroyable. Son état s’améliore chaque jour et il déjoue tous les pronostics », ajoute la maman de Jules, très fière de son enfant.
     

    Pour l’aider davantage dans sa récupération, les parents de Jules ont décidé de partir en France pour un traitement encore peu connu en Belgique.
     
    « Le traitement permettra de réoxygéner les cellules qui ont manqué d’oxygène lors de l’accident et de favoriser la récupération. Malheureusement ce traitement n’est pas pris en charge par la mutuelle. Il coûte environ 10.000 euros.
     
    C’est un caisson hyperbares qui lui permettra de récupérer à long terme.
     
    Il n’est pas encore reconnu en Belgique mais une fois qu’on l’aura acheté, on le rapatriera avec nous », précise Cristel Coulon qui a aucun moment avec son mari n’a souhaité l’acharnement thépareutique sur leur fils.
     
    « On ne voulait pas s’acharner. Mais à chaque fois que les médecins nous disaient qu’il allait partir, il restait avec nous et se battait chaque jour », nous confie cette famille qui est pleine d’espoir. 
     
    Les messages ne cessent d’affluer

    Il y a quelques heures, un groupe Facebook s’est créé pour soutenir le combat de Jules. Une initiative d’une amie de la famille qui a pris rapidement de l’ampleur.
     
    « Quand j’ai appris ce qu’il était arrivé à Jules, je n’en ai pas dormi pendant quatre jours.
     
    J’ai des enfants aussi et cela peut arriver à n’importe qui. Les parents de Jules sont des parents bienveillants qui ont toujours fait attention à leurs enfants.
     
    Et cela m’a vraiment touché. Je leur ai donc proposé de lancer une cagnotte solidaire pour les aider. Financièrement ce n’est pas simple ! Seulement une partie est prise en charge par la mutuelle.
     
    Le groupe a été créé en accord avec la famille.
     
    Il faut que les gens sachent que l’on n’est pas à l’abri d’un accident domestique.
    Le petit Jules est un vrai guerrier, il se bat tous les jours ! », nous explique Audrey Sluyters.

    Pour la maman, Cristel, voir les messages qui se multiplient est un réel soutien.
     
    « Je ne m’attendais pas à recevoir autant de messages de soutien pour Jules et toute la famille.
     
    Cela nous fait vraiment du bien », nous confie-t-elle. 
     
    Voici le numéro de compte pour aider Jules et sa famille
    Le groupe Facebook « Noël solidaire pour Jules et sa famille » permet aux proches de donner régulièrement des nouvelles du petit Jules.
     
    Ceux qui souhaitent aider la famille financièrement afin qu’il puisse acheter les traitements nécessaires à l’évolution de Jules, un numéro de compte a été transmis : BE95 0837 7488 0358.

    L’enfant de 2 ans et demi se bat chaque jour et sa famille observe une évolution.
    « Nous avons pu observer que la caisson au prix de 10.000 euros a eu des bienfaits sur de nombreux enfants qui ont eu des lésions cérébrales ».
     
    Grâce aux dons, ils pourront s’offrir les soins nécessaires.
     
    Par AD 
     
     
    Il évolue chaque jour.
    Il évolue chaque jour. - D.R.

     

     

  • Attention si vous avez reçu un SMS du SPF Finances

    Lien permanent

    Le SPF Finances a mis en garde jeudi contre une tentative de phishing (« hameçonnage »).

    Des SMS frauduleux qui circulent actuellement demandent aux citoyens de rembourser une prétendue dette envers le service public fédéral. Or, ce dernier ne réclame jamais de paiement par SMS, souligne encore l’administration.

    En cas de doute, les contribuables peuvent toujours vérifier s’ils ont une dette envers le SPF sur www.myminfin.be.

     

    Source 

    SPF Finances

     

  • Attention 101 personnes et 8 chiens empoisonnés !!!

    Lien permanent

    Le Centre Antipoisons s’adapte aux saisons en matière d’information.

    Et les responsables donnent aussi quelques conseils pour les intoxications à l’antigel.

    « L’antigel est très dangereux. Il n’y a pas de temps à perdre en cas d’ingestion. Souvent, l’hospitalisation est nécessaire », nous dit d’emblée le porte-parole Patrick De Cock.

    « En 2018, nous avons reçu 100 appels pour des expositions à l’antigel, avec 109 victimes.

    81 victimes étaient des adultes, 20 des enfants.

    Et on compte 8 animaux, des chiens qui avaient léché le produit », poursuit le porte-parole qui ajoute,  : « Environ la moitié des appels concernent l’antigel concentré sur les radiateurs de voiture, l’autre moitié concerne le liquide d’essuie-glace avec antigel ».


    Certains… le boivent


    Comment un adulte peut-il s’intoxiquer à l’antigel ?

    « Majoritairement, ce sont des accidents. Par exemple, on a tenté d’ouvrir le récipient avec la bouche, ce qui n’est pas une bonne idée. Mais on note aussi quelques accidents.

    Notamment du fait de personnes étrangères, comme des Polonais, qui pensent que c’est un bon alcool, ce qui n’est évidemment pas le cas ! ».


    Le centre rappelle qu’il faut particulièrement se méfier des antigels pour les radiateurs de voiture qui contiennent de l’éthylène glycol concentré. Une gorgée d’une solution concentrée peut avoir de graves conséquences pour la santé chez un adulte.


    Les symptômes ? Dans un premier temps (de 30 minutes à 12 heures après l’ingestion), la victime présentera un état d’ébriété, comme quand on a trop bu, suivi de nausées et de vomissements.

    Dès la 4e heure, un coma peut s’installer. Plus tard, des troubles de fonctionnement du cœur et des reins risquent de se développer.

    Cette aggravation progressive est liée à la transformation de l’éthylène glycol par le foie en substances encore plus toxiques.


    Par M.SP.

     

    Source

  • Le numéro d’urgence 1722 activé aujourd'hui dimanche 17 novembre 2019

    Lien permanent

    Le Service public fédéral Intérieur a activé dimanche le numéro 1722 en prévision de la neige et neige fondante annoncées par l’Institut royal météorologique (IRM).

    Ce numéro est destiné aux interventions non urgentes « quand aucune vie n’est potentiellement en danger mais qu’une intervention des pompiers est nécessaire », rappelle le SPF Intérieur dans un communiqué.

    Lorsqu’une vie est danger, le numéro 112 reste d’application.

    L’activation du numéro 1722 est préventive. Cette activation ne présage en rien la gravité de l’avertissement et l’ampleur des dégâts éventuels.

    De la neige attendue

    Dès ce dimanche soir, des chutes de neiges sont attendues dans les hauteurs, en Province de Liège et du Luxembourg. La vigilance sera toujours de mise demain matin puisque 12 cm sont attendu en Province de Liège dès 6h. En province du Luxembourg, ce sont 10 cm de neige qui sont annoncés au-dessus de 400m par l’IRM. De la neige fondante tombera en province de Namur.

    Source

  • Mode d'emploi du 112 ou 1722

    Lien permanent

    Activation du numéro 1722

    Quand le SPF Intérieur active donc temporairement le numéro 1722.

    Qui appeler si j’ai besoin d’aide ? Demandez-vous si une vie est potentiellement en danger et si l’intervention des pompiers est nécessaire.

    · J’appelle le 112 quand j’ai besoin en urgence d’une ambulance ou des pompiers parce qu’une vie est potentiellement en danger.

    Exemples : risque d’effondrement, danger sur la voie publique (arbre tombé, câble sectionné, pierres tombées…), risque d’incendie, incident avec blessés…

    · J’appelle le 1722 ou j’utilise le formulaire électronique de ma zone de secours (si elle en possède un) quand aucune vie n’est potentiellement en danger mais que j’ai besoin de l’aide des pompiers.

    Exemples : dégâts importants à la toiture, cave inondée, voie publique inondée…

    · J’appelle un professionnel qualifié (ou je répare moi-même) quand aucune vie n’est potentiellement en danger et que les dégâts ne nécessitent pas l’intervention des pompiers. Les numéros 112 et 1722 ne peuvent pas être utilisés dans ces cas.

    Exemples : arbre tombé dans le jardin, véranda endommagée, dommages causés par la grêle au véhicule, panne d’électricité…

    Priorité aux vies en danger Les centrales d’urgence 112 et les pompiers donnent toujours la priorité aux personnes dont la vie est potentiellement en danger. Ils analysent les situations au cas par cas et déterminent qui doit être aidé en premier. Pendant une tempête ou une inondation, ils doivent traiter beaucoup de demandes en même temps. Le numéro 1722 a pour objectif de désengorger les centrales d’urgence 112 et de ne pas faire attendre les personnes dont la vie est en danger. Il ne s’agit pas d’un numéro d’urgence. Faites preuve de patience et ne rappelez pas pour savoir quand les secours arrivent. Seuls les numéros 112 (pompiers, ambulance) et 101 (police) sont des numéros d’urgence. En cas de tempête ou d’inondation, appelez donc le 112 uniquement si une vie est potentiellement en danger. Si vous appelez quand même le 112 pour une intervention non-urgente des pompiers, l’opérateur vous demandera de rappeler le 1722 à la place. L’activation du numéro 1722 est préventive lorsqu’une tempête ou une inondation est annoncée.

    Cette activation ne présage en rien la gravité de l’avertissement et l’ampleur des dégâts éventuels.

    En temps normal, quand il n’y a pas de risque de tempête ou d’inondation et que le numéro 1722 n’est pas activé, vous pouvez appeler le numéro d’urgence 112 pour toute aide urgente d’une ambulance ou une intervention des pompiers.

    Plus d’infos sur www.112.be

    Source

  • Le réacteur nucléaire Tihange 2 à l’arrêt

    Lien permanent

    Le réacteur nucléaire Tihange 2 à l’arrêt: Engie Electrabel a détecté un problème à une pompe

    Le réacteur nucléaire Tihange 2 a été mis à l’arrêt dimanche, indiquent l’Agence fédérale de contrôle nucléaire et Engie Electrabel, qui exploite la centrale située près de Huy.

    Engie Electrabel a détecté un problème à une pompe et a décidé de mettre le réacteur en question à l’arrêt. « Cet évènement n’a eu aucun impact sur la santé des travailleurs et de la population, et sur l’environnement », assure l’AFCN, qui suit la situation de près.

    Tihange 2 devrait être hors-service environ deux semaines, selon les estimations d’Engie Electrabel.

    Source

     

  • C'était Nandrin et son Bourgmestre aujourd’hui 2 octobre 2019 à l'émission 71 de RTL, le Bourgmestre a-t-il gagné ?

    Lien permanent
    Aujourd'hui mercredi 2 octobre 2019, et le mercredi est le jour des bourgmestres dans l'émission 71 de RTL animée par Jean-Michel Zecca .
     
    Nandrin les participants et leur Bourgmestre Michel Lemmens sur le plateau d'RTL .

    Jean-Michel Zecca ainsi que le Bourgmestre ont fait une sympathique présentation du Village et de ses richesses en patrimoines.

    Ainsi que des cadeaux représentatifs, avec une mise à l'honneur d'artistes vivants ou malheureusement disparus tragiquement du village.

    Le but est de gagné l'émission et les gains vont à une association,  pour Nandrin le Bourgmestre annonce le bénéficiaire sera l'organisateur du Nandrin Festival et grand feu.

    Organisation qui réunit entre 10 000 et 15 000 festivaliers .

    Le Bourgmestre ne laisse pas un grand doute sur l'issue du résultat de l'émission, et déclare que l'opposition lui dit toujours qu'il a réponse à tout.
     

    Un parcours sans faute avec pratiquement tout le public éliminé, sauf 71312287_438286406820700_1473974398791712768_n.jpgLaurent qui réalise depuis le début un parcours sans faute également comme le Bourgmestre.
     

    Le Bourgmestre  va-t-il  faire partie des réusites total du 71 ? 
     

    Que Nenni !!!  voila que le Bourgmestre chute sur la dernière question, Laurent le Nandrinois empoche les 2100 € , par contre l'organisation du Nandrin Festival devra se contenté de 690 €
     

    Mais ne dit-on pas le principal est de participer .
     
     
     

    71335920_404237323622299_6437535512843517952_n (2).jpg

    71912567_668289556999982_3902110936697143296_n.jpg

    71312287_438286406820700_1473974398791712768_n.jpg

    71907869_506902146814073_7842535296661979136_n (2).jpg

    Revoir la vidéo Clic ici 

     

    https://www.rtlplay.be/septante-et-un-p_8533/emission-du-02-10-c_12512053

     

  • Loris Demarteau, originaire de Nandrin a retrouvé le portefeuille de Corine Bastide Disparue mercredi dernier, elle a été retrouvée vivante ce lundi soir

    Lien permanent

    Loris Demarteau, originaire de Nandrin a retrouvé le portefeuille de Corine Bastide. Ce mardi en matinée, le jeune homme s’est rendu à proximité du talus à Saint-Georges où l’on a retrouvé Corine. « Lorsque je suis arrivé près du fossé, où je voulais faire des photos pour un journal local, j’ai retrouvé les papiers de la dame. » Sans plus tarder, le jeune homme a rapporté sa trouvaille à la police. Le jeune Nandrinois nous a fait part de sa joie de savoir Corine hors de danger. « C’est une heureuse nouvelle ! C’est incroyable quand on sait qu’elle est restée 6 jours sans manger et pratiquement sans boire ». Le Nandrinois, passionné par le journalisme, essaie d’être au bon endroit, au bon moment dès qu’un événement se passe. Sa réactivité permettra à Corine de ne pas devoir faire toutes les démarches administratives nécessaires au renouvellement de ses papiers…

    A.D.

     

    Source 

  • De plus en plus de serpents observés en région liégeoise

    Lien permanent

    Depuis quelques jours, des photos de serpents apparaissent régulièrement sur les réseaux sociaux. Esneux, Aywaille, Hamoir, les observations de ces reptiles, parfois de bonne taille, tendant à se multiplier, particulièrement dans la région liégeoise. Avec, à chaque fois, une question pressante de la part de l’observateur : l’animal est-il dangereux ?

    Philippe Schutters, le vétérinaire chargé de la sécurité civile animalière en province de Liège, se veut rassurant : « Nous sommes effectivement de plus en plus sollicités pour identifier des serpents. Mais dans la majeure partie des cas, il s’agit de couleuvres à collier, qui sont tout à fait inoffensives », explique-t-il. « Elles ont peur de l’homme. Elles peuvent quand même mordre, mais elles ne sont absolument pas venimeuses. »

    À protéger

    Bien que classée espèce menacée en Wallonie, la couleuvre à collier reprendrait-elle du poil de la bête ? M. Schutters se veut prudent : « Si on en voit davantage pour le moment, c’est surtout lié au fait qu’elle est en pleine période de reproduction », avance-t-il. « Elles sortent beaucoup plus, et les promeneurs ont donc beaucoup plus de chances d’en croiser. » Ce qui ne fait pas plaisir à tout le monde, le serpent traînant toujours derrière lui une réputation pour le moins sulfureuse.

    Mais, en ce qui concerne la couleuvre à collier, en tout cas, aucune crainte à avoir. Mieux vaut toutefois la laisser en paix si vous tombez nez à nez avec elle.

    G.W.

    Source 

  • Une vague d’arnaques touche particulièrement les personnes âgées

    Lien permanent

    Une vague d’arnaques touche particulièrement les personnes âgées à Seraing: des malfrats simulent des accidents pour soutirer de l’argent


    Plusieurs arnaques ont été constatées à Seraing mais aussi dans d’autres communes de la province et dans toute la Wallonie en général.
    Certains évoquent déjà cette arnaque comme datant d’il y a plusieurs années à Seraing.

    Sur les deux derniers mois, on compte un autre cas à Esneux, confirme le chef de corps de la zone de police Secova.

    La police de Secova a d’ailleurs posté un message sur sa page Facebook pour appeler à la vigilance !

    Attention également à ne pas montrer ses papiers d’identité et à donner ses coordonnées personnelles au risque de pouvoir être arnaqué d’une autre manière.

    Le modus operandi est vicieux : les malfrats simulent des accidents pour ensuite soutirer de l’argent.

    Voici comment ils s’y prennent

    Source 

  • Ne pas attendre que nos pouvoirs déclenchent le « Plan Canicule » pour agir en bons citoyens !

    Lien permanent

    ü Il y a quelques jours, en prévision des fortes chaleurs attendues pour les prochains jours, on lisait dans certains quotidiens : La canicule arrive en Belgique: la phase d’avertissement du plan « fortes chaleurs et pics d’ozone » activée.

    Il n’est donc pas nécessaire d’attendre un déclenchement officiel pour que le citoyen puisse intervenir, à la place ou en plus des autorités locales.

    ü Des gestes simples et qui ne prennent pas beaucoup de temps.

    Si dans votre entourage, vous avez des parents, des proches ou des voisins plus faibles ou plus âgés, il est facile de leur rendre une petite visite pour s’assurer :

    • Qu’ils disposent d’eau fraiche (pas trop froide) à proximité et au besoin, les pourvoir en bouteilles d’eau (non pétillante et non sucrée).
    • Qu’ils boivent en suffisance et n’utilisent pas l’eau pour arroser les plantes !
    • Qu’ils disposent et mangent des fruits frais, comme des pommes pour leurs apporter aussi de l’eau. Ne dit-on pas, garder une pomme pour la soif ?
    • Qu’ils disposent d’un coin d’ombre et surtout qu’ils en profitent.
    • Si vous détectez une dégradation de la santé ou simplement une déshydratation chez ces personnes, n’hésitez pas à avertir votre CPAS et/ou votre Administration Communale pour le bien-être de tous. C’est aussi leur rôle !

     

    Ces quelques conseils, chacun les connait et les applique pour lui-même, autant en faire profiter d’autres qui, par la maladie ou la vieillesse les oublieraient !

    ü Posez un geste citoyen pour d’autres vous permet d’y penser aussi pour vous !

    Article de GyM

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

  • Attention soyez vigilants la buse est assez agressive

    Lien permanent

    Un quadragénaire hutois a vécu une sacrée mésaventure. Vendredi après-midi, comme à chaque fois qu’il a un créneau dans son emploi du temps, Cédric Delleur (41) décide d’aller courir. Tout se passe bien jusqu’au moment où il arrive sur les hauteurs d’Antheit, au bout du cul-de-sac de la rue Ferdinand Fontaine. Alors qu’il ne s’y attendait pas, une buse l’a attaqué.

    « C’est la première fois que j’empruntais ce chemin en faisant mon jogging », explique Cédric. « À un moment donné, j’ai aperçu une buse qui tournait à 5-6 mètres de hauteur. Je n’y ai pas vraiment prêté attention. Puis elle est repassée à un mètre au-dessus de moi. Cela m’a un peu surpris. Elle est ensuite revenue par-derrière et a planté ses griffes dans mon crâne, tout en me donnant des coups de bec. J’ai mis ma main et j’ai alors vu que je saignais. J’ai voulu poursuivre mais le rapace continuait à plonger en ma direction pour m’empêcher d’avancer. C’est assez surprenant. Je n’ai pas eu le choix. J’ai dû faire demi-tour. »

    De retour chez lui, Cédric Delleur a désinfecté ses plaies. « On m’a conseillé de consulter un médecin mais j’ai mis de l’isobétadine, c’était suffisant. Il n’était pas nécessaire de recoudre. C’était assez douloureux. Le soir même, cela « toquait » dans ma tête. À présent, cela va mieux. »

    Si ce fan de course à pied qui a déjà participé à plusieurs marathons et semi-marathons, a décidé de témoigner, c’est pour mettre en garde les personnes qui pourraient passer au même endroit.

    « Je me suis un peu renseigné. C’est actuellement la période de nidification. Cette buse ne m’a pas attaqué pour le plaisir », souligne le Hutois. « Elle avait sans doute son nid à proximité et elle voulait le défendre. Je ne suis pas le premier joggeur à qui cela arrive. Par contre, il ne faudrait pas que des promeneurs avec des enfants passent par ce chemin au bout du cul-de-sac de la rue Ferdinand Fontaine. Pour l’instant, il vaut mieux l’éviter. »

    Cet épisode n’empêchera cependant pas Cédric, qui joue aussi au foot à Fumal, de continuer à courir sur les beaux chemins de notre région. Son prochain objectif, le Trail Curtius dans les bois du Sart Tilman à la fin du mois de juin.

    CHRISTOPHE CAUBERGH

    Source 

    Soyez vigilants si vous vous promenez dans les campagnes du côté de Lantin (entité de Juprelle). Plus précisément, dans les champs situés entre la rue du Fays et Xhendremael, via le chemin, dit, de Berlin.

    Plusieurs promeneurs et joggeurs nous signalent la présence d’une buse au comportement plutôt agressif. « Cela fait plusieurs jours que la bête est là, à chaque fois que j’y passe pour courir », explique Patricia, une riveraine. « Quand on s’approche, elle passe d’un arbre à l’autre, nous suit du regard… Parfois, elle reste à nous surveiller et nous suivre, parfois, elle s’élance », ajoute-t-elle.

    Entre 50 et 60 cm d’envergure

    Le rapace a déjà foncé sur la joggeuse, la frôlant à vive allure.

    « Je n’ai rien eu pour l’instant mais, un jour, j’avoue avoir fait demi-tour. J’ai par contre déjà croisé une autre dame, qui s’en est sortie blessée dans les cheveux ! Pour tout vous dire, quand j’y passe, je cours maintenant avec les bras en l’air et un sachet plastique en mains. De cette façon, elle ne me plonge pas dessus », sourit-elle.

    La buse, d’une envergure estimée entre 50 et 60 cm, est plutôt impressionnante. « Son bec est quand même crochu, c’est assez spectaculaire. Et je la sens vraiment agressive.

    Elle doit sans doute protéger son nid et, je suppose, que d’ici la fin juin, on ne devrait plus en entendre parler… Mais je pense surtout aux familles qui pourraient se promener là-bas, avec des enfants en vélo par exemple… Cela pourrait être danger », informe Patricia.

    E.D.

    Source 

     

  • L’inondation reconnue comme une calamité naturelle à Nandrin

    Lien permanent

    Le 16 mai 2018, une violente inondation avait recouvert une partie de la commune de Nandrin, principalement la place A. Botty ainsi que le champ d’Alain Henry. De nombreux riverains s’étaient retrouvés les pieds dans l’eau, à tenter de sauver leur intérieur. C’était le cas de Brice Duchêne, propriétaire de la Tour de Nandrin, un édifice médiéval implanté sur la place et transformé en habitation. L’inondation du 16 mai était sa... 6e depuis 1980 et la 2e en l’espace de dix jours. La tour s’était retrouvée noyée sous 70 centimètres d’eau ! Cuisine, buanderie, bureau, salon, salle à manger, peinture: tout a dû être remplacé. « Et je n’ai pas encore fini ». Heureusement pour lui, son assurance est intervenue partiellement, non sans mal. « Après l’inondation, j’ai reçu une lettre de renom... J’ai eu beaucoup de mal à retrouver une assurance, finalement, celle qui m’avait éjecté à l’inondation précédente a accepté de me reprendre. Mais avec une prime énorme... Car je suis « à risques ». Mais moi, je n’y suis pour rien, je ne vais quand même pas creuser un bassin d’orage sur mon terrain », peste-t-il.

    La reconnaissance de l’inondation du 16 mai comme calamité naturelle publique est un soulagement pour lui, dans la mesure où le fonds wallon intervient justement pour les dégâts non assurés ou non assurables. « C’est le cas de l’extérieur par exemple: les pavés, la terrasse, l’allée n’ont pas été couverts par l’assurance. Il faut que je regarde ce qui n’a pas été pris en charge à l’intérieur aussi. C’est bien d’avoir une opportunité de remboursement, même si cela va prendre des mois », commente-t-il.

    Le club de foot avait lui aussi été touché : sa citerne à mazout enterrée avait été inondée, de la boue s’était infiltrée dans le bâtiment et le 2e terrain synthétique avait connu des ondulations.

     

    Le champ d’Alain Henry, loué pour une plantation de patates, avait quant à lui vu 40 ares détruits. « Franchement, ça ne représente rien du tout. J’ai simplement retiré cette partie de sa location, lui a perdu quelques plants. Mais l’année 2018 a été bonne pour nous, il était très content de ses pommes de terre. Moi, je n’ai rien à réclamer », indique Alain Henry.

    2in.jpgL’administration nandrinoise, victime elle aussi des inondations (avec des remontées d’eau par le sol de 5 cm environ dans le bâtiment Musin), ne pourra pas prétendre à un remboursement, puisque ses dégâts ont été couverts par l’assurance de la commune. « Mais nous aurons du travail car nous allons collecter, monter et envoyer l’ensemble des dossiers qui nous sont soumis. Il faut que les Nandrinois qui ont été victimes de l’inondation se manifestent auprès de l’administration », souligne Michel Lemmens, le bourgmestre.

    A chaque catastrophe, la commune de Nandrin introduit un dossier de reconnaissance, mais elle n’en a bénéficié qu’à deux reprises. « La première fois remonte à 2007 lorsque l’inondation avait détruit un pont et la rue des Loups à Villers-le-Temple. Le 16 mai dernier, l’événement était hyper localisé, raison pour laquelle seule la commune de Nandrin a été reconnue, je pense. »

    Par ANNICK GOVAERS

     

    Source 

    1 LD.JPG

  • Attention: Dégâts et coupure d'électricité sur Nandrin, l’IRM met en garde contre les rafales de vent un numéro 1722

    Lien permanent

    10m3.jpg

    Des branches d'arbres dans le bois sur la route de Yernée entre Ombret et Nandrin 

    tempete,degats,nandrin,yernée,fraineux,villers le temple,1722

     

    Un cable HT est tombé sur Nandrin source info Jean-Michel Javaux bourgmestre d'Amay 

    tempete,degats,nandrin,yernée,fraineux,villers le temple,1722

    Coupures d'électricités à Fraineux et Villers le Temple, également certains endroits de Nandrin et Favence  

    Le numéro d’appel des secours pour des situations non-urgentes 1722 a été automatiquement réactivé.

    L’ensemble du territoire belge est placé sous le code jaune de vigilance ce dimanche, de 10h à 18h, en raison des fortes rafales de vent, annonce l’Institut royal météorologique de Belgique (IRM). Le code orange, qui invite à suivre les conseils des autorités compétentes, est même prononcé pour le début d’après-midi à la Côte, en Flandre orientale, en Flandre occidentale ainsi qu’en province d’Anvers. Le numéro d’appel des secours pour des situations non-urgentes 1722 a été automatiquement réactivé.

    L’IRM prévoit ce dimanche un vent fort à très fort, voire tempétueux au littoral. Entre 12h et 18h, ces rafales pourront atteindre jusque 100 km/h.

    Déjà fermés samedi, les parcs régionaux bruxellois resteront inaccessibles jusque mardi matin. Bruxelles Environnement recommande d’éviter de circuler dans l’ensemble des espaces verts régionaux (parcs, bois et forêt) et en particulier à proximité des arbres.

    Source 

    Découvrez la carte qui indique quelle sera la force du vent à 14 heures dans votre commune

    10 m1.jpg

    10m2.jpg

  • Attention attention ils ont vraiment besoin de vous !!!

    Lien permanent

    Suite à des désistements de dernière minute, recherchons quelques signaleurs supplémentaires pour le GP Raygeo ce samedi 2 mars après-midi au départ de Villers-le-Temple.

    Si vous êtes disponible, contactez-moi en MP.

    Ou Paulus Andrée. 0474/73.49.80

     

    André Bosse Paulus au 085/512281

    0474/734980

    bosse.andree@skynet.be

    Yvon Lecerf au 043712829

     

    Les dirigeants vieillissent et les bénévoles disparaissent

     

    L’âge et le manque de volonté de certains compliquent sans cesse la tâche des organisateurs. Les comités d’organisation sont vieillissants, des organisateurs historiques décédant (le VC Pollinois a perdu son président et son trésorier, et n’organise donc plus d’épreuve en 2018) ou étant incapables de se mobiliser pour organiser des épreuves.

     

    «  La majorité des membres de notre comité, encore une quinzaine d’actifs, oscille entre 70 et 85 ans  », admet Benoit Ramelot. «  Nous sommes finalement deux à nous mobiliser pour les tâches à responsabilité.  »

    Autre phénomène, le bénévolat est une occupation en voie d’extinction. L’acte gratuit est – trop – souvent remplacé par un défraiement voire une rémunération.

    «  Les signaleurs demandent 20 euros, un défraiement pour ceux qui se déplacent de loin  », confirme le président du club de Nandrin. «  On a de plus en plus recours à des services payants, qui alourdissent l’addition mais permettent une fiabilité assurée. Ça manque de passionnés.  »

    Ce que confirme Christian Gilon, qui manœuvre notamment le Tour de Liège ou encore le challenge de cyclo-cross.

    «  Maintenant, il faut tout payer  », soupire le Verviétois. «  Les signaleurs, certains services. Mais aussi les boissons, les lunch-packets… Plein de petites aides qu’on recevait gratuitement mais qu’on doit désormais acheter. Sans compter les subsides qui arrivent plusieurs mois après l’événement. On attend encore 2000 euros promis pour le Tour de Liège 2017 par exemple.  »

     

    PAR MAXIME SEGERS

     SPORT REGIONAL 

    Cyclisme: 5.000 euros la journée pour organiser une compétition

     

    Au  préalable à toute épreuve est l’inscription au calendrier fédéral FCWB, qui, dans le cas de Villers-le-Temple, s’élève à pile 1000 euros pour les trois épreuves. Des montants, qui ont augmenté lors des dernières années, les primes d’assurance ayant grimpé suite à quelques accidents.

    Les primes à donner aux coureurs suivant les divers barèmes établis par la fédération (répartis entre les 20 premiers) requièrent une enveloppe dépassant les 1500 euros (en y ajoutant les fleurs et trophées) pour trois courses, soit environ la moitié du budget. Des charges incompressibles, dont les montants sont mêmes vus à la hausse quand on grimpe de niveau (de catégorie, mais aussi lorsqu’on veut un interclubs, un championnat ou une épreuve UCI).

    Des services gratuits avant et qui coûtent maintenant

    Ensuite, quelques services nécessaires au bon déroulement de la course sont nécessaires. Avant, ils étaient parfois gratuits. Désormais, ils coûtent. Deux drapeaux rouges ouvreurs de course (en ligne, et en circuit) : 110 euros. Huit signaleurs mobiles à moto pour annoncer les dangers sur la route et boucler certains croisements de routes : ajoutez 400 euros à la note. La location d’un autocar pour assurer le « camion balai » : 80 euros, puis le défraiement de quelques signaleurs fixes à 20 euros. Sans oublier les 450 euros d’ambulance, pour en avoir une sur le circuit et une sur la course en ligne. La note monte de près de 1000 euros.

    Lunch-packets

    Viennent, à cette note, se greffer les lunch packets et la portion de gâteau offerts aux bénévoles (presque 450 euros, les pains étant confectionnés le matin-même par quelques volontaires), le nettoyage de la salle « mise gracieusement à disposition, tout comme les barrières, par l’administration communale », tiennent à préciser les organisateurs nandrinois. Et les fournitures de la buvette (265 euros) qui assurent la plus grande part des revenus.

    Car les spectateurs et coureurs, de plus en plus regardants à leurs dépenses, sont bien loin de rembourser l’organisation à laquelle ils assistent.

    Comptez 800 euros pour les buvettes, 400 euros d’entrée spectateur (Nandrin est le dernier club provincial à solliciter de la sorte les visiteurs, une pratique pourtant courante au nord du pays) et les revenus, exceptée la faible quote-part (1 euro sur les cinq payés par chaque coureur) sur l’inscription reversée par la fédération, se limitent là.

    Pérennité menacée

    Heureusement, quelques partenaires privés s’engagent chaque année, et les subsides provinciaux et régionaux permettent de boucler l’année avec un fragile équilibre comptable.

    «  Et heureusement, les services de police ne font pas encore payer la mobilisation des agents. Mais l’accumulation des charges (voire par ailleurs) menace la pérennité de nos rendez-vous  », affirment Andrée Paulus et Benoit Ramelot. «  Nous sommes d’ailleurs prêts à remettre la tradition du week-end d’ouverture en question, car les clubs chez les Cadets et Juniors ne jouent pas toujours le jeu, par exemple le TCH qui préfère envoyer des coureurs à Brustem. Organiser coûte, en étant toujours dépendant de la météo et de la participation des coureurs qu’on ne peut prévoir.  »

    Des budgets qui vont de 4.000 à 70.000 euros

    JEUDI, MARS 1, 2018 - 21:42

    Organiser une journée d’épreuves à Villers-le-Temple coûte environ 5.000 euros. Mais quel budget exigent d’autres épreuves ?

    L’addition est moins salée en cyclo-cross, où on avoisine les 3.000 euros par manche du challenge de cyclo-cross provincial, tout compris. Pour s’en sortir chez les pros par contre, l’enveloppe est bien plus élevée, puisqu’on évoquait jusqu’à 180.000 euros pour le Superprestige de Francorchamps.

    Sur la route, les enveloppes peuvent également fortement varier. Les organisateurs du prochain championnat provincial/FCWB Cadets U17 à Dolhain ont dû trouver 4.000 euros, tandis qu’une kermesse comme le GP Lekeu (Bruyères) requiert 5.000 euros. Un interclubs, comme le GP Color Code, requiert 10.000 euros. Tandis que la journée de compétitions à Jemeppe (pour la jeunesse, Cadets et Juniors) monte jusqu’à 20.000 euros.

    Les courses par étapes sont encore plus chères. On parle d’environ 50.000 euros réunis par la Société Flèche Ardennaise pour maintenir Aubel-Thimister-Stavelot (ex-Liège-La Gleize) inscrit en trois jours au calendrier UCI Juniors. Pour les Elites/Espoirs, le Tour de la Province de Liège réunit un budget frôlant les 70.000 euros pour cinq jours de course.

    Du côté du calendrier professionnel, les montants grimpent encore. Une épreuve UCI 1.1, comme le GP Samyn, mobilise un budget oscillant entre 110.000 et 120.000 euros. Des sommes mirobolantes, mais qui soulignent l’importance de la passion de nombreux bénévoles et sponsors pour sauver le sport cycliste.

    Des charges administratives et des responsabilités à assumer

    JEUDI, MARS 1, 2018 - 21:43

    Andrée Paulus et Benoit Ramelot - M.S.

    Si la fédération encaisse les licences d’inscription, charge demeure à l’organisateur d’assurer le bon déroulement de la journée.

    «  Il n’y a aucun contact entre organisateur et FCWB, il faut tirer son plan », déplore Benoit Ramelot.

    Mais les démarches administratives sont multiples, et s’accumulent. Chacune des communes traversées par une épreuve cycliste (6 dans le cas de Villers-le-Temple) doit être avertie au moins trois mois avant le jour de l’épreuve, et délivrer une autorisation de passage. «  Mais avec la politique du parapluie, les conditions deviennent infernales  », s’insurge Christian Gilon. «  On nous demande parfois l’identité et le numéro de registre national de chacun des signaleurs mobilisés, carrefour par carrefour.  »

    Et en cas d’accident ? «  Cela implique ma responsabilité personnelle  », souligne Benoit Ramelot, président du club de Nandrin (une association de faits et non une ASBL) et directeur de course. «  Et nous particulièrement connaissons les risques avec le décès d’Antoine Demoitié. Organiser une course comporte de nombreux dangers, auxquels il faut sans cesse songer. Et heureusement, nous collaborons avec des services de police et communes de bonne volonté.  »

     
  • Soyez prévoyant dés le 23 octobre 2018 sur la N63 Nandrin la circulation s'effectuera de manière alternée

    Lien permanent

     

    N63  Nandrin - Chantier d'aménagement d'un giratoire au carrefour dit "du Monastère". 
    du 23 octobre au 26 octobre, à hauteur du chantier, la circulation s'effectuera de manière alternée, sur une seule voie, grâce au placement de feux tricolores.
     Plus d'info: http://www.sofico.org/…/181022-N63%20carrefour%20Monast%C3%…

     1. Pour relier Marche à la rue Petit-Fraineux, via la N696

    2. Pour relier la rue Petit-Fraineux à Liège, via la rue d’Engihoul

    3. Pour relier Nandrin à, Liège : via la rue de la Halète et la Rue d’Esneux.

    4. Pour relier Nandrin à Marche : via la rue de la Gendarmerie.

    Source 

    23.JPG

  • Une famille perquisitionnée à Nandrin info et interview de RTC voir la vidéo

    Lien permanent

    Depuis 7 mois, les nandrinoises hébergent un jeune Soudanais d'une vingtaine d'années. 

    Interview en vidéo d'RTC Liège 

    Voir la vidéo 

    Source RTC clic ici 

     

  • Nandrinois Sirènes Seveso, clap, dernière

    Lien permanent

    Elles ont retenti une dernière fois ce jeudi autour des sites sensibles. D’autres systèmes les remplaceront

    A l’occasion de ces essais, vous pouviez faire part de vos observations via l'adresse e-mail suivante : be-alert@ibz.fgov.be.

    Le numéro gratuit 0800-94.133  disponible la semaine du test, de 9 à 16 heures, pour toutes informations complémentaires sur les essais.

    Toutes les informations utiles sur le réseau d’alerte des sirènes sont reprises sur le site Internet http://centredecrise.be/fr/content/alerte-la-population

     

    Source clic ici 


    sveso.JPG

     

  • La commune de Nandrin se retrouvera-t-elle sans électricité à cause du plan de délestage?

    Lien permanent

    Comme évoqué ce dimanche, il est très probable que l’offre d’électricité ne suffise pas, en novembre, pour rencontrer la demande. Il n’est par conséquent pas improbable qu’il y ait des coupures à certaines heures, dans certaines communes, avait affirmé une experte du Bureau du plan à la VRT.

    Cette instance indépendante se penche sur l’impact des mesures politiques. Durant le mois de novembre, un seul des sept réacteurs nucléaires du pays sera opérationnel. « La possibilité qu’un certain nombre de communes ou de zones soient temporairement privées d’électricité a augmenté », avait précisé Danielle Devogelaer, experte du Bureau du plan dans les questions d’énergie et de transport, et en particulier de l’électricité, à la VRT.

    Une option dont il faut tenir compte

    « C’est une option dont nous allons devoir sérieusement tenir compte en novembre, parce que parce que l’offre d’électricité ne sera pas toujours suffisante pour rencontrer la totalité de la demande », avait-elle ajouté.

    Selon l’experte, il ne faut même pas avoir un mois de novembre exceptionnellement froid pour rencontrer des problèmes.

    Concrètement, si le pays manque d’électricité, le pays devra faire appel à son fameux plan de délestage. Comme l’explique le SFP Economie, un délestage a pour but d’éviter qu’un déséquilibre important du réseau n’entraîne une coupure généralisée de l’alimentation électrique du pays (black-out).

    Pour procéder à un délestage, il faut donc couper un certain nombre de postes haute tension. Le délestage est mis en œuvre par groupes de postes haute tension représentant chacun une « tranche » de délestage. Il y a huit tranches, afin de compenser au mieux le manque d’électricité. Normalement, une seule tranche sera « déconnectée », mais il pourrait y en avoir plusieurs en cas d’extrême pénurie.

    Et chez vous ?

    Les cartes reprises ci-dessous indiquent les communes dans lesquelles se situent des cabines susceptibles d’être délestées. Reportez-vous à la légende pour connaître les tranches de délestage auxquelles elles appartiennent. Dès qu’il existe, sur le territoire d’une commune, une cabine reprise dans une tranche de délestage, nous avons coloré l’ensemble de la commune dans la couleur de la tranche de cette cabine.

    Cela ne signifie pas pour autant que l’ensemble de la commune sera délestée, ni même que la cabine délestable n’impacte pas une autre commune voisine. Pour plus de précisions concernant les rues touchées par les délestages, consultez le site web du gestionnaire de réseau de distribution de la commune.

    Les cartes, en meilleure qualité, et par tranche, sont disponibles en bonne qualité ici.

     

    Article et plan clic ici 

  • Nandrinois: Delhaize demande à ses clients de rapporter le produit «émincé de jambon cuit»

    Lien permanent

    Delhaize demande à ses clients de rapporter le produit « émincé de jambon cuit » de sa marque en magasin en raison de la présence de Listeria monocytogenes, indique jeudi la chaîne de supermarchés par communiqué.

    Si le produit a été retiré des rayons, Delhaize appelle à ne pas consommer ceux qui auraient été vendus et les rapporter au magasin pour remboursement.

    L’aliment est conditionné dans des emballages de 125 grammes portant la marque Delhaize, le code EAN « 5400112355039 » et la date de péremption du 21 septembre 2018.

    Les personnes qui ont consommé ce produit et qui ont de la fièvre ou des maux de tête sont invitées à consulter leur médecin pour le signaler. Les femmes enceintes, les personnes immunodéficientes, les personnes âgées et les enfants doivent être particulièrement attentifs à ces symptômes qui peuvent indiquer une listériose, potentiellement grave.

     

    Pour plus d’informations, les clients peuvent s’adresser au service clients de Delhaize au numéro gratuit 0800/95.713.

     

    Article complet clic ici 

     
  • Fermeture définitive du Monastère de Nandrin le 6 octobre 2018 la dernière soirée

    Lien permanent

    Le Monastère de Nandrin l'annonce sur sa page Facebook .

    Le 6 octobre 2018 , une page se tourne à Nandrin .

    La fermeture et le clap de fin.

    La fermeture définitive de la discothèque la plus connue du Condroz.

    Deux soirées de clôture se tiendront les vendredi 5 et samedi 6 octobre. «  La première sera axée années 80 et 90 pour les anciens  ». «  D’anciens dj et membres du personnel seront là.  » Le 6 octobre sera animé avec de la musique plus actuelle.

    Monastere Discothèque

    40139883_1870753102970247_7419126850707783680_n.jpg