Agriculteurs

  • Le lait, il ne faut rien y ajouter, il est bon par nature!

    Lien permanent

    L’Apaq-W lance une campagne de promotion du lait wallon

    « Le lait, il ne faut rien y ajouter, il est bon par nature ! »
    C’est avec ce slogan que l’Agence wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité (Apaq-W) a lancé, jeudi, une campagne de promotion du lait wallon.
    Une occasion pour l’Apaq-W de rappeler les bienfaits du lait, souvent décrié.
    La campagne rappelle que le lait est un produit de qualité qui dispose naturellement de nombreux nutriments utiles dans le cadre d’une alimentation équilibrée.
    L’Apaq-W souligne également que le lait est produit d’une manière raisonnée par les agriculteurs locaux.
    1,2 milliards de litres
    « En Wallonie, les exploitations fonctionnent en moyenne avec 74 vaches et comptent moins de deux personnes pour s’en occuper. »
    « Il s’agit clairement d’un modèle agricole familial et à taille humaine, dans lequel le lien entre l’homme et l’animal est très intense », ajoute encore l’Apaq-W.
    Chaque année, les agriculteurs wallons produisent 1,2 milliard de litres de lait.
    On trouve 3.754 détenteurs de vaches laitières et 249 producteurs disposent du label bio (6,5 %) en Wallonie.

     

     

    Source

     

  • Il l'annonce dans un reportage, Si vous n'aimez pas le chant du coq, passez votre chemin

    Lien permanent

    Sujet bien connu également dans nos campagnes .

    Voici un reportage vidéo de TF1 dans le journal de 13 h par  Jean-Pierre Pernaut

    Voir la vidéo ici 

     

    TF1 Le JT clic ici

     

  • Un vol très particulier a été commis dans la nuit de vendredi à samedi

    Lien permanent

    Un vol très particulier a été commis dans la nuit de vendredi à samedi au préjudice de l’élevage bio de Salers : sur la route reliant Xhoris à Hamoir, une barrière de pré en acier galvanisé a été dérobée. Par chance, les bêtes qui se trouvaient dans le champ n’en ont pas profité pour se faire la malle.
    Ce week-end, Jean-Pol Mosbeux qui exploite l’élevage bio de Salers à Hamoir a lancé un appel sur les réseaux sociaux. Mais il n’est pas très optimiste quant aux chances de retrouver la barrière de pré qu’on lui a volée dans la nuit de vendredi à samedi.
    Une soixantaine de vaches (sur les 300 que compte son exploitation) se trouvait alors dans un champ situé le long de la route qui relie Xhoris à Hamoir. Il était fermé par cette barrière de 4 mètres de long sur 1 m de haut. Elle pesait entre 60 et 70 kilos. Samedi matin, en passant devant le pré, Jean-Pol Mosbeux a constaté qu’elle avait disparu. « Pour moi, c’est un marchand de vieux fer qui a dû faire le coup. Qui d’autres voudrait de ça », soupire le fermier.
    Ce n’est pas la première fois que les barrières du fermier suscitent la convoitise des voleurs. « Par le passé, on avait déjà essayé de m’en voler une. J’avais dû la souder avec des attaches. Mais franchement, c’est avoir peur de laisser quelque chose », se désole le Hamoirien. Il évalue son préjudice à 150 euros. Mais il aurait pu être plus élevé. « Les 64 vaches qui se trouvaient dans le pré auraient pu en profiter pour s’en fuir. Heureusement, cela n’a pas été le cas.

    Par M-Cl.G.

    Source

  • Tracteur en feu aujourd'hui samedi 12 octobre 2019 à Nandrin Yernée, photos et vidéo

    Lien permanent

    Aujourd'hui  samedi 12 octobre 2019 plus ou moins autour de 13h  , un tracteur est en feu dans les champs en bordure de la route de Yernée  sur l entité  de Nandrin .

     

    Pompiers sur place , 

    Incendie terminé 

    20191012_134248.jpg

     

     

    Plus d info dans la journée  

    20191012_133851.jpg

  • Si vous avez des arbres fruitiers et que vous ne savez pas quoi faire de leur production

    Lien permanent

    Pressez vos fruits et fabriquez votre eau-de-vie

    C’est en faisant le tour du monde et fort d’une histoire familiale riche, qu’est né l’Atelier Constant-Berger, le projet d’Adeline et Léandre, 28 ans tous les deux. « Après nos études de gestion aux HEC, nous sommes en effet partis faire le tour du monde », explique Adeline, originaire de Slins (Juprelle). « Ma famille a une histoire familiale forte puisqu’elle produit du péket depuis 1826.

    Durant ce voyage, on s’est rendu compte de la chance d’avoir ce patrimoine familial et culturel. D’autant que les bartenders essayent de revenir aux bases de la mixologie. Or, aux débuts, le genièvre était la base de la mixologie. On s’est donc dit qu’on pourrait remettre le péket au goût du jour, alors qu’aujourd’hui, ce n’est plus qu’un produit festif. On a donc voulu perpétuer ce savoir-faire, cette histoire, et retravailler le péket blanc, l’ancêtre du gin. Proposer un produit de qualité pour les bartrenders. » Mais avant de se lancer dans l’aventure, Léandre entreprend de se former. « Il est allé suivre une formation en distillation à Hasselt ainsi qu’une formation pratique à l’IFAPME version flamande. »

    Parallèlement à ça, Adeline s’assure qu’ils pourront vivre de ce projet. D’autant que l’un de leurs principaux challenges est le montant des accises, très élevé en Belgique, surtout pour le genièvre. Alors, les deux jeunes ont eu une chouette idée. « De par la formation de Léandre, on a appris qu’on pouvait distiller autre chose que le grain, des fruits notamment pour en faire de l’eau-de-vie. Nous avons choisi de nous installer à Battice, dans une partie des locaux d’une entreprise gérée par Léandre. Or, on s’est rendu compte que ni la Basse-Meuse ni le Pays de Herve, pourtant connus pour leur fruiticulture, n’avaient d’eau-de-vie produite dans la région. »

    D’où l’idée de faire de l’eau-de-vie en plus du genièvre. Mais pas avec n’importe quel produit : « En élaborant notre business plan, nous avons rencontré l’ASBL Diversifruits dont l’objectif est de promouvoir l’arboriculture hautes tiges. Alors on s’est dit « Pourquoi ne pas faire notre eau-de-vie à base de fruits hautes tiges mais aussi proposer aux gens de venir presser leurs fruits pour en faire des jus ou de l’eau-de-vie ? Et ainsi permettre aux gens de devenir acteur de leur propre consommation. »

    Et depuis 10 jours, le pressoir est ouvert au public. Celui-ci peut amener ses fruits hautes tiges deux fois par semaine. Quant à l’eau-de-vie et le genièvre, ils ne seront disponibles que l’année prochaine, le temps de terminer le processus de distillation.

    Par AURÉLIE DRION

     

    Source

  • C'était en 2009 épandage de Lait à Nandrin, reportage photos d'il y a 10 ans

    Lien permanent

    Si la manifestation était symbolique, la mobilisation de tous il y a 10 ans à Nandrin , surtout les jeunes qui ont repris l’exploitation laitière de leurs parents.

    Aujourd’hui 10 plus tard , le prix du lait reste trop bas pour assumer tous les coûts de fonctionnement.

    Un constat qui touche malheureusement toutes les filières agricoles, pas seulement le secteur laitier.

    Des archives toujours bien d'actualités 10 plus tard aujourd'hui 22 septembre 2019 

     

    Album photos clic ici 

    1937261_1210542353954_2991742_n.jpg

    1937261_1210542473957_6682046_n.jpg

    1937261_1210544033996_2081333_n.jpg

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/c-etait-en-2009-epandage-de-lait-a-nandrin/

  • Des colonnes d’agriculteurs en route vers Ciney aujourd'hui 16 septembre 2019, témoignage d'un Nandrinois en vidéo

    Lien permanent

    Willy Deckers, exploitant de la ferme de l’Entre-Manche, à Jalhay, était à Ciney il y a 10 ans et ne peut que constater, désarmé, que la situation n’a pas du tout changé. « En ce moment, on vend le lait à plus ou moins 0,31 € du litre. Ce prix ridicule nous sert à peine à payer les factures. Pour bien faire, pour vivre un peu plus décemment, il faudrait que l’on vende à 40 eurocents minimum », propose-t-il. Des propos qui mettent d’accord d’autres agriculteurs comme Christian Mertes. Le fermier de Saint-Vith ajoute même qu’« avec les contrôles toujours plus nombreux, les coûts de production augmentent indéniablement. Je suis heureux quand j’arrive à payer mes factures ».

    Les deux hommes se demandent comment les jeunes peuvent encore avoir envie de se lancer dans le métier, même s’ils admettent que ce n’est pas un simple job mais une profession de passion. « Aujourd’hui, on compte moins de 500 exploitants de moins de 35 ans. La moyenne d’âge chez nous est de 57, ça montre bien que ça en effraie beaucoup », explique le fermier de Jalhay. Surtout qu’il en faut des moyens pour lancer son exploitation, que ce soit au niveau matériel, immobilier ou mobilier. « Nous avons de la chance, nous utilisons encore de vieilles machines qui tiennent la route. Mais eux doivent tout racheter », ajoute-t-il.

    Soutien familial

    Heureusement pour les deux agriculteurs, ils peuvent compter sur leur famille. Le père de Christian, par exemple, lui donne un coup de main à la ferme de manière régulière. Il le fait gratuitement et vaillamment, malgré ses 70 ans. Une aide indispensable pour l’exploitant saint-vithois : « Sans lui, je pense vraiment que je ne m’en sortirais pas ».

    La femme de Willy, qui travaillait avec lui a la ferme, a dû faire un pas de côté et trouver un travail qui assure un revenu stable. À présent, elle travaille comme employée administrative à Verviers, ce qui permet à la famille d’avoir des loisirs. « Si cette année, nous sommes partis en vacances, c’est grâce à elle », commente-t-il.

    Du côté des enfants, la crise de 2009 a effrayé les deux garçons du couple. En revanche, leur jeune fille de 17 ans n’a qu’une idée en tête : poursuivre sur les traces de son père. « J’admets que je suis un peu soucieux pour elle, mais je l’encourage dans sa passion ».

    Des colonnes d’agriculteurs en route vers Ciney

    Il y a 10 ans, les agriculteurs élevaient la voix partout en Belgique pour dénoncer une injustice. Ils avaient alors épandu du lait, fruit d’un travail acharné, pour dénoncer les prix toujours plus bas au litre, ainsi que la passivité du monde politique face à la problématique. Si certains essayent de changer les choses, notamment des distributeurs qui proposent des briques de lait qui rémunèrent justement les producteurs, il semble que du côté politique ce ne soit toujours pas le cas. En effet, 10 ans plus tard, rien n’a changé.

    La FUGEA, qui représente les éleveurs et les agriculteurs, ainsi que la MIG-EMB, représentant particulièrement les producteurs laitiers, appelle le secteur à manifester nouveau pour dénoncer ce manque d’action. Ce lundi 16 septembre, les agriculteurs venus des quatre coins de la Wallonie forment des colonnes pour se rendre à Ciney, à la stèle commémorative sur la N97.

    Cette cohorte de tracteurs partira des différentes communes de la région.

    À Battice, le départ sera donné à 9 heures, et à Saint-Vith à 8 h 30.

    Le but étant que tous les exploitants se retrouvent dans la province namuroise pour midi.

    « Nous invitons tout le secteur agricole, du producteur de lait à celui de viande, à nous rejoindre.

    Nous invitons aussi les citoyens à montrer leur soutien », précise Willy Deckers avec une question en tête : « Si rien ne change, quelle sera la situation dans dix ans, en 2029 ? »

     

    Lire aussi Crise du lait: 10 ans après, des centaines de tracteurs à Ciney

    PAR SARAH MORAN GARCIA

    Source

    70347382_515726739175908_716290379061657600_n (2).jpg

    70976774_897995077251524_6054893680987209728_n.jpg

  • Les tracteurs sont de sortie sur nos routes jusqu’au début de l’automne, prudence et compréhension

    Lien permanent

    En cette période de l’année, les tracteurs peuvent rouler très lentement à cause de leur imposant chargement dû aux moissons. Il faut donc décélérer à temps pour ne pas les emboutir.

    Voici quelques jours, les automobilistes se rendant à Huy ont maudit un agriculteur qui les a obligés à se traîner sur plusieurs kilomètres à cause d’une succession de virages et de lignes blanches. L’imposant rouleau métallique qu’il traînait derrière lui et qui oscillait d’un côté à l’autre de la chaussée incitait à la prudence au moment de dépasser.

    La scène a été immortalisée par la passagère d’une voiture.

    Nous avons soumis la vidéo à l’Institut Vias pour vérifier si un tel convoi était conforme aux règles de circulation.

    « Ce ne l’est pas du tout. L’article 45.1 précise qu’un véhicule ne peut pas laisser traîner sur la chaussée une partie de son chargement. L’amende est de 116 euros », indique Benoît Godart, porte-parole de Vias.

    Si un policier était passé par là, il aurait pu aussi verbaliser sous le motif que le rouleau dont on entend clairement le grondement peut abîmer le revêtement routier.

    « Cela dépend aussi de la vitesse effective du tracteur, mais on pourrait aussi invoquer le fait qu’il roulait beaucoup trop lentement. En fait, c’est la première fois que je vois un tel comportement. Il aurait pu charger son rouleau dans une remorque », estime le spécialiste de la sécurité routière.

    Gare à la boue

    Les remorques débordant de ballots de foin sont nettement plus courantes. « J’en ai encore photographié une voici quelques jours .

    L’agriculteur s’était fait accompagner par un petit véhicule pour attirer l’attention », explique Benoît Godart.

    Mais le plus gros problème demeure la terre accumulée sur la chaussée à la sortie des champs. « Pour l’instant, elle est sèche. Mais elle va se transformer en boue dès qu’il va pleuvoir, un risque de dérapage pour les voitures et encore plus pour les motards.

    En cas d’accident, le fermier sera considéré comme en partie responsable selon la jurisprudence », prévient notre interlocuteur. L’agriculteur est donc tenu de nettoyer la chaussée après son passage.

    « La difficulté, c’est quand il repasse une dizaine de fois au même endroit pendant la journée, on ne peut pas lui demander de faire place nette à chaque fois. Il a d’autres chats à fouetter », reconnaît le spécialiste.

    Il y a quelques années, l’Institut Vias avait dû mener une campagne de prévention pour inciter les exploitants agricoles à être plus vigilants quant aux amas de terre laissés derrière eux.

    Globalement, le message avait été bien intégré, mais il y a toujours des exceptions.

    Par YANNICK HALLET

     

    Source 

  • Le glanage, une pratique vieille comme le monde.

    Lien permanent

    « Quand on me demande si on peut venir glaner dans mes champs, je dis toujours oui », témoigne Geoffrey Stasse, agriculteur de Huccorgne (Wanze, province de Liège). « Mais je donne mes consignes sinon, les gens font n’importe quoi ! Certains viennent ramasser juste derrière la machine, c’est très dangereux. D’autres viennent ramasser mes oignons, qui ont été sortis de terre pour sécher mais qui n’ont pas encore été récoltés. D’autres viennent carrément voler : voyant que le champ de carottes est en partie récolté, ils arrachent tout le reste de la ligne ! Je ne vous parle pas non plus des gens qui garent leur voiture n’importe comment sur le champ et que nos machines manquent d’accrocher ».

    Convivial et solidaire

    Mais tout cela, c’est du passé. Car à Wanze, le GAL (Groupe d’Action Locale) Burdinale-Mehaigne a mis en place le glanage encadré. « Les glaneurs doivent s’inscrire et par des alertes mail, ils reçoivent les infos sur les lieux, les jours et les heures de glanage où ils sont attendus au champ », explique Camille Englebert, chargée de mission au GAL Burdinale-Mehaigne. « Nous avons à ce jour 450 inscrits aux alertes, 7 agriculteurs partenaires et à chaque glanage, on se retrouve à une centaine de personnes sur le champ ».

    Bientôt dans le brabant

    L’encadrement offert par les bénévoles du GAL permet de garantir aux glaneurs une sécurité sur les produits (consommer des légumes ramassés sur un champ où l’on vient d’épandre du fumier est risqué pour la santé) et apporte aussi une convivialité à l’action puisque le but est de se retrouver tous ensemble sur le champ. L’agriculteur est généralement présent, ce qui permet aux gens de discuter avec lui de ses produits et de le voir autrement que comme le « gars qui pulvérise ». Enfin, il arrive que des glaneurs laissent une partie des produits ramassés pour des associations, ce qui ajoute de la solidarité au geste. Le glanage des haricots vient de s’achever, celui des oignons, des carottes et des pommes de terre va suivre.

    Le glanage tel que décliné à Braives, Burdinne, Héron et Wanze séduit d’autres associations. « L’idée est très séduisante et nous la mettrons en œuvre lorsque nous en aurons les moyens », annonce Quentin Triest, chargé de mission au Gal Culturalité de Jodoigne (et de 6 communes du Brabant Est).

    PAR F. DE H.

     |

    Source 

  • Enfin quand les manants paysans remportent leur 1ère victoire contre les nouveaux bobos ruraux !

    Lien permanent

    ü Chante Maurice oui chante … tu es le roi de nos fumiers, on s’en fout de ton auditoire !

    Enfin, fallait-il en arriver à un jugement du tribunal de Gironde pour que le roi de nos villages puisse encore oser lever le bec ?

    Et ben « OUI », ils en sont arrivés là, les « ceuss » venus de la pollution, du vacarme des villes et du bruit des voitures sans oser parler du reste qu’ils sont les seuls à connaitre et à avoir fui !

     

    Les anciens de chez nous, désolé de ce mot choisi au risque d’être pris pour un réfractaire au changement, ou plus justement pour ne pas dire les « vrais » comme on dit chez nous, en arrivaient à se croire devenus étrangers chez eux !

     

    Oui Mesdames et messieurs, oui « nous turtous », nous avons accepté de perdre notre identité, pire nos traditions ou nous avons été obligé de la laisser de côté au profit de qui ???

     

    Pour y répondre, nous ne devons pas chercher très loin et chacun se souvient du temps où certains souhaitaient attirer des revenus plutôt que des personnes. Les gens de la ville et leurs revenus rapportaient bien plus que ceux des fermiers !

     

    Trêve de souvenirs désagréables et place à d’autres, aux chanteries de coqs, rare distraction de nos aînés à l’heure de la messe. Aussi un bruit qui dérange, les cloches de nos églises !

     

    Oui Maurice, chante et surtout ne t’arrête pas !

     

    D’ailleurs, autant la France que la Wallonie ne t’on-elles pas choisi pour être nos emblèmes ?

    Article de GyM.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

    la justice autorise le coq Maurice à continuer de chanter, le coq avait été condamné à se… taire par le juge !

    Clic ici 

    Source Clic ici

    Un coq condamné à se… taire par le juge ! clic ici

    Ils sont confrontés à des litiges insolites clic ici

     

  • Foire Agricole de Battice le 31 août et 1 er septembre 2019

    Lien permanent

     

    Plus d'infos: www.foireagricole.be

     

     

     

     
     

     

  • Foire Agricole de Battice le 31 août et 1 er septembre 2019

    Lien permanent

     

    Plus d'infos: www.foireagricole.be

     

     

     

     
     

     

  • Les petites fermes de nos villages ont parfois bien du mal à faire face aux grosses exploitations industrielles

    Lien permanent

    Deux frères à Sprimont: HEC, médecine et… jeunes agriculteurs

    C’est dans une petite rue de campagne, sur les hauteurs de Sprimont, que se situe la ferme Bawepuce.

    Étendue sur une cinquantaine d’hectares, l’exploitation familiale s’occupe de vaches laitières et viandeuses. Amaury et Lionel Masson, deux frères, y ont passé toute leur enfance.

    Aujourd’hui, ils ont respectivement 25 et 23 ans et sont tous les deux à l’université.

    Le plus âgé termine cette année son cursus à HEC, quant au plus jeune, il poursuit des études de médecine.

    Des parcours bien éloignés de celui de « futur fermier » et pourtant… les deux frères ne comptent pas abandonner leurs racines.

    Ensemble, ils ont décidé de donner un nouveau souffle à la ferme de leur papa, Jean-Pierre Masson.

    « Pour l’instant, on commercialise dans les grandes surfaces.

    Mais ce qu’on veut faire, c’est des paniers de produits de chez nous et les vendre en circuit-court », expliquent-ils. Le circuit-court mais pas seulement puisque le binôme lance également deux autres projets. « On veut redonner confiance aux gens en la bonne nourriture en proposant des produits de qualité », assure Lionel.

    À échelle humaine

    Les produits de la ferme familiale vont donc être proposés à la vente sous forme de paniers, à venir chercher sur place.

    « Les gens viennent chercher les colis, ils peuvent parler avec nous, voir comment c’est produit ou faire un tour de l’exploitation. L’échange humain, c’est très important et on diminue les intermédiaires », commente Amaury.

    Mais les deux frères ne se limitent pas à changer le mode de vente des produits.

    Ils souhaitent également diversifier l’offre de la ferme. Pour cela, ils ont lancé – avec l’aide du VentureLab où ils sont incubés – une récolte de fonds afin de financer deux projets.

    Un grand verger

    Le premier consiste en l’achat de 60 nouveaux arbres fruitiers, principalement des pommiers. « On fait déjà du jus de pomme à partir de nos vieux pommiers. L’année dernière, on a presque récolté 800kg de pommes mais ça part vite », précise Lionel. Et Amaury d’enchaîner : « On veut revenir vers plus de goût en plantant des variétés anciennes.

    Ce qui fait un bon jus, c’est le mélange des variétés ».

    En 2017, les frères ont déjà planté 15 pommiers dans un pré, et en ont ajouté 20 au printemps dernier. Dans un futur proche, une petite centaine d’arbres fruitiers arborera l’exploitation. »

    S’il n’y a plus aucun pesticide à la ferme depuis quatre ans, la viande de l’actuel troupeau de Blanc-Bleu-Belge ne possède pas le label bio. Pour cause : un nombre trop élevé de césariennes. Amaury et Lionel veulent, quant à eux, démarrer un troupeau de vaches de race parthenaise.

    « Cela va nous permettre de nous diriger vers des produits bio’ car elles vêlent naturellement », expliquent-ils. Pour trois vaches afin de commencer le troupeau, il leur faut encore récolter 3.300 euros.

    La petite famille s’est fixé jusqu’au 11 juillet pour changer le futur de la ferme.

    Toutes les infos sur le cronwfunding étaient sur leur page Facebook : La ferme de Bawepuce.

    Une longue liste de projets

    Si les deux priorités pour le renouveau de la ferme de Bawepuce sont la création d’un nouveau troupeau et la plantation d’arbres fruitiers, les deux jeunes frères semblent avoir bien d’autres idées en réserve.

    « Pour l’instant, on fait quelques tests et puis lorsqu’on maîtrisera, on pourra se lancer », explique le plus âgé, Amaury.

    Lionel, qui a la main verte, exploite d’ailleurs un potager en permaculture. Quelques poules ont également fait leur arrivée à la ferme.

    D’autres projets pourraient voir le jour à moyen ou long terme : la vente d’œufs frais et de légumes, des poulets en plein air et des cochons de prairie.

    V.MI.

    «Sauver les petits agriculteurs»

     

    La ferme Bawepuce a vu le jour fin du 19e siècle, à l’initiative de la famille Masson. « On sera la cinquième génération à exploiter la ferme familiale », annoncent fièrement Amaury et Lionel.

    Pourtant, ils ne l’envisagent pas - ou pas encore - comme leur activité principale. « C’est une passion, un hobby. Mais le projet est surtout en phase démarrage donc il faut voir comment il évolue ».

    Pourtant, pas question pour eux d’abandonner la ferme de papa.

    « En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours.

    Et ce à cause de l’endettement pour pouvoir s’étendre et rester concurrentiel. Nous on veut sortir de ce système et s’orienter vers le circuit-court, la rusticité, la qualité et le contact.

    V.MI.

     

    Source 

  • Lancé en janvier dernier, le label « Prix Juste Producteur » regroupe déjà 300 producteurs.

    Lien permanent

    Un prix juste pour le travail agricole

    Combien vaut le lait que vous achetez tous les jours ?

    Voici la question posée par le quiz proposé par le « Prix Juste Producteur sur la Foire ».

    Chaque jour, l’activité permet à l’un des participants de remporter un panier de produits. Pourtant, le jeu est loin d’être anodin.

    Son but est de sensibiliser le public aux coûts de l’alimentation et à la rémunération du producteur, souvent trop faible par rapport au prix de vente.

    De ces constats est née l’idée du label « Prix Juste Producteur », lancé par le Collège des Producteurs. Depuis son lancement en janvier dernier, 300 producteurs ont obtenu ce label et 200 sont en cours de labellisation.

    La démarche définit les rapports entre le producteur et l’acheteur, de manière à ce que le prix de vente respecte le coût de production. « En moyenne, un producteur gagne entre 10 % et 15 % du prix de vente », déplore Emmanuel Grosjean, coordinateur du Collège des Producteurs.

    Pour obtenir le label, 15 critères sont à respecter. Mais le label n’impose pas un prix payé au producteur : il vise à garantir les relations entre le producteur et l’acheteur. Autrement dit, les producteurs redeviennent maîtres de leur pouvoir de négociation auprès des acheteurs et peuvent faire respecter les coûts de production.

    Ce label semble trouver tout son sens dans une année marquée par les marches pour le climat et par la montée d’une nouvelle sensibilité écologique et éthique.

    La consommation évolue

    Au sein de la Foire, nous avons eu également la chance de rencontrer deux de ces producteurs.

    L’un s’appelle Francis Dupont. Il est pisciculteur bio, pionnier de la filière en Belgique. L’autre est l’éleveur Olivier Mathonet, qui transforme ses produits. Le résultat ?

    Une truite bio qui expose ici pour la première fois son label « Prix juste producteur ».

    Olivier Mathonet, lui-même au sein du Collège des Producteurs, s’est immédiatement passionné pour le label. « On se rend compte qu’un prix juste est nécessaire pour éviter la disparition des richesses du terrain », explique-t-il. « Pour quelques centimes en plus par kilo, le producteur peut mieux s’en sortir. Et cela ne pèse pas beaucoup sur le consommateur ». Il se rend compte, tout comme Francis Dupont, que la consommation et le bio évoluent. « Les gens commencent à prendre conscience des enjeux », observe Francis Dupont. « Maintenant, cela ne veut pas forcément dire que cela va de pair avec les comportements d’achat. Il faudra probablement une génération pour que cela change », note le pisciculteur.

    En plus de cette truite wallonne, une quarantaine de produits sont labélisés pour l’instant. D’autres le seront bientôt. De quoi espérer une consommation plus responsable à l’avenir.

    par LAVINIA ROTILI

    Source 

     

  • Le producteur de patates peut s’assurer contre l’excès de pluie!

    Lien permanent

    La période de couverture de l’assurance va du 1er octobre au 15 novembre, une période à risque car liée à la récolte des tubercules.

    «L’avantage de ce type d’assurance est qu’il n’y a pas besoin qu’un expert vienne sur le terrain évaluer les dommages. Si le seuil indiciel est dépassé, il y a une indemnisation automatiquement 15 jours après», explique Xavier Bordet, chargé de mission au service d’études de la Fwa.

    Concrètement, la Wallonie a été subdivisée en six zones de précipitations homogènes. Pour la région de Gembloux, par exemple, le seuil de déclenchement a été fixé à 250 mm de précipitations. Si ce niveau est dépassé durant la période de risque, l’assurance interviendra automatiquement. L’indemnisation s’élève à 50 euros par hectare et par millimètre de pluie au-delà de 250 mm, avec un plafond à 5.000 euros par hectare. Le montant de la prime d’assurance est le même pour les six zones. Et l’agriculteur peut, s’il le souhaite, n’assurer qu’une partie de sa surface de culture de pommes de terre.

    «Cette assurance, une première en Belgique, est une demande des agriculteurs et a été créée par des agriculteurs. Nous allons développer d’autres produits, pour les céréales, par exemple, avec comme paramètre la sécheresse. On espère lancer cette assurance dès l’année prochaine. A terme, nous souhaitons aussi lancer une assurance multirisques en horticulture», indique encore Xavier Bordet.

    L’assurance paramétrique sera distribuée via le réseau de secrétaires -près d’une soixantaine en Wallonie- de la Fwa. Ce type de couverture peut être une première réponse aux épisodes climatiques extrêmes rendus de plus en plus fréquents par les changements climatiques et peuvent provoquer des pertes de rendements parfois sévères dans les exploitations agricoles.

     

    Source 

  • Des éleveurs lancent leur propre marque de viande

    Lien permanent

    L’idée a germé il y a huit, neuf mois, après le Sommet des éleveurs qui s’était tenu à Libramont à l’initiative des organisateurs de la Foire agricole.

    « Nous voulons une transparence totale », assure Nicolas Guillaume, un des cinq fondateurs -parmi lesquels quatre éleveurs –, basé à Ochamps (Libin), promettant « un cahier des charges strict » notamment en matière d’alimentation des bovins, « de la naissance à l’engraissement ».

    Sous formes de colis

    La viande, de race blanc-bleu, « un produit que l’on maîtrise depuis trois générations », souligne Nicolas Guillaume, sera commercialisée sous la forme de colis vendus via un site internet mais aussi par le biais de la grande distribution. Il n’est pas exclu que la marque évolue à l’avenir vers d’autres races que le blanc-bleu-belge, indique-t-on.

    Pour les éleveurs, créer une marque est une manière de retrouver de l’autonomie par rapport à d’autres acteurs de la chaîne et de valoriser leur production, obtenue dans le respect de normes strictes, à l’heure où l’Union européenne va s’ouvrir davantage à de la viande importée d’Amérique du sud (accord de libre-échange avec le Mercosur).

    La coopérative Cornu est ouverte aux éleveurs qui souhaitent s’y joindre et, surtout, jouer le jeu de normes de production « très sévères ».

    BELGA

    Source 

  • Utiliser ses chèques repas lorsque vous allez acheter votre viande ou vos légumes chez un fermier ou un maraîcher, ce sera bientôt possible ?

    Lien permanent

    Les chèques repas pour payer à la ferme.

    Difficile voire carrément impossible l’utilisation des chèques repas lorsque vous achetez votre viande ou vos légumes à l’agriculteur, à l’éleveur ou au maraîcher.

    « Les circuits courts figurent dans le programme de tous les partis politiques. Pourtant, lorsqu’on voit concrètement ce qui est fait, il n’y a pas grand-chose…, » constate Caroline Decoster, conseillère au service d’études de la Fédération Wallonne de l’Agriculture.

    Le cadre réglementaire permettrait pourtant aux fermiers de pouvoir percevoir les chèques repas de leurs clients. « En fait, il existe un frein logistique. Les agriculteurs ne sont pas équipés. Ils ne disposent pas de la puce magnétique qui permettrait d’avaliser les ventes via ce système. »

    Forte de ce constat, la FWA a décidé de prendre ce dossier à bras-le-corps. « En concertation avec le secteur des chèques repas, nous allons aider les fermiers qui souhaitent se lancer dans cette démarche à s’équiper, commente Caroline Decoster. Nous espérons pouvoir finaliser cet aspect des choses d’ici la fin de l’année. »

    En parallèle, la FWA va aussi se pencher sur les éco-chèques. « Actuellement, on ne peut les utiliser que pour acheter de la nourriture bio. Ils ne sont donc majoritairement utilisés que dans les grandes surfaces. Nous trouvons toutefois que cela n’a pas beaucoup de sens vu que certains produits bios viennent parfois de très loin. »

    Un geste durable

    Le syndicat agricole estime en effet qu’acheter en circuit court, comme l’est l’acte d’achat à la ferme, fait partie aussi des gestes durables que chacun peut poser. « Les frais de transport des marchandises sont diminués, il n’y a presque plus d’emballage, on diminue aussi le gaspillage alimentaire et les produits sont ultra-frais, » argumente encore Caroline Decoster.

    Au-delà, la FWA souhaiterait également que les éco-chèques puissent également être utilisés dans le secteur touristique. « Actuellement, ils peuvent être utilisés pour payer certains gîtes, mais uniquement ceux étiquetés « clé verte ». Nous aimerions que cela soit étendu à l’ensemble des gîtes car passer ses vacances en Wallonie lorsqu’on est Belge participe aussi à une démarche durable. »

    Enfin, la FWA espère aussi qu’un jour les éco-chèques pourront être utilisés pour acheter l’ensemble des produits wallons.

    N.HN

    Source

  • L’agriculture digitale, on s’y met ?

    Lien permanent

    Publié peu avant la 85e édition de la Foire de Libramont, le dernier baromètre de maturité numérique de Digital Wallonia soulignait à quel point les acteurs wallons ont du mal à mener le virage numérique. « Le monde digital est souvent méconnu. En plus, il est extrêmement vaste et on peut facilement s’y perdre », analyse Xavier Bastin, Directeur du Microsoft Innovation Center. Il était sur la Foire pour le Digital Boostcamp Agriculture, un coaching pour agriculteurs.

    Désormais à sa deuxième édition, le Digital Boostcamp offre 14 sessions (payantes) pour aider les agriculteurs à démêler, dans la masse d’innovations existantes, celles qui peuvent leur correspondre. Et les encourager à franchir le pas. « Beaucoup ont peur de se lancer, notamment à cause des coûts », explique Xavier Bastin. « Nous leur montrons qu’il existe toute une série d’outils gratuits qui peuvent les aider à construire la relation avec le client, qui veut de plus en plus d’être renseigné sur ce qu’il consomme ».

    La cartographie a la cote

    Au-delà de cette formation, l’innovation technologique prend des formes différentes au sein de la Foire.

    La cartographie notamment a certainement la cote parmi les chercheurs et les start-up présentes. C’est le cas pour ReGIS, une application cofondée par Guillaume Janssens et Olivier Lagae. Elle permet aux agriculteurs de réunir sur une seule carte les données concernant leur terrain et ce, gratuitement ou pour un forfait de 30 euros par mois.

    Belcam (Belgian Collaborative Agriculture Monitoring), une plateforme indépendante, collaborative et évolutive, se consacre également à la cartographie. Elle est développée par l’UCLouvain et le Centre wallon de Recherches agronomiques avec d’autres partenaires. L’application, lancée à la Foire, est le fruit de 4 ans de travail scientifique. 90 agriculteurs y ont collaboré. Elle permet, grâce aux satellites, de suivre l’évolution des parcelles de terrain et d’en tirer une série d’informations.

    Les agriculteurs enthousiastes

    Contrairement au préjugé qui veut que les agriculteurs soient « déconnectés », l’initiative ne reçoit que des échos positifs au sein de la Foire, comme l’explique Pierre Defourny, professeur à l’UCLouvain et membre de l’Earth and Life Institute.

    De satellites et de cartes, il en est aussi question pour SpaceBel, une société wallonne de systèmes spatiaux qui souhaite attirer les communes wallonnes à investir dans le système d’observation et d’analyse des territoires.

    Un potager autonome

    Parmi les initiatives présentes sur le site, le public présent n’a pas non plus pu rater le potager wallon développé par les étudiants de 2e bachelier en électromécanique de l’Hena LLux pour AgroNova. Le prototype, conçu par une vingtaine d’étudiants, constitue le premier exemple de potager bio entièrement autonome. « En termes de rentabilité, il peut encore gagner en efficacité, ce qui est normal pour un prototype. Mais c’est un beau résultat », se réjouit Aurélien Scailteur, le coordinateur du Bachelier.

    Comme ces projets, d’autres permettent d’allier technologie et agriculture. Et, à écouter l’enthousiasme des acteurs présents et les échos positifs des agriculteurs, le virage numérique est peut-être plus proche que prévu.

    Par  LAVINIA ROTILI

    Pilotez votre ferme

    Parmi les projets repérés figurent ceux d’exposants belges, mais aussi français.

    « Piloter Sa Ferme », par exemple est une application « d’aide à la décision », comme la définit l’un de ses cofondateurs, Sylvain Jessionesse.

    Application payante

    L’appli, payante, est un manager virtuel qui aide et guide l’agriculteur dans ses choix selon ses objectifs. Elle est l’un des exemples de la direction vers laquelle s’orientent les nouvelles technologies en matière d’agriculture connectée.

    Lancée en 2015, elle compte 1.000 usagers en France.

    Pour l’entreprise, la Belgique est le premier marché étranger.

    L.R.

    Source 

  • Une charte et un logo pour promouvoir la viande bovine belge ?

    Lien permanent

    Un logo permettra aux consommateurs, d’ici la fin de l’année, d’identifier les restaurants belges qui servent et promeuvent de la viande bovine produite en Belgique, a annoncé le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, samedi à la Foire agricole de Libramont. La démarche répond à une volonté de défendre la filière bovine, en difficultés. Elle s’inscrit dans une logique de consommation locale.

    Une charte avec les atouts

    Denis Ducarme a réuni autour d’une table les fédérations horeca des trois Régions du pays ainsi que les organisations agricoles membres de l’Agrofont (la Fédération wallonne de l’agriculture, le Boerenbond et l’ABS). Cela a permis d’accoucher d’une « Charte pour la promotion de la viande bovine belge » et des atouts de cette viande : qualités gustatives, consommation locale, respect de normes environnementales, qualité sanitaire…

    Les restaurateurs signataires de la charte s’engagent à faire la promotion des viandes bovines d’origine belge au niveau de leur carte. Ils pourront donc aussi, d’ici la fin de l’année, apposer sur la vitrine de leur établissement un macaron et dans leur carte un pictogramme, dont on souhaite qu’il soit « aisément identifiable ».

    « Il faut donner la possibilité aux consommateurs d’identifier en un seul coup d’œil les produits faits près de chez lui », estime Denis Ducarme qui se dit « heureux d’avoir pu boucler ce dossier ».

    Si la race « blanc bleu » se taille la part du lion en Belgique, ce sont toutes les viandes bovines d’origine belge qui sont concernées.

    Valoriser le travail des éleveurs

    « Ce qui est important, c’est de valoriser le travail de nos éleveurs, quelle que soit la race de viande », juge encore le ministre fédéral. Pour Denis Ducarme, cela ne pourrait être qu’« un premier pas » avant, pourquoi pas, un étiquetage qui permettrait aux consommateurs d’identifier aisément la viande bobine d’origine belge dans les rayons des magasins.

    Le secteur de la viande bovine est confronté depuis plusieurs années à de nombreuses difficultés (hausse des coûts de production, prix de vente en baisse…) et à un recul continu de la consommation de viande rouge. Le secteur a d’ailleurs été reconnu en crise par le ministre fédéral de l’Agriculture.

     

    Source 

     

  • La sécheresse fait des ravages dans les cultures

    Lien permanent

    « Les pommes de terre hâtives et semi-tardives souffraient de la sécheresse depuis cinq semaines. La chaleur de la semaine dernière leur a porté le coup de grâce », déclare Sofie Scherpereel de l'agence d'expertise agricole ATP Consulting, dans Het Laatste Nieuws. Les pertes sont estimées à 50 %. La moitié des haricots sont aussi perdus, alors que la perte est estimées à 35 % pour les oignons.

    Même chose pour les fruits. Les pommes en particulier sont sensibles aux coups de soleil qui provoquent des taches brunes dues à la chaleur intense. 90% de la récolte est perdue sur certains vergers.

    En Flandre, les agriculteurs demandent à ce que le statut de catastrophe soit reconnu. Le ministre flamand de l’Agriculture estime qu’il est encore trop tôt pour se prononcer.

     

    Source

  • L’agroforesterie pour les villes de demain ?

    Lien permanent

    Au cœur de la Foire, deux associations – « A la Main Verte » et « Pas à pas »- développent leurs activités dans un cadre verdoyant qui plonge le public dans la forêt et dans un jardin. Les deux associations prônent une utilisation des sols unissant les arbres et les cultures dans un même territoire.

    Cette pratique permet de préserver les spécificités des territoires tout en les enrichissant. L’interaction entre les arbres et les cultures permet de revitaliser les sols de manière naturelle. « Notre stand est en lien avec les thèmes de la forêt et des villes de demain », nous explique-t-on au stand entre deux arrosages de plante. Ainsi, entre un potager et plusieurs plantes, le public est amené à découvrir les vertus de chaque culture.

    Des plantes et des champignons

    « Vis-à-vis du changement climatique, il est nécessaire de conscientiser les acteurs. L’agroforesterie constitue sûrement l’une des pistes vers lesquelles on peut s’orienter », poursuit-on. Mais pour nourrir le sol, l’alliance entre cultures et plantes n’est pas la seule option. C’est pourquoi un peu plus loin, au sein du même stand, se trouve un grand carré de mycélium. Le nom vous sera peut-être peu familier, mais il représente tout simplement le blanc de champignon.

    « Les champignons sont la base de la vie dans les sols », nous explique-t-on. C’est la position enthousiaste défendue par Smartmush, qui prône le développement et la construction de champignonnières. Ici, sur la Foire, il est même possible de prendre son kit déjà assemblé. Il ne restera plus qu’à attendre quelques semaines avant de voir pousser ses champignons.

    Le public semble apprécier particulièrement cette initiation : le stand était rempli même pendant le temps de midi.

    LAVINIA ROTILI

     

    Source 

  • Le taureau de la ferme Fisenne à Nandrin a une nouvelle fois été primé.

    Lien permanent

    Usinger, le taureau nandrinois de 796 kg termine 1er à Libramont

    Vincent Fisenne qui a repris l’exploitation familiale en 2008 ne manque pas d’ambition avec ses bêtes. Avec ses 796 kilos, son taureau rafle le prix de sa catégorie des plus de 15 mois. Le fermier nandrinois a déjà remporté le concours régional Blanc Bleu Belge à Clavier il y a quelques semaines… avec Usinger. Un taureau prometteur qui avait déjà tapé dans l’œil du jury de Libramont. Ce dernier se déplace plusieurs semaines avant le concours afin de sélectionner les bêtes dans les exploitations agricoles. « Lorsqu’ils sont passés à la ferme, ils ont été séduits par Usinger. Le taureau a d’ailleurs été sélectionné pour participer à la foire de Libramont », souligne Vincent Fisenne, éleveur Blanc Bleu Belge. Cet évènement qui accueille chaque année 200 000 personnes est prestigieux pour les agriculteurs. « Terminer premier de la catégorie sur 12 taureaux à Libramont c’est une véritable consécration. Je suis tellement fier de l’animal. Il s’agit d’une récompense pour le travail accompli durant de nombreuses années. C’est comme un joueur de football qui gagne la Coupe du Monde, pour les agriculteurs c’est la même chose. Mon papa de 71 ans, très ému a sauté la barrière dès qu’il a entendu que nous avions gagné », nous explique avec émotion l’agriculteur qui participait à la foire de Libramont pour la 6ème année consécutive.

    « Le taureau doit avoir un beau rebondi »

    Grâce à ses 796 kilos et son mètre 32, Usinger a répondu aux critères des juges. Plusieurs facteurs ont été pris en compte durant l’épreuve. « Le taureau doit avoir de bons aplombs, un beau rebondi de fesse, un large bassin, une belle épaule avec de la viande, une côte bien ronde et un large garrot. La bête qui rassemble au mieux ces critères remporte le prix  », nous explique Vincent Fisenne. Aux petits soins pour sa bête, participer à la foire de Libramont nécessite un travail de longue haleine en amont. « Usinger a été isolé dans une prairie, il se nourrissait de maïs avec des compléments de céréales. On l’a pouponné comme Miss Belgique avant et pendant le concours. On veut toujours que l’animal soit le plus beau », souligne le fermier. Les fortes chaleurs de ces derniers jours ont cependant contraint Vincent Fisenne à rentrer l’animal dans une étable. « Lors du concours régional à Clavier, il pesait 804 kilos mais suite à la période de canicule, il a perdu 8 kilos », nous explique Vincent Fisenne.

    Un travail de longue haleine

    Pour ce passionné d’agriculture, terminer premier sur les marches du podium augmente la visibilité de l’exploitation agricole. « Gagner le concours permet une certaine reconnaissance par les autres éleveurs Blanc Bleu Belge du pays présents à la foire de Libramont. Il y a 20 ans, les champions avaient des retombées financières mais maintenant ce n’est plus comme ça », nous affirme Vincent Fisenne. L’agriculteur nandrinois effectue un travail de sélection et génétique avec ses animaux. « Il ne s’agit pas de faire des artifices comme certains le croient. Il faut trouver une vache et un taureau qui pourraient avoir un veau ou une génisse prometteurs », poursuit Vincent Fisenne. Quelques jours avant la foire de Libramont, Usinger a été vendu à un centre d’insémination belge, Belgimex. « Ils ont repéré le taureau et l’ont acheté directement pour une somme assez importante. Ils vont effectuer tout un travail de reproduction », ajoute le fermier.

    Un gagnant condruzien et hannutois

    Jean-Philippe George, agriculteur à Bois-et-Borsu a remporté le 1er prix avec sa génisse de 800 kilos à la foire de Libramont. Un honneur pour ce fermier condruzien. « Beaucoup de monde me disait que j’avais toutes mes chances d’être sur le podium à Libramont avec ma génisse. Terminer premier dans la catégorie des grosses génisses primipares de 32 à 44 mois est un aboutissement, un rêve inaccessible pour un agriculteur », lance Jean-Philippe George, éleveur de Blanc Bleu Belge. L’année prochaine, les propriétaires ne pourront plus participer avec Intact du Pouhon dans la même catégorie. Elle sera désormais avec les vaches.

    La championne, prénommée Intact du Pouhon appartient également à Jean-François Warnant, agriculteur à Hannut. « La génisse est à nous deux et nous vendons plusieurs de ses embryons pour qu’ils soient reproduits. Ces derniers semaines, nous en avons vendu 11 ». Le prix d’un embryon fluctue en fonction de l’offre et la demande. « Pour le moment, ils sont achetés à 300 euros pièce », poursuit Jean-Philippe George.

    Willy Dantinne, originaire d’Hannut a également raflé le prix du championnat de la petite génisse à Libramont. L’agriculteur est monté sur le podium en première position avec Glamour, sa génisse de 609 kilos. « C’est une première pour moi. Je suis très content et je le savoure », nous raconte le fermier.

    PAR AMÉLIE DUBOIS

    Source

     

  • La Foire de Libramont en chiffres ?

    Lien permanent

    Huit tonnes de pommes de terre pour la Foire de Libramont!

    200.000 visiteurs : chaque année, la Foire accueille près de 200.000 visiteurs (soit 2,5 fois la capacité du Stade de France). Le record de fréquentation date de 2012, avec un peu plus de 219.000 visiteurs. Pour les éditions forestières de la Foire, c’est en 2015 que la fréquentation a battu des records, avec 253.835 visiteurs sur six jours.

    30 hectares d’exposition : la Foire est un gigantesque espace d’exposition. Au total, les exposants s’étalent sur 30 hectares. Soit 43 terrains de football…

    780 exposants : cette année, 780 exposants seront présents. Soit près de 4,5 fois le nombre de coureurs au départ du Tour de France. La Foire agricole est une foire internationale. Près de 25 % des exposants proviennent des pays limitrophes. Une douzaine de nationalités sont présentes. Les Belges représentent 82 % de l’ensemble des exposants. 14 % sont des Français.

    8 tonnes de pommes de terre : la Foire, c’est aussi énormément de logistique. Ainsi, pour nourrir les visiteurs et tous ceux qui travaillent au bon fonctionnement de la Foire, pas moins de 8 tonnes de pommes de terre sont consommées durant la Foire ! Ce qui représente tout de même le poids de cinq hippopotames, précisent les organisateurs de la Foire.

    3.500 animaux : c’est en moyenne le nombre d’animaux attendus dans les enclos durant la Foire. Cette année, les cochons seront les grands absents de la 85e édition, à cause de la peste porcine. Une petite trentaine de porcs était exposée les autres années.

    180 jobistes : l’an dernier, 180 jobistes ont été réquisitionnés durant tout le week-end pour travailler sur la Foire. Ils seront encore plus nombreux cette année, avec la Foire qui se poursuit en forêt de Bertrix. Pendant le reste de l’année, une vingtaine de personnes travaillent en permanence pour la Foire et les événements liés à celle-ci.

    Entre 4 et 5 millions d’euros : c’est le budget annuel alloué pour l’organisation de la Foire. Les bénéfices récoltés durant l’événement sont reversés automatiquement dans l’association et permettent de proposer des nouveautés sur le champ de foire chaque année.

    Source 

  • La Foire de Libramont se tiendra du 26 au 31 juillet 2019

    Lien permanent

    85ÈME FOIRE DE LIBRAMONT DE 9H À 18H30

    https://www.foiredelibramont.com/

    Agriculture, forêt et environnement du 26 au 29 juillet 2019 ! Suivie de Demo Forest les 30 et 31 juillet 2019.

    TICKETS D’ENTRÉEBILLETTERIE EN LIGNE ...

    Tickets: Visiteurs

    Tickets: Soirée de gala

    La Foire de Libramont se tiendra du 26 au 31 juillet. Année impaire oblige, l’événement s’offrira un détour de deux jours en forêt de Bertrix pour Demo Forest. L’occasion de s’interroger sur le rôle de la filière bois dans l’avenir de la construction, avec une question : « Qui construira les villes demain ? »

    Voilà plus de 30 ans que la Foire de Libramont articule sa programmation autour d’un thème bien spécifique. Cette année, la grand-messe du monde agricole et forestier s’interrogera sur la place de la filière bois dans les mutations urbaines qui transforment nos paysages et nos modes de vie, avec une question : « Qui construira nos villes de demain ? »

    Source

     

  • En raison de la météo la moisson sera d'actualité pendant plusieurs jours et nuits soyez compréhensif

    Lien permanent

    Ils doivent travailler dans les meilleurs conditions, donc merci aux usagés de la route , mais également aux citoyens de nos belles campagnes d'être compréhensifs pour les nuisances aussi bien sonores que routières 

    Ils récoltent  le fruit de leur travail  pour vous assurer des produits Belges et locaux 

    Merci également aux usagés de la route penser à la longueur et largeur des charrois 

  • La Foire de Libramont se tiendra du 26 au 31 juillet 2019

    Lien permanent

    85ÈME FOIRE DE LIBRAMONT DE 9H À 18H30

    https://www.foiredelibramont.com/

    Agriculture, forêt et environnement du 26 au 29 juillet 2019 ! Suivie de Demo Forest les 30 et 31 juillet 2019.

    TICKETS D’ENTRÉEBILLETTERIE EN LIGNE ...

    Tickets: Visiteurs

    Tickets: Soirée de gala

    La Foire de Libramont se tiendra du 26 au 31 juillet. Année impaire oblige, l’événement s’offrira un détour de deux jours en forêt de Bertrix pour Demo Forest. L’occasion de s’interroger sur le rôle de la filière bois dans l’avenir de la construction, avec une question : « Qui construira les villes demain ? »

    Voilà plus de 30 ans que la Foire de Libramont articule sa programmation autour d’un thème bien spécifique. Cette année, la grand-messe du monde agricole et forestier s’interrogera sur la place de la filière bois dans les mutations urbaines qui transforment nos paysages et nos modes de vie, avec une question : « Qui construira nos villes de demain ? »

    Source

     

  • Nandrin : Le taureau Usinger a été primé

    Lien permanent

    Le taureau Usinger a été primé à Clavier

    Le fermier nandrinois, Vincent Fisenne est heureux. Son taureau est premier sur le podium au concours Blanc Bleu Belge du concours régional à Clavier. La bête de 804 kg et grande d’un mètre 32 a répondu aux critères des juges, désignés quelques semaines auparavant. Plusieurs facteurs ont été pris en compte durant l’épreuve. « Le taureau doit avoir de bons aplombs, un beau rebondi de fesse, un large bassin, une belle épaule avec de la viande, une côte bien ronde et un large garrot. La bête qui rassemble au mieux ces critères remporte le prix », nous explique Vincent Fisenne, éleveur de Blanc Bleu Belge.

    Pour ce passionné d’agriculture, gagner un prix est toujours une consécration. « Quand on est agriculteur et que l’on finit sur le podium avec son animal, c’est une fierté », lance le fermier. Plusieurs semaines avant le concours régional Blanc Bleu Belge qui rassemble les éleveurs condruziens, Vincent Fisenne a choisi « ses plus belles bêtes » et les a ensuite mises en quarantaine. « Lorsque j’ai trouvé celles qui pourraient potentiellement gagner, je les ai chouchouté. Je leur ai donné des aliments adéquats. Ce sont des rois ou reines durant deux mois », poursuit Vincent Fisenne qui a repris la ferme familiale en 2008. Un travail de longue haleine est souvent réaliser en amont des concours. « Il s’agit d’un travail génétique et de sélection pour avoir une bête qui participe aux compétitions. Il ne s’agit pas de faire des artifices comme certains le croient. Il faut trouver une vache et un taureau qui pourrait avoir ensemble un veau ou une génisse prometteurs », souligne le fermier.

    Usinger est prêt pour la foire de Libramont !

    Du 26 au 29 juillet prochain, le taureau Usinger ira à Libramont avec son maître, Vincent. L’objectif ? Remporter un deuxième prix au concours prestigieux des agriculteurs. « Le jury de Libramont passe dans les fermes deux mois avant la foire et présélectionne les bêtes qui participeront. Il se trouve qu’Usinger avait déjà été sélectionné bien avant de remporter le prix au concours de Clavier. Il a du potentiel », se réjouit Vincent Fisenne. Participer à cette plus grande foire agricole en plein air d’Europe, qui accueille chaque année 220 000 visiteurs est une fierté pour l’agriculteur. « Pendant quatre jours, c’est une bouffée d’air pour moi. J’y vais avec le taureau mais aussi avec Davina de la Gotte, une vache de 768 kg. Cet évènement est une réelle satisfaction pour un fermier. On compare nos bêtes aux meilleurs sujets de la race et les taureaux pourraient être repérés par les centres d’insémination », affirme Vincent Fisenne.

    « Vivre de notre travail ? Non. »

    Spécialisé dans les viandes Blanc Bleu Belge depuis quatre générations, Vincent Fisenne se dit révolté par le Mercosur, le Marché commun du Sud. « Si l’on continue à importer des viandes qui viennent d’ailleurs, comment voulez-vous que ce soit encore rentable pour les agriculteurs ? », s’irrite Vincent. Contrôlé plusieurs fois par an, le fermier s’indigne également du manque de contrôle sur les viandes étrangères. « Je produis du lait et tous les trois jours, je suis contrôlé. Il y a des produits qui ne le sont pas du tout. Une fois par an, j’ai un audit de la ferme et l’AFSCA qui vient régulièrement ». Suite à l’annonce d’un accord libre-échange entre l’UE et le Mercosur, Vincent se tracasse. « J’espère que l’on a encore une place dans une commune rurale ».

    PAR AMÉLIE DUBOIS

     

    Source 

  • Nuisibles pour les vaches et pour... nous ?

    Lien permanent

    Les pneus usés sont nocifs pour nos vaches

    l y a quelques semaines nous nous inquiétions du nombre de vaches qui meurent après avoir ingurgité des morceaux de cannettes abandonnées par des promeneurs le long de leurs prairies. Aujourd’hui, les agriculteurs français et belges mettent en garde contre les pneus qui connaissent le même sort que les cannettes.

    « Plutôt que d’aller au parc à conteneurs ou de les donner à leurs fournisseurs, certains se débarrassent de leurs roues usagées le long - voire même dans - nos prairies. Nous ne les remarquons pas toujours tout de suite et ces déchets se dégradent au fil du temps. Des bouts de caoutchouc, ferraille et goudron sont alors avalés par nos animaux sur le lieu d’abandon ou bien plus loin. Les morceaux pouvant voyager plusieurs mètres grâce au ruissellement de l’eau », nous confie Tom, un agriculteur.

    Selon l’association française Robin des Bois et plusieurs agriculteurs belges, ces pneus usés causent abcès, péritonites, fièvre, perte d’appétit, baisse de la production de lait et cancers.

    Qualité du lait

    Si aucune étude ne le prouve, on craint en France que cette pratique ne puisse influer sur la qualité du lait et de la viande et peut-être, à terme, devenir nuisible pour notre santé.

    « Depuis des années, nous conservons les vieux pneus pour maintenir, par exemple, des bâches d’ensilage. Mais, ils sont utilisés bien loin du bétail et nous surveillons de près leur érosion. Les risques que nous prenons sont donc calculés, contrairement à ce qui se passe quand on abandonne un pneu dans un pré. Il est temps que cette pratique cesse ! », conclut un autre agriculteur.

    Une profession qui fait d’ailleurs toujours plus appel aux centres de recyclage. Ainsi, 4.597 tonnes de pneus ont été récoltées en 2018 dans le milieu agricole par recytyre contre 2.897 en 2009.

    Par A.VLT.

    Source 

  • Ils s'installent à la campagne mais n'en acceptent pas les nuisances ? Une charte ?

    Lien permanent

    RTL Info Belgique clic ici en a fait un article le 12 juillet 2019 sur leur site .

    L'article parle d' une charte à l'adresse  des néo-ruraux dans certaines communes .

    Plusieurs communes wallonnes envisagent de rédiger une charte à l'adresse de ces néo-ruraux, des personnes qui partent de la ville pour vivre à la campagne, rappelant dans cette charte  que vivre à la campagne, c'est accepter le mode de vie rurale et les nuisances.

    Certains nouveaux venus n'acceptent  pas bien certains aspects de la vie locale,  portent plainte auprès des communes.

    L'article dénonce "   Les lotissements se créant dans certaines communes, attirent des citadins cela engendre parfois des tensions avec les riverains locaux ."

    Certaines communes vont  créés  cette charte. il est dit dans l'article  Sic "Quand on arrive à la campagne, il faut accepter ces bruits et petites nuisances comme le coq qui chante, la moissonneuse qui travaille l'été, le chargement de betteraves à toute heure du jour ou de la nuit à l'automne, le tracteur qui laisse de la terre sur la route........

    Lire l'Article de RTL Clic ici 

     

    Autres articles sur le sujet :

    Un coq condamné à se… taire par le juge !

     

     

  • Le Chat Lait de Nandrin annonce avoir reçu l'autorisation .....

    Lien permanent

    chat lait.JPG

    Le Chat Lait de Nandrin  l'annonce sur sa page Facebook 

    Le Chat Lait clic ici

    Rue du Halleux (13,35 km)
    4550 Nandrin