Actualités jeunesse

  • Gros changement: le nouveau permis de conduire belge

    Lien permanent

    Gros changement: le nouveau permis de conduire belge, qui change de look, arrive à la mi-décembre!
    Le permis de conduire au format « carte bancaire » aura bientôt un nouvel aspect. La mise en page du document sera modifiée pour toutes les licences délivrées à partir de la mi-décembre, explique le SPF Mobilité sur son site web.

    Gros changement: le nouveau permis de conduire belge, qui change de look, arrive à la mi-décembre!
    Les nouveaux permis présenteront également de nouveaux systèmes de sécurité afin de réduire les risques de fraude et de contrefaçon.

    Les anciens modèles resteront valables, les conducteurs n’auront donc pas à faire l’échange avant la fin de période de validité de leur document. Ce nouveau look sera d’application tant pour les permis provisoires que les définitifs.
     
     
     
     
     

  • Formations pour le permis théorique

    Lien permanent

    F O R M A T I O N - P E R M I S  

    Formations pour le permis théorique à Ferrières, Clavier et Marchin à partir du 10 février 2020.

    Ouvert à tous les habitants des communes d'Anthisnes, Clavier, Comblain-au-Pont, Ferrières, Hamoir, Marchin, Nandrin, Ouffet et Tinlot

     

    PCS Condroz   Permis de conduire à Clavier

     

    2p.jpg

  • Des cadeaux de Saint Nicolas jusqu’à 14 ans!

    Lien permanent

    En moyenne, en Wallonie, les enfants sont gâtés par le grand saint Nicolas jusque 14 ans et demi, démontre une enquête publiée mardi et menée par Camille, la Caisse d’allocations familiales de l’UCM, qui a interrogé 10.500 familles à l’approche des fêtes.

    En dehors des parents qui gâtent au-delà de 25 ans (22 % pour la Saint-Nicolas et 66 % pour Noël), les enfants reçoivent, en moyenne, un cadeau jusqu’à 14 ans et demi pour Saint-Nicolas et jusqu’à 17 ans pour Noël.

    Un ménage sur cinq arrête d’offrir à la Saint-Nicolas dès que sa progéniture a 12 ans. La même proportion va jusque 18 ans. À noter que plus les familles sont nombreuses, plus tôt elles arrêtent de gâter leurs enfants.

    Quant au budget du cadeau, et ce pour les deux fêtes, il se situe pour un tiers entre 20 et 40 euros et pour un autre tiers entre 40 et 70 euros.

    Et quatre familles sur dix ont déjà offert des articles de seconde main.

     

    Source

  • Concours mondial de Breakdance

    Lien permanent

    L’Asbl Liège City Breakers & Co présente le “LCB Choose Your Destiny 10”.
    Une compétition mondiale de breakdance, de hip-hop, de krumps et de bien d’autres danses. Ce festival accueille la crème des danseurs venus de toute l’Europe et des quatre coins de la planète - Corée, Russie, Japon, Canada.
    Les participants s’affrontent lors de battles (rangées) sur une scène qui s’apparente à une arène. De quoi assurer le spectacle et l’ambiance.
    Deux catégories prévues
    La journée se déroule en deux temps.
    >La Kid’z Battle : comme son nom l’indique, c’est la partie réservée aux jeunes de moins de 15 ans. Elle est elle-même subdivisée en deux niveaux.
    > Le LCB International 2vs2 C’est le clou du spectacle proprement-dit.
    A partir de 18h, les meilleurs danseurs du monde viennent s’affronter pour le titre honorifique de champion LCB et comme meilleurs duos du monde. Wouaw! Pas mal pour notre petite Cité ardente.

    S. 7/12 (à p. de 12h) Le Manège | Caserne Fonck, Rue Ransonnet, 2 à Liège. Info/rés. : info@liegecitybreakers.be - http://www.liegecitybreakers.be - Paf: 15€ (danseur et spectateur).

  • Les étudiants liégeois fêteront comme il se doit leur Saint-Nicolas le cortège aujourd'hui lundi midi

    Lien permanent


    Cette année encore les étudiants liégeois fêteront comme il se doit leur Saint-Nicolas. Entre guindailles et traditions, ils se réuniront  lundi pour célébrer l’un des plus célèbres saints.
    Le cortège lundi midi
    La police sera évidemment de la partie, et mettra en place des dispositifs de sécurité et de surveillance tout autour de chaque zone festive. En raison du passage du cortège dans les rues de Liège, des dispositifs de mobilité seront aussi prévus.
    Le traditionnel cortège des étudiants se tiendra ce lundi 2 décembre à midi. Il démarra de la place du Vingt-Août dès 13h, et terminera sa déambulation aux terrasses d’Avroy vers 16h.
    Pour rendre hommage au « Tore », le symbole de la ville de Liège autrefois critiqué, le cortège estudiantin se déroulera en musique. En effet, les participants entonneront le « Valeureux Liégeois » ainsi que le « Chant des Wallons ». Ils feront également entendre leur voix pour les chants des différentes facultés de l’université.
    Une fête après la fête
    Pour poursuivre ce jour de fête de la meilleure des manières, les étudiants seront invités à rejoindre la place du Vingt-Août à l’issue du cortège. Une « AfterCortege », une sorte de fête après la fête, s’y prépara avec des boissons concoctées par différentes facultés et comités.
    Les étudiants les plus vaillants continueront ensuite leur soirée dans le célèbre Carré où des dizaines de bars et spécialistes de la boisson les serviront jusqu’au petit matin.
    Un seul conseil, n’oubliez pas votre petite monnaie.
    Par Céline Gonzalez-Gonzalez

     

    Source

  • Un quart des jeunes craint de connaître de longues périodes de chômage

    Lien permanent

    Quatre jeunes sur 10 affirment qu’actuellement, sans l’aide financière de leurs parents, ils ne s’en sortiraient pas
    La Grande Enquête Solidaris nous apprend aussi qu’un jeune sur deux affirme qu’on n’existe pas pour la société si on n’a pas de travail.
    Elle montre précisément que 51,5% des 18-30 le pensent. Un chiffre stable puisqu’il était de 54,8% lors du précédent sondage de 2014.
    «On nous le fait comprendre dès notre plus jeune âge.
    On nous répète sans cesse qu’il faut un bon emploi si tu veux être quelqu’un… mais aussi si tu veux survivre dans la société actuelle. Il a une vraie pression sociale à ce niveau», nous confie Lara, 21 ans.
    «Être jeune et être au chômage le temps de trouver un travail est vu comme un échec par la société.
    On nous fait ressentir qu’on est inutile, c’est très dur à vivre ». 12,7% s’opposent au ressenti de Lara et de la grande majorité.
     
    Une grande crainte

    Ce phénomène explique peut-être pourquoi tant de jeunes vivent avec la crainte de connaître le chômage.
    Ils sont, en effet, 27,8% des 18-30 ans à avoir très peur de subir de longues périodes de chômage.
    «Il y a toutefois une diminution dans le pourcentage des jeunes qui sont d’accord avec cette affirmation, ce qui peut dire que la confiance qu’ils ont en leurs compétences et leurs aspirations professionnelles ont augmenté en cinq ans.
     
    En Wallonie et à Bruxelles, le pourcentage affirmant craindre le chômage a baissé de 10 points», affirme la responsable des Études chez Solidaris, Delphine Ancel.
     
    «On notera aussi que l’amélioration sur le marché de l’emploi impacte ce sentiment car les chômeurs (42%, moins 21 points en cinq ans) et les travailleurs (35%, moins 15 points cinq ans) sont ceux qui tirent l’évolution».

    39,8% des interrogés n’avaient pas d’avis sur la question et 32,5% n’avaient pas cette crainte.
     
    PAR ALISON VERLAET
     

  • Un sentier reliera le Péry et le Tige des Saules à Nandrin

    Lien permanent

    D’ici quelques mois, des travaux débuteront entre le Pery (le terrain de football) et le Tige des Saules (à proximité du Point Ferme) à Nandrin. La raison de ces aménagements ?

    la construction d’une piste cyclo-piétonne.


    Ce mardi, lors du conseil communal le marché des travaux a été approuvé à l’unanimité.

    « Nous allons construire un sentier sécurisé par une barrière, cachée avec une haie. Il y aura également l’aménagement de luminaires », a expliqué Sébastien Herbiet, l’échevin de l’urbanisme.

    Cette piste cyclo-piétonne ne sera pas autorisée aux véhicules motorisés. « Elle est uniquement destinée aux piétons et aux cyclistes. Des plots seront placés à l’entrée du chemin », poursuit-il.


    Les travaux devraient débuter bientôt pour un montant de 161.991 euros. « Nous bénéficions d’une subvention d’environ 100.000 euros.

    Quelques arbres devront être abattus afin de permettre les travaux », ajoute Sébastien Herbiet.

    Ce dossier avait été initié en mai 2018.

    Les travaux devraient débuter bientôt pour un montant de 161.991 euros

    Par Amélie Dubois 

    Source 

    28novv ssentier.JPG

  • Noël au Musée Du 7 décembre 2019 au 5 janvier 2020

    Lien permanent

     

     

    Noël au Musée
    Du 7 décembre 2019 au 5 janvier 2020

    > Noël en chants-sons
    Anciens instruments, partitions et ambiance musicale de saison
    participent à la mise en beauté des salles.

    + 6 décembre à 18h30
    Chorale et chants de Noël

    > Le conservateur, c’est vous !
    Exposition d’objets inédits issus des réserves du Musée et sélectionnés lors d'une campagne Facebook.

    + 27 décembre & 4 janvier entre 14h et 17h
    Spectacle itinérant de la compagnie « Ebadidon »

    Entrée libre.

    Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 17h.
    Fermé les 24, 25 et 31 décembre 2019 ainsi que le 1er janvier

    Infos
    Musée communal, rue Vankeerberghen, 20 à Huy.
    Tél. 085/21 78 21 – musee@huy.be

     

    Ville de Huy (Officiel)

    Huy - Noël au Musée

  • Opération shoe-box: où déposer sa boîte à Huy-Waremme ?

    Lien permanent

    En décembre, l’opération Shoe-Box vise à récolter des boites à chaussures remplies d’aliments festifs ou de produits d’hygiène pour les sans-abris et les familles fragilisées.
    Les communes de Wanze et de Crisnée mettent en place un point de dépôt dans leur Administration.

    Comme chaque hiver depuis 1999, l’ASBL bruxelloise Les Samaritains lance son opération Shoe-Box, visant à récolter des vivres non périssables dans des boites à chaussures, et à les redistribuer via différentes associations, aux sans-abris et aux familles fragilisées.
     
    Chaque boîte doit contenir 10 aliments et boissons non alcoolisées, non périssables et prêts à consommer, ainsi qu’une carte de vœux. Il faut ensuite l’emballer de la même manière qu’un cadeau de Noël.
     
     
    Cette année, la Commune de Wanze prend part au projet pour la première fois.
     
    « Il y a déjà eu des initiatives dans le même esprit au niveau des écoles, explique Dominique Lovens, responsable du service Environnement et du projet Shoe-Box de la commune. On veut généraliser ça à tous les citoyens. »
     
    Une palette sera installée à proximité des décorations de Noël, dans les couloirs de l’Administration, pour venir déposer les boîtes.
     
    « Il faut s’imaginer qu’on fait un cadeau à quelqu’un, et offrir quelque chose qu’on aurait aimé recevoir, explique Dominique Lovens. Les dons seront redistribués par le CPAS, début janvier, à 200 familles wanzoises. »
     
    L’idée du projet est de permettre aux plus démunis de déguster des aliments plus « festifs », dans la continuité des fêtes de fin d’année.
     
    « Les gens qui ne peuvent donner que 5 € peuvent aussi participer, et faire une boite plus petite, » précise Dominique Lovens. Il est également possible de collaborer avec vos amis pour préparer une boite.
     

    Du côté de la Commune de Crisnée, c’est la troisième année que s’organise la récolte des shoe-box.
     
    « Ça a son petit succès, explique Viviane Vaes, directrice générale de la Commune. En 2017, nous avions récolté plus de 400 boites.
     
    Le bourgmestre est allé remettre lui-même les boites récoltées aux sans-abris.
    Dans notre commune, le contenu des shoe-box est plutôt axé sur les produits d’hygiène. »
     

    D’autres points de dépôts sont accessibles dans la région Huy-Waremme, dont le magasin Luxus à Hannut et le magasin Tonton Tapis à Waremme. Les deux établissements, qui participent au projet depuis plusieurs années, constatent que l’opération fonctionne de mieux en mieux.
     
    L’année dernière, 41.394 boîtes ont été récoltées sur l’ensemble des points de dépôt de Belgique.
     
    Les entreprises et les écoles sont également invitées à développer des dépôts Shoe-Box.
     
    Toutes les informations nécessaires sur www.shoe-box.be.

    Les horaires des dépôts locaux

    - Maison communale de Wanze (du 9 au 31 décembre) : du lundi au vendredi, de 9h à 12h. Également ouvert le mercredi de 14h à 16h et le jeudi de 16h à 19h.

    - Maison communale de Crisnée (du 1 au 22 décembre) : 9h-12h et 14h-17h, du lundi au vendredi.

    - Magasin Luxus à Hannut (du 1 au 22 décembre) : lundi de 13h à 18h30, mardi à samedi de 10h à 18h30 et dimanche de 10h à 13h.

    - Magasin Tonton Tapis à Waremme (du 1 au 20 décembre) : du lundi au samedi, de 9h à 18h.
     
     

  • L’univers des dinosaures en octobre 2020 au Country Hall

    Lien permanent

    Notez déjà dans vos agendas l’exposition des dinosaures au Country Hall du Sart-Tilman à Liège en octobre 2020. Une exposition interactive.
    Pour la toute première fois, la Cité Ardente accueillera, en octobre 2020, l’exposition « L’univers des dinosaures ».
    Pas moins d’une trentaine de dinosaures répondront présents au Country Hall de Liège au Sart-Tilman.
    Entre amis ou en famille, cette exposition, créée il y a trois ans, sera accessible aux enfants âgés de minimum trois ans.
    Diplôme de paléontologue
    « L’univers des dinosaures » vous proposera une expérience d’une durée variant d’une heure à une heure trente, ponctuée d’activités pour petits et grands. En plus d’une fouille archéologique et de modules pédagogiques, l’exposition vous proposera également un quizz à remplir au fil de la visite qui vous sera remis à l’entrée avec à la clé la possibilité de repartir avec le diplôme de paléontologue.
    « L’univers des dinosaures », pour sa troisième année, vous réserve encore quelques nouveautés.
    En effet, cette année, c’est un Brachiosaure de 6 mètres de haut robotisé et doté de sonorités particulières qui vous attendra.
    Casque de réalité virtuelle
    Un Dilophosaure et un Stégosaure d’une longueur de 7 mètres accompagneront le plus grand dinosaure de cette tournée, le Spinosaure. Afin de vous immerger entièrement dans le monde du crétacé, un casque de réalité virtuelle vous sera aussi proposé lors d’une activité qui s’annonce terrifiante. De quoi faire le plein d’émotions.
    Rendez-vous en octobre prochain au Country Hall du Sart-Tilman à Liège pour replonger dans cet univers.

    Par Céline Gonzales-Gonzales

    Source

  • Les jeunes se mobilisent contre le harcèlement

    Lien permanent

    Le centre culturel d’Amay organise une soirée consacrée au harcèlement et aux violences conjugales ce lundi 25 novembre. Au programme: un concert et un spectacle pour sensibiliser les spectateurs à ces thématiques importantes.
    Des jeunes de la région, membre du collectif «4540», interpréteront également leur chanson «Anna». Cette chanson, écrite lors des ateliers Rap raconte l’histoire d’une jeune fille victime de harcèlement scolaire.
    Le collectif «4540» est le résultat de longs mois de travail. Deux animatrices du centre culturel ont lancé fin août un projet sur le décrochage scolaire et le harcèlement. L’objectif: rassembler des jeunes en décrochage scolaire, fréquentant une école spécialisée…
    «Nous nous sommes associés avec l’école spécialisée du Chêneux. Des jeunes totalement en dehors du circuit scolaire sont venus travailler avec nous dès août. Nous leur avons d’abord proposé de s’essayer à la radio, notre spécialité. Comme cela a bien fonctionné et qu’ils ont accroché, nous leur avons laissé carte blanche pour mener un plus gros projet», explique Vicky Stratidis, animatrice.
    Ces jeunes, passionnés de Rap, ont souhaité apprendre à réaliser leur propre musique. «Ils ont suivi différents ateliers pour apprendre l’écriture rap, la musique… Ils ont bénéficié de l’aide d’un ingénieur du son spécialisé en rap. Nous voulions leur montrer qu’ils sont capables de produire quelque chose de qualité pour qu’ils prennent confiance en eux», poursuit l’animatrice. Le projet les a aussi amenés à rencontrer d’autres jeunes issus d’horizons différents afin de favoriser les échanges et l’entraide;
    L’aboutissement de ce projet consiste en l’organisation d’un festival Rap/électro fin juin. La gestion du budget, de la programmation sera laissée à la responsabilité des jeunes.
    Vous pourrez donc venir les applaudir lors de la soirée «Et si c’était toi?» du 25 novembre qui aura lieu au centre culturel d’Amay dès 18h30.
    La soirée commencera par un cocktail dinatoire préparé et servi par les élèves de l’école du Chêneux.
    Vous pourrez également assister à 19h45 à un concert de l’artiste français Alberto Ales dont certaines chansons évoquent le sujet des violences conjugales. Un spectacle intitulé «#Vu» et traitant de cyberharcèlement débutera à 20h30.
    Soirée au centre cultuel d’Amay ce lundi dès 18h30.
    >Prix: 5 euros >Plus d’informations: Vicky Stratidis: 0479/ 91 58 68 - 085/ 31 24 46

     

    Par G.D.

     

    Source

  • La traditionnelle Saint-Nicolas des Rhétos se déroule à Huy le lundi 25 novembre

    Lien permanent

    La traditionnelle Saint-Nicolas des Rhétos se déroule à Huy le lundi 25 novembre.

    Cette fête estudiantine est une organisation de l’ASBL La Hutoise en collaboration avec la Ville de Huy.

    Elle rassemble les élèves de 6e et 7e secondaires de Sainte-Marie, de Saint-Quirin, de l’Abbaye de Flône, de l’Athénée royal de Huy, de l’ITCF de Huy, de l’IPES de Seilles, de l’EP de Huy (Huy 1) et de l’IPES de Huy (Huy 2).


    Dès 8 h 30, distribution des bracelets aux Rhétos et des petits déjeuners sur le parking de l’avenue Godin-Parnajon. Saint Nicolas est attendu à 8 h 45.


    A 9 h, le cortège folklorique quittera le parking de l’avenue Godin-Panajon. Il prendra ensuite la direction du pont de l’Europe et du quai de Compiègne, avec un arrêt au carrefour de la rue Neuve, puis il repartira vers le pont Baudouin, le quai d’Arona, puis retour au parking de l’avenue Godin-Parnajon vers 10 h 30.


    Le bal en plein air se déroulera sur le même site jusqu’à 17 h.


    Des mesures de précaution ont déjà été prises avant les festivités. Le service Prévention de la ville de Huy s’est notamment rendu dans les établissements scolaires afin d’expliquer le déroulement de la journée et afin de sensibiliser les Rhétos aux effets des excès de la consommation d’alcool.


    Des mesures seront également prises sur le site. Les accès seront strictement contrôlés : seuls les étudiants détenteurs d’un bracelet d’accès peuvent accéder au site. De la nourriture et des boissons softs sont mises à la disposition des participants. Les alcools forts sont interdits.


    Seule de la bière sera vendue sur le site et des gobelets réutilisables seront utilisés. Les étudiants seront fouillés à l'entrée du site pour éviter que des bouteilles d'alcool soient amenées de l'extérieur.
    En tout, 1.000 étudiants devraient participer aux festivités.

    Source

     

  • Salon du mariage le 23 & 24 novembre 2019

    Lien permanent

     

    Pour la première année, un Salon du Mariage prendra place dans les magnifiques salles du R HOTEL à Aywaille ces samedi 23 et dimanche 24 novembre de 11h à 18h. L’occasion pour les futurs mariés, ainsi que pour les plus curieux d’entre vous, de lier l’utile à l’agréable.

    Au programme de celui-ci, défilés (les deux jours à 13 & 16h), animations et concours sauront vous ravir. Et ce, que vous veniez nous rejoindre en famille ou entre amis.

    SECTEURS

    Tous les secteurs qui touchent de près ou de loin à l’organisation d’un mariage ou d’un événement y seront représentés :
    Salles
    Traiteurs
    Photographes
    Animateurs
    Fleuristes
    Esthéticiennes
    Coiffeuses
    Bijoutiers
    Robes de soirées et de mariées
    Costumes
    Imprimeurs
    Location de châteaux gonflables
    Location de matériel
    ...

    INFOS

    Quand ? 23 & 24 novembre de 11h a 18h
    Où ? R hotel; Square Philippe Gilbert 1, 4920 Aywaille
    Vaste parking
    Plus d'infos ? 0496/41.36.18 & 0494/28.05.74

    ENTREE GRATUITE !

     

     

    VLAN - Les bons plans de mes commerçants

    1er Salon du Mariage à Aywaille by VLAN

  • Aujourd'hui 20 novembre journée des droits de l'enfant

    Lien permanent

    Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité."
    Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies
     
    C'est en 1995 que le Parlement français a décidé de faire du 20 novembre la 'Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l'enfant'.
    Cette journée internationale est un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde.
    Elle tente aussi de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989.
     
    Une convention et des droits
    La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989.
     
    Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer.
    Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193.
    Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager.
     
    Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder.
    C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.
     
    L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales.
     
    La situation en France et dans le monde
    La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation.
     
    Enfant en France :
     
    Un million d'enfants pauvres
    19.000 enfants maltraités
    76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
    quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
    85 000 sont touchés par le saturnisme
    record des suicides des 15-24 ans.
    150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
    15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
    15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent
    Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle "peut mieux faire", résumait récemment le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade).
     
    Le 14 décembre, l'Unicef sortira son rapport annuel intitulé "Enfants exclus, enfants invisibles", sur les enfants qui ne sont pas enregistrés à l'Etat civil ou les enfants de la rue. Fin 2004, le même rapport indiquait que plus d'un milliard d'enfants sur Terre, soit plus de la moitié au monde, "souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida.
     
    En 2005, un enfant meurt encore toutes les 3 secondes. Sans parler des millions d’enfants privés d’éducation, de soins, de nourriture, d’eau potable…
    Parmi les nombreuses oeuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi nous vous conseillons de découvrir, ou de redécouvrir, l'oeuvre de l'UNICEF.
     
    Un enfant, aussi petit et sans défense soit-il, a droit au respect. 
     
    Les droits de l'enfant ont été fixés le 20 novembre 1989 dans la "Convention internationale des droits de l'enfant".
     
    Cette Convention des droits de l'enfant traite en premier lieu de la relation entre les enfants et les pouvoirs publics. Elle confirme que dans cette relation les enfants ont les mêmes droits que leurs parents. La Convention garantit également des droits aux enfants pour promouvoir leur développement.
     
    La Convention des droits de l'enfant énumère bien évidemment un certain nombre de droits généraux comme : 
    le droit à une vie décente  
    le droit à l'enseignement 
    le droit aux soins de santé 
    le droit à une vie de famille 
    Mais les enfants ont aussi droit à la protection contre : 
    toute forme de violence 
    l'usage de stupéfiants  
    l'enlèvement vers l'étranger 
    toute forme d'exploitation sexuelle 
    le travail des enfants qui est dangereux pour leur santé ou compromet leur enseignement.
    La Convention des droits de l'enfant protège également les mineurs qui sont particulièrement vulnérables, comme par exemple : 
    les enfants souffrant d'un handicap 
    les victimes de violence  
    les réfugiés 
    les enfants soldats  
    les enfants dans les conflits armés

     
     

  • Une première marche Les jeudis pour le climat se déroule aujourd'hui 14 novembre 2019 à Liège

    Lien permanent

    Jeudi dès 13h au départ des Guillemins

    La marche pour le climat démarrera à 13h de la gare des Guillemins.

    Elle empruntera ensuite l’itinéraire habituel jusqu’à la place Saint-Lambert.
    Mais c’est au départ, devant la gare, que se dérouleront toutes les prises de parole. Plusieurs artistes locaux s’y produiront également en concert.

     

    Les infos 

    Students For Climate Liège

    Marche pour le climat - 14 novembre - Liège


     Youth for Climate et Students for climate ont maintenant uni leurs efforts pour faire revivre les marches pour le climat en Cité ardente. Un premier événement se déroulera ce jeudi, au départ de la gare des Guillemins.
    Ce jeudi, les jeunes Liégeois vont à nouveau marcher pour le climat, après plusieurs mois d’absence dans les rues de la Cité ardente. À la manœuvre de ce nouveau « jeudi pour le climat », tant les étudiants du secondaire que ceux de l’ULiège et du supérieur.
    « C’est organisé par Students for Climate et par Youth for Climate, confirme Antoine Poncelet, chargé de la communication pour le mouvement. À Liège, on a décidé d’unir nos efforts pour relancer le mouvement. »
    Plus de six mois après le dernier événement liégeois, qui avait rassemblé 7.000 personnes, les marches visant à sensibiliser grand public et élus à la problématique sont donc de retour. Pour combien de temps, et à quel rythme ? Deux questions pour lesquelles les organisateurs de l’événement n’ont pas encore de réponse bien tranchée : « est-ce que ces marches auront encore lieu tous les jeudis ? On pense que non, parce que ce sera difficile de tenir le rythme. Pour nous, mais aussi pour les participants, avoue M. Poncelet. On va plutôt essayer d’en organiser toutes les deux semaines, voire tous les mois. En fonction de ce qui se fera ou pas à Bruxelles, pour faire en sorte que les marches, liégeoises et bruxelloises, ne se chevauchent pas. »
    Par souci de cohérence, les « jeunes pour le climat » ont en effet décidé de s’organiser au niveau national, « la prise de décision se fait donc un peu moins au niveau local. Mais peut-être la marche nationale descendra-t-elle un jour à Liège, comme l’année dernière. Ce n’est pas encore prévu, mais c’est envisageable. »
    Tout dépendra évidemment aussi de la réussite – ou non – du premier événement liégeois. « Je ne m’attends pas à ce qu’on soit encore 15.000, continue Antoine Poncelet, mais si on est 1.000 ou 2.000, ce sera une réussite. »
    Car il ne s’en cache pas, les conditions ne sont plus les mêmes que voici quelques mois. Si la circulaire qui interdit aux écoles de sanctionner les élèves absents pour cause de marche pour le climat est toujours d’actualité, certains établissements secondaires ont d’ores et déjà annoncé qu’ils seraient moins coulants cette année. « Mais nous avons sensibilisé davantage dans le supérieur, termine M. Poncelet. C’est vrai que la question de l’affluence nous préoccupe un peu, mai ça ne changera rien à notre action future. » 

    Par Geoffrey Wolff

    Source

  • Attention le centre Antipoisons de Belgique met en garde !!!

    Lien permanent

    Attention Un nouveau challenge fait le buzz via l'application TikTok.

    Il consiste à placer un sac plastique, contenant de l'eau de javel, sur les yeux pour soi-disant en modifier la couleur.

    Ce qui est en fait impossible. Il y a aussi le danger de brûlures et de cécité si la pochette s'ouvre et que le liquide se répand .

    N'hésitez pas à mettre en garde vos enfants et ados !

    Les infos 

    Antigifcentrum - Centre Antipoisons - Poisoncentre

  • Tous les articles "Foot amateur et chez les jeunes" sont en accès libre jusqu'au 31 décembreles infos ici

    Lien permanent

    Tous les articles "Foot amateur et chez les jeunes" sont en accès libre jusqu'au 31 décembre.

    Vous pouvez les consulter gratuitement et découvrir ce nouveau produit foot innovant et de proximité.

    À partir du 1er janvier, tous ces articles seront inclus dans l'offre numérique de nos éditions digitales (abonnement à 1euro par mois pendant 3 mois)

     

     

    Les infos R.E.S. Templiers-Nandrin clic ici 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Prendre le bus coûtera moins cher pour les jeunes en 2020

    Lien permanent

    Le gouvernement prévoit aussi 350 millions d’investissement pour le climat et les nouvelles technologies

     

    Le budget wallon 2020 est sorti de terre. Avec lui, le gouvernement PS-MR-Ecolo veut lutter contre les déficits sociaux, écologiques et économiques. Et cela passe, du coup, par un autre déficit, budgétaire cette fois, de quelque 435 millions d’euros. « Nous devons aujourd’hui faire face à des déficits plus importants que le déficit budgétaire », indique le ministre du Budget, Jean-Luc Crucke. « La persistance de la pauvreté, le changement climatique, les difficultés d’accès aux soins de santé… Ce sont à ces déficits-là que nous devons nous attaquer. » Et, bonne nouvelle pour le portefeuille, ni nouvelles taxes, ni augmentations ne sont par contre à prévoir.

    Mobilité. Concrètement, le gouvernement wallon a annoncé la mise en œuvre de la première étape vers la gratuité des bus : 5,4 millions sont prévus. Dernièrement, le ministre Philippe Henry avait indiqué que la gratuité coûterait 99,5 millions par an. L’enveloppe ici dégagée ne représente donc que 5 % de cette somme. Il faut maintenant définir ce qui peut être réduit voire rendu gratuit avec ce premier montant mais le ministre annonce au minimum une baisse des tarifs pour les jeunes et les précarisés.

    Climat. 111 millions seront consacrés au Fonds Kyoto pour encourager, entre autres, la transition énergétique des entreprises et le déploiement des bornes électriques.

    Commerces. 10 millions viendront soutenir les commerces de proximité et la vitalité des centres-villes, via un plan baptisé « Horizon Proximité ». Comme nous vous l’annoncions dans nos éditions au mois d’octobre dernier, le ministre de l’Économie Willy Borsus rencontrera l’ensemble des acteurs « pour mettre sur pied des mesures efficaces ».

    Emploi. La ministre Christie Morreale annonce pour sa part dégager 6 millions supplémentaires pour renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emploi, en mettant l’accent sur les publics les plus fragilisés.

    Logement public. La rénovation et la création de logements publics se poursuivront également : 100 millions sont budgétés pour le premier volet et 31,4 pour le second.

    Mais aussi… Le gouvernement entend encore rénover les infrastructures sportives (10 millions), en mettre certaines au niveau olympique (5 millions), rendre la fonction publique plus attractive, mener des actions de réduction des pesticides ou encore lancer l’opération de plantation de 4.000 kilomètres de haies en faveur de la biodiversité. Il ne s’agit bien sûr là que de quelques priorités pointées par le gouvernement.

    Un investissement potentiel de 350 millions. En plus de mettre la main à la poche pour ces différentes mesures, l’exécutif wallon souhaite aussi investir pas moins de 350 millions. 223 seront consacrés à des mesures climatiques : isolation, logements, covoiturage, mobilité douce, mobilité collective et énergies renouvelables. 127 autres millions seront investis dans les nouvelles technologies.

    Ces investissements se feront toutefois hors périmètre budgétaire. Pour les mettre en œuvre, la Wallonie devra donc obtenir l’accord de l’Europe. Mais le ministre se montre confiant : « Il s’agit là de deux thématiques dans lesquelles l’Europe elle-même nous demande d’investir. L’urgence nous l’impose aussi. »

    Par SA.B.

     

    Source

  • Le conseil des enfants de Huy va fêter ses 30 ans

    Lien permanent

    Il y a 30 ans de cela, plusieurs signatures étaient apposées sur un texte qui prévoyait des droits pour les enfants. La même année, la ville de Huy a décidé de créer un conseil des enfants, l’un des premiers en Belgique ! C’est donc un double anniversaire qui sera fêté le 20 novembre prochain, et pour l’occasion, les petits plats ont été mis dans les grands.
    C’est une date très symbolique qui approche à grands pas, puisque le 20 novembre prochain, ce sera le trentième anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant signée par les Nations Unies. Pour l’occasion, le conseil des enfants a décidé de mettre en place une journée qui leur sera entièrement dédiée.
    « L’Espace Kids » qui se tiendra au centre culturel de Huy, rassemblera foule d’activité à partager en famille : « Il y aura plusieurs activités sous forme d’ateliers, des arbres à vœux, des bricolages divers, du théâtre, de la radio, des ateliers du goût, des chasses aux trésors, etc. », énumère Océane, 10 ans, et membre du conseil depuis 1 an.
    L’événement est gratuit, ludique et familial.
    « Ce n’est pas parce qu’on a 10 ans, qu’on n’a rien à dire », répète Patrick Kinet, co-animateur du conseil des enfants. Depuis sa création, ce sont plus de 400 enfants qui ont donné leur avis, pour enrichir et nourrir les projets.
    C’est l’occasion de revenir sur quelques idées issues de ce conseil et qui ont abouti concrètement.
    BeWaPP et passeurs de mémoire
    Le climat est une thématique qui anime le conseil depuis de nombreuses années. Et particulièrement pour le moment. Tri des déchets, économie d’énergie, ou encore ramassage des immondices sont des thèmes récurrents pour lesquels des actions concrètes de sensibilisation ont été menées.
    Ces dernières années, une action de nettoyage de la ville avait été entreprise et particulièrement à l’entrée de la vallée de la Solière : « C’est incroyable la quantité de déchets qui a été récoltée en quelques heures », explique Patrick. Suite à cela, le jeune Ethan se souvient qu’une plaque commémorative avait été apposée à cet endroit.
    Plus récemment, les enfants ont entrepris un travail de mémoire. Ils vont interroger des personnes ayant connu la guerre de 40 et qui ont un lien avec Huy. Le but est de garder en mémoire ces événements passés émanant des « derniers témoins vivants de la guerre ». Ils vont réaliser des capsules vidéos qui seront diffusées dans les écoles. Ce projet est toujours en cours.
    Réservez donc le 20 novembre pour fêter cet anniversaire entre 13h30 et 16h30.
    Et si votre enfant est né en 2009, peut-être sera-il intéressé de rejoindre le conseil ? Une bonne raison de s’y rendre !


    Par Alem

     

    Source

  • La Meuse Huy-Waremme vous propose un tout nouveau module pour suivre votre club de foot au plus près

    Lien permanent
    C’est nouveau : La Meuse Huy/Waremme vous propose un tout nouveau module pour suivre votre club de foot au plus près, de la P1 aux U14, U15, U16,... Sans oublier les équipes réserves, le foot amateur...
    Eden Hazard, Kevin De Bruyne, Thibaut Courtois… Ces idoles ont toutes foulé les pelouses de Braine-le-Comte et d’ailleurs, là où se forment les futures stars de la Ligue des Champions. Vous êtes d’ailleurs des centaines de milliers, chaque week-end, à vous y rendre avec vos enfants. Ou pour y passer un chouette moment sportif avec vos amis. Au total, 6.500 rencontres de foot se tiennent du samedi au dimanche, de la P1 aux U14, en passant par les U15, U16,… Ou encore les équipes réserves. Sans oublier le foot féminin.
    Depuis quelques jours, www.lameuse.be/sports vous permet, via un nouveau module, d’accéder à l’ensemble des articles compte-rendu pour tous ces matches, à partir des U14. Résumé des matches, composition des équipes, nom des buteurs, nombre de cartes jaunes et/ou rouges… : vous ne manquerez rien !

    TOUTES LES EXPLICATIONS DANS CETTE VIDEO  :
     

    Ce nouveau module est très simple d’utilisation : il suffit de rechercher, via notre moteur, votre équipe préférée et vous trouverez des centaines d’articles !
    Et dès les U8 jusqu’au U14, nous mettons, en bonus, à votre disposition le calendrier complet des équipes de vos enfants.
    Cette nouvelle offre, nous vous la proposons en collaboration avec l’Union belge de football et l’ACFF. Tous ces articles sont d’ailleurs rédigés sur base des informations fournies par leur application BBF. Un partenariat stratégique pour La Meuse, qui renforce son positionnement et son ancrage régional.
    « Mettre en lumière ces milliers de jeunes et de très jeunes sportifs et sportives, partout en Wallonie et à Bruxelles, c’est une mission prioritaire pour un média local comme le nôtre », souligne Demetrio Scagliola, rédacteur en chef des éditions Sudpresse (La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale). « C’est même une fierté pour nous d’être aux côtés de tous ces pratiquants, de toutes ces familles, de toutes ces personnes qui, chaque semaine, vivent leur passion au bord des terrains », poursuit-il. « A nos yeux, ces jeunes et ces amateurs sont tout aussi importants que les grandes stars du football belge, et notre média se doit d’être le partenaire proche, naturel et digital de tous ces jeunes, des clubs dans toutes les régions du pays, pour mettre en avant le travail des formateurs, des bénévoles, des parents, des passionnées qui font vivre le sport, au sens le plus noble du terme »
    Une seule adresse à retenir. Et à tester tout de suite :www.lameuse.be/sports
     
    Nous saluons cette initiative ! »

    Cette nouvelle offre du groupe Sudpresse (La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale), qui souhaite renforcer son positionnement et son ancrage régional, l'ACFF la soutient entièrement. « En tant qu'organisateurs des compétitions les plus populaires en Wallonie et à Bruxelles, mais surtout parce que tout ce qui concerne la pratique du sport par les jeunes doit être mis en évidence, nous ne pouvons que saluer cette initiative qui vise à valoriser le travail fourni par tous les joueurs, entraîneurs et clubs affiliés à notre fédération", se réjouit Thomas Rodrigues Pereira, senior operations manager de l'ACFF. "Nous sommes heureux que l'information générée par toutes ces rencontres soit traitée par un groupe de presse réputé pour sa rigueur et son indépendance."

    Source

     

  • Un label pour moins arroser la 3e mi-temps .....

    Lien permanent
    «Un enfant ne voit pas si un adulte a un peu trop bu»
     
    Le foot, c’est la fête autour du terrain, mais aussi à la buvette avec parfois trop d’alcool.

     L’Agence wallonne pour la sécurité routière et l’Association des
    clubs francophones de football ont signés mercredi 6 novembre une convention pour favoriser les retours à la maison en toute sécurité.
     
    « Un accident est vite arrivé.
    C’est important de sensibiliser les gens au risque de l’alcool.
    J’ai déjà interpellé des parents à la buvette pour leur dire de ne pas repartir.
    Cela dit, il y a tellement de monde. Ce n’est pas facile de tout voir.
    Si on peut faire réfléchir les gens avec nos actions, ce sera déjà cela », se félicite André Richard, directeur sportif du RDC Cointe-Liège, l’un des 23 clubs de football labellisé Backsafe.
    Il accueille 575 jeunes répartis dans 35 équipes, « sans compter les filles et les premières.
    Nous avons des dizaines de matches chaque week-end », notre interlocuteur.
    « Un adulte voit si quelqu’un a trop bu.
    Un enfant ne détecte pas ces signes, d’autant qu’il a continué à taper dans le ballon, tandis que les grands étaient à la buvette.
    Il monte donc dans la voiture en toute confiance », analyse André Richard.
    « Les débordements arrivent parfois et nous voulons conscientiser les parents.
    Si on parvient à le faire, ce sera déjà une petite victoire étant donné que notre pouvoir est forcément limité », commente de son côté Arnaud Dewinter de l’Olympic Charleroi Farciennes qui a également rallié la cause.
    Il reconnaît que c’est un sujet très sensible: « Qui sommes-nous pour refuser un verre à quelqu’un au comptoir ? ».
     
    Article complet clic ici 
     

    Par Yannick Hallet avec P.N.

    |
     
     
  • Le label Backsafe va inciter les parents de 7.200 jeunes footballeurs à moins boire lors des matches

    Lien permanent

    Un label pour moins arroser la 3e mi-temps

    Le foot, c’est la fête autour du terrain, mais aussi à la buvette avec parfois trop d’alcool.
     
    L’Agence wallonne pour la sécurité routière et l’Association des clubs francophones de football signent ce mercredi une convention pour favoriser les retours à la maison en toute sécurité.
    « Les clubs de football drainent énormément de monde.
     
    Ce sont des endroits où il y a de l’alcool lors des matches du week-end, mais aussi en semaine après les entraînements.
     
    Pour nous, c’était très important d’y étendre le label Backsafe déjà présent dans d’autres événements festifs », souligne Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de l’Agence wallonne pour la sécurité routière.
     
    Ce mercredi, l’AWSR signe avec l’ACFF, l’Association des clubs francophones de football, une convention pour labelliser une première série de 23 clubs en Wallonie.
     
    « Nous avons pris des clubs disposant d’écoles de jeunes assez importantes », précise notre interlocuteur. Toutes les régions de Wallonie sont représentées.
     
    « En tout, ce projet va concerner 7.216 jeunes formés dans nos clubs, et leurs familles », chiffre Antoine Rustin, responsable des projets sociaux au sein de l’ACFF.
     
    Et de constater : « La troisième mi-temps fait partie du folklore. En matière d’alcool, c’est l’un des lieux de sortie les plus complexes à gérer.
     
    L’objectif est d’enrayer la consommation excessive.
     
    Nous visons particulièrement les parents qui viennent assister au match ».
     

    Une bière à la mi-temps, une autre après le coup de sifflet final et une troisième pour fêter la victoire et encore une autre…
     
    Certains dépassent bien le taux légal d’alcoolémie au moment de reprendre le volant pour rentrer à la maison, voire de reconduire chez eux les copains pris en covoiturage.
     
    « Au-delà de l’entourage des jeunes qui évoluent dans nos clubs, nous comptons bien dans la foulée sensibiliser les joueurs des équipes premières », assure Antoine Rustin.

    D’autres sports

    Même si l’AWSR ne dispose pas de statistiques d’accidents lors de rentrée du foot, l’Agence rappelle qu’entre 2014 et 2018, 17 % des jeunes de 18 à 34 ans impliqués dans un accident corporel en tant que conducteur avaient trop bu.
    « Ce taux grimpe à 43 % les nuits de semaine et à 55 % les nuits de week-end.
     
    Pour la tranche des 35-54 ans, ces taux sont de 41,9 % les nuits de semaine et de 51,6 les nuits de week-end », détaille Pierre-Laurent Fassin.
     

    Le message délivré par l’Agence et la fédération est limpide : « Vos enfants ont géré leur match alors gérez le retour ».
     
    « Le label backsafe prévoit diverses mesures à mettre en œuvre par les clubs. L’une d’elles permettra d'organiser un système de Bob.
     
    Des adultes s’engagent à tour de rôle s’engagent à ne pas boire et à ramener plusieurs enfants », explique Antoine Rustin.

    « D’ici quelques mois, on devrait doubler ou tripler le nombre de clubs de football labellisés Backsafe.
    Ce n’est qu’un début.
     
    D’autres fédérations sportives pourraient emboîter le pas. Je pense notamment au basket, au hockey ou encore au tennis.
     
    J’en oublie bien évidemment. En étant présent dans les buvettes avec nos banderoles, on suscite la discussion parmi les personnes présentes », conclut Pierre-Laurent Fassin de l’AWSR.
    Mettre en place une politique de boissons n/a à la buvette
     
    En devenant labellisé Backsafe, le club de foot s’engage à prendre plusieurs initiatives.
    « Il faut notamment prévoir des tarifs attractifs pour les boissons non-alcoolisées. Dans la mesure du possible, l’idéal sera de proposer de l’eau gratuite », explique Pierre-Laurent Fassin de l’ASWR.
     
    « La solution serait une pompe à eau, mais ce n’est pas toujours possible », reconnaît Antoine Rustin de l’ACFF. D’autres mesures sont plus faciles à mettre en œuvre, comme des réglettes pour calculer le taux d’alcool dans le sang ainsi que la mise à disposition de gobelets pour doser les quantités d’alcool servies.

    « L’Agence peut aussi dispenser à un membre du club une formation sur l’alcool, son impact sur les différentes morphologies et son influence sur la conduite d’une voiture.
     
    Cette sensibilisation sera ensuite répercutée à d’autres personnes du club », détaille Antoine Rustin.
    « Il faut aussi afficher des messages de prévention dans le club et la buvette, comme des brochures informatives, des fanions ou des badges. On peut également promouvoir des transports alternatifs en indiquant les bus à proximité ou les numéros des sociétés de taxis des environs », complète Pierre-Laurent Fassin de l’AWSR.


    «Un enfant ne voit pas si  un adulte a un peu trop bu»

    « Un accident est vite arrivé. C’est important de sensibiliser les gens au risque de l’alcool. J’ai déjà interpellé des parents à la buvette pour leur dire de ne pas repartir.
     
    Cela dit, il y a tellement de monde. Ce n’est pas facile de tout voir.
    Si on peut faire réfléchir les gens avec nos actions, ce sera déjà cela », se félicite André Richard, directeur sportif du RDC Cointe-Liège, l’un des 23 clubs de football labellisé Backsafe.
    Il accueille 575 jeunes répartis dans 35 équipes, « sans compter les filles et les premières.
    Nous avons des dizaines de matches chaque week-end », notre interlocuteur.
    « Un adulte voit si quelqu’un a trop bu.
     
    Un enfant ne détecte pas ces signes, d’autant qu’il a continué à taper dans le ballon, tandis que les grands étaient à la buvette. Il monte donc dans la voiture en toute confiance », analyse André Richard. « Les débordements arrivent parfois et nous voulons conscientiser les parents.
    Si on parvient à le faire, ce sera déjà une petite victoire étant donné que notre pouvoir est forcément limité », commente de son côté Arnaud Dewinter de l’Olympic Charleroi Farciennes qui a également rallié la cause.
     
    Il reconnaît que c’est un sujet très sensible: « Qui sommes-nous pour refuser un verre à quelqu’un au comptoir ? ».

    André Richard de Cointe pointe, lui, les rentrées financières que la buvette représente pour certains clubs. La décision ne sera pas toujours facile à prendre.
     
    A l’Olympic, on a une solution.
     
    « Nous avons décidé de développer le covoiturage. Nous allons demander aux parents de le privilégier un maximum et que de faire en sorte que la personne désignée ne boive pas. Un parent qui met la vie de son enfant en danger, c’est déjà inacceptable, mais s’il le fait également avec ceux des autres, c’est encore plus inadmissible », martèle Arnaud Dewinter, Référent Vivons sport au sein du club carolo.
    Lors du prochain grand tournoi de jeunes, il compte bien faire venir des spécialistes de la sécurité routière pour faire de la prévention.

    « De notre côté, on va voir si on ne peut pas financer un badge ou un pin’s que les gens pourraient mettre. Nous allons aussi essayer de sensibiliser les premières », s’engage André Richard du RDC Cointe. 

    56 événements disposent du label Backsafe en Wallonie

    Depuis le mois de juin 2015, le label Backsafe est octroyé, en Wallonie, aux événements festifs qui prennent des initiatives pour favoriser le retour à domicile de leurs participants en toute sécurité. Les 23 clubs de football rejoignent 56 événements labellisés.
    Parmi ceux-ci figure des festivals comme les Francofolies, les Ardentes, le Verdur Rock ou encore le Nandrin Festival, des centres culturels ou des lieux de concert comme l’Eden à Charleroi, l’Entrepôt à Arlon ou le Belvédère à Namur.
    Il y a aussi des guindailles estudiantines comme le Bal des Moflés et la Saint Toré à Liège. 
     
    Par Y.H. et C.C.
     
  • AutoSécurité lance des fiches pour mieux préparer le permis

    Lien permanent

    Étudiante à Namur, Evelyne (19 ans) s’y perd. Ses copines en train de passer le permis donnent des informations contradictoires sur les filières et l’organisation des examens.

    « Nous venons de mettre en ligne sur notre site une série de brochures pour s’y retrouver, tant au niveau du permis auto que moto », réagit Virginia Li Puma, porte-parole d’AutoSécurité, l’entreprise qui contrôle la majorité des centres d’examens de Wallonie.


    « Ces documents ont été rédigés par notre service réglementation à partir de l’expérience de nos examinateurs et des questions posées par le public. Un gros effort a été consenti au niveau de la mise en page pour que l’information soit bien structurée et claire », précise notre interlocutrice. Les trois filières sont détaillées : la libre avec un guide, l’accès direct après 30 h d’auto-école et la faculté de conduire seul via la réussite du Test de capacité technique à la conduite (TCTC).


    Ce TCTC fait d’ailleurs l’objet d’une brochure spécifique qui détaille les consignes à suivre pendant cette épreuve. On y apprend ainsi que le candidat doit notamment effectuer un créneau et un demi-tour sur la chaussée.

    « Par rapport à nos précédents documents, nous sommes plus précis quant aux autres manœuvres à réaliser. Le but est que la personne puisse mieux se préparer et qu’elle n’ait pas de surprise quant aux documents à présenter », détaille Virginia Li Puma.

    Un candidat de la filière libre doit ainsi présenter son carnet de bord et la preuve qu’il a suivi avec son guide le rendez-vous pédagogique obligatoire avant d’apprendre directement sur la route. Une autre brochure présente les diverses consignes pour l’examen pratique proprement dit.

    « À chaque fois, la structure est identique, ce qu’il faut savoir avant de passer l’épreuve, notamment les nouveautés de la réforme du permis, le déroulement de l’épreuve et les voies de recours possibles », résume la porte-parole d’AutoSécurité.


    Bientôt des QR codes


    Une brochure actualisée sur le permis B théorique sera bientôt publiée selon le même principe.

    « Et, d’ici la fin de l’année, nous allons intégrer des QR Code sur le verso des feuilles de résultats du théorique.

    De cette manière, les candidats seront directement guidés vers la bonne page. À terme, il y aura 15 brochures en ligne », annonce Virginia Li Puma.


    Par Yannick Hallet

     

    Source

  • MeyaxN ils sont Nandrinois, auteurs, compositeurs et interprètes MeyaxN avec Simplement t’aimer

    Lien permanent

    Nandrin Terre de Musique avec son célèbre musicien, le violoniste Ovide Musin, ainsi que depuis 25 ans le Nandrin Festival, pour ne pas  déroger à la règle voici deux Nandrinois, des jeunes talents.
     
    74323825_768952536861559_8124620223153176576_n.jpgPrésentation :
    Ils chantent tous les deux  !!!
    Au piano (Joachim Vandervoort) nom de scène est Meya à la guitare ( Alexis Henn) nom de scène xN
    La combinaison des deux donne le nom du groupe MeyaxN

     Ils ont appris la musique séparément pour xN il a étudié à Intermezzi Scuola et Meya lui à Amay, tout en étant amis depuis la maternelle. 
    Ils revendiquent être autodidactes
    Ils ont commencé à partager leur passion très jeune.
    Actuellement en rhéto à Flône (Amay)  ils ont présenté leur compo au spectacle organisé par l'école.
    Retenez bien le nom du groupe MeyaxN sans oublier qu'ils sont auteurs, compositeurs et interprètes.
    ils nous passent un message afin de pouvoir continuer à les suivre......
    Sic" MeyaxN
    Nous sommes un duo belge qui vient seulement de débuter dans la musique.
    En espérant que notre son vous donne l’envie de faire un tour sur notre page insta qui contient plusieurs covers.
     
    Félicitations et bonne continuation  dans leur passion 
     
     
    La Compo
     

  • Annaëlle Joassin, jeune sportive Nandrinoise et championne de Belgique 2019 pour la 3e fois

    Lien permanent

    aj.jpgElle est Nandrinoise et championne de Belgique pour la 3 ème fois

     Annaëlle Joassin

    Championne de Belgique 2019 en catégorie Junior Dame depuis le 03/11
    En bonne passe de gagner le challenge 2019 de la province de Liège en catégorie Junior Dame
    1er et 2 deuxième dans différentes finales au Master de Montpellier (10/2019) malgré une carabine défectueuse (rencontre internationale)

    Club de tir : CTC (club de tir Comblenois)
    Discipline pratiquée : Carabine à air 10m, discipline 9
    Catégorie : Junior Dame pour la Belgique,Junior en international,Espoir sportif depuis septembre 2015
     
    Son palmarès
     
    3ième au championnat régional 2019
    Classée par défaut championnat régional 2019 (suite à une compétition à l’étranger)
    1er prix pour la meilleure progression 2018 (Prix Lucienne Baudouin)
    2ième au championnat de Belgique à Gand 2018, en finale
    3ième au championnat de Belgique à Gand en 2018, en match
    A gagné plusieurs finales au Masters de Montpellier en octobre 2018
    2ième  junior belge au Grand Prix de France Fleury 2018
    2ième  junior belge à l’Intershoot Denhague 2018
    3ième au championnat de Belgique 2017, finale junior
    2ième au championnat de Belgique 2017, match junior
    1er  master Montpellier  2017 en junior
    1er  master Montpellier  2017 en équipe
    2ième au championnat régional 2017
    2ième au championnat provincial 2017
    2ième au championnat de Belgique 2016, cadet
    2ième au Fémina 2016
    2ième  junior belge à l’ISAS Dortmund 2016
    1er au championnat régional 2016
    1er au championnat provincial 2016
    2ième au championnat de Belgique 2015, cadet
    1er au championnat de Belgique 2014, benjamin
    1er au championnat de Belgique 2013, benjamin
     
    Félicitations  Annaëlle Joassin au nom de l'équipe du Blog et bonne continuation 

    aj1.jpg

    aj2.jpg

  • Les contrôles du SPF vont être renforcés dans les mois à venir

    Lien permanent

    La vente de tabac interdite aux moins de 18 ans dès le 1 er novembre 2019

    Des agents du SPF Santé publique organisent des contrôles pour débusquer ceux qui ne respectent pas cette règle.

    En 2018, il y a eu 2.296 contrôles: 1.248 en Flandre, 938 en Wallonie et 110 à Bruxelles. Ils ont permis de découvrir 51 infractions. Un peu avant 2018, le SPF Santé publique a engagé de plus jeunes inspecteurs ce qui a permis de doubler l’an dernier le pourcentage du nombre d’infractions constatées.


    JUSQU’À 20.000€ D’AMENDE

    Ce ne sont toutefois pas les mineurs qui sont punis, mais les vendeurs. Les amendes fluctuent entre 200 euros et 20.000 euros pour les cas les plus graves (récidive). Mais, ce 1er novembre, l’interdiction passe à 18 ans.

    «Les contrôles vont donc être renforcés dans les mois à venir, particulièrement aux abords des écoles, pour vérifier que la nouvelle législation est bien suivie.

    Notre politique de contrôle sera «souple» durant les mois de novembre et décembre», nous confie Charlier Vinciane, la Porte-parole du SPF Santé.

    «Cela sous-entend qu’en cas de constatation d’infraction pour une vente de produits de tabac envers un jeune de 16 ou 17 ans, nous n’émettrons qu’un avertissement et non pas un procès-verbal.

    Par ailleurs, la verbalisation pour la vente de tabac envers des jeunes de moins de 16 ans restera inchangée.

    Nous continuerons à verbaliser pour ces faits.

    À partir du mois de janvier, nous abandonnerons cette ‘tolérance’ et nous verbaliserons sans distinction d’âge du jeune. Toutes les ventes de produits de tabac aux mineurs seront verbalisées».

    Par ALISON V.

    Source

  • Sons et lumières à la Croix Claire de Nandrin pour Halloween 2019 en vidéo et photos

    Lien permanent

    Cette année une fois de plus le succès d'Halloween était au  rendez-vous !!! 

    Des participants de plus en plus nombreux , des décors et spectacles sons et lumières digne des plus grandes villes des Etats Unis !!! 

    Voici en photos et vidéos 

     

    Album photos clic ici 

     

     

  • ‎Souper Patro 4 Horizons De Nandrin le 9 novembre 2019

    Lien permanent

    Le traditionnel souper de rentrée.  Au programme : présentation des animateurs de cette année, exposition des photos du camp, et bonne ambiance… Au menu : un bon boulet-frites !


    Ce souper est organisé pour tout le monde. Que vous soyez patronnés, anciens, parents, ou juste intéressés par le Patro... Vous êtes les bienvenus !

    Où ?  Salle St Martin (2, rue de la Rolée - Nandrin)
    Quand ?  Samedi 9 novembre à partir de 18h. Présentation à 18h30

    Repas adulte : 2 boulets – frites – crudités  + dessert => 12€
    Repas enfant : 1 boulet – frites – crudités    + dessert => 8€

    Réservation avant le 2 novembre par mail : patro-nandrin@outlook.com

     

    Patro 4 Horizons de Nandrin

    Souper Patro 4 Horizons De Nandrin

  • Un deuxième tournoi Fortnite !!! à vos inscriptions !!!

    Lien permanent

    La deuxième édition du tournoi Fortnite de la Mézon de Huy se déroulera le 23 novembre prochain.

    Après le succès du premier tournoi organisé le 4 mai dernier, il était impensable pour Laurent Streel, animateur à la Mézon, de ne pas organiser une seconde édition : « Nous remettons le couvert car la demande est toujours grande. Au mois de mai, il y avait 12 équipes et environ 50 jeunes sur la PS4.

    Nous tablons donc sur un succès identique ici », se réjouit-il.

    12 équipes de 4 personnes s’affronteront donc sur ce phénomène planétaire lancé en 2017.

    Fortnite est un jeu vidéo du type « bataille royale » : 100 joueurs sont largués sur une carte et luttent pour être le dernier survivant.

    Le principe du tournoi de la maison des jeunes est donc simple : « Il se déroulera en section, par équipes de 4.

    Les points se gagneront en fonction du nombre de kill, les adversaires éliminés, et du classement de l’équipe à la fin de leur partie », précise l’animateur. Les équipes du tournoi ne s’affronteront donc pas directement.

    Cette fois-ci, Laurent espère mettre à disposition une douzaine de consoles PS4 pour permettre à 12 jeunes de jouer en même temps. Pour accentuer le confort, les « gamers » pourront prendre leur matériel pour tenter de rafler la première place : casque, manette, clavier, souris. Des récompenses, comme des cartes Playstation Store, attendent chaque participant.


    UN COIN POUR LES JEUX RÉTROS

    En plus du tournoi, des PCs seront disponibles pour jouer au « Retro Lan Party », réseau local, sur des jeux rétros incontournables tels que: Counter Strike, Quake 3, Unreal Tournament, Age Of Empire, Worl Of Warcraft,… Le tournoi se tiendra le 23 novembre, 7 quai Dautrebande de 13 à 21h.

    Le prix d’entrée est de 2€/ personne.

    Infos et inscriptions : lamezon@hotmail.com ou par téléphone au 085/21.16.30-0474/ 54.33.12.

    Pour les personnes intéressées, il reste encore quelques places mais ces dernières partent rapidement


    .Par M.GI.

    Source

  • Halloween aux Ecuries d’Oksana le 1 er novembre 2019

    Lien permanent

    Halloween aux Ecuries d’Oksana le 1 er novembre 2019 dès 18 h

    Halloween 2019.jpg